Bienvenue sur l'Univers du Fantastique! Amusez-vous bien!

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Rdv à Poudlard !

Aller à la page : Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 2 sur 2]

26 Re: Rdv à Poudlard ! le Mar 30 Mai 2017 - 23:40

La grande salle était silencieuse en ce premier matin de l’année. Les cours allaient reprendre dans une vingtaine de minutes maintenant, et Desideria faisait tourner machinalement sa cuiller dans sa tasse de thé, attendant Archibald qui ne l’avait pas encore rejoint.
En face d’elle, Thalia lisait un de ses anciens cours de potions de l’année passée, essayant tant bien que mal de lire et de manger en même temps. A sa droite Gwen Jones ruminait encore sa défaite lors de la soirée de vendredi soir : son humeur du week-end avait été exécrable, si on pouvait la qualifier ainsi comparé à celle qu’elle avait d’habitude. En face de Gwen, Astrid faisait des toasts pour elles quatre, d’une humeur joyeuse. Cette dernière avait toujours aimé les cours, et leur reprise la mettait dans un état proche de l’euphorie.
Desideria avait repensé à la soirée de nombreuses fois. Notamment toute la journée du samedi, où un mal de tête atroce l’avait empêché de sortir de son lit. Ça avait été une journée off : pas d’appareils, pas de lentilles, juste elle et son lit après avoir essayé de trouver Archibald pour le prévenir qu’elle resterait couchée. Finalement elle avait opté pour un sms à ses deux amis, tout en demandant à Nolan s’il allait bien depuis la veille.
Elle ne se rappelait plus vraiment exactement de tout ce qui avait pu se passer, mais elle savait que ça ne s’était pas bien terminé. Elle doutait aussi de s’être correctement comporté avec Dan, mais elle ne savait pas trop quoi en penser : dans ses souvenirs, la Serdaigle ne s’était pas enfuie en courant, ne l’avait pas frappé, ne l’avait pas insulté de tous les noms lorsqu’elle avait tenté quelques approches. Donc soit elle l’avait mal pris sans que Desideria ne s’en aperçoive, soit elle avait apprécié. Mais la blonde n’était pas en mesure de le dire.

-Je le hais.

Desideria poussa un soupir tandis que Thalia levait les yeux au ciel.

-Gwen, tu ne veux pas changer de disque ? demanda Astrid en posant un toast à coté de Thalia qui s’en empara presque immédiatement. Ça fait trois jours que tu nous parle de ça…

-C’est pour te dire à quel point mes sentiments n’ont pas changé, répliqua Gwen en lançant un regard noir vers la table des Gryffondor. Je les tuerais tous, ces rouges…

-Oh, ça ce n’est pas très gentil Gwennie chérie.

Desideria releva les yeux pour voir Nolan s’installer à côté de Thalia qui rangea son manuel pour lui faire de la place. La blonde lui fit un grand sourire, tandis que Gwen, à côté d’elle, grognait encore.

-Au moins on peut estimer que tu es un traitre à ta propre maison, j’apprécie.

-Ne l’écoute pas Nolan, fit Astrid en soupirant. Elle n’arrive pas à digérer sa défaite de vendredi soir avec Potter. Tu veux un toast ?

-Non mais n’importe quoi, ce n’est pas une question de défaite, c’est juste que son comportement était…

-Oh, arrête de nier Gwen, l’interrompit Desideria en s’emparant du toast qu’Astrid tendait à Nolan avant qu’il n’ai pu s’en emparer. On sait tous ici que tu es une mauvaise perdante, et même bien plus que moi.

Astrid pouffa et s’essuya les mains. Thalia regarda sa montre, et d’un commun accord elles se levèrent pour se rendre en cours.

-Je vous rejoint tout à l’heure, leur fit Desideria.

Gwen se leva à son tour, non sans lâcher un regard des plus noirs à James Potter, à l’autre bout de la grande salle. Lorsque leurs regards se croisèrent, Gwen, avec sa douceur habituelle, lui fit un bras d’honneur agrémenté d’un « fuck you » lisible sans aucun problème sur ses lèvres. Elle prit ensuite son sac avec humeur pour suivre Astrid et Thalia qui l’attendaient en dehors de la grande salle.
Lorsque Desideria allait demander comment allait Nolan en regardant les quelques bleus qu’il lui restait, elle fut interrompue par l’arrivée plutôt inattendue d’un Archibald Redding de très mauvaise humeur.

-Ne me dis pas que toi aussi tu vas tuer James Potter, fit Desideria d’entrée de jeu.

-Non, fit sèchement Archibald.

Interdits face à sa réaction, Nolan et Desideria se concertèrent du regard, étonnés. Puis Nolan suivit le regard de son ami pour tomber sur Albus Potter et Chelsea Parrish, assis côte à côte à la table des Poufsouffle. Desideria grimaça. Il était évident que dans quelques minutes, Chelsea en aurait marre de donner la becquée à Albus et qu’elle serait sur ses genoux en train de se faire rincer la bouche à coups de langues.

-Tu ne devrais pas les regarder, fit Desideria une mine dégoûtée. En plus, je trouve qu’ils ne vont pas du tout ensemble. N’est-ce pas Nolan ?

Nolan releva la tête de son bol et hocha la tête avec énergie, la bouche pleine de son toast. Desideria sourit. Nolan avait toujours eu cet air de bébé, d’enfant qui croquait la vie à pleine dents qu’elle adorait chez lui. Elle regrettait souvent qu’ils ne soient pas tous les trois dans la même maison, mais se consolait en se disant qu’ils se voyaient tout de même très régulièrement.
Lorsqu’Archibal gémit, ses deux amis regardèrent immédiatement en direction d’Albus. Desideria avala le reste de son thé refroidi rapidement pour se lever bruyamment, faisant sursauter Nolan.

-Allez, ne restons pas là, on va être en retard au cours de potions. Allez, Archie, lève-toi.

Sans attendre sa réponse, elle le tira par le bras tandis que Nolan les suivait de l’autre côté de la table.
Si cette première journée de cours s’annonçait être mal partie, le trio n’était pas au bout de ses peines.



A l’heure du déjeuner, Desideria fulminait. Si Astrid avait été de bonne humeur au petit déjeuner, quatre heures passées avec Gwen l’avaient achevée. Idem pour Thalia et Desideria : il avait fallu se mettre par groupes de deux pour le cours de potions, qui concernait surtout des révisions pour remettre tout le monde sur de bonnes bases. Le professeur Dolan avait déjà donné une montagne de devoirs à rendre, ce qui était assez démoralisant pour l’ensemble de la classe. Et si habituellement Desideria excellait en potions, elle devait bien admettre que ce cours-ci avait été particulièrement difficile.
La raison des tensions qui avaient pu être présentes pendant le cours était Gwen. A elle toute seule, elle avait réussi à rendre fou de rage James Potter. Nolan avait pris la défense de Gwen, fierté oblige, et Potter et Dimitrov avaient littéralement pété un câble, ce qui avait eu pour effet de rendre Gwen hystérique. Elle lâchait des insultes à tout bout de champ, laissant Astrid se débrouiller seule pour le cours. Thalia et Desideria, à côté d’elles, écoutaient à la fois Gwen et aidaient en même temps Astrid à mener à bien son cours. Nolan et Archibald étaient tendus comme des arcs, et la blonde savait au fond d’elle qu’ils étaient prêts à se jeter dans la bagarre si jamais elle arrivait. Surtout Nolan en fait.
Avec le recul de la fin du cours, Desideria se rendait compte qu’ils avaient évité le pire de peu. Astrid s’était finalement énervée contre Gwen au terme des quatre heures de potion, et cette dernière s’était momentanément calmée. Peut-être que le fait de savoir qu’elle ne reverrait pas Potter de l’après-midi l’aidait un peu.

C’est sur ces pensées que Desideria offrit un sourire à Dan lorsque leurs regards se croisèrent. Elle n’avait toujours pas conscience de ce qu’il s’était produit lors de la soirée, mais cela ne la gênait pas plus que ça : la Serdaigle avait répondu à son sourire. Elle regrettait de ne pas avoir cours avec elle en cette journée, elle aurait bien essayé de s’asseoir à côté d’elle afin de lui parler un peu. Mais malheureusement, elle n’avait pas cours avec elle de la journée.


Si le repas se passa sans encombres, la bonne humeur à la table des Serpentard n’était pas pour autant à son comble. On avait connu des jours meilleurs, et cela s’en ressentait : chacun attendait la fin de cette première journée de cours qui s’avérait être bien épuisante après ces deux mois de vacances.
Lorsque Nolan quitta Archibald et Desideria pour aller à ses propres cours, les deux Serpentard accompagnés des trois filles rentrèrent en salle d’étude des moldus. Desideria avait d’abord aimé ce cours, pour ensuite le trouver d’un ennui mortel : long, lent, trop théorique à son goût. Elle aurait voulu se mêler à la foule, apprendre sur le tas, vivre des choses. Mais cela nécessitait de la théorie au préalable, et c’était précisément ce qu’il l’ennuyait.
En entrant dans la salle de cours, Archibald se tendit en voyant Albus et Chelsea discuter gaiment, visiblement les deux seules personnes heureuses de la journée que Desideria avait pu croiser jusqu’ici. Le jeune homme se tourna ensuite vers un autre bureau, et Desideria pu apercevoir Elizabeth O’Brien, une fille tellement discrète qu’elle ne se rappelait pas l’avoir vue avant la soirée de vendredi soir. Elle était accompagnée de Casey Adams-Bening, un Préfet depuis plus d’un an maintenant à qui elle avait adressé la parole quelques fois, et d’Hugo Weasley –encore un.
Pendant qu’Archibald et Elizabeth discutaient, Desideria alla s’installer à la suite de Gwen, Thalia et Astrid, et se retrouva assise à côté de cette dernière. La blonde gardait une place pour Archibald tandis que sa voisine ouvrait déjà son manuel, attendant que l’ensemble des élèves soient rentrés pour pouvoir commencer le cours.
Archibald vint s’asseoir à côté de Desideria après que Wes et Ivar soient entrés et s’installent de l’autre côté de la salle. La blonde n’offrit pas le moindre regard aux garçons, trop intéressée par la conversation qu’elle avait manqué avec les Poufsouffle.

-Qu’est-ce que voulait O’Brien ? demanda Desideria à peine Archibald assis.

-Rien d’important, répondit Archibald. Tu sais si…

-Ne me mens pas Redding, menaça la blonde un index pointé discrètement vers lui. Tu passes la soirée de vendredi en équipe avec elle, et subitement tu vas lui parler ? Tu as oublié quel était ton objectif ou quoi ?

-La ferme Lawson, fit Archibald en grognant.

Desideria vit qu’il serrait les dents avec la bosse qui s’était dessinée sur sa mâchoire. Elle n’insista pas, consciente que ce n’était pas le bon jour pour le titiller avec Albus.



Le cours se passa sans problème, même si Desideria aurait parié son compte Gringotts que quelqu’un avait arrêté le Temps durant le cours. Il avait été d’une éternité à toute épreuve, et Astrid, bien trop studieuse, l’avait foudroyée du regard lorsqu’elle avait tenté de dessiner une partie de morpion sur son parchemin. Elle n’avait pas osé embêter Archie de peur qu’il la rembarre une nouvelle fois.

Le cours d’histoire se passa de la même manière, sauf que cette fois-ci c’était Gwen qui était assise à côté de Desideria. Elles avaient joué durant tout le cours, faisant des batailles de sabre laser avec leurs doigts, des morpions où aucune des deux ne voulait perdre, des jeux sans queue ni tête où plusieurs élèves s’étaient retournés sur elles tout en leur intimant le silence au début, puis en les fusillant du regard. Desideria avait alors envoyé un baiser imaginaire à sa sœur Victoria qui avait levé les yeux au ciel pour se reconcentrer sur le cours.
Si Archibald s’était détendu, il n’était pas encore complètement déridé de l’attitude d’Albus avec cette vipère de Parrish. Desideria n’avait jamais pu la sentir pour une raison qu’elle ignorait royalement mais dont elle n’avait pas besoin de connaitre pour savoir qu’elle ne l’aimait pas. Si les amours étaient inexplicables, elle ne voyait pas en quoi le contraire n’aurait pu être possible.



Lorsque les cours s’étaient enfin terminés, Desideria avait embrassé Nolan sur la joue avant de dire aux garçons qu’elle allait à son dortoir avancer ses devoirs, préférant les laisser un peu seuls. Elle savait que leur relation allait bien au-delà de celle qu’elle pouvait entretenir avec eux, elle avait donc toujours voulu leur laisser du temps ensemble. Et puis elle avait les filles de son dortoir, avec qui elle s’entendait bien, depuis le temps.
Le repas s’était déroulé dans le calme, tout le monde étant un peu rincé de cette première journée. Desideria savait qu’elle regrettait déjà ses vacances, la plage, la mer, le soleil et le peaufinage de bronzage, mais au moins ici elle était avec ses amis. Une consolation qui s’avérerait bien maigre lorsque la pluie commencerait à battre sur les vitres du château.






-Non mais Nolan, t’es pas sérieux. Avec Graves ? Dans mon dos ? Alors que tu sais très bien qu’elle est impliquée dans le pari ? Tu comptes me mettre des bâtons dans les roues ou je rêve ?

Desideria n’en pouvait plus. Le deuxième jour de la semaine commençait presque aussi mal que la veille, voire peut-être même encore plus mal. Elle suspectait très sérieusement son ami de vouloir lui faire perdre le pari qu’ils s’étaient fixés tous les trois.

-N’importe quoi Desi ! J’y étais pour aller m’excuser auprès de Rose, pour l’approcher elle, et Dan devait…

Il fut interrompu par le rire, au début silencieux d’Archibald, qui s’était finalement transformé en un rire bruyant.

-Qu’est-ce que.. ? commença Desideria.

-Tu es vraiment parti comme ça ? Sur ces paroles ? demanda Archibald entre deux crises de fou-rire.

Et il était reparti de plus belle. Nolan avait l’air franchement embarrassé, alors que Desideria semblait juste ennuyée par la situation, voire même vexée. Nolan ne lui avait même pas parlé de son intention de se rendre dans la salle commune des Serdaigle, et il aurait été évident que si elle l’avait su, elle aurait été de la partie.
Ça ne pouvait pas se passer comme ça, elle devait trouver un moyen d’approcher Dan encore plus que…

-A quand est fixée le prochain rendez-vous avec Dan ? demanda subitement Desideria en relevant la tête de son thé.

-Jeudi soir, répondit Nolan du tac au tac.

-Je viens, affirma la blonde sans laisser place à aucune réclamation.

-Eh, fit finalement Archibald, calmé de son rire. Je ne vais quand même pas rester tout seul ?

-Et pourquoi pas ? lâcha froidement Desideria. Tu as bien l’air de te moquer de la tournure que prennent les événements avec nos paris à nous.

-Je te rappelle qu’avec Albus, ce n’est pas non plus la meilleure des situations, dit Nolan en reprenant du poil de la bête.

Archibald offrit un regard de cocker à Desideria, laquelle ne trouva rien à redire. Elle haussa les épaules avec une petite moue, ajoutant finalement son approbation : la situation avec Albus n’était pas des plus roses non plus.
Les trois passèrent la suite de leur petit déjeuner à discuter de la soirée de jeudi, où ils devraient se retrouver pour aller chez les Serdaigle. Ils avaient prévu de réviser la botanique, une matière dans laquelle Desideria refusait tout bonnement de travailler : la terre, les bêtes, l’odeur, tout la répugnait. Miss sang-pur ne voulait pas s’abaisser au niveau de jardinier.



Durant toute la journée du mardi, du mercredi et du jeudi, Desideria avait tenté par diverses méthodes d’approcher Dan Graves. Malgré tous ses efforts, la Serdaigle était une tour imprenable. Et pour cause : Roxane Weasley était partout avec elle, accompagnée d’autres personnes auxquelles la Serpentard n’avait jusqu’alors jamais fait attention. Sauf à Maria, qui était dans l’équipe de Quidditch de Serdaigle.
Archibald s’amusait de son petit jeu, toujours aux premières loges. Si Gwen se moquait complètement du petit jeu de son amie, Thalia avait bien compris que la blonde avait un intérêt, bien que soudain, envers Dan. Seule Astrid ne voyait rien, trop occupée avec ses cours et à être euphorique sur les desserts à chaque menu.
Si Desideria avait réussi à lui sourire quelques fois, elle n’avait pas réussi à lui adresser de nouveau la parole. Elle avait capté son regard, mais jamais assez longtemps pour pouvoir espérer lui avoir fait passer un message ou encore qu’elle vienne d’elle-même.

C’est donc dans une position assez tendue que Desideria se rendit avec Archibald au point de rendez-vous donné avec Nolan pour qu’ils puissent rejoindre tous les trois Dan dans sa salle commune.
-Tu es sûr que Rose sera là ? demanda Desideria peu convaincue du plan qu’il avait mis en place avec la Serdaigle pour approcher Rose.

-Elle m’a dit qu’elle essaierait, dit Nolan d’une voix plaintive. Mais j’espère qu’elle aura réussi.

Desideria leva les yeux au ciel, excédée. Les situations de ce genre la rendaient nerveuse, trop nerveuse pour pouvoir avoir les idées claires et ne pas s’énerver, contre elle-même la plupart du temps. Et puis, il fallait admettre que Nolan avait le chic pour se mettre dans des situations délicates. Comme s’enfuir devant Rose Weasley alors qu’il devait simplement s’excuser pour son comportement.

-T’inquiète, finit par lâcher Archibald en posant une main fraternelle sur l’épaule de Nolan. Ça va bien se passer.

Desideria lui sourit doucement, peu convaincue. Bien qu’elle n’ait jamais été une grande optimiste, cette situation-là lui paraissait au-delà de tout ce qu’elle avait connu jusqu’ici. La fine équipe devait tout de même approcher, en toute discrétion bien sûr, des personnages pour le moins emblématiques de l’école. Personne ne pouvait nier que les Potter et les Weasley étaient, depuis la bataille contre Celui-Dont-On-Ne-Doit-Pas-Prononcer-Le-Nom (Desideria en avait toujours un peu peur), connus du grand public en plus d’être une famille nombreuse, tellement nombreuse même qu’il arrivait encore aujourd’hui à Desideria de confondre ses membres, ou d’ignorer qui était la descendance de qui.
Mais l’heure n’était pas aux débats intérieurs, et lorsque Desideria prit une grande inspiration la porte de la salle commune des Serdaigle s’ouvrit sur une Dan pile à l’heure.

-Tiens ? fit-elle étonnée. Tu nous as ramené du monde ?

Nolan dansa sur ses pieds, visiblement gêné. Desideria lui donna un coup de coude, peu encline à rester sur le pas de la porte à la portée de Rusard et de sa chatte.

Ils rentrèrent tous les trois, Dan les observant du coin de l’œil. Il était clair pour elle qu’ils préparaient quelque chose, et à vrai dire, leur attitude ne les aidait pas vraiment.

-On s’y met ? demanda Desideria après s’être éclairci la voix.

Elle pointa du menton une table de la salle commune. Si elle n’était jamais rentré dans une autre salle commune que la sienne et celle des Gryffondor, elle fut étonnée, une fois encore, de voir à quel point le château pouvait faire des merveilles. Elle n’était pas en mesure de dire si la décoration, les objets étaient caractéristiques du caractère ou des aptitudes des Serdaigle, mais l’ambiance qui se dégageait du lieu était tout à fait autre que celle qu’elle connaissait si bien chez les Serpentard.

-Bon, alors on avait dit qu’on se mettrait à la botanique, commença Dan après s’être assise.

-Oh non… maugréa Desideria avant avoir pu se censurer.

-Un problème ? demanda d’une voix sèche Dan en haussant un sourcil.

-Aucun lorsque je suis avec toi, chère coéquipière.

Le sourire dragueur, la blonde rentrait dans le jeu. Si elle était là, c’était avant tout pour ne pas laisser trop d’avance à Nolan et ne pas lui permettre de lui mettre des bâtons dans les roues, pas pour bosser de la botanique dont elle n’en avait rien à faire.
A côté d’elle, Dan avait légèrement plissé les yeux et s’était tendue, bien que Desideria ne l'eût pas remarqué, à l’instar d’Archibald et de Nolan.

-Quel est le plan d’action ? demanda Archibald prêt à sauter dans l’arène.

-Euh, commença Dan, on attend que Rose descende et en attendant on fait de la botanique ?

-Et si plutôt tu nous parlais de toi ? demanda Desideria, le menton dans sa main, à peine affalée sur la table vers Dan.

-Je ne pense pas que…

-Desi, tu ne veux pas simplement suivre le plan de Dan ? demanda Nolan, mi usé mi amusé par le comportement de la jeune fille.

-Oh, on n’est pas là que pour toi je te rappelle ! s’énerva Desideria en se redressant et en prenant une moue boudeuse.

Si Nolan et Archibald se contenaient pour ne pas éclater de rire, Dan paraissait perdue. Ces trois-là ensemble étaient tout ce qu’il y avait de plus dissipé et de moins enclin à travailler. Comment paraître crédible devant Rose lorsqu’elle descendrait ?

C’est d’ailleurs ce que la Weasley fit très rapidement, accompagnée de Roxane. Cette dernière, étonnée de voir trois non Serdaigle dans sa salle commune, eut un moment de recul pour finalement suivre Rose en bas des escaliers.

-Qu’est-ce que vous… ? commença Rose en arrivant à hauteur de la table.

-Rosejevoulaism’excuserpourmoncomportementvendredisoirvraimentjesuisdésolé.

Desideria était sidérée. Le silence qui avait suivi cette tirade était rapidement devenu lourd et la blonde essayait tant bien que mal de masquer son malaise et son fou-rire naissant. Archibald, de son côté, avait déjà les larmes aux yeux et les joues bien rouges. Dan ouvrait et fermait la bouche comme un poisson hors de l’eau, tandis que Roxane observait Nolan, debout devant Rose, comme s’il était sorti de nulle part. Rose, elle, avait l’air de se repasser la phrase dans sa tête pour comprendre son sens.
Lorsqu’elle eut enfin compris, elle plissa les yeux, cherchant encore et toujours à savoir ce qui se cachait derrière cette phrase. Rose avait toujours vu le mal partout.

-Okay Dwyer, finit-elle par dire. C’est une bonne chose que d’être venu me le dire en face. Mais je sais que ce n’est que pour une courte durée, et qu’une prochaine gaffe verra bientôt le jour.

Sur ces paroles elle tourna les talons, suivie de Roxane qui regardait toujours le groupe autour de la table. Desideria pouvait sentir peser son regard sur ses épaules, et elle se demandait vraiment pourquoi cette Weasley en particulier, si proche de Dan, la regardait de cette manière.

Lorsque les deux filles eurent fermé la porte en haut des escaliers, Nolan se laissa lourdement tomber sur sa chaise, soupira profondément, comme soulagé d’un poids énorme.
Archibald éclata de rire.

-OhmondieuNolantul’asfait !

Desideria et Dan éclatèrent de rire à leur tour, trouvant la référence parfaite.
Nolan sourit, au début gêné, puis finit par éclater de rire à son tour.
Ce n’était certainement pas ce soir que le devoir du professeur Londubat allait avancer.


____________________________________________________________________________
Desideria Lawson
Serpentard
Six

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Let me show you. »
Voir le profil de l'utilisateur

27 Re: Rdv à Poudlard ! le Jeu 1 Juin 2017 - 20:55

Archie est réveillé en sursaut par un éclat de rire. Potter et Malfoy, probablement. Il ouvre les yeux, puis les referme aussitôt. Maudite gueule de bois. Le garçon se relève en position assise et ouvre ses rideaux d'un coup sec, avant de porter ses mains à son visage en grognant à cause de la lumière, jetant un coup d'oeil au réveil. Midi douze ; il a dormi longtemps mais se sent encore rincé.


– Dur réveil, Archibald ? demande Malfoy d'une voix innocente.


– Ha, ha, ha, rétorque Archie platement, pas d'humeur pour les blagues du blond.


Archie se lève et file prendre une douche. Lorsqu'il se voit dans le miroir, il laisse échapper un gémissement ; voilà pourquoi il avait mal partout. Ça lui revient à présent : Nolan et lui se sont battus avec Potter numéro un et Dimitrov. Inspectant les dégâts, Archie se dit que ça aurait pu être pire. Sa mâchoire arbore un bel hématome qui lui prend presque toute la partie basse droite du visage, légèrement enflée ; et son œil gauche est, lui, carrément boursouflé et bleu.


Archibald se dépêche de prendre sa douche, enfile un caleçon et, alors qu'il sort de la salle de bains pour s'habiller, il reçoit un SMS de Desi lui disant que la jeune fille va rester dans son lit toute la journée. Haussant les épaules, Archie se dit que c'est tant mieux : lui non plus n'avait pas envie de bouger et n'avait encore moins envie de sortir avec son visage ruiné.


– Archie ? l'appelle doucement Albus. Je t'ai trouvé de la glace pour ton œil et ta mâchoire.



Archie, incrédule, le regarde en clignant des yeux avant de se ressaisir et d'attraper la serviette pleine de glace. Il la pose sur son œil, soupirant de soulagement, et se recouche en marmonnant un merci à Albus. Sérieusement, pourquoi est-il aussi gentil avec Archie, alors que celui-ci s'est battu contre son frère quelques heures auparavant ? Archie est tellement claqué qu'il ne remarque même pas que quelqu'un ferme ses rideaux délicatement, et il s'endort profondément.



Le dimanche, Archie est toujours aussi lent ; son œil au beurre noir a légèrement diminué et sa mâchoire commence déjà à dégonfler. Il passe la journée blotti sur un des grands canapés en cuir de la salle commune avec Desideria. Dans l'après-midi, ils sont rejoints par les filles de sixième année ainsi que Malfoy, au grand bonheur de Desi. Andersen est on-ne-sait-où, Wes est avec Astrid et Albus est manquant. Lorsque Archie questionne Malfoy à ce propos, toujours subtilement, le blond lui répond que son meilleur ami est avec Parrish à la librairie. Malgré les regards compatissants que Desideria lui envoie pendant tout le reste de la journée, Archie est d'une humeur de plus en plus mauvaise. C'est donc énervé et ronchon que le garçon se couche le soir.
****

Archie se réveille le lundi matin d'une humeur encore plus sombre que la veille. Sa seule consolation est de commencer l'année avec Dolan, son professeur favori ; en plus, le cours de potion est partagé avec les Gryffondor, ce qui permettra à Archie de passer quatre heures avec Nolan et Desideria.



Le jeune homme se lève et se dépêche à se préparer avant de monter à la Grande Salle, où Desideria doit l'attendre. Il ne croise pas grand monde dans les couloirs, et dès qu'il arrive dans la Grande Salle il court presque vers la table des Serpentard, soulagé de voir Desi et Nolan. Les petits déjeuners en famille, comme Archie aime les appeler, c'est ce qu'il préfère ; se lever et voir les cheveux en bataille de Nolan et les yeux encore pleins de sommeil de Desi l'emplissent d'affection. Cette joie est très vite écrasée lorsque le regard d'Archie tombe sur la table des Poufsouffle. Albus Severus Potter dans toute sa splendeur est assis à la table, accompagné par – ou plutôt scotché à – Chelsea Parrish. Serrant les poings, Archie se force à détourner le regard du couple et s'assoit lourdement à côté de Nolan.



– Ne me dis pas que toi aussi tu vas tuer James Potter, lance Desideria en guise de bonjour.



– Non, répond Archie, plus sèchement qu'il l'aurait voulu, en fixant le couple maudit.



Il n'est absolument pas discret et sait pertinemment que ses deux amis vont comprendre rapidement où est le problème, mais Archie n'en a rien à faire. La seule chose qu'il a en tête, à ce moment, c'est de se lever, de marcher jusqu'à la table des Poufsouffle et d'étrangler Parrish avec ses propres cheveux.



– Tu ne devrais pas les regarder, dit Desi, le coupant net dans ses idées de meurtre. En plus, je trouve qu'ils ne vont pas du tout ensemble. N'est-ce pas, Nolan ?



Archie voit le Gryffondor hocher la tête du coin de l'oeil, mais son regard est fixé sur Parrish. Elle est petite, ses cheveux sont blonds et soyeux, elle a les yeux bleus et la peau laiteuse, et, surtout, c'est une fille. Archie, lui, est un mec qui mesure au moins une tête et demi de plus que Albus, il a la peau couleur caramel et des yeux très foncés, ainsi qu'une masse de cheveux bruns sur la tête. Autrement dit, Parrish et lui sont aux antipodes l'un de l'autre… Poussant un gémissement, Archie se dit qu'il commence peut-être à s'impliquer un peu trop dans cette histoire.



Il est tiré de ses pensées par Desideria qui se lève et le tire par le bras pour qu'il la suive.



Le cours de potions passe extrêmement lentement et ne fait rien de bon pour l'humeur d'Archie. En plus de ça, Jones a réussi à rendre Potter numéro un fou de rage ; Nolan et Archie passent le cours à se tenir prêts à se battre.



Le cours d'étude des Moldus, après le déjeuner, est encore pire. Les Serpentard le partagent avec les Poufsouffle, ce qui veut dire que, bien qu'assis à des places différentes, Parrish et Albus passent les deux heures à se lancer des regards bien peu innocents.




– Je suis désolée, Archie, annonce une voix fluette à côté de lui.



Archie baisse la tête et voit Lizzie O'Brien qui la regarde d'un air désolé.

– J'ai parlé à Chelsea pourtant, pour Albus…

– C'est pas de ta faute, Lizzie, lui répond Archie en souriant. Je pense qu'à ce stade, la seule chose qu'on a à faire c'est attendre.

– J'en suis pas si sûre… dit Lizzie avec un air mutin. Compte sur moi pour que Chelsea se lasse d'Albus, même si je dois choisir moi même sa nouvelle cible ! Et puis… t'as qu'à te rapprocher de Albus discrètement, comme ça il succombera à tes charmes, ajoute-t-elle avec un clin d'oeil.



Depuis quand Lizzie s'est-elle autant affirmée auprès d'Archie ? Elle doit être vraiment motivée par cette idée de matchmaking. Avant même qu'Archie ait pu ouvrir la bouche pour rétorquer, la Poufsouffle retourne à sa table avec un sourire.



Archie part s'asseoir à côté de Desi et essaye de ne pas trop penser à Albus et la créature de l'Enfer.

****


Les jours qui suivent se passent sans encombres ; et vient le jeudi et la tant-attendue session de révision avec Dan dans la salle commune de Serdaigle. Grâce à Nolan, qui a réussi à amadouer Graves pour qu'elle l'aide à réviser dans sa salle commune, Desideria et Archie ont pu s'incruster. Nolan a l'air franchement nerveux à cause de Rose et Desi à cause de Graves. Archie pose une main qui se veut rassurante sur l'épaule de Nolan en lui disant de ne pas s'inquiéter, et la porte de la salle commune s'ouvre sur Graves.



La salle commune de Serdaigle est calme et magnifique ; si il n'était pas à Serpentard, c'est dans cette maison que Archie aurait voulu passer ses sept années de scolarité.



Alors qu'ils s'installent et sortent leurs affaires, Dan décrète qu'ils vont commencer par la botanique, ce qui tire un grognement à Desideria, qui n'a jamais aimé cette matière jugée trop « répugnante » par la princesse qu'elle est. D'ailleurs, la princesse est en train de draguer lourdement Dan ; la pauvre a l'air légèrement mal à l'aise. Archie émet un petit rire et lance :



– Quel est le plan d'action ?



Si Nolan est décidé à s'excuser auprès de Rose, autant le faire le plus rapidement possible afin qu'il ne se ridiculise pas trop. Le connaissant, Archie ne peut s'empêcher de se demander si ça va être vraiment faisable.


– Euh, on attend que Rose descende et en attendant on fait de la botanique ?

– Et si plutôt tu nous parlais de toi ? Rétorque Desideria, un sourire aguicheur sur le visage.


C'est trop beau. Entre Nolan et ses excuse et Desi et sa drague extrêmement lourde, Archie ne sait pas s’il va survivre à cette session de révisions. Il se retient le mieux qu'il peut de rire, parce que Graves a l'air complètement perdue et il n'a pas trop envie qu'elle se sente plus mal à l'aise qu'elle ne l'est déjà. Le bouquet final arrive avec Rose et Roxane qui descendent des dortoirs. Archie voit du coin de l'oeil Nolan se lever, et retient son fou-rire. Il commence à avoir du mal à respirer…


– Rosejevoulaism'excuserpourmoncomportementvendredisoirjesuisvraimentdésolé.


Trop c'est trop. Le regard de Nolan, l'air gêné et plein de pitié de Desi ainsi que le regard incrédule des trois Serdaigle finit littéralement Archie qui commence à pleurer de rire, toujours le plus silencieux possible.



– Okay, Dwyer, accorde Rose après un instant. C'est une bonne chose que d'être venu me le dire en face. Mais je sais que ce n'est que pour une courte durée, et qu'une prochaine gaffe verra bientôt le jour.


Alors que Rose et Roxane remontent, Nolan se rassoit et Archie explose de rire.


– OhmondieuNolantul'asfait, s'écrie-t-il à toute vitesse. 


L’imitation a l’air de bien faire rire Graves et Desideria, puis Nolan les rejoint dans leur fou-rire. 




Cette session de révisions était mal partie avant même d’avoir commencé. Quelle idée aussi, de mettre Nolan, Desideria et Archibald à “travailler”, dans un cadre pas vraiment propice au travail - bien que la salle commune de Serdaigle soit très calme, ça reste une salle commune pleine de vie.   



-Bon allez, on s’y met là ! annonce Dan, beaucoup trop motivée au goût d’Archie. 

En même temps, il n’est absolument pas venu là pour travailler ; plutôt pour ne pas se retrouver tout seul alors que Nolan et Desideria seraient en train de faire avancer les choses dans leur pari. 



-Dis, Graves, ce serait possible que je ramène O’Brien ? demande Archie. 


Trois regards étonnés se tournent vers lui. 


-O’Brien ? La petite Poufsouffle avec qui tu faisais équipe l’autre soir ? demande Nolan. 


-Tu t’entends vachement bien avec elle, dis donc… ajoute Desideria d’un air moqueur. 



-C’est juste qu’elle m’aide avec certains trucs, répond Archie en lançant un regard à Desi qui signifie clairement “je t’expliquerai plus tard”.


Archie se sent coupable. Il n’aime pas cacher des choses à ses meilleurs amis, mais en même temps, il ne sait pas ce qu’ils diront s’ils savent que Lizzie a décidé d’aider Archie pour le pari. Bien qu’elle ne sache pas que c’est un pari… 


-Je ne vois pas pourquoi elle ne pourrait pas venir, dit Dan. Vu le point où on en est… On ferait mieux d’inviter directement tous les sixième année, ajoute-t-elle en regardant Desi et Archie.

-Cool, merci, je lui dirai ! 


Graves regarde sa montre et soupire. 


-Bon, il est déjà presque 22h, et on n’a pas du tout avancé, annonce-t-elle. Je propose qu’on s’arrête là, histoire que vous ne vous fassiez pas choper par Rusard, et que tu ne te fasse pas engueuler par Rose, ajoute-t-elle avec un regard pointé à Nolan. 


Archie commence à ricaner mais se tait lorsque Desi lui envoie un regard noir. La jeune fille acquiesce et lance un petit regard en coin à Dan tout en hochant la tête. 


-T’as raison, Dan, dit-elle en récupérant ses affaires et en se levant. Enfin, comme d’habitude, quoi, ajoute-t-elle d’un air mielleux.



Archie et Nolan, assis en face des filles, regardent Desideria se pencher au-dessus de Dan avec cette subtilité qui la caractérise tant lorsqu’elle se met en chasse, un sourire moqueur sur les lèvres. 


-Bon, les garçons, vous êtes prêts ? lance-t-elle lorsqu’elle a fini son cirque. 

Les deux se lèvent, récupèrent leurs sacs encore fermés - comment ça, ils n’étaient pas motivés à bosser quand ils sont arrivés ? - et acquiescent. 



-Let’s go ! s’exclame Nolan. 


Dan les raccompagne jusqu’à la sortie. 


-Allez, bonne nuit, et ne vous faites pas choper ! On se voit demain en métamorphose ? ajoute-t-elle à l’intention de Desideria et Archie. 


Archibald ne connaît pas du tout son emploi du temps mais décide de faire confiance à Dan ainsi qu’à Desi qui hoche la tête, ajoutant avec un clin d’oeil : 


-J’ai hâte. 


Dan se racle la gorge, clairement gênée, et les pousse pratiquement dans le couloir avant de fermer la porte sur eux. 

-Très subtil, Lawson, raille Nolan d’un air moqueur. 




-Oh, ferme-là, je fais ce que je peux ! rétorque Desi. 



-C’est ça. Bon, je vous raccompagne pas, j’ai pas trop envie de faire le trajet des cachots à la tour tout seul, s’excuse le Gryffondor. Allez, bonne nuit mes p’tits serpents, je vous aime et à demain ! ajoute-t-il en embrassant la joue de chacun. 


Les deux Serpentard le regardent partir et commencent à marcher en direction du dortoir. 

-Alors, tu n’avais pas quelque chose à me dire à propos de cette Poufsouffle que tu sembles tant aimer ? demande Desideria. 



-Ne t’énerve pas, s’il te plait.



-Promis. 


-Elle m’a proposé de m’aider à pécho Albus. 


Desideria s’arrête et regarde Archie, incrédule.



-T’es sérieux, t’as demandé de l’aide ? 



-Mais non, c’est pas ça, commence Archie. A la soirée, elle m’a remarqué regarder Albus, et elle croit juste que j’ai un crush sur lui. Elle ne sait absolument rien du pari.

Desi hoche la tête et ils se remettent à marcher. 

-Donc t’as absolument rien à dire sur ma subtilité, Redding. Si elle a remarqué comment tu le regardais, malgré son taux d’ivresse, c’est que tu devais vraiment pas être discret. 


Avec ça, Desi donne un léger coup de poing dans l’épaule d’Archie. 



****

Alors qu’ils descendent les escaliers menant aux cachots, un cri fait sursauter Archie et Desideria. 


-ÉLÈVES HORS DES DORTOIRS ! 



-Oh, merde merde merde ! s’écrie Archie. 


Desideria et lui se mettent à courir et tombent nez-à-nez sur Ivar, Gwen et Thalia qui ont l’air tout aussi alarmés qu’eux. Ils s’arrêtent quelques instants et entendent les bruits de pas de Rusard qui se rapprochent. 



-Putain, merde, courez ! s’écrie Gwen. 



Les cinq Serpentard partent dans un sprint total, riant et glissant sur le carrelage, et ils ne savent pas par quel miracle ils arrivent à la salle commune avant que Rusard les rattrape. 


-Callidus, lâche Desideria, essoufflée. 


La porte s’ouvre et les cinq tombent dans la salle commune, à bout de souffle et rigolant comme des fous. 


-Putain, c’était vraiment limite, dit Ivar. 


-Eh, les gars, regardez, chuchote Thalia, montrant du doigt un des canapés. 


Wes et Astrid sont endormis, la tête de la jeune fille reposant sur l’épaule de son voisin, dont le bras est passé autour de ses épaules. 


-Ils sont ensemble ? demande Ivar, étonné. 


-Je le savais ! s’exclame Desideria. Tu te souviens, Archie, je t’en avais parlé ! Tu m’avais même dit que je commençais à ressembler à Gossip truc, là, ta série Moldue.



-Gossip Girl, corrige Archie en rigolant.


-J’avais encore raison… dit son amie, l’air de rien. Bon, j’en parlerai à Astrid demain. J’étais déjà crevée, mais ce sprint m’a achevée - les filles, on monte ? 


Alors que les filles montent au dortoir, Archie et Ivar font de même. Archie prend à peine le temps de se déshabiller et tombe sur son lit, s’endormant presque aussitôt. 


____________________________________________________________________________
archie redding, serpentard, six 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
i'd have been yours, if you had been mine
but my hopes had faded by the time
can you hear me tonight? 
Voir le profil de l'utilisateur

28 Re: Rdv à Poudlard ! le Jeu 1 Juin 2017 - 20:59

-S’il fait aussi beau cet aprèm, on va se poser au bord du lac ? demande Nolan au petit déjeuner.
 
Archie hoche la tête à la proposition de Nolan, imité par Desideria. C’est vrai qu’il fait extrêmement beau aujourd’hui ; un ciel bleu sans nuages et un grand soleil. L’été n’est pas tout à fait fini, et il fait plutôt chaud - du moins, aussi chaud que possible en Ecosse. Tous les élèves de sixième année finissent à midi le vendredi, et les trois mousquetaires ne vont pas se gêner pour en profiter.
 
La journée commence sur les chapeaux de roue : de neuf heures à dix heures ils ont Métamorphose avec le professeur Redmayne partagé avec les Serdaigle. Desideria est impatiente à l’idée de voir Dan, et Archie est de bonne humeur ce matin. Albus et Chelsea n’étaient pas ensemble ce matin, Nolan n’a pas arrêté de faire des blagues, et voir Desideria sourire autant ne fait qu’augmenter la joie que ressent Archie.
 
Le cours de métamorphose passe rapidement, même si le contenu lui-même est assez ennuyeux. Entre Desideria qui fait les yeux doux à Graves à sa droite et, à sa gauche, Gwen qui envoie des boulettes de papier sur la tête de Malfoy, Archie ne peut pas s’ennuyer.
 
Les deux cours qui suivent sont partagés avec les Poufsouffle, et Archie ne peut s’empêcher de remarquer que Parrish regarde de moins en moins Albus. Peut-être que finalement, s’allier avec Lizzie n’était pas une mauvaise idée…
 
Quand l’heure du déjeuner arrive enfin, Archie ne tient plus en place. Il n’a qu’une envie, c’est de sortir et d’aller se la couler douce au bord du lac avec Desideria et Nolan.
 
Lorsque les Serpentard arrivent dans la Grande Salle, Nolan est déjà assis à la table des Serpentard, discutant avec Bianca, la petite soeur d’Archie. Cela lui met du baume au coeur ; il adore voir Nolan avec son frère et sa soeur, ça le conforte dans le fait que Nolan est, au final, son frère de coeur.
 
-Tu me fais une place, Nono ? demande Desideria lorsqu’ils arrivent au niveau du Gryffondor. Salut, Bianca ! ajoute-t-elle avec un sourire à l’attention de sa camarade.
 
Celui-ci s’écarte pour laisser une place entre lui et Bianca, et Archie s’assoit en face des trois après avoir déposé un baiser bruyant sur la joue de sa soeur. Le repas a l’air appétissant mais Archie n’a pas très faim ; il a pris un gros petit déjeuner ce matin et manger en face de Nolan lui fait souvent perdre l’appétit… Ce garçon mange beaucoup trop.
 
Après avoir fini de manger, Archie, Desideria et Nolan rentrent dans leurs salles communes respectives pour se changer et déposer leurs sacs de cours, en se donnant rendez-vous directement au lac.
 
Les Serpentard arrivent dans leur salle commune et chacun monte dans son dortoir. Lorsque Archie y arrive, Albus et Malfoy sont sur un lit en train de rigoler, penchés sur un magazine. Ils ne lèvent même pas la tête lorsque Archie ferme la porte.
 
Archie sort de sa valise un vieux jean foncé qu’il a découpé pour en faire un short, ainsi que son plus léger t-shirt blanc. Après s’être changé, il enfile des converses noires et passe sa main dans ses cheveux. Attrapant ses lunettes de soleil et glissant sa baguette, il descend rejoindre Desi, qui l’attend, assise sur un des canapés. Elle est vraiment jolie, avec un short kaki et un débardeur blanc. Ses cheveux sont relevés - Archie adore quand elle s’attache les cheveux, il trouve que ça met en valeur son visage - et des lunettes de soleil sont perchées sur son crâne.
 
-On y va ? demande-t-elle en se levant.
 
-En avant.
 ****
 
Lorsqu’ils arrivent dehors, Desideria et Archie plissent les yeux sous la lumière et, en un geste synchronisé, ils enfilent leurs lunettes de soleil. Nolan les attend, allongé dans l’herbe à côté d’un ponton au bord du lac. Il est en plein soleil et Archie note de lui rappeler de mettre de la crème solaire ; malgré qu’il soit brun, sa peau est pâle et prend facilement des coups de soleil.
 
Nolan se relève en les voyant, et tapote le sol à côté de lui, leur faisant signe de s’asseoir avec lui.
 
-On est pas bien, là ? s’enquiert-il lorsque les deux Serpentard s’installent.
 
Archie s’allonge, croisant ses mains sous sa tête.
 
-On est trop bien, affirme-t-il, un sourire satisfait aux lèvres.
 
Archie commence à somnoler - il s’endort beaucoup trop facilement ces derniers temps - tandis que Desideria et Nolan papotent à propos du pari en regardant les élèves passer.
 
-Dites, ce ne serait pas Dan qui vient de passer ? demande Desideria en haussant la voix.
 
Archie ouvre les yeux et se relève, scrutant le parc à la recherche de la cible de Desi.
 
-Tu vois Dan partout, toi, se moque Nolan.
 
-Oui, enfin tu n’avances pas de ouf avec Rose, Dwyer… rétorque Archie.
 
-Qu’est-ce que tu insinues comme ça, Redding ?
 
Archie sourit face aux yeux plissés de Nolan.
 
-J’insinue rien du tout, je dis juste que tu devrais te préoccuper de ton pari un peu.
 
-Je m’en préoccupe ! se défend le Gryffondor en haussant la voix. C’est juste qu’elle est difficile à approcher, ajoute-t-il. Je veux pas dire, mais j’ai clairement la cible la plus dure !
 
-T’as pas tord sur ce coup, affirme Desideria. Elle a pas l’air de franchement t’adorer, alors que Dan et moi…
 
Archie et Nolan soupirent au même moment avant de rigoler.
 
-Mais c’est pas possible, tu tombes amoureuse ou quoi ? demande Nolan en riant.
 
A ces mots, Desi tourne la tête violemment, l’air carrément offusqué.
 
-Mais ça va pas la tête ?! C’est qu’un jeu.
 
Archie regarde Desideria. Serait-elle en train de rougir ? Archie est sérieusement en train de se demander si il est le seul à commencer à être trop impliqué dans ce pari. Seul Nolan semble être complètement désinvolte par rapport à Rose.
 
-C’est qui la meuf en train de nous faire signe ?
 
Archie fronce les sourcils en entendant les paroles de Desi, se retourner et aperçoit Lizzie, le bras levé. Elle est assise un peu plus loin d’eux avec un Weasley et Adams-Bening, le Poufsouffle avec qui Nolan a fait équipe l’autre soir. Archibald fait un signe à Lizzie et se retourne, pour voir son ami Gryffondor fixé sur le groupe de Poufsouffle.
 
-Tu regardes qui comme ça, Nolan ? s’enquiert Archie avec curiosité.
 
-Casey, répond le garçon sans penser. Euuuuh…
 
-Casey ? Adams-Bening ? demande Desideria, incrédule.
 
Apparemment, il s’en est passé des choses à cette soirée pendant que Archie ne regardait pas.
 
-Il s’est passé quoi, entre vous ? demande-t-il.
 
-Rien, on s’est juste bien entendus, c’est tout, déclare Nolan, l’air pas vraiment convaincu.
 
-C’est tout ? répète Desi.
 
-Je l’ai embrassé.
 
-Quoi ?! s’écrient Desi et Archie.
 
-Nan mais c’est pas c’que vous croyez, ça va… J’étais juste trop content parce qu’on gagnait et du coup je l’ai embrassé… Mais c’était pas grand chose, je lui ai pas non plus roulé une pelle non plus. C’est parce que j’suis habitué à le faire avec toi, Arch’, et du coup je me suis laissé emporter.
 
Nolan baisse les yeux - il a l’air assez embarrassé, alors Archie et Desi, d’un regard, décident de se taire sur le sujet.
 
-D’ailleurs, en parlant de Poufsouffle, s’exclame Nolan. Tu as dit à Parrish qu’elle prenait ta place dans le pari ? Elle a l’air d’arriver à bien plus de choses que toi…
 
-La ferme, ça te regarde pas, grogne Archie.
 
-EH, POTTER !
 
Archie regarde Nolan avec de grands yeux, puis Desi qui commence à rigoler. Il se retourne et voit Albus qui commence à faire son chemin vers eux.
 
-Oh, toi, je vais t’étriper…
 
-Quoi ? demande Nolan d’une voix innocente. Je veux juste t’aider, vu que t’as pas l’air d’y arriver tout seul…
 
Le sang d’Archie ne fait qu’un tour. Il se lève et, prenant avantage de sa taille, attrape le Gryffondor avant de le jeter sur ses épaules comme un sac à patates. Desideria explose de rire et s’écrie :
 
-Jette-le dans le lac !
 
Archie sourit diaboliquement et s’avance sur le ponton alors que Nolan hurle en lui frappant le dos et les fesses. Il balance le garçon dans le lac, mais ce qu’il n’a pas prévu c’est que sa victime s’accroche à lui de toutes ses forces. Avec l’élan qu’il a pris, les deux tombent dans l’eau en faisant de grandes éclaboussures.
 
Remontant à la surface en éclatant de rire, Archie et Nolan s’éclaboussent et se poussent dans l'eau tour à tour sous les éclats de rire de Desi.
 
-Allez, bande de gamins, remontez ! Je me sens un peu seule !
 
Archie et Nolan s’exécutent et, après s'être lancés un regard entendu, se place de chaque côté de Desideria pour la prendre dans leurs bras trempés.
 
-Mais nan mais les gars, arrêtez ! s'écrit-elle en poussant les deux garçons.
 
Riant sous les jurons de la jeune fille, Archie et Nolan s’éloignent d'elle avant qu'elle ne les étripe. Le Serpentard retire son t-shirt trempé et s'allonge au soleil, décidé à profiter du beau temps. Nolan fait de même à côté de lui et Desi les rejoint, préférant s’allonger à la tête des deux garçons.
 
-J’suis vraiment heureux d'être ici avec vous, les copains, lance Nolan avec un air de plénitude sur le visage.
 
-Tu deviens vraiment guimauve, Nono… taquine Desideria. C'est Adams-Bening qui te fait ça?
 
Nolan émet un grognement et se retourne pour se mettre sur le ventre.
 
-T’es pas gentille, Desi, se plaint-il en boudant. Archou, tu me fais un massage ?
 
Soupirant en secouant la tête, Archie se relève et se positionne au-dessus de son ami avant de se craquer les doigts. Puis, il commence à masser Nolan qui laisse échapper un soupir de bonheur.
 
-Tu fais vraiment les meilleurs massages. T’as qu'à en faire un à Albus, il pourra pas résister.
 
Archie abat le plat de sa main sur le dos de Nolan - pas si violemment que ça, mais assez pour que le jeune homme se tortille afin de faire tomber Archie. Ce dernier roule sur son dos et se réinstalle le plus confortablement possible. Il sent la main de Desi qui passe dans ses cheveux et ferme les yeux, heureux et soudain fatigué.
 
-Bon, c’est pas le tout mais je commence à avoir un peu froid, annonce Nolan. On rentre ?
 
Archie se relève et hoche la tête. Il va rentrer, prendre une bonne douche et peut-être faire une petite sieste avant d’aller manger. Il offre une main à Desi pour l’aider à se lever et, récupérant son t-shirt, il se met en marche, suivi par les deux autres. Lorsqu’ils passent le groupe de Poufsouffle, Archie entend Lizzie appeler son prénom. Il avance jusqu’à eux et se penche vers la jeune fille.
 
-Salut, Liz.
 
-Regarde Albus, murmure la Poufsouffle.
 
Archie se redresse et regarde en direction du jeune homme. Il est assis avec Parrish mais ses yeux sont fixés sur Archie.
 
-Pourquoi il me regarde comme ça ? se demande-t-il à haute voix.
 
-Euh, peut-être parce que tu es torse nu ? s’amuse Lizzie en rougissant légèrement.
 
Archie reporte son regard sur Albus, se tournant complètement vers lui ; en effet, il voit les yeux du garçon qui descendent et regardent fixement son torse. A côté d’Archie, Desideria a tout suivi ; elle a l’air amusé, un sourire satisfait sur les lèvres. Nolan, lui, est parti dans une discussion avec Adams-Bening, qui a l’air plutôt confus. Archie ne lâche pas Albus des yeux, même lorsque Parrish attrape son menton pour l’embrasser à pleine bouche. Une pointe de jalousie lui traverse le ventre mais le regard que Albus lui a lancé en admirant son torse est gravé dans son esprit. Archie commence à se demander si le faire “succomber à ses charmes” sera si difficile que ça, au final.
 
-Bon, Archie, quand t’auras fini de mater on pourra y aller ? lance Nolan, qui a arrêté sa discussion avec Adams-Bening pour regarder la scène devant lui.
 
-Mmh, j’arrive, marmonne Archie en détachant son regard du Serpentard.  
 
Il faut dire que Albus est particulièrement beau aujourd’hui, avec son t-shirt trop grand pour lui qui montre ses clavicules constellées de taches de rousseur. Ca tombe bien, Archie a toujours eu un faible pour les clavicules ET pour les taches de rousseur.
 
-Bon, Redding, tu bouges ? le rappelle Desideria.
 
Soupirant, Archie suit ses deux amis en direction du château, non sans avoir adressé un signe à Lizzie, qui lui répond avec un sourire.
 ****
 
Lorsque Archie arrive dans son dortoir, il file sous la douche - la dernière chose dont il a envie c’est de tomber malade si tôt dans l’année. Passant sous le jet d’eau brûlante, Archie soupire de bonheur. Il ne passe pas longtemps sous la douche et, en sortant, il prend le temps de se regarder dans le miroir. Son oeil est complètement dégonflé et le bleu a disparu, mais sa mâchoire est encore un peu jaunâtre. Après avoir noué une serviette autour de sa taille, il sort de la salle de bains pour enfiler un caleçon propre. Faisant claquer l’élastique du sous-vêtement sur sa taille, il attrape sa serviette mouillée pour aller la remettre dans la salle de bains mais il est arrêté par la porte qui s’ouvre, dévoilant Albus qui entre dans le dortoir. Ce dernier a l’air tout aussi surpris que Archie et se stoppe net, ses yeux balayant le corps à moitié nu d’Archie.
 
Archie jure dans sa barbe. Pas encore… Il commence à avoir de sacrés doutes en ce qui concerne Albus - et c’est surtout qu’il n’est absolument pas indifférent au regard d’Albus. Il décide alors de jouer la carte de l’insolence pour cacher son envie.
 
-Un problème, Potter ? demande-t-il.
 
-Oui… murmure Albus en ne quittant pas le corps d’Archie des yeux. Enfin, je veux dire, non, se reprend-il. Excuse-moi.
 
Il marche jusqu’à son lit et sort des vêtements de son sac avant d’aller à la salle de bains ; tandis que Archie s’allonge sur son lit, croisant ses mains sous sa tête. Il ferme les yeux mais est dérangé dans ses pensées par la porte de la salle de bains qui s’ouvre une nouvelle fois, laissant passer un Albus beaucoup trop beau, portant un jean noir très serré, une chemise blanche retroussée aux coudes et les cheveux encore humides. Archie déglutit.
 
-Où tu vas ce soir, habillé comme ça ?
 
-J’ai un rencart avec Chel, annonce Albus. On mange ensemble dans la salle sur Demande et après…
 
-Ouais, en fait je suis pas sûr de vouloir savoir, le coupe Archie, dégoûté.
 
-Nan, j’allais juste dire qu’après je la ramenais dans la salle commune. On va probablement regarder un film ou quelque chose comme ça.
 
-Oh.
 
Albus détourne le regard et s’assoit sur son lit pour enfiler ses chaussures.
 
-Et Malfoy, t’en as fait quoi ? demande Archie, pas décidé à couper court à la conversation.
 
-Oh, il est à la librairie. Encore.
 
Malfoy est un vrai rat de bibliothèque - tellement que beaucoup de gens se demandent pourquoi il n’est pas à Serdaigle.
 
-Et toi ?
 
Archie tourne la tête vers Albus, qui le regarde avec ses grands yeux verts.
 
-Euh, j’sais pas trop. Je vais manger avec Nolan et Desideria et on va sûrement passer la soirée ensemble.
 
-Ah oui, Dwyer, celui qui a commencé la bagarre avec mon frère la semaine dernière. Tu lui diras merci de ma part, d’ailleurs, il a mérité au moins le premier coup. Son commentaire sur ton pote et son coéquipier, c’était dégueulasse.
 
-Ouais, ton frère est un enfoiré, dit Archie sans réfléchir. Enfin… Merde, je voulais pas dire ça.
 
-Nan, c’est pas grave, il se comporte pas super bien avec moi non plus. Il a jamais vraiment aimé que son frère ET sa soeur soient répartis à Serpentard, mais vu que Lily est sa petite soeur chérie, je prends pour deux…
 
Archie lui lance un sourire compatissant.
 
-Et Lawson… Vous êtes ensemble tous les deux ?
 
-Nan, on n’est pas ensemble… Malgré le nombre de personnes qui nous demandent.
 
-En même temps, vous êtes toujours collés l’un à l’autre, à vous toucher et tout… Et tu l’appelles bébé !
 
Archie esquisse un sourire carnassier.
 
-Quoi, t’es jaloux, Potter ? Tu voudrais que je t’appelle bébé, toi aussi ?
 
-Quoi ? Nan, je disais pas ça comme ça… répond Albus en rougissant.
 
-Tu préfères peut-être babe ? Ou Alby ? Alby, c’est mignon, non ?
 
Archie regarde Albus rougir de plus belle en riant.
 
-Alby c’est horrible. Ma grand-mère m’appelait comme ça quand j’étais petit…
 
Le pauvre, il a l’air vraiment mortifié. Archie s’étire pour ébouriffer les cheveux d’Albus, et, lorsqu’il retire sa main, il remarque les yeux fermés du garçon. Merde, il y est peut-être allé un peu fort…
 
-Merde, il est l’heure ! Si j’suis encore en retard, Chel va me tuer…
 
Archie regarde Albus partir, et ne peut s’empêcher de repenser à ce qui s’est passé. Albus a l’air de vraiment bien aimer Archie, finalement…
 ****
 
Archie se réveille en sursaut et regarde l’heure. Il est temps d’aller manger, les autres doivent l’attendre. Il s’habille à la hâte et descend dans la salle commune ; Desideria n’est pas là, elle est probablement déjà dans la Grande Salle avec Nolan.
 
Lorsque Archie arrive à la table des Serpentard, les deux sont en effet déjà là, assis face à face. Le garçon prend place à côté de Nolan.
 
-Oh, toi tu viens de faire une sieste, devine Desideria en voyant ses yeux encore pleins de sommeil et ses cheveux ébouriffés au possible.
 
-Pas fait exprès… répond Archie en haussant les épaules.
 
Tout en mangeant, Archie propose à ses amis de passer la soirée ensemble.
 
-Pas dans notre salle commune par contre, prévient-il alors que ses amis acceptent son idée. Albus ramène sa poule et j’ai absolument pas envie de les voir ensemble. En plus, on peut pas parler du pari tranquillement s’il est là.
 
-La tour d’astronomie, alors, propose Desi. Je sais que t’aime bien être là haut, Archibald.
 
Archie et Nolan acquiescent.
 
-Tu pourrais prendre tes vernis à ongles, Desi ? demande Archie. Ca fait longtemps que je veux que tu m’en mette mais on n’a jamais le temps.
 
-Et on pourra aller chercher de la glace dans les cuisines ? s’enquit Nolan, les yeux pétillants.
 
-Pourquoi pas, accorde Desideria.
 
Après le repas, Desi descend aux cachots chercher ses vernis à ongles et le maximum de plaids et de couettes qu’elle peut ramener, tandis que Nolan et Archie filent vers la cuisine pour chercher de la glace.
 
Après avoir chatouillé la poire, les deux garçons pénètrent dans les cuisines, où une divine odeur de nourriture règne, faisant grogner l’estomac de Nolan.
 
-Mec, t’es sérieux ? demande Archie, incrédule. Tu viens de finir de manger…
 
Un elfe de maison habillé d’un torchon rouge à pois jaunes les accueille et leur demande ce qu’ils veulent.
 
-On voudrait de la glace, s’il vous plaît, demande Nolan poliment. Menthe-chocolat pour moi.
 
-Pour moi ce sera vanille aux pépites de chocolat, si vous avez, ajoute Archie. Et caramel pour Desi. Oh, et vous auriez des cuillères pour nous ?
 
L’elfe de maison acquiesce et revient quelques minutes plus tard avec un petit balluchon.
 
-Je vous ai mis trois pots de glace ainsi que trois cuillères, annonce-t-il d’une voix fluette. Bon appétit, messieurs !
 
Les deux garçons le remercient et sortent avant de rejoindre Desideria en bas de la tour d’astronomie. En effet, elle les attend au pied des escaliers, une montagne de couvertures à ses pieds et son kit de manucure dans la main.
 
-Si vous pouviez m’aider, chuchote-t-elle.
 
Nolan et Archie se saisissent des couvertures et ensemble ils montent les escaliers.
 
-J’adore vraiment cet endroit, s’exclame Archie lorsqu’ils arrivent en haut.
 
C’est tellement paisible et silencieux, et le temps est dégagé ; ils ont une vue parfaite sur le ciel étoilé. Nolan et Desi s’affairent à installer les couvertures du mieux qu’ils peuvent tandis que Archie lance un sort de chauffage. Une fois installés, les trois s’enroulent dans des plaids et se blottissent les uns contre les autres, chacun avec son pot de glace sur les genoux.
-Vous avez vu comment Albus m’a regardé, tout à l’heure, au lac ? demande Archie à ses amis, qui acquiescent.
 
-Il te regardait comme s’il avait envie de te dévorer, en effet, dit Nolan.
 
-Ben, il s’est passé un autre truc bizarre dans le dortoir tout à l’heure.
 
Desi lui fait signe de continuer.
 
-J’étais en caleçon, j’étais prêt à me coucher pour ma sieste, et il est arrivé dans le dortoir. Il m’a regardé super bizarrement, enfin comme cet aprèm, et il a rougi quand je lui ai demandé s’il y avait un problème.
 
Nolan laisse échapper un petit rire.
 
-Mec, franchement, je sais pas ce qu’il fout avec Parrish alors qu’il a carrément flashé sur toi.
 
-Il l’appelle Chel, dit Archie, clairement dégoûté.
 
C’est au tour de Desideria de rigoler.
 
-C’est ridicule, ça la décrédibilise complètement !
 
-C’est clair… Bref, ensuite il est allé se préparer pour son rencard avec sa blondasse et quand il est sorti, on a discuté un peu. Il m’a dit de te remercier, d’ailleurs, Nono.
 
-Pourquoi donc ?
 
-Pour avoir frappé son frère quand il a fait sa remarque homophobe là. Et du coup, il m’a demandé ce que je faisais ce soir et je lui ai dit que j’allais sûrement passer la soirée avec vous. Et là, il m’a demandé si Desi et moi on sortait ensemble.
 
-Quoi ? s’exclame Nolan.
 
-On nous le demande tellement souvent, c’est même plus drôle, dit Desideria. Il avait l’air jaloux ?
 
-Ben, il m’a dit que c’était une question que les gens se posaient parce qu’on est tout le temps collés ensemble et parce que je t’appelle bébé.
 
-Du coup, tu lui as demandé s’il voulait que tu l’appelles bébé ? s’enquiert Desi.
 
Elle le connaît beaucoup trop bien.
 
-Ouais, exactement. Et là il a rougit comme pas possible, et du coup j’ai insisté en lui demandant si il préférait “babe” ou “Alby”, et il a rougit encore plus. Je vous jure, quand je l’ai appelé babe il en pouvait plus.
 
Nolan et Desi s’échangent un regard entendu, avant que le Gryffondor ne prenne la parole :
 
-Mais du coup, ça m’a l’air plutôt bien parti pour vous deux, non ?
-Ben, je veux pas me faire de faux espoirs, mais plutôt, oui… En plus, quand je lui ai ébouriffé les cheveux il a fermé les yeux. Si c’est pas bizarre, ça…
 
Desi hoche la tête.
 
-Mmh, je pense qu’il y a quelque chose entre vous, même si il est avec l’autre conne de Parrish. Tu vas y arriver, t’en fais pas.
 
Archie sourit. Malgré la compétition qui se joue entre les trois avec le pari, ils se soutiennent et se motivent les uns les autres.
 
-Bon, assez parlé de moi, lance Archie. Vous, alors ? Vous avez des plans d’attaque ?
 


Alors que Nolan se lance dans une tirade pour annoncer comment il compte conquérir Rose, Desideria s’applique à mettre du vernis à ongles vert Serpentard à Archie, tandis que ce dernier se demande ce qu’il ferait sans ces deux personnes dans sa vie. Il a vraiment de la chance de les avoir - il ne le répètera jamais assez. Bien que l’inquiétude de ne pas gagner le pari commence à poindre chez Archie, il se laisse profiter de sa soirée avec ses deux meilleurs amis et essaye de ne penser à rien d’autre.


____________________________________________________________________________
archie redding, serpentard, six 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
i'd have been yours, if you had been mine
but my hopes had faded by the time
can you hear me tonight? 
Voir le profil de l'utilisateur

29 Re: Rdv à Poudlard ! le Lun 5 Juin 2017 - 22:36

Cowell Bratley

avatar
2ème année
2ème année
Le lendemain de la fête fut difficile. Casey n’avait jamais autant bu auparavant, ce qui s’accompagnait logiquement de la plus grosse gueule de bois qu’il n’ait jamais eu. Le week-end ne fut donc qu’une longue période de récupération pour tout le monde. Mais ce n’est pas ce qui perturbait Casey. Il rependait sans cesse au baiser qu’il avait échangé avec Nolan. C’était un accident, le Gryffondor avait agi sans réfléchir. Pour lui ce n’était rien du tout, juste une anecdote de plus à ressortir. Casey ne devrait logiquement pas se prendre la tête avec ça. Pourtant c’était plus fort que lui.

En vérité il n’avait jamais embrassé personne avant. Enfin si, quand il était petit mais ça ne comptait pas. Ce baiser alcoolisé et involontaire avec Nolan était son premier baiser. Il ne savait pas encore comment il prenait la chose.  D’un côté c’était frustrant et décevant mais de l’autre c’était hilarant. Rien qu’en y repensant un léger sourire se dessinait sur le visage du Poufsouffle. Après tout lui aussi aurait une anecdote à raconter.  Mais ça ne suffisait toujours pas, il y avait un petit quelque chose. Une sorte de bizarrerie dans ce qui c’était passé ou bien au contraire une évidence. Quoi qu’il en soit Casey était perdu et son état de lui ne permettait pas de réfléchir comme il le fallait.

Il y avait en plus cette bagarre qui avait éclaté entre Nolan et James. Casey n’avait pas compris comment elle avait commencé, il avait un souvenir flou de ce qu’il c’était passé. Il aurait dû faire quelque chose ou au moins essayé de les arrêter. Vu son état il aurait peut-être empiré la situation puis Rose s’en était chargé parfaitement. Il espérait que Nolan ne soit pas trop amoché bien qu’avec la magie les séquelles d’une simple bagarre disparaissaient rapidement.

Il n’osait pas parler trop aux autres de ce qu’il ressentait. Ils venaient juste de se retrouver, ce n’était pas le moment de faire des histoires pour pas grand-chose.

**

Après un début d’année perturbant et loin de ce qu’il avait imaginé, Casey avait hâte de reprendre les cours et la routine de Poudlard. C’était avant d’avoir regardé en détail l’emploi du temps de lundi.

- Mais qui est l’abruti qui s’est occupé des emplois du temps cette année ? se désespéra Hugo qui tenait dans une main son jus de citrouille et dans l’autre une part de cheesecake.

- Journée complète puis astronomie cette nuit, se plaignit Lysandre. Les cours n’ont pas encore commencé que je suis déjà au bout de ma vie.

- C’est pas très Poufsouffle de dire ça, argumenta Casey, puis comme ça le reste de la semaine est plus tranquille.

Les autres le fusillèrent de suite du regard.

- Bon ok même moi j’ai pas envie, avoua finalement le préfet. On commence par botanique en plus.

- Je vois que tu vas encore passer une année à être le boulet lors des travaux pratiques, plaisanta à moitié Lysandre.

- Comme tu vas continuer à être celui en études des runes, rétorqua Casey.

- Et en potion, ajouta Hugo.

- Sans oublier l’Histoire de la magie.

- Et on va s’arrêter là ! conclut Lysandre qui avait du mal à boire son jus d’orange trop concentré à ne pas rire. Enfin quand même cette journée…

Elizabeth arriva à ce moment, Casey lui tendit un emploi du temps. Il avait remarqué qu’elle avait oublié d’en prendre à la réunion des préfets. Il fallait qu’il prenne le temps de lui expliquer exactement ce qu’elle devait faire en tant que préfète.

- Mais c’est génial, on commence par botanique !

Lizzie n’allait donc pas être une alliée pour ce cours la. Une fois leurs petits déjeuners finis, ils se dirigèrent ensemble vers les serres. Le cours ne passionna pas Casey mais c’était agréable de reprendre les cours à Poudlard, cela valait même pour la botanique.

**

Le cours d’étude des moldus allait bientôt commencer. C’était le cours que Casey appréciait le moins. Ayant grandi dans une famille moldu, il ne lui servait à rien sans parler de la vision pour le moins erronée des sorciers sur la vie des moldus. Lorsque les Poufsouffle arrivèrent dans la salle Elizabeth parti parler quelques instants avec Archie, suffisamment longtemps pour alerter Hugo.

- Je vous l’avais bien dit, il y a un truc entre eux.

Hugo utilisa Casey et Lysandre comme cachette pour espionnait Lizzie sans être vu.

- Franchement mec, tu te fais des idées, dit Lysandre d’un ton désinvolte. En plus tu n’as qu’à lui parler pour en être sûr.

- Je vais pas lui parler de ça. Il faudrait que je lui dise pourquoi ça m’intéresse et je n’ai pas envie qu’elle sache qu’elle me plait. Pas encore du moins. Un jour. Quand je serais sûr que ça ne gâchera pas notre amitié.

- Justement tu peux lui demander en toute amitié si elle est attirée par Archie. Elle ne se doutera de rien, avisa Casey.

- Puis je te rappel que ça nous étonnerait fortement qu’elle veuille sortir avec Archie, répéta le capitaine de quidditch.

- Ne m’en voulais pas mais je vous fais confiance pour à peu près tout sauf les histoires de cœur. Ce n’est pas votre rayon. Elle revient !

Elizabeth revient en effet avec un petit sourire sur le visage. Mais les garçons n’eurent pas le temps de la questionner que le prof arriva et commença son cours dans la foulée. Hugo ne put s’empêcher d’observer Elizabeth du coin de l’œil alors qu’elle griffonnait sur son parchemin. Le non intérêt de Casey pour la matière se confirma, les deux heures furent longues mais il prit tout de même scrupuleusement le cours en note.
Heureusement le cours d’histoire fut plus intéressant. Casey avait plus l’impression de lire un livre de fantasy que d’étudier l’Histoire. Le cours tardif s’astronomie eut en revanche raison de son attention. Il prit évidement le maximum de notes possible mais David avec qui il était en binôme dessina la majorité des constellations visibles cette nuit.

Au petit-déjeuner de mardi, Casey ne parla pas beaucoup. Il avait en tête la mâtiné de cours partagée avec les Gryffondor. Il aurait l’occasion de parler avec Nolan. Bizarrement cette idée le mis mal à l’aise, il était presque anxieux. Pourtant s’il était d’un naturel discret, le préfet était loin d’être timide. Il finit de manger sa tartine pour se donner du courage.

Malgré la tartine, le courage avait totalement abandonné Casey en cette journée de mardi. Il ne réussit pas à aborder Nolan. Il avait eu pourtant de nombreuses occasions. Les cours se sont résumés à des rappels des années précédentes, les élèves avaient alors passé la majorité du temps à jeter des sorts. Le climat parfait pour allait parler tranquillement à Nolan sans que personne ne le remarque. A la place il était resté sagement avec les Poufsouffle à réviser ses sortilèges.

Il avait encore une chance en cours d’étude de runes. Il ne la saisit pas non plus. C’était un de ses cours préféré, il choisit donc de se concentrer totalement sur les runes. Il savait bien au fond de lui que c’était juste une excuse pour ne même pas essayé d’approcher Nolan. Après tout, avait-il vraiment besoin de lui parler ? Les deux garçons s’étaient juste embrassés quelques secondes. Pourquoi revenir dessus ? D’autant plus qu’ils n’étaient pas amis, même pas des connaissances. En 5 ans, ils avaient à peine échangés ensembles. Cela n’avait pourtant pas empêchait le courant de bien passé entre eux pendant la soirée. Casey devait peut-être boire avant d’aller parler à Nolan. Comme ça ils rigoleraient de ce qui c’était passé puis tout reviendrait comme avant.

Clairement je réfléchis trop, je suis en train de partir en vrille, pensa Casey.

Après le cours de runes, les autres Poufsouffle devaient partir en soin aux créatures magiques. Casey profita de ce temps seul pour aller à la bibliothèque. Il n’avait eu que 2 jours de cours mais il aimait bien s’avancer et cela lui occuperait l’esprit.

La bibliothèque était quasiment vide, Casey s‘installa à une table cachée entre deux étagères. Il commença par reprendre ses notes des cours de la veille. Il était efficace et avançait rapidement quand une voix l’interrompit :

- Je peux m’asseoir ?

C’était Ailys, la sœur de Nolan. Voulait-elle lui parler de ce qu’il c’était passé avec son frère ? Le savait-elle au moins ?

- Oui, bien sûr, répondit Casey avec un sourire pour cacher son malaise.

La Serdaigle s’assit en face de lui et sortit ses affaires.

- Je ne pensais pas voir quelqu’un ici après seulement 2 jours de cours, s’étonna Ailys.

- Les autres ont cours de soin aux créatures magiques et je pense que j’aime juste bien venir ici, répondit Casey.

- Je comprends, j’adore l’atmosphère de la bibliothèque aussi. Pour ma part je prépare mon programme de révision des BUSEs pour l’année.

- Tu te fais carrément un programme pour l’année ?!

- Hum, hum. Je serai plus rassuré, je suis moins tendue quand tout est organisé.

- Et dire que les autres pensais que je travaillais trop l’année dernière mais à côté de toi je suis un amateur.

- Je suis consciente d’être un cas extrême.

La Serdaigle finit sa phrase en laissant échapper un léger rire. Casey lui rendit son sourire. Elle n’avait pas l’air d’être au courant pour vendredi soir. Après tout la bagarre avait plus ou moins éclipsée tout le reste. Le Poufsouffle se détendit et profita de la compagnie de sa voisine.

Ils discutèrent de leurs cours favoris, du fait d’être préfet puis au final de leurs vies en dehors de l’école. Apparemment ce n’était pas le grand amour entre Ailys et son frère. Casey sourit à plusieurs reprise en l’écoutant se plaindre de son aîné. Il perçu tout de même une certaine affection lorsqu’elle lui raconta la panne de réveil de Nolan le jour du départ du train.

Ils arrivaient quand même à travailler en même temps. Une fois tous ces cours avancés, Casey aida Ailys à faire son planning et lui indiqua les chapitres compliqués qui prenaient plus de temps à réviser. Puis Casey reçu un message d’Hugo qui lui demandait où il était, le cours de soins était fini depuis presque une heure maintenant. Ailys annonça partir aussi, elle avait fini de toute façon.

- On se recroisera dans le château, dit-elle avant de partir en direction de la tour de Serdaigle.

Casey se dirigea lui vers la salle des Poufsouffle. Il avait vraiment passé un bon moment avec Ailys, il espérait la revoir bientôt. Arrivé dans la salle commune, Casey trouva Hugo, Lysandre, David et Elizabeth assis sur des fauteuils. Il se joignit à eux s’asseyant sur le dernier fauteuil libre.

- Mec, tu étais où ? questionna Lysandre. On t’attend depuis la fin du cours.

- J’étais juste à la bibliothèque, je m’avançais un peu.

- Tu as vraiment passé 3 heures à la bibliothèque à travailler après 2 jours de cours ? se moqua Hugo.

- J’étais pas tout seul, il y avait Ailys, une fille de Serdaigle.

- Ailys ? s’étonne Elizabeth. Celle avec qui tu as parlé à la réunion des préfets ?

Tous les regards se tournèrent vers Casey, attendant clairement une explication de la part du préfet.

- Euh… oui c’est elle. Elle s’est assise à la même table que moi, expliqua Casey mal à l’aise. C’était bien le cours de soins aux créatures ?

- Tu ne t’en tiras pas comme ça, contra David.

- Oui, dis nous Casey, elle te plait cette fille de Serdaigle ? reprit Hugo.

Casey aurait dû se douter que ça finirait comme ça. Mais comme il ne voulait pas non plus mentir :  

- C’est vrai qu’elle est jolie en plus on a plein de points communs…

- Pour vous être retrouvés tous les deux à la bibliothèque, elle doit être aussi dingue que toi, argua Lysandre. Vas-y fonce !

- C’est pas une course de voiture non plus, se défendit Casey. Si je décide de sortir avec elle se sera quand je serais prêt. Et si elle le veut bien sûr.

- Elle a clairement l’air de le vouloir, affirma Hugo. Qu’est ce qui t’en empêche ?

Son frère m’a embrassé la semaine dernière, voulut presque répondre Casey.

- C’est juste que je ne m’y attendais pas, répondit plutôt le préfet.

- Après même pas une semaine au château, c’est sûr que ce serait rapide. On ne s’y attendait pas non plus, lâcha Hugo. Enfin pas parce que tu es moche, tu es franchement beau gosse. Mais ton délire c’est plus les cours et engueler les gens qui ne respectent pas le règlement.

- Ça j’en sais quelque chose, ajouta Lysandre.

- Je vous ai déjà dit à quel point vous faites des amis incroyables ? ironisa Casey.

- Tu n’aurais pu trouver mieux, acheva David.

**

Le reste de la semaine se passa tranquillement. Il croisa à plusieurs reprises Ailys avec qui le courant passé toujours aussi bien. Casey avait fini par abandonner l’idée de s’expliquer avec Nolan. Après tout rien n’avait changé et les deux garçons s’adressaient autant la parole qu’avant la soirée. Cependant au fond peu importe ce que Casey pouvait penser, Nolan restait tout de même dans sa tête que le Poufsouffle se mente à lui-même ou non.

La journée de vendredi était particulièrement ensoleillée. Hugo proposa de passait l’après-midi au bord du lac. Lysandre avait déjà quelque chose de prévu avec son frère mais Casey et Liz suivirent le fils d’Hermione et Ron. Il y avait déjà quelques élèves allongés dans l’herbe, le groupe alla s’asseoir à l’ombre d’un arbre à une cinquantaine de mètres du lac. C’était l’endroit parfait où se poser après une semaine de cours.

Quelques minutes après, Nolan apparut et s’installa sur la pelouse à côté d’un ponton. Redding et Lawson vinrent vite le rejoindre. Liz fit carrément un signe à Archie, Casey eut donc droit à un regard désabusé de la part d’Hugo. Il lui répondu par un signe d’impuissance et reporta son attention sur le groupe des trois. Il surprit Nolan qui le regardait, Casey ne brisa pas le contact au contraire il devient plus intense. De là où il était, il avait l’impression de distinguer tous les détails du visage du Gryffondor.

Archie finit par détourner l’attention de Nolan puis les deux garçons finirent vite par se jeter mutuellement à l’eau. Desideria quant à elle eut droit à un câlin trempé. Casey avait entendu des rumeurs comme quoi la Serpentard sortirait avec Archie, d’autres fois avec Nolan. Certains même parlés d’un plan à trois. Le Poufsouffle savait que c’était faux ils étaient simplement des amis très proches. Casey était de la même année qu’eux même s’il ne parlait jamais avec eux il avait vu leur relation se construire petit à petit. Ces trois-là n’étaient pas des plus discrets. Sans oublier Jeff qui lui parlait de temps en temps d’Archie lorsqu’il revenait de la maison des Redding pour voir Bianca.

Le regard de Casey fut une nouvelle fois attiré par le groupe, les deux garçons venaient de retirer leur T-shirt. De ce qu’il pouvait voir, Casey se fit la réflexion que le quidditch réussissait bien à Nolan qui avait une silhouette parfaite. Gêné, il détourna la tête pour suivre la conversation entre Liz et Hugo. Hélas lorsque les deux Serpentard et le Gryffondor passèrent près d’eux, Liz apostropha Archie. Casey capta le regard de Nolan qui se dirigeait vers lui et fit un mouvement de salut légèrement approximatif :

- Eh salut !

- Euh… salut, répondit Casey un peu surpris.

Il y eut quelques secondes de silence, Nolan était sec mais ses cheveux en bataille témoignés de son passage dans le lac. Il n’avait en revanche plus aucunes traces de blessures.

- Je suis content de voir que tu es complétement remis de vendredi, dit Casey d’une petite voix. Au niveau de la bagarre je veux dire.

- Oui… Oui, toutvabien, répondit Nolan à toute vitesse que le Poufsouffle compris à peine.

Le capitaine passa une main dans les cheveux et repris plus calmement :

- Au sujet de l’autre soir justement. Je voulais m’assurer qu’il n’y avait pas de malaise. C’était spontané, sans réfléchir.

- Ne t’inquiète pas avec ça, tout va bien. C’est même marrant quand on y pense. Il n’y a pas de malaise, affirma Casey bien que cette conversation prouvée le contraire.

- Tant mieux ça m’embêtait qu’on en ait pas parlé.

Nolan regarda du côté d’Archie qui parlait toujours avec Liz.

- C’est cool le lac avec le temps qu’il fait, reprit-il pour continuer la conversation.

- Oui c’est agréable, répondit Casey. L’eau est bonne ?

- Un peu fraîche, je n’ai pas eu mon mot à dire sur ce coup, s’esclaffa Nolan.

- Jolie reflexe d’avoir emmené Archie avec toi.

- Je le connais par cœur mon Archie, il ne peut pas m’avoir aussi facilement.

Nolan fit pris d’un frisson, il devait avoir froid après sa baignade forcée.

- Je dois y aller mais on se recroisera, fit Nolan terminant sa phrase par un clin d’œil.

Il repartit avec Archie et Desideria en direction du château. Casey inspecta Hugo pendant quelques secondes de peur qu’il ait entendu leur conversation et se demande de quoi les deux garçons parlaient. Heureusement il avait dû être trop occupé à décortiquer Elizabeth et Archie pour s’être rendu compte de quoi que ce soit.

**

La journée du lundi fut encore chargée. Heureusement pour Casey, les autres Poufsouffle se débrouillaient très bien en botanique, il n’avait qu’à suivre le mouvement. A la fin de la journée de cours, le groupe se retrouva dans la salle commune. Casey alla directement dans le dortoir pour ranger ses affaires.

- Casey j’ai besoin de ton aide !

C’était Hugo qui apparemment l’avait suivi. Le préfet sursauta ne l’ayant pas vu venir.

- On est ami depuis longtemps maintenant, continua le Weasley.

- Tu me fais peur la, s’inquiète Casey.

- C’est au sujet de Liz, je l’ai encore vu parler avec Archie cet après-midi.

Evidemment, qu’est-ce que ça aurait pu être d’autre ?

- Ils s’emblaient très proche. Genre ils se murmuraient des trucs et ils souriaient tous les deux, continua Hugo.

- C’est vrai qu’ils se côtoient beaucoup depuis la soirée, tu n’en as toujours pas parlé avec elle ?

- Non et c’est pire que ce que je croyais. Elle va réviser avec lui dans la salle commune des Serdaigle ce soir.

- Dans la salle des Serdaigle. Mais pourquoi ?

- Si j’ai bien compris il y aura Dan, Nolan et ses deux amis, Archie et Desideria je crois.

- Je ne savais pas que Dan connaissait aussi bien ces trois la. Enfin Nolan et Archie sont aussi capitanes de leur équipe…

- Ce n’est pas le sujet, coupa Hugo. Le truc c’est qu’il faut que je sache ce qu’il y a entre Liz et Archie. Si je vais à leur séance de révision, Liz risque de se douter de quelque chose. Il y aura surement Rose dans le coin en plus, elle, elle peut vite comprendre.

Hugo s’arrêta de parler et regarda Casey avec espoir. Ce dernier avait peur de comprendre où il voulait en venir.

- Tu veux que je m’incruste à leur groupe de révision ? appréhenda Casey.

- Oui…, fit Hugo avec un grand sourire.

Clairement Casey n’avait pas envie d’y aller. Il ne voulait pas se retrouver même pour quelques minutes seul avec Liz. Il ne voulait pas non plus travailler avec le trio exclusif et infernal de Poudlard. Puis il serait obligé de parler avec Nolan, ils avaient échangé quelques mots au lac mais ce serait bizarre d’être avec lui. Il n’était d’ailleurs probablement pas au courant qu’il flirtait avec sa sœur. Sœur qui risquait également de ne pas être loin s’ils allaient vraiment dans la salle commune des Serdaigle. Il y avait tellement de raisons pour ne pas y aller mais Hugo comptait sur lui.

- D’accord j’y vais, concéda Casey.

- Je savais que tu accepterais ! Tu n’es pas un Poufsouffle pour rien. Je te revaudrais ça !, clama Hugo.

- Tu sais bien que ce n’est pas la peine mais je tiens à dire que c’est n’importe quoi comme plan.

- Je retiens. Tu pourras me dire plus tard que tu avais raison si ça tourne mal.

- Je retiens, ironisa Casey.

Le préfet dû alors aller voir Elizabeth pour lui avouer qu’il s’incrusterai à la séance et qu’elle n’avait pas le choix. Elle n’était pas dans la salle commune, elle avait sans doute dû aller dans son dortoir. Il attendit alors devant l’escalier des dortoirs des filles, quelques minutes plus tard la batteuse descendit. Casey l’interpella :

- Elizabeth ! Je peux te parler une minute ?

Elle sembla surprise mais acquiesça. Casey n’avait pas préparé d’excuse alors il improvisa :

- J’ai entendu que tu allais réviser dans la salle commune des Serdaigle ce soir. Je voulais te demander si ça dérangerait que je vienne.

Il y eut un léger blanc, Elizabeth ne répondant pas.

-  J’ai quelques petits trucs à rattraper puis… je me disais si Ailys se trouvait être la…

Cela fit réagir la Poufsouffle.

- Oh… heu, et bien… je suppose que ça ne gênerait personne que tu viennes. Enfin je ne sais pas…

- Ok super !, coupa le préfet. On se retrouve après le diner dans ce cas.

Casey s’éclipsa avant qu’elle n’en dise davantage. Il savait qu’elle n’allait pas oser le corriger. Ce n’est pas ça qui allait améliorer leur relation mais c’était un passage obligatoire du plan de merde d’Hugo.

Il partit ainsi avec Elizabeth après le diner en direction de la tour des Serdaigle. La salle commune était située assez loin, il leur faudrait une dizaine de minutes pour y parvenir. Au-delà de la soirée, Casey appréhendait le trajet seul avec Liz. Avec les autres ça allait mais il s’arrangeait le plus souvent pour ne pas être seul avec elle. Il voulait vraiment être ami avec elle, ne serait-ce que pour Hugo mais les deux élèves n’arrivaient pas à briser la glace.

- Au fait, le professeur Redmayne a demandé à ce que quelqu’un passe dans son bureau pour récupérer les affiches pour la sortie à Pré-au-lard de ce week-end, se rappela Casey.

- Oh, il y a déjà une sortie de prévue ?

- Oui, ils sont sympas sur ce coup. Il faudrait qu’un préfet aille récupérer les affiches pour les mettre dans la salle commune. Je me suis dit que tu pourrais le faire ?

- J’imagine que oui, hésita Liz. Je suis bien consciente de na pas être la préfète idéale, tu sais. Je n’ai pas demandé à être préfète, je ne sais pas trop quoi faire en fait.

- J’avais remarqué, lâcha Casey sans réfléchir. Enfin je veux dire qu’il faut le temps que tu t’y habitue.

Décidément avec Liz, il n’y arrivait pas. Le Poufsouffle essaya de se reprendre :

- Tu pourrais commencer par relire le règlement pour l’avoir bien en tête. Puis il faut que les profs sentent que tu peux te rendre utile. Essai d’aider les premières années aussi, de connaître le nom des élèves et de te tenir informer de ce qui se passe.

-  Ça me parait énorme déjà.

- Ne t’en fais, je suis sûr que tu dérouilleras très bien.

Casey doutait sérieusement de ce qu’il venait de dire. Il continua néanmoins sur sa lancée :

- Le plus dur reste de punir les élèves qui ne respecte le règlement. Enfin c’est ce dise les autres, c’est venu assez naturellement pour moi en fait.

- Je te laisses cette partie la alors, répondit Liz avec un petit rire.

- Dit toi que si même Rebecca arrive à être préfète tu peux le faire.

- Voilà qui me rassure, ironisa la sixième année.

Il est vrai que Rebecca était loin d’être un modèle de préfète exemplaire. Elle passait plus de temps à chantonner qu’à faire quoi que ce soit d’autre.

- Tu peux aussi demander à Edmund de t’aider. Tu le connais il me semble ?

Liz porta sa main à sa cravate et rougit légèrement. Casey avait oublié la scène entre le poursuiveur et la batteuse lors de la soirée de rentrée. Il devrait penser à informer Hugo à ce sujet d’ailleurs.

- De ton côté comment ça avance avec Ailys ?

Casey ne s’attendait pas à cette question, il fut pris au dépourvu.

- Ça avance de la manière que ça doit avancer je suppose.

Entre l’inefficacité de Liz en tant que préfète et les histoires de cœur de Casey, la glace n’était toujours pas brisée. Ils continuèrent leur route dans un silence palpable, heureusement ils arrivèrent vite devant la salle commune.

Quelques instant plus tard, Archie, Desideria et Nolan arrivèrent à leur tour. Ils furent surpris de trouver Casey en compagnie d’Elizabeth. Les deux Serpentard eurent même un léger mouvement de recul. Nolan quant à lui resta figer quelques secondes puis annonça tout d’un coup :

- Je t’avais dit qu’on se recroiserait !

- Elizabeth m’a dit qu’elle allait travailler avec vous, je m’étais dit que ça me serait utile aussi. J’espère que ça ne vous dérange pas.

- Bien sûr que non, je suis content que tu sois la, assura Nolan.

- Oui, tu as eu raison de l’amener Lizzie jolie, ajouta Archie.

Elizabeth sourit légèrement mais ne rougit pas, un bon signe. L’ambiance étrange fut heureusement rompue par Dan qui venait d’ouvrir la porte de la salle commune.

- Super vous êtes tous là ! Tiens Casey qu’est-ce que tu fais là ?

- J’avais besoin de travailler un peu aussi.

- Ok cool, plus on est de fous plus on rit comme on dit. Entrez !

Casey était déjà venu plusieurs fois dans la salle commune des Serdaigle. Elle était toujours aussi belle, spécialement la vue plongeante sur le parc. Il s’était souvent dit qu’il aurait était à Serdaigle s’il n’avait pas été à Poufsouffle. Bien que tout le monde lui disait qu’il avait plus sa place à Serpentard. Le groupe s’assit à une table suffisamment grande pour contenir tout le monde.

Desideria passa en trombe devant tout le monde pour prendre la chaise à côté de Dan. Celle-ci la regarda d’un drôle d’air sans être forcément surprise. Une fois tout le monde installé Dans proposa un programme de travail :

- On pourrait travailler les runes, on fait presque tous l’option. Ça avait bien fonctionner la dernière fois avec Nolan.

- Vous avez l’habitude de travailler ensemble ? échappa Casey.

- C’est que la troisième fois en fait, fit Dan surprise de la réaction instinctive du Poufsouffle. Au début c’était juste Nolan et moi puis Archie et Desideria se sont ramenés. Puis vous deux maintenant. J’attends de voir qui seront les prochains. Vous aviez bien compris que quand je disais d’inviter tous les sixièmes années je rigolais ?

- Mais oui on avait compris, c’était très drôle d’ailleurs !

Desideria fit un grand sourire à Dan et continua sur sa lancée :

- Vous pouvez faire les runes, je vais avancer la divination. D’ailleurs Dan, tu veux que je lise ton avenir dans les lignes de ta main ?

Elle prit la main de la Serdaigle et commença à l’inspecter.

- Je te remercie mais je fais mon propre destin, asséna Dan en libérant sa main d’un coup sec.

Ils commencèrent donc leur étude des runes, Desideria lisant son destin dans ses propres mains avant de passer à celles d’Archie. Visiblement ils n’étaient pas venus pour travailler. Casey n’était pas vraiment concentré non plus, il réfléchissait au pourquoi du comment ces séances avaient commencées. C’était flagrant que Desideria avait des vues sur Dan. Mais alors pourquoi c’était Nolan qui était venu seul lors de la première séance ? Il préparait peut-être le terrain pour son amie ? Puis Archie c’était ajouté pour ne pas être laissé derrière.

Cette explication ne collé pas complétement. Sans compter que ce serait un mauvais plan. Elizabeth échangeait beaucoup avec le Serpentard, elle devait être au courant de quelque chose. Il ne savait pas pourquoi mais tout ça l’intriguait beaucoup. Casey avait envie de savoir.

- Vous êtes de plus en plus nombreux à ce que je vois.

C’était Rose qui venait d’entrer dans la salle commune.

- On aime partager nos connaissances avec le plus de monde possible ! explique Nolan regardant Rose avec un petit sourire. On est des bienfaiteurs du savoir.

- Tu m’en diras tant. Au fait Casey, interpella Rose, tu as diffusé l’info pour la sortie de ce week-end.

- Elizabeth s’en occupe demain, répondit le préfet en désignant la concernée, tu te souviens que c’est la nouvelle préfète chez Poufsouffle ?

- Ah oui c’est vrai, sur ce je vous laisse continuer à diffuser votre savoir.

La préfète en chef partit dans son dortoir. Déjà qu’avant son passage le travail avançait lentement mais leur productivité se dégrada de plus en plus. Au final les autres arrêtèrent complétement de travailler, ils se taquinaient sans arrêt en parlant de leurs plans pour la sortie de Pré-au-lard de ce week-end dont ils venaient d’apprendre l’existence en avant-première.

Casey fut soulagé de voir arriver l’heure d’aller en cours d’astronomie. Roxane fit son apparition pour l’occasion et partit avec Dan, Elizabeth et Casey à leur cours. La musicienne fut assez surprise de voir les Poufsouffle à cette petite réunion. Les trois autres rejoignirent alors leur salle commune respective. Casey était loin d’avoir passé un moment inoubliable mais il avait d’un autre côté envie de savoir ce qui se cachait derrière tout ça. Il se promit alors de retourner à une de ces séances.


____________________________________________________________________________
Casey Adams-Bening, élève de 6ème année dans la maison Poufsouffle

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"I feel drunk but I'm sober, I'm young and I'm underpaid                 
I'm tired but I'm working, yeah                                                                                                                                                      "'Cause I've got one hand in my pocket
I care but I'm restless, I'm here but I'm really gone                                                                                                                       And the other one is giving a high five"
I'm wrong and I'm sorry baby"
Voir le profil de l'utilisateur

30 Re: Rdv à Poudlard ! le Jeu 15 Juin 2017 - 19:30

Elia Stalia

avatar
5ème année
5ème année
D’un seul coup, la soirée dégénéra. Les jeux et les conversations cessèrent, les élèves se tournant pour observer Nolan et James se battre. Elizabeth fut soudainement attrapée par Hugo qui, sentant l’ambiance changer, voulait s’en aller. Elle vit Chelsea un peu plus loin, avec Albus, et lui attrapa le bras sans trop savoir pourquoi, la séparant du jeune homme. Après avoir appelé tout le monde, Hugo entraina le groupe vers la sortie. Légèrement saoule, Elizabeth ne comprit pas ce qu’il se passait. La seule chose qu’elle savait, c’est qu’elle devait avoir une conversation sérieuse avec Chelsea. Mais pas maintenant, lui souffla la partie consciente de son cerveau.

Lizzie aperçut au loin Archibald se jeter dans la bagarre pour défendre son ami et elle étouffa un cri. Elle avait passé une bonne soirée aux côtés du garçon et elle ne voulait pas qu’il se batte. Mais ni Hugo ni Chelsea ne lui laissèrent le choix, poussés par le reste des Poufsouffle.

Rapidement, la fine équipe se retrouva dans la salle commune des noirs et jaunes. Les garçons et les filles se séparèrent d’une manière assez floue selon Lizzie, qui se dépêcha de se déshabiller une fois dans son dortoir. Elle était tellement fatiguée… mais elle jetait malgré elle des regards noirs à Chelsea.

-          Je sais pas à quoi tu joues, Lizzie.

-          De quoi tu parles ? demanda la batteuse en enfilant le long t-shirt dans lequel elle dormait.

-          Tu… Tu craques pour Potter ?

Surprise, Elizabeth se tourna vers sa coéquipière. Celle-ci comprit qu’elle se méprenait.

-          Alors pourquoi tu t’es interposée, tout à l’heure ?

-          J’étais saoule, répondit Lizzie rapidement.

-          Pfff ! J’avais réussi à emballer Potter !

-          T’as qu’à emballer l’ainé ! marmonna Liz en se dirigeant vers la salle de bain.

Chelsea explosa de rire. Elle tapa l’épaule de sa colocataire de dortoir et elles se lavèrent les dents en échangeant des nouvelles sur la soirée. Lizzie, toute innocente qu’elle fut, connaissait malgré tout les tendances de Chelsea. C’était, comme aurait dit sa mère, une vamp. Elle attirait les garçons comme des papillons, pour le plaisir de réussir à les charmer, sans jamais aller plus loin que quelques baisers et des caresses légères. Elle se demanda vaguement si l’attirance que Chelsea ressentait envers Albus était sincère ou non, pour une fois. Puis elle secoua sa tête brune, trop fatiguée pour réfléchir correctement. Lizzie se laissa tomber sur son lit et s’endormit la lumière allumée, pendant que Chelsea se posait la même question.

***


Le lendemain matin, après une bonne douche, Elizabeth était de nouveau en forme. Et de bien meilleure humeur que la veille, dans le train, constata Hugo en la voyant arriver dans la salle commune. Mais le garçon n’eut pas le temps de parler à sa meilleure amie : un jeune homme s’interposa entre Hugo et Elizabeth. L’adolescente leva les yeux vers Edmund Shelby.


Le septième année lui adressa un grand sourire. Il tenait dans sa main la cravate de la batteuse. En s’en souvenant, Elizabeth rougit violemment. Elle tenta de cacher son trouble mais sa peau semblait prendre un malin plaisir à rougir à la moindre occasion.


- Tu as perdu ça, hier, non ? demanda Edmund, toujours souriant.


- Je ne sais pas si perdu est le mot exact, parvint à dire Elizabeth.


Le poursuiveur éclata de rire. Il enroula la cravate autour de la tête de sa coéquipière, dans un geste tout aussi amical, banal, que troublant. Lizzie fixa ses yeux bleus foncés sur lui avant de le remercier avec un très léger sourire.


- J’ai vu que tu t’entendais bien avec Archibald Redding.


Bizarrement, Lizzie se détendit en entendant parler d’Archie. Le serpentard lui avait fait une très bonne impression, ce qui était plutôt rare. Il se cachait derrière une armure d’indifférence, une armure presque imprenable, mais Elizabeth avait su trouver la petite faille et voir l’intérieur d’Archibald. Elle avait envie d’en savoir plus sur le garçon, sur son attirance pour Albus – elle s’inquiétait un peu à ce sujet, d’ailleurs. Archie avait l’air démoralisé à cause de Chelsea et Albus.


Voyant Elizabeth perdue dans ses pensées, Edmund avança la main vers l’épaule de la jeune fille pour la tirer de ses rêveries. Elle fronçait légèrement ses sourcils, comme si elle était perturbée par quelque chose, tout en donnant l’impression d’avoir découvert un secret plutôt drôle.


- Eh, Liz, attrape ! s’exclama une voix sur le côté.


Réagissant immédiatement, Elizabeth tendit la main et reconnut en une seconde l’objet qu’elle venait de saisir. Sa batte ! Souriant largement, revenue à la réalité, Lizzie se tourna vers Edmund.


- Ouais, il est cool ! dit-elle au poursuiveur. C’était sympa, hier.


Edmund secoua la tête. Il voulut continuer la conversation, mais l’attention d’Elizabeth était partagée entre leur discussion et la promesse que lui soufflait sa batte. Il adressa un sourire et un clin d’œil à la jeune fille, lui arrachant un léger rougissement, avant de s’éloigner vers ses amis.


- On va s’entrainer ? demanda Elizabeth aux jumeaux David et Isaac.


Isaac éclata de rire.


- Toujours motivée Lizzie !


- Evidemment ! Avec ma petite taille, je dois me battre pour conserver mon poste ! répliqua-t-elle avec sérieux.


- Mais non, ta taille c’est notre meilleur atout ! s’exclama Isaac en riant.


***


Elizabeth passa son samedi après-midi à rénover le dortoir des filles de sixième année. Chelsea avait déclaré d’entrée de jeu que, puisqu’elles n’étaient que deux, désormais, elles pouvaient bien réarranger l’espace à leur manière. Liz avait approuvé, souhaitant faire le « deuil » de ses amies. Après une heure de travail, le dortoir était divisé en deux coins nuit, et non plus quatre. Lizzie avait ainsi la place pour poser sa guitare et son matériel pour le Quidditch. Chelsea avait accroché aux murs différents posters de joueurs célèbres tandis que Lizzie se contentait de groupes moldus comme Imagine Dragons ou Simple Plan. Malgré elle, Lizzie ne put s’empêcher d’apprécier le changement : chez elle, elle avait la plus petite chambre de la maison, parce qu’elle ne revenait pas souvent.


- Pourquoi Albus ? demanda Lizzie d’un coup.


D’un sort, elle rangea ses affaires dans l’armoire. Elle se tourna ensuite vers Chelsea, qui se mordait les lèvres, incertaine.


- C’est… je sais pas. Tu as vu ses yeux ?


Elizabeth se mit à rire doucement. Même elle, qui ne s’intéressait que peu aux garçons, avait vu les yeux d’Albus Potter. Des yeux verts, fascinants, d’un éclat presque magique. Elizabeth se sentit légèrement suspicieuse d’un coup. Elle n’y pensait pas souvent, puisqu’elle était née-moldue, mais Albus Potter était le fils d’Harry Potter et de Ginny Weasley, le premier étant le sauveur du monde sorcier et la deuxième une formidable joueuse de Quidditch. Elle jeta un coup d’œil rapide à Chelsea.


- C’est pas ce que tu crois, marmonna Chelsea.


- Je ne crois rien, affirma Elizabeth avec un sourire. Enfin, si, je crois un truc.


La poursuiveuse se tourna vers Liz avec un regard inquiet.


- Je vais être en retard à l’entrainement avec Isaac ! s’exclama Elizabeth en partant en courant.


- Eh ! Reviens, on a pas fini !


La Poufsouffle, tout en descendant les escaliers à toute vitesse, ne put s’empêcher d’acquiescer silencieusement. Non, elles n’en avaient pas fini… Parce que si ce que son instinct lui soufflait était correct, si ses petites antennes qui sentaient la romance ne se trompaient pas, Chelsea se lasserait vite d’Albus ; ce qui n’était peut-être pas le cas d’Archie…


***


Le lundi matin, Elizabeth arriva légèrement en retard à la table des Poufsouffle. Casey lui tendit son emploi du temps en soupirant légèrement. Lizzie commença par se vexer avant de voir que les autres garçons affichaient la même tête sinistre que le préfet. Elle regarda le parchemin qu’elle tenait dans ses mains avec angoisse avant de s’exclamer :


- Mais c’est génial, on commence par botanique !


L’air maussade de Casey ne fit que s’accentuer. Sans savoir pourquoi, Lizzie se mit à pouffer doucement. Elle s’assit à côté de David, qu’elle aimait bien, et attrapa un grand bol de chocolat chaud. En face d’elle, Isaac se massait légèrement l’épaule droite.


- Lizzie t’as cogné dessus ? demanda Hugo en se marrant.


- Très drôle, Weasley ! ronchonna Isaac qui avait perdu le match amical de la veille.


Les Poufsouffle échangèrent quelques banalités, les garçons grognant majoritairement contre l’emploi du temps. Leur journée du lundi était en effet très chargée mais puisqu’il y avait histoire et botanique, Elizabeth s’estimait contente. Ils se dirigèrent tous ensemble vers les serres du château.


Comme à son habitude, Elizabeth se révéla être une bonne élève en botanique. Elle aimait la matière, découvrir les plantes magiques, si différentes des plantes moldues, et elle admirait Neville Londubat, leur professeur. Elle savait qu’après l’année des Ténèbres, le professeur Londubat était parti à l’étranger plusieurs années pour commercialiser ou découvrir de nouvelles plantes avant de revenir à Poudlard pour enseigner.


L’année dernière, la poufsouffle était en duo avec Kathy, son amie, pendant qu’Abigail se mettait avec Hugo. Avec un soupir, Elizabeth réalisa encore une fois que beaucoup de choses allaient changer, cette année. Mais puisque le cours était passionnant, elle mit de côté ses sombres pensées.


Au cours d’étude des moldus, que Lizzie passait généralement à griffonner des partitions, elle discuta rapidement avec Archibald pour le tenir au courant de ses discussions avec Chelsea. Elle voulait surtout lui remonter le moral. En effet, Elizabeth imaginait qu’Archibald était amoureux depuis longtemps d’Albus et, qu’heureux de le retrouver après les vacances, il le découvrait finalement pendu aux lèvres d’une fille. Comprenant sa déception, Lizzie s’employait à lui remonter le moral, oubliant que vendredi, dans le train, elle ne le connaissait que par le Quidditch.


Le cours d’astronomie n’était pas le cours préféré d’Elizabeth. Loin de là. Elle qui adorait regarder les étoiles pensait qu’apprendre le nom des constellations et leur place enlevait toute la magie. Généralement, elle copiait le cours sur Hugo. Ce dernier devait donc supporter qu’Elizabeth et Lysandre regardent par-dessus son épaule pendant deux heures. Il eut toutefois une récompense puisque Lizzie, abrutie de sommeil, se laissa prendre par la main pour rentrer jusqu’au dortoir.


***


La journée du mardi s’avéra, pour Elizabeth, quasiment aussi chargée que celle du lundi. Elle cumulait ses options le mardi après-midi mais elle se rassura en se disant que jeudi, elle serait beaucoup plus tranquille. Durant le cours de soins des créatures magiques, le professeur Rolf Scamander leur expliqua le programme de l’année. La matière était relativement peu suivie, ce qui permettait au professeur de l’enseigner à sa manière, en digne descendant de Newt Scamander.


- Tu craques toujours pour Scamander ? demanda en chuchotant David à Elizabeth.


L’adolescente faillit s’étouffer de surprise. Elle jeta un coup d’œil rapide vers Lysandre qui n’écoutait pas, trop occupé à caresser les Boltrucs qui venaient se rassembler naturellement autour de lui.


- Co… Comment ça ?


Le plus chétif des jumeaux Londubat se mit à rire, aggravant le trouble d’Elizabeth. A part Lysandre qui jouait à côté, les deux Poufsouffle étaient seuls. Hugo, au grand soulagement de Lizzie, était beaucoup trop loin pour les entendre. Il semblait demander au professeur des nouvelles de Luna Lovegood.


- Aller Liz, fais pas semblant. Je sais que tu craquais pour le prof.


- Le… le prof ?


Elizabeth prit une grande respiration, qu’elle relâcha dans un léger rire. Un sourire vint éclairer son visage. Elle donna un petit coup de poing à David.


- Tu m’as fait peur, j’ai cru que tu pensais que je craquais pour l’être étrange plus proche des créatures magiques et des fantômes que des humains qui partage ton dortoir.


- Lysandre ? Non ! Si tu devais craquer sur quelqu’un qui partage mon dortoir, ce ne serait sûrement pas lui…


- Qui ? demanda Lizzie malgré elle.


David s’accorda un instant de réflexion.


- Casey, peut-être ?


- Quoi ? s’exclama Elizabeth avec surprise.


David Londubat éclata de rire, fier de son coup. Il ne put s’empêcher de poursuivre :


- Maintenant que vous êtes préfets, vous allez vous rapprocher…


- Ah non ! Non non non ! fit-elle en secouant la tête. Plutôt… plutôt sortir avec James Potter !


- Vous parlez de mon cousin ?


Se retournant brusquement, Lizzie découvrit le visage d’Hugo. Elle rougit encore plus et ne put que bafouiller quelques mots incohérents, au grand amusement de David qui, écroulé de rire, ne parvint pas à répondre à Hugo.


***


En rentrant du cours de soins des créatures magiques, Lizzie s’installa avec tout le monde dans la salle commune des Poufsouffle. Elle sortit un parchemin déjà utilisé et entreprit de finir d’écrire sa partition. Habitué à la voir griffonner, Hugo demanda simplement :


- Tu as déjà les paroles ?


- Pas encore, juste l’instrumentale.


- Tu me feras écouter ?


- Bien sûr ! répondit Elizabeth avec un grand sourire.


Le garçon eut un instant d’hésitation mais Lizzie avait déjà baissé les yeux sur son bout de papier. Casey revint un peu plus tard, expliquant qu’il s’était posé à la bibliothèque pendant qu’ils assistaient quasiment tous au cours de Scamander.


En comprenant qu’il était avec la même fille que dans le train, Lizzie sentit ses petites antennes se dresser sur sa tête. Casey n’étant pas un ami proche, elle n’insista pas comme avec Chelsea ou Isaac quand elle les savait intéressé par quelqu’un. A la réflexion, Elizabeth se dit que Chelsea non plus n’était pas une amie proche, elle n’était juste pas… Casey. Elle n’était pas cette personne qu’elle ignorait depuis la première année. Soupirant intérieurement, Lizzie secoua la tête.


- Elle a clairement l’air de le vouloir, affirma Hugo. Qu’est ce qui t’en empêche ?


- C’est juste que je ne m’y attendais pas, répondit plutôt le préfet.


Dans sa petite tête, Lizzie jugea que Casey évitait la question. Pourquoi ? Par intérêt pour Ailys, pour cacher ses sentiments à ses amis ? Se rappelant de la soirée, Lizzie échafauda une hypothèse loufoque : parce que après avoir fait équipe avec Nolan, Casey ne se sentait pas de draguer sa petite sœur. Les petites sœurs, c’était sacré entre mecs, d’après ce qu’Elizabeth avait compris en surprenant quelques discussions très masculines.


En entendant Hugo parler des punitions sévères de Casey, Lizzie hocha la tête malgré elle. Elle ne s’était pas faite attrapée très souvent, Casey l’évitant, mais elle avait regretté chaque punition. Faisant attention aux paroles de son meilleur ami, Elizabeth regarda le préfet d’un œil neuf. Objectivement parlant, elle était obligée de reconnaitre que le jeune homme était plutôt mignon. Lizzie croisa alors le regard brillant de rire de David et détourna immédiatement les yeux en maudissant le Londubat.


Si jamais elle tombait amoureuse de Casey à cause de ses blagues, il le lui paierait !


***


Le lendemain, Elizabeth tenta vaillamment de faire face toute la journée. Qu’il s’agisse du professeur Strong ou de Dolan, la Poufsouffle était presque terrorisée. Les deux hommes étaient sévères et n’hésitaient pas à rabrouer les élèves, une chose que Lizzie détestait. C’est pour cette raison qu’elle travaillait avec un soin particulier ces deux matières. Heureusement, Hugo était son binôme.


Le jeudi se déroula tranquillement puisque Lizzie n’avait cours que le matin. Elle passa ainsi l’après-midi à relire ses notes de la semaine dans la salle commune puis à tenter de jouer de la guitare dans le dortoir. Ne trouvant plus l’inspiration, Lizzie redescendit dans la salle commune. Le seul élément marquant fut la proposition d’Hugo de profiter du vendredi après-midi pour aller s’installer au bord du lac. Lizzie approuva immédiatement l’idée. Du moins, c’était le seul élément marquant jusqu’à ce que Chelsea vienne s’asseoir à côté de Lizzie dans la salle commune.


- Oui ? fit la préfète, sentant que sa colocataire n’allait pas ouvrir la bouche.


- Tu as parlé à Albus ?


Lizzie haussa les sourcils. Elle n’avait aucune raison d’adresser la parole à Albus Potter, si on oubliait le fait qu’il était le cousin de Hugo. Et Chelsea, à en croire sa tête, le savait parfaitement.


- Il… Il parle pas beaucoup, marmonna-t-elle.


- D’habitude, cela ne te dérange pas, répliqua Lizzie en essayant d’être le plus diplomate possible.


Pourtant, malgré elle, son cœur venait de s’emballer. Si Chelsea se lassait d’Albus, Archie avait sa chance ! Décidée à tâter le terrain pour le garçon, sans pour autant froisser les sentiments de la Poufsouffle, Elizabeth encouragea Chelsea à continuer.


- Je sais pas, il parle tellement avec Scorpius que…


- Quoi, tu es jalouse ? s’exclama Lizzie avec un petit rire.


Elle cessa de sourire immédiatement en croisant le regard noir de Chelsea. La belle blonde commençait à regretter d’être venue se confier à Elizabeth. Après tout, la nouvelle préfète n’y connaissait absolument rien. Elle n’était jamais sortie avec quelqu’un.


- Laisse tomber, c’est pas important.


- Attends Chelsea ! s’exclama Elizabeth en se levant.


Mais trop tard. Chelsea avait déjà quitté la salle commune. Soupirant, Lizzie se laissa choir dans le fauteuil. Elle avait l’impression désagréable que cette fois, sans pour autant s’attacher, Chelsea attendait quelque chose du garçon avec qui elle sortait. Fronçant les sourcils, Elizabeth tenta de se souvenir de tout ce qu’elle savait d’Albus Potter. Cela se résumait à peu de choses. Elle ne l’avait jamais réellement vu avoir une longue discussion avec quelqu’un d’autre que Scorpius Malfoy. En revanche, la réputation d’Albus auprès des filles était propre, le Serpentard n’avait jamais fait de coups tordus à ses copines. Ou du moins, songea Elizabeth en se rappelant qu’il était un serpent, il ne s’était jamais fait prendre.


***


Le vendredi après-midi, un trio improbable se retrouva au bord du lac : Casey, Hugo et Elizabeth. Les autres poufsouffle étaient occupés, au désespoir des deux préfets, qui se comprenaient au moins sur ce point. En y pensant, Lizzie eut un léger rire qu’elle camoufla discrètement en toux. Elle soupira ensuite. Elle n’arrêtait pas de repenser à Chelsea, Albus et Archie. Elle commençait à réaliser que détecter les histoires d’amour ne voulait pas dire qu’on était doué pour les faire éclore.


- Ça va pas, Liz ? demanda Hugo.


- Je me suis disputée avec Chelsea, avoua Elizabeth.


- C’est rare, commenta le garçon. Pourquoi ?


Rougissant, Lizzie éluda le sujet :


- Une histoire de garçon. Tu sais comment c’est…


Hugo haussa les sourcils, dans une mimique qui voulait dire que justement il ne savait pas. Lizzie soupira une nouvelle fois. Elle ne pouvait en dire davantage, ce n’était pas ses secrets. Alors que Casey et Hugo échangeaient un regard, la jeune fille aperçut soudainement Archie au bord de l’eau. Elle hésita un peu mais finit par lui faire un grand signe de la main. Le jeune homme y répondit et Lizzie se sentit fière d’elle. Juste un peu.


En voyant les deux garçons se jeter à l’eau, Elizabeth se tourna spontanément vers Hugo.


- Il faut qu’on vienne avec tout le monde demain, ce sera beaucoup plus drôle !


Comprenant ce que ses paroles pouvaient signifier, la préfète rougit. Mais elle était bien forcée de reconnaitre que l’ambiance dans le petit groupe était tendue. Si Lizzie et Casey se supportaient mieux que l’année dernière, tout n’était pas encore gagné.


- J’ai pas besoin des autres pour te mettre à l’eau, répondit simplement Hugo, qui avait suivi son regard.


- C’est ce que tu dis chaque année ! répliqua Lizzie en éclatant de rire.


Sans s’en rendre compte, en échangeant quelques boutades avec Hugo, Elizabeth oublia sa dispute avec Chelsea. Elle en oubliait même jusqu’à la présence d’Archie, jusqu’à ce qu’elle le voit torse nu. Et qu’elle remarque qu’elle n’était pas la seule à le regarder. Archibald, Nolan et Desideria s’avancèrent vers le château, passant à côté du trio.


- Archie ! Viens ! s’exclama Elizabeth en se levant vers lui. Regarde Albus, murmura-t-elle.


- Pourquoi il me regarde comme ça ? se demanda-t-il à haute voix.


- Euh, peut-être parce que tu es torse nu ? s’amusa Lizzie en rougissant légèrement.


Elle se mit à rire. Parce qu’elle était nerveuse. Rien dans tout cela n’était dans ses habitudes. Apostropher les gens, leur parler alors qu’ils étaient torse nu, leur chuchoter des confidences… Pour Elizabeth, c’était presque une première.

Surtout si l’on considérait qu’Archibald demeurait malgré tout un inconnu pour elle. La batteuse le regarda s’éloigner avec un sourire. Elle remarqua à peine que Casey et Nolan s’étaient parlés. Lorsqu’elle revint vers les Poufsouffle, David et Isaac venaient d’arriver.


- Alors Lizzie, on se repose ?


- Tu aimerais bien, répliqua-t-elle.


Isaac éclata de rire et attrapa la jeune fille par les épaules.


- N’espère pas me piquer ma place !


- Et n’espère pas m’ajouter sur ta liste, dit-elle avec malice.


- Mouché, commenta David. Un – zéro pour Lizzie.


- De quelle liste tu parles ? demanda Hugo.


- Celle de ses multiples conquêtes, répondit Casey avec un air blasé.


Le sportif se rengorgea de fierté, alimentant le rire de ses amis.


- Ah, je pensais qu’il parlait de la liste de ses défaites contre Liz, ajouta Hugo.


La batteuse éclata de rire, au grand dam de son coéquipier. David flanqua un petit coup dans l’épaule de son frère :


- On peut pas tout avoir ! Les filles ou le Quidditch, il faut choisir !


- C’est naïf ça, David, se moqua Hugo. Tu n’as pas vu qu’il a les deux ?


- Ouais, fin en ce moment j’ai pas grand-chose, marmonna Isaac.


Les garçons se tournèrent vers Chelsea et Albus qui s’embrassaient à une cinquantaine de mètres.


- Je peux leur dire que c’est interdit, si tu veux ? proposa Casey.


- Vraiment, c’est interdit ? demanda Liz.


Le préfet leva les yeux au ciel sans même répondre.


***


Le lundi matin, durant le cours de botanique, Lizzie se blessa avec une plante carnivore. Elle termina l’heure avec un gros suçon dans le cou, l’herbe folle étant apparentée à un vampire. Cela fit beaucoup rire les garçons, un peu moins Lizzie qui était démangée par sa blessure et le gros pansement qui couvrait son cou. Elle eut encore droit à de nombreuses plaisanteries durant le repas, tant et si bien qu’elle finit par se diriger seule vers le cours d’étude des moldus. Elle pestait en particulier contre David qui ne cessait de faire des sous-entendus. Il avait trouvé un moyen efficace d’embêter son amie.


- Hé Liz ! s’exclama une voix à côté d’elle.


Tournant la tête avec un regard noir, la préfète s’apprêtait à rabrouer la personne qui venait de lui parler. Puis elle réalisa qu’il s’agissait d’Archibald et elle se calma. Après tout, le Serpentard n’y était pour rien si ses amis l’énervaient.


- Oh, joli suçon, dit-il en remarquant la trace sur son cou.


- C’est pas… c’est pas ce que tu crois, marmonna Liz en rougissant.


- Je comprends mieux pourquoi tu pensais pouvoir m’aider, continua Archie, un grand sourire aux lèvres.


La Poufsouffle leva des yeux furieux vers lui. Cela fit sourire Archibald encore plus.


- Tout doux, pas la peine de t’énerver. Tu fais ce que tu veux avec qui tu veux, tant que tu m’aides, non ?


- Je ne fais rien du tout, je me nourris des histoires des autres.


- Ce n’est pas très crédible avec un suçon pareil…


- Oh zut, tu m’énerves. Parlons plutôt de toi, ronchonna Elizabeth.


Elle remarqua du coin de l’œil que le reste des Poufsouffle venait d’arriver pour assister au cours.


- J’ai une proposition à te faire. Ce soir dans la salle des Serdaigle, on révise avec un petit groupe. Ça te tente ?


Lizzie prit la peine de réfléchir. Avec le cours d’astronomie de ce soir, la journée s’annonçait longue. Elle n’était pas sûre de tenir le rythme.


- On pourra parler de… tu sais qui ? dit Archie avec un clin d’œil.


Comprenant qu’elle se faisait légèrement avoir mais mordant malgré tout à l’hameçon, Elizabeth acquiesça. Le Serpentard lui adressa un petit signe de la main avant de s’éloigner vers Desideria qui l’attendait. La préfète rejoignit ensuite son groupe d’amis. Exceptionnellement, ses joues n’étaient pas rouges.


***


En entendant le nom d’Ailys, ce nom que Casey avait déjà prononcé devant elle, Elizabeth accepta qu’il l’accompagne. Elle n’osa cependant pas poser de questions, au début du moins. Lorsqu’ils se dirigèrent vers la salle commune des Serdaigle, il parla d’Edmund et, se sentant piégée, Lizzie se sentit obligée de répliquer en lui parlant d’Ailys. Le reste du trajet se poursuivit dans le silence. Elizabeth regardait Casey en biais. Si elle se montrait bonne préfète, leur relation s’améliorerait-elle ?


Soupirant, Elizabeth secoua la tête. Etre préfète ne l’intéressait pas vraiment, elle voulait bien aider les autres, oui, mais elle ne comprenait pas l’intérêt de la fonction. Chez les Poufsouffle, ils étaient tous solidaires. Elle n’avait pas besoin d’un badge pour aider un première année. Mais d’après Casey, son rôle consistait aussi à soutenir les professeurs. Quoi qu’il en soit, c’était encore trop compliqué pour Lizzie, elle préféra remettre à plus tard ses interrogations. Ils étaient arrivés dans la salle commune des Serdaigle, de toute manière.


- Je t’aide ? proposa Elizabeth en s’asseyant à côté d’Archibald.


- Mais avec plaisir Lizzie jolie !


La jeune fille adressa un petit sourire au Serpentard. Elle sortit ses parchemins et son dictionnaire de runes. Pour débuter l’année, le professeur leur avait demandé un exercice de traduction plutôt difficile. Lizzie l’avait déjà quasiment terminé la dernière fois mais certaines tournures de phrases lui posaient problème. Elle interrogea Archie dessus mais comprit qu’il n’était pas réellement concentré.


- J’ai l’impression que ça ne va pas durer longtemps, entre eux, dit soudainement Lizzie.


Archibald tourna les yeux vers elle. Il attendait qu’elle développe.


- Elle… elle s’attendait à ce qu’il soit plus bavard, plus vivant, et non pas aussi discret. Pourtant, quand il t’as regardé, il n’était pas discret ! ajouta Elizabeth avec un rire.


- Il m’a à nouveau regardé bizarrement dans le dortoir, raconta Archibald.


- Tu sortais de la douche ? demanda la préfète en le taquinant.


Lorsque Archibald hocha la tête, elle dut retenir un petit gloussement. Elle n’avait pas réellement menti, tout à l’heure, en disant qu’elle se nourrissait des amours des autres.


- Tu ne le laisses pas indifférent alors, constata-t-elle. Reste à savoir comment tu peux utiliser ton avantage.


Dan passa à ce moment-là à côté d’eux et Archibald ne répondit pas. Il s’était déjà fait grillé une fois, pas deux ! Lizzie se replongea sur son devoir de runes. En levant la tête, dix minutes plus tard, elle constata que Casey était le seul à réellement travailler. En entendant ce dernier la mentionner, Elizabeth se sentit blêmir et non rougir. Ce n’était pas une blague, cette histoire de préfète ?

***


Puisqu’il faisait si beau jeudi après-midi, la quasi-totalité des Poufsouffle de sixième année se retrouva au bord du lac. Le groupe était toutefois dispatché sur plusieurs mètres. Lysandre était même dans l’eau, cherchant un moyen d’attirer le calamar géant à la surface. La grosse bête se manifestait quand elle le voulait et, au grand désespoir de Lysandre, cela ne semblait pas être le moment.


- Va l’aider Casey, je vois que tu en meurs d’envie ! s’exclama Hugo.


- Non, répondit tranquillement le préfet. Je laisse Lysandre faire le sale boulot.


Elizabeth étouffa un rire. Alors qu’ils se détendaient, Casey était le seul à relire ses parchemins.


- Te fais pas remarquer Lizzie, tu vas finir à l’eau, dit David.


- Aucun risque, répliqua-t-elle.


- Vraiment ?


L’instant d’après, Lizzie se retrouvait dans les bras d’Hugo et criait de surprise.


- Relâche-moi ! Tu sais que je sais pas nager !


- C’est des sottises ça, Liz. Tu sais nager.


- Non ! Hugo lâche-moi ! J’ai jamais appris ! Ils espéraient peut-être que je me noie, ajouta-t-elle plus doucement, de manière presque inaudible. Je sais pas nager !


Hugo laissa tomber brusquement Elizabeth dans le lac. Ils avaient de l’eau jusqu’à la taille. Un mètre de plus et ils n’avaient plus pied, le lac devenant soudainement beaucoup plus profond. Hugo regardait fixement Elizabeth qui, gênée, détourna le regard. Elle ne lui avait pas caché avoir de mauvaises relations avec ses parents.


- Ils ne voulaient pas que tu te noies, Liz. C’est juste que tu es une sorcière.


- Et alors ? Tous les sorciers respirent sous l’eau ?


- Bien sûr que non, dit Hugo calmement. Tes parents ont simplement pensé que ça ne te serait pas utile. C’est comme pour le téléphone portable, tu n’en as pas parce que tes parents pensent que tu peux faire autrement.


- Tu crois… ? demanda Elizabeth en le regardant.


Elle avait les yeux brillants. L’attrapant une fois de plus dans ses bras, Hugo la précipita dans l’eau derrière elle. Elizabeth se retrouva soudainement entourée d’eau. Elle s’agrippa de toutes ses forces aux bras de Hugo avant d’ouvrir les yeux. Cela lui fit légèrement mal mais elle pouvait voir autour d’elle, le liquide était clair et lumineux au bord du rivage. Elizabeth sentit son cœur s’accélérer. Elle avait peur et en même temps, le lac était si calme, si paisible et beau qu’elle voulait en voir davantage. D’un mouvement des pieds, Hugo les propulsa à l’air.


- Tu… tu es fou ! s’écria Elizabeth en crachant un peu d’eau.


- Ça, ça fait longtemps que tu le sais, répondit Hugo en riant. Tu as eu si peur que ça ?


Toujours dans l’eau jusqu’à la taille, Elizabeth réalisa qu’elle était dans les bras de Hugo depuis tout à l’heure. Scrutant intensément son regard, Elizabeth lui demanda pourquoi il avait fait ça.


- Pour ne plus jamais t’entendre dire des choses aussi horribles.


Lizzie déglutit difficilement. Les yeux d’Hugo ne mentaient pas.


- Et puis maintenant que tu n’as plus peur, je peux t’apprendre à nager ! s’exclama-t-il avec son enthousiasme habituel.


Elizabeth se mit à pester contre lui, un léger sourire aux lèvres. Lorsque Hugo se dégagea pour rejoindre la rive, elle attrapa son bras et, rapidement, déposa un baiser sur sa joue. Elle s’en alla ensuite et il ne sut pas s’il avait réellement entendu la jeune fille le remercier ou s’il l’avait rêvé.


***


Plus tard dans la journée, Elizabeth retrouva le petit groupe des séances de révision. C’était un groupe hétéroclite entre Dan, Nolan, Archibald, Desideria, Casey et Lizzie. Mais cette fois, le groupe de révision comptait en plus Roxane, Hugo et Albus. Les trois Weasley-Potter s’étaient ajoutés sans que Lizzie sache comment. Cela ne la gênait pas. Au contraire.


Bien évidemment, Archibald s’assit à côté d’Albus. Quant à Lizzie, elle se retrouva entre Dan et Casey. Ne connaissant que très peu la capitaine de l’équipe de Quidditch des Serdaigle, Lizzie mit un point d’honneur à lui adresser la parole. Mais comme toujours quand elle ne connaissait pas la personne, cela lui demanda un gros effort.


- Sa… Salut Dan !


La jeune fille lui retourna un regard indifférent. Elle ne semblait pas réellement savoir qui était Elizabeth. Au bout d’un temps qui parut indéfiniment long à Lizzie, la Serdaigle répondit.


- Toi. Batteuse chez Poufsouffle, huh ? Tu t’en sors vraiment pas mal. Ton coup de batte manque de puissance mais tu te rattrapes en précision.


- J’adore comment tu diriges l’équipe, dit immédiatement Lizzie avec sincérité. On sent que tu connais les points forts et les faiblesses de chacun de tes joueurs.


Dan se tut un instant avant de murmurer quelque chose comme « elle parle le même langage que moi… » avec des étoiles dans les yeux. Lizzie eut un petit sourire amusé.


- Tu as déjà commencé les sélections, je suppose ?


Pendant un moment, Dan et Lizzie échangèrent sur le Quidditch.

- Tu ne veux pas arrêter de parler ? Ta voix me dérange, dit brusquement Desideria à Elizabeth. Tu n'es pas d'accord, Dan ? On est là pour travailler, quand même...

Bien que légèrement vexée, la Poufsouffle sortit ses affaires de potion, cette fois. Elle chuchotait un peu avec Dan, de temps en temps, pour éclaircir quelques points. En face d’elle, Archie était clairement déconcentré. Il ne cessait de jeter des coups d’œil à Albus, cherchant une manière discrète de parler avec lui. Le jeune Potter, en revanche, avait l’air passablement déprimé. Les choses ne devaient pas se dérouler au mieux avec Chelsea… Après tout, cela faisait bientôt deux semaines qu’ils étaient ensemble, presque un record pour la Poufsouffle.


Voyant Archibald échouer une nouvelle fois à engager la conversation, Lizzie lui adressa un grand sourire encourageant. Tu peux le faire, chuchota-t-elle. Puis elle désigna son parchemin et Albus, le plus discrètement possible. Regarde sur quoi il travaille et pose-lui des questions, ça finira par venir, semblait-elle dire. Elle se tourna ensuite vers Casey.


- Tu es au point sur la sortie pré-au-lard ?


- La sortie à pré-au-lard ? fit immédiatement Nolan en levant les yeux de son cours.


- Euh… Oui, répondit Casey.


- C’est ce week-end, ajouta timidement Lizzie.


- Cool ! C’est bien d’être préfets, vous savez tout avant nous !


Lizzie ne put s’empêcher de grommeler, faisant rire Hugo et Archie. Elle n’était toujours pas heureuse de sa nouvelle nomination.


- Faut que j’aille acheter du nécessaire à balais, dit Dan brusquement.


- Oh moi aussi ! s’exclamèrent quasiment tous les joueurs de Quidditch à la table.


- Il va falloir un nouveau commentateur, le précédent a quitté Poudlard, ajouta Archie.


- C’est dommage, je l’aimais bien, murmura Albus, à moitié perdu dans ses pensées.


Les garçons échangèrent quelques phrases sur le Quidditch. Voyant Archie en bonne voie, Lizzie détourna les yeux avec un dernier sourire.


- Eh ! J’ai une idée !


Nolan, emporté par son enthousiasme, faillit presque se lever de table. Il se rappela au dernier moment qu’il était dans la salle commune des Serdaigle. Il regarda autour de lui avant d’enchainer :


- On pourrait y aller ensemble ?


Son idée rencontra quelques difficultés. En effet, le groupe était encore hétérogène. Finalement, ils convinrent de peut-être se retrouver aux Trois Balais. Lizzie jugea que c’était une bonne idée pour briser la glace mais elle n’osa pas l’exprimer.


- Je sais pas s’il faut ajouter de la peau de salamandre ou pas… marmonna Lizzie.


- Tu fais le devoir de potion ? demanda Nolan.


- Ouais mais je comprends rien…


- Attends je vais t’aider ! s’exclama Nolan en venant s’asseoir à côté de Lizzie.


Pour cela, il bouscula légèrement Casey.


- Ah, je vois. Il faut ajouter une pincée d’œufs de grenouille. Et ensuite tourner trois fois dans le sens des aiguilles.


Lizzie tourna la tête vers Nolan, surprise. Elle avait une bonne image du garçon : il était le capitaine de son équipe de Quidditch, il était dynamique, toujours agréable… elle ignorait en revanche qu’il était doué en potions. Lui souriant, Lizzie entreprit de lui poser d’autres questions. Finalement, elle boucla son devoir de potions beaucoup plus vite que prévu. Remerciant Nolan, elle lui demanda s’il avait besoin d’aide. Mais Rose arriva à ce moment-là pour leur demander de faire moins de bruit et, regardant l’heure, les sixièmes années se rendirent compte qu’il était minuit.


Ils se séparèrent pour rentrer se coucher et Lizzie, en entrant dans la salle commune des Poufsouffle, vide à cette heure-là, ne put s’empêcher de s’extasier encore une fois sur l’antre des noirs et jaunes. Elle aimait vraiment ce lieu, qui, même déserté, semblait rayonner de rire et de bonne humeur.


____________________________________________________________________________
Elizabeth O'Brien, élève de sixième année dans la maison Poufsouffle. 

Crédit avatar : Fae.
Voir le profil de l'utilisateur

31 Re: Rdv à Poudlard ! le Lun 3 Juil 2017 - 15:57

Naiara M'anrill

avatar
5ème année
5ème année
La première semaine de cours avait été parfaite, Nolan avait oublié combien le château, ses amis et même la routine des cours lui avaient manqués. Il appréciait les vacances et de n’avoir rien à faire à part se détendre et profiter, mais cet été il avait surtout passé du temps en famille loin de chez lui. L’isolation n’était pas faite pour lui, et bien qu’il fût en compagnie de ses parents et de sa sœur, il n’avait pas pu s’empêcher de se sentir un peu seul. Et dieu sait combien il ne supportait pas la solitude. Être de retour à Poudlard, entouré de tellement de monde, ça en valait toutes les heures de cours du monde, même celles de botanique et de transfiguration. 

Malheureusement, c’était dans ces moments de pur bonheur que le temps passait au plus vite. Sans s’en rendre compte, c’était déjà le deuxième lundi de l’année scolaire. Et quel Lundi ! Cette année, l’emploi du temps des sixièmes années avait chargé le début de la semaine, puis bien que Nolan apprécie les cours de Potions, trois heures d’affilée ça avait quand même été un peu beaucoup. Par chance après le repas, ils avaient la pause digestion, et ce que Nolan appelait la « pause digestion », c’était tout simplement le cours d’études moldus. Il ne comprenait d’ailleurs pas pourquoi ce cours était devenu obligatoire. D’accord, cela pouvait soi-disant contribuer à ouvrir de plus en plus la société à la culture moldue et de cette façon fomenter l’acceptation d’autrui et l’ouverture d’esprit, mais 17 ans après la guerre, pratiquement tous les sorciers de sa génération et de celles d’en dessous étaient des sang-mêlés. Le pourcentage de nés moldus n’avait pratiquement pas changé, mais le métissage moldu-sorcier était devenu courant et avait presque éradiqué les sang-purs. Puis à la base, d’où on parle encore de sans-pur ? Cela sous-entend qu’une autre généalogie serait encore vu comme « impure ». Bon, il y avait du coup encore du progrès à faire envers la paix sociétale. Nolan voulait donc bien croire au maintien de ce cours obligatoire. Cependant, obligatoire ou pas, ce cours restait inutile selon le Gryffondor et il le prouva en n’écoutant rien au cours. A la place, il continua à se faire ses propres réflexions à ce sujet tout en gribouillant sur ses feuilles.


***

 
Bien que ce ne soit à peine Mardi, Nolan était déjà fatigué après sa matinée de Métamorphose et de Défense. Il était content de retrouver le professeur McKellen pour deux heures de Runes. Il adorait cette option, tout autant que l’Arithmancie, à la grande surprise de ses amis qui l’auraient plutôt vus choisir les options plus pratiques comme Soins et Divination. Il avait néanmoins continué cette dernière option, mais tout le monde savait que c’était uniquement pour s’amuser avec son couple de serpents préférés. Il se fichait royalement de comprendre ce que voulaient lui dire les feuilles de thé. Nolan préférait les sciences plus exactes et adorait l’histoire – l’origine du monde, pas l’histoire du monde magique - donc étudier l’alphabet runique antique ainsi que l’origine des chiffres le passionnait. Dommage que ce ne soient que des options, c’était quasiment les seuls cours où Nolan écoutait attentivement tout le long du cours. Pour témoigner de son sérieux, c’était quasiment les seules heures où il apportait ses lunettes. Bien qu’ayant relativement une bonne vue, le jeune Gryffondor s’était fait prescrire des lunettes assez tôt pendant son parcours scolaire et il était censée les mettre systématiquement en cours, quand il lisait ou quand il étudiait. Evidemment, il ne les affectionnait pas plus que ça et les « oubliait » souvent. Personne ne croyait à ses oublis soi-disant « spontanés » puisque, bizarrement, il ne manquait jamais de les apporter ni en Runes ni en Arithmancie. Comme par hasard.

Les cours de Runes avaient été assez populaire l’année dernière, mais plusieurs élèves avaient lâché l’option pour les ASPICs, n’étant pas un cours très exigé pour accéder à un large éventail de formations professionnelles. Ceux qui avaient décidés de continuer étaient souvent passionnés, ou des perles rares qui avaient besoin de l’ASPIC en Runes. Chez Gryffondor, il était le seul, le reste de son année n’ayant jamais montré un fort attrait envers ce sujet. En général, les Gryffondors avait plus un attrait vers tous ce qui était pratique. Mais cela ne le dérangeait pas, de un il avait Archie avec lui, et de deux, il ne se laissait que très peu distraire en Runes. Il croisa tout de même d’autres visages familiers en allant s’installer à une table : celles de Casey, Lysandre et Elizabeth chez Poufsouffle et Dan chez Serdaigle. Les saluant poliment, il prit place à coté de Archie et se submergea complètement dans l’études des runes à en oublier complètement son entourage.


***

 
Nolan s’étira de tout son long tel un chat, puis exhala bruyamment en laissant retomber ses bras et faisant craquer quelques-uns de ces os dorsaux au passage.

- Je sais pas comment font ceux qui réussissent à se concentrer dans tous les cours, deux heures à fond et je suis lessivé, annonça-t-il d’un ton plaintif. Bien que j’avoue que ça fait du bien de se vider l’esprit.

- Tu te vides l’esprit en Runes toi ? demanda Archie dubitatif.

- Pas littéralement, répondit Nolan en levant les yeux au ciel. Mais tu ne vois pas ce que je veux dire ? Disons que ça occupe tellement ton esprit que tu n’as la place pour rien d’autre.

- Des choses te tracassent Nono ? l’interrogea le Serpentard.

Ce dernier nia rapidement de la tête et enchaîna sur un nouveau sujet assez spontanément.

A vrai dire, Nolan savait exactement ce qu’il le tourmentait et ce quelque chose se nommait Rose Weasley. Le Gryffondor avait passé le week end à réfléchir à sa situation dans ce pari. Après s’être excusée auprès de la belle Serdaigle, Nolan pensait qu’il allait être regorgée de confiance ainsi que d’impatience de pouvoir enfin faire évoluer leur « relation », mais cela ne s’était pas exactement passé comme ça. Au contraire, il était plutôt blasé et in intéressée à l’idée de faire avancer quoi que ce soit. Ce qui était bizarre. Rose était quand même hyper bonne, euh… attirante. Et il était sûre que derrière son apparence de préfète en chef sérieuse et modèle se cachait une jeune femme intéressante et attachante. Alors pourquoi n’était-il pas plus motivé que ça ? Il avait beau se creuser la tête et essayer, il n’arrivait pas à passer au-delà d’une simple attirance physique envers la Serdaigle. Sûrement parce-qu’il ne la connaissait pas assez se rassurait-il. Mais cela n’expliquait pas pourquoi au lieu de songer à elle tout le week-end, il avait surtout eu tendance à penser à quelqu’un d’autre, quelqu’un dénommait Casey Adams-Bening.

Depuis la fameuse soirée, le jeune Gryffondor culpabilisait. Il l’avait pourtant abordé à ce sujet Vendredi dernier, mais le malaise ne semblait pas être passé. Pourquoi est-ce que ça le tracassait ? A vrai dire, le Poufsouffle n’était pas proche de lui, ce n’était pas son pote. C’était à peine une connaissance, et encore, il pouvait compter le nombre de conversations qu’ils avaient eu ces cinq dernières années sur ces doigts. Donc pourquoi est-ce que ça l’énervait que ça soit plus ou moins malaisant avec lui ? Nolan associait cela à son incapacité à accepter que certaines relations ne soient justes pas faites pour se développer. Dans sa tête, l’amitié c’était simple, soit tu t’étendais bien, soit tu t’entendais mal, mais il n’y avait pas ce juste milieu de « on se croise, on se salue, on échange sur le temps qu’il fait, c’est malaisant, puis on continue notre route en se promettant de se recroiser ».

Il se promit de rectifier cette relation-là, pour son bien-être mental.

L’opportunité se présenta plus vite qu’il ne l’avait pensé. Quelle fut sa surprise quand Dési, Archie et lui trouvèrent Casey en compagnie de Lizzie en face de la porte de la salle commune des Serdaigle ce soir-là. Archie leur avait informé qu’il avait invité la jeune Poufsouffle à ce qui commençait à ressembler à un petit study groupe régulier, mais il n’avait rien précisé par rapport au jeune homme. Le Gryffondor se reprit assez rapidement de sa surprise passagère pour ne pas blesser le nouvel intégrant et pour face au silence de ses compagnons, annonça :

- Je t’avais dit qu’on se recroiserait !

- Elizabeth m’a dit qu’elle allait travailler avec vous, je m’étais dit que ça me serait utile aussi, répondit Casey. J’espère que ça ne vous dérange pas.

- Bien sûr que non, je suis content que tu sois la, assura Nolan sans réfléchir.

Le Gryffondor cligna vivement des yeux. « Je suis content que tu sois là ? Ah bon, et pourquoi donc ? » se questionna-t-il intérieurement. C’est vrai ça, pourquoi ? Il avait en effet décidé qu’il ferait de son mieux pour briser le malaise entre eux, mais de là à dire qu’il était content de le voir là. A vouloir trop arranger la situation, il en faisait à présent trop. « Bravo Nolan ».

Il profita de l’arrivée de Dan pour taire sa conscience.   


***

 
Les jours suivant réinstaurèrent la routine de l’année scolaire. Les élèves avaient laissé leurs vacances bien loin derrière eux et commençaient à s’habituer à leurs emplois du temps. Nolan ne fut pas l’exception à la règle et retomba rapidement dans son quotidien d’apprenti sorcier à Poudlard. Le Mercredi matin, il cassa deux bacs en terre cuite en Botanique, renversant ainsi de la terre partout. Le professeurs Londubat ne soupira même pas, habitué à l’allergie que Nolan avait envers sa matière préférée. Il se contenta d’un mouvement rapide de baguette pour rectifier les conneries du malheureux représentant de sa fière maison. L’après-midi, sa poisse continua et il eut du mal à répondre aux questions du Professeur Strong en Défense, malgré sa facilité en cette matière. Le pire fut la soirée de Quidditch. Nolan avait décidé d’organiser le recrutement des nouveaux batteurs puisque les deux derniers avaient fini leurs études l’année dernière. La séance se déroula parfaitement. Ils étaient cinq à postuler, trois garçons et deux filles, tous d’une année différente, ce qui arrangeait Nolan, puisqu’au moins comme ça, il y aurait moins de jaloux et de futures disputes au moment des résultats. Chacun repartirait de son coté, réjouis ou déçu. Les cinq se débrouillèrent tous très bien, mais Nolan décida de garder les deux filles, Polly Turner en sixième année et Nancy Bell en septième. Premièrement, ils savaient que toutes les deux convoitaient ce poste depuis longtemps et n’avaient pas pu tenter leurs chances auparavant en vue du succès et du talent qu’avaient les deux anciens. Et deuxièmement, Nolan les connaissait et savaient qu’elles étaient vraiment douées et motivées. Evidemment, bien que le reste de l’équipe parut satisfait de sa décision, James sembla vouloir rappeler au reste qu’il était bien et bien là et ne manqua pas de se faire remarquer, accusant Nolan de favoritisme et de mauvais jugement. Nolan évita une deuxième dispute parce-qu’il savait pertinemment que Potter ne disait ça que pour le faire chier. Il se contenta donc de lui répondre bien sèchement que « si tu fermes pas ta grosse gueule James, il n’y a pas que les batteuses que je vais recruter ». Néanmoins, ça le remis de mauvaise humeur pour le reste de la soirée. La saison de Quidditch allait être longue…

Heureusement que Jeudi arriva rapidement. Bien qu’il dû supporter une heure de Métamorphose, les deux premières heures de Sortilèges l’avaient déjà mis d’assez bonne humeur et la promesse d’une après-midi d’Arithmancie l’aida à bien se tenir. De plus, après ça, il allait pouvoir passer deux heures à prédire des conneries pour Archie et Dési en Divination, au plus grand malheur de Madame Patil qui avait bien compris qu’il n’était là que pour déconner bien qu’elle lui avait trouvé un don et une affinité exceptionnelle en troisième année quand elle avait lu son carnet de rêves. Lui qui avait toujours trouvé que ses rêves étaient bien trop étranges et surnaturels pour son bien-être mental, avait trouvé cette information complètement hilarante et, depuis ce jour-là, n’avait pas arrêté de prédire le futur de ses amis. « Dési, je suis inquiète pour toi. Hier j’ai rêvé que tu mutais et devenait un mélange étrange entre un serpent et un chat après avoir mangé des myrtilles. Si j’étais toi, j’arrêterais ce fruit pendant un moment. On sait jamais… »



***

 
Décidemment, leur petit groupe de révisions ne cessait de s’agrandir.

Le jeune Gryffondor n’avait pas pu retrouver ses deux serpents préférés avant la séance de Jeudi et il se rendit donc tout seul à la salle commune des Serdaigle. Evidemment, Archie et Dési étaient déjà là, cette dernière assise innocemment à coté de Dan – c’était sûr qu’elle n’allait pas être en retard celle-là. Mais à la place de Lizzie et Casey, le reste du groupe se composait de Roxane, Hugo et… Albus ? Nolan se frotta les yeux, mais le cadet de la fratrie Potter était bel et bien là. Le Gryffondor jeta un coup d’œil interrogateur à Archie qui le lui rendit. Apparemment, son meilleur ami ne semblait pas plus au courant que lui, bien que ça devait terriblement l’arranger.

Pour éviter d’attirer quelconque doute sur sa réaction, Nolan s’empressa de s’asseoir à droite d’Albus, en faisant en sorte de bien pousser ce dernier en direction d’Archie qui se trouvait à sa gauche. Il fut tout juste assis confortablement que Casey arriva et se plaça rapidement là où il restait encore de la place, c’est-à-dire, entre Dan et Hugo. Il fut rapidement suivi de Lizzie qui dut se faufiler à son tour à coté de Casey et donc assez proche de Dan, au mécontentement évident de Dési.

Ce petit groupe amusait Nolan. Et dire qu’à la base, c’était pour l’aider à approcher Rose. Rose qui n’était d’ailleurs toujours pas membre de leur groupe. L’idée était qu’elle veuille se joindre à eux de son propre gré, mais de là à inviter Roxanne et pas Rose ? Elles étaient copines ET cousines, ça n’aurait dû choquer personne si elles avaient été invitées en même temps. Il en parlerait à Dan.

En parlant de Dan, celle-ci semblait en pleine conversation avec Lizzie. Nolan lança un coup d’œil à Dési qui fulminait la Poufsouffle du regard. Il rigola intérieurement. Cependant, il ne put cacher son amusement longtemps lorsque Dési s’exclama :

- Tu ne veux pas arrêter de parler ? Ta voix me dérange.

Sacrée Dési.

- Tu n'es pas d'accord, Dan ? On est là pour travailler, quand même...

Le Gryffondor faillit s’étrangler sur ce coup-là. Elle feignait la sérieuse là ?

Il fut ramené à la réalité par Lizzie qui avait décidé d’ignorer le commentaire déplacé de Dési.

- Tu es au point sur la sortie pré-au-lard ? dit-elle en s’adressant à Casey.

Enthousiasmé par cette idée, il commença à se faire plusieurs scénarios dans sa tête. Il se voyait déjà aux Trois Balais avec Archie et Dési autour de bonnes Bièraubeurres. Malheureusement, il savait que la journée pouvait rapidement devenir déprimante s’ils avaient le malheur de tomber sur Albus et Chelsea ou Dan et n’importe quelle fille. Du coup, alors que les conversations poursuivaient autour de lui, il eut une idée. :

- On pourrait y aller ensemble ?

Le groupe hésita. Nolan savait bien que l’idée ne serait pas reçue avec grand enthousiasme, mais c’était la seule façon de réunir Albus et Archie, puis Dan et Dési sans soulever trop de questions. De plus, le Gryffondor comptait bien profiter de Dan pour qu’elle ramène Rose avec elle. C’était parfait. Ils pourraient tous se réunir aux Trois Balais puis tenter de se séparer en douce. Le « comment » ils y arriveraient n’était pas encore clair dans sa tête, mais au pire, ils improviseraient.

Voyant que Lizzie calait sur son devoir de potions, il lui proposa son aide, décidant que ce n’était ni le bon endroit ni le meilleur moment pour réfléchir à ça.


***

 
La fin de la semaine arriva sans trop de nouveautés, ce qui n’était pas choquant vu l’emploi du temps de Vendredi. A part la première heure de Sortilèges qui pouvait demander un peu de concentration de la part du Gryffondor, ce n’était pas le cas pour les deux heures qui suivaient. Entre la pause digestion, aka Etudes Moldus, et Histoire, Nolan se sentait déjà en week-end. Il était impatient de la première sortie à Pré-au-Lard et avait d’ailleurs passé la deuxième demi-heure d’histoire à faire une liste de ce qu’il avait (oublier chez lui) besoin d’acheter. Il avait passé un pacte avec Lorcan en troisième année quand ils avaient tous les deux compris que le cours d’histoire ne les enthousiasmerait pas plus que ça : chacun écoutait une moitié de chaque cours et ils partageaient ensuite leurs notes. Jusqu’à présent, ça avait plutôt bien fonctionné puisqu’ils avaient tous les deux eu un Acceptable aux BUSEs. Ce qui avait d’ailleurs fait rager intérieurement Cali qui s’était offusqué de leur stratagème depuis le début, bien trop passionnée par cette matière.  
 


***


Samedi matin, Nolan se réveilla avant ses camarades de dortoir. Un coup d’œil à son réveil et il fut surpris de voir qu’il était tôt, très tôt, ce qui expliquait pourquoi les autres dormaient encore. Chez les Gryffondors, il n’y avait qu’une seule règle sacrée dans le dortoir des garçons, toute année confondue, et c’était que les volets ne s’ouvraient pas avant que tout le monde ne soit levé, sans exception. Du coup, vu qu’il n’avait plus sommeil, Nolan s’extirpa silencieusement de son lit, enfila un sweat-shirt pour affronter la fraicheur du matin, attrapa son sac à dos et descendit dans la salle commune.

Vu qu’il était pratiquement seul et qu’il n’avait rien de mieux à faire, Nolan décida d’avancer sur ces devoirs restants. Il était au milieu de son devoir de potion lorsque son ventre se mit à grogner violement. Il avait repoussé le petit déjeuner, attendant une heure un peu plus raisonnable pour descendre et tenter de croiser ses potes, puisqu’il savait qu’il ne tiendrait pas s’il devait attendre ses confrères Gryffondors. Il jugea que 10 heures serait une bonne heure pour se diriger au grand hall, ce qui lui laissait une petite demi-heure pour se préparer.

Il rangea ses affaires et remonta tout aussi silencieusement dans son dortoir pour récupérer ses affaires et filer à la douche. Alors qu’il était penché au-dessus de sa valise, quelqu’un lui adressa la parole :

- Déjà debout Nono ?

Nolan sursauta. Coen venait de chuchoter depuis son propre lit, mais cela n’empêcha pas à son cœur de faire un bond.

- Putain mec tu m’as fait peur, l’accusa-t-il tout aussi bas.

- Tu vas déjeuner ? continua l’autre Gryffondor.

- Ouais, je pensais rejoindre Archie et Dési vu que vous étiez toujours couchés, expliqua-t-il. Tu veux te joindre à nous ?

De tous les Gryffondors, Coen était celui qui s’entendait le mieux avec son petit duo de serpents. C’était également le seul, à part lui, qui supportait tous les autres intégrants de cette maison, et plus précisément, le seul lion qui supportait Gwen. En effet, Coen était le plus calme de tous les Gryffondors de 6ème année (voir également des autres années). Ses amis le taquinaient souvent en disant qu’il avait été mal réparti. Calme, plutôt sage et réfléchis, il ressemblait plus à un Serdaigle. Il préférait écouter et observer à commenter et agir, et avait tendance à ralentir les impulsions de Nolan et Lorcan. Il n’en restait pas moins chaleureux et charismatique. Il avait cette facilité à être naturellement apprécié des autres, ce qui lui avait valu une place à la table des Serpentards quand il accompagnait Nolan, chose qui n’était pas donné à tout le monde.

- Avec plaisir.

Les deux garçons se préparèrent donc et furent rapidement dans le Grand Hall. Comme il l’avait calculé, Archie et Dési étaient déjà assis, face à face, à la table des Serpentards. Nolan prit place à droite de Dési alors que Coen se plaçait en face de lui, à coté d’Archie, et tendait déjà la main pour choper un petit pain. 

- Du coup Pré-au-Lard ? On s’organise comment ? lança Nolan en croquant dans un croissant dégoulinant de chocolat et se servant une bonne tasse de café au lait.

Finalement, aucun membre de leur groupe de révision ne s’était prononcé à ce sujet depuis la proposition de Nolan jeudi dernier. Il supposait alors que le plan était tombé à l’eau. Peut-être qu’ils se croiseraient directement sur place ?

- Après le petit déj vu qu’on est tous là ? proposa Archie entre deux gorgées de thé. Tu viens avec nous Coen ?

- C’est gentil, mais j’ai déjà promis à Alice que j’irai me baladerai avec elle, refusa-t-il poliment.

Archie acquiesça. Coen sortait avec Alice Jameson, une des poursuiveuses de l’équipe Poufsouffle, et cela depuis déjà un an.

Le reste des Serpentards se joignirent petit à petit à eux et les conversations s’enchainèrent, entre rires et taquineries.


***

 
Nolan grelotta légèrement en sortant dehors. Il ne faisait pas très chaud en cette fin de matinée de Septembre. Il oubliait souvent que Poudlard se situait au milieu de collines, dans les Highlands au Nord de l’Ecosse. Le Gryffondor frotta ses mains entre elles, soufflant dessus pour essayer de se réchauffer comme il pouvait. Il aurait peut-être dû prendre plus qu’un simple sweat shirt avec lui. Il couvrit sa tête avec sa capuche en espérant que l’après-midi se réchaufferai.

Le chemin vers Pré-au-Lard n’était pas long et on y croisait toujours d’autres élèves de l’école, puisque les portes étaient ouvertes depuis le petit matin jusqu’au soir. Dési, Archie et Nolan marchaient côte à côte et discutaient de ce qu’ils avaient prévus de faire aujourd’hui. Dési avait hâte de pouvoir enfin passer un bon moment avec ses deux garçons en dehors de Poudlard alors que Archie ne cherchait qu’à se vider l’esprit en leurs compagnie. La semaine avait été longue et il espérait que quelques heures dehors lui permettrait de penser à autre chose qu’Albus et Chelsea.  Nolan quant à lui était juste content de passer du temps avec ses potes et n’avait qu’une seule vraie envie : d’aller boire une bonne pinte de Bieraubeurre bien méritée au Trois Balais.

Complètement concentré sur leur conversation, Nolan ne remarqua pas que Lizzie s’était rapproché de leur petit groupe. Jetant un coup d’œil par-dessus son épaule, il remarqua que le reste de son groupe de Poufsouffles l’attendait quelques mètres plus loin. Il distingua Hugo, Lysandre et Casey. Nolan se surprenait toujours autant de voir Lizzie entourée de tous ces garçons. Il avait plutôt des souvenirs de la jeune fille accompagnée de deux autres filles. Mais il se souvenait d’une histoire chez les Poufsouffles comme quoi deux élèves avaient quitté l’école et se demanda si ces deux faits étaient liés ou pas. Le Gryffondor salua le petit groupe de garçons d’un geste de la main avant de se tourner vers la jeune Poufsouffle qui était en pleine discussion avec Archie.

- C’est dommage que l’idée de Nolan n’ai pas enthousiasmé plus les autres, enchaîna-t-elle en regardant ce dernier. Ça t’aurait permis de passer l’après-midi en compagnie de Albus.

- Hmm ce n’est pas plus mal, répondit le Serpentard. J’ai surtout envie de me vider l’esprit là en fait.

Lizzie acquiesça et lui tapota gentiment le bras, comme qui veut montrer son réconfort. A ce geste, Désideria se montra un poil possessive et tira Archie par l’autre bras, l’incitant à avancer.

- Je suis navrée Elizabeth mais nous avons un emploi du temps chargé aujourd’hui, affirma-t-elle pas du tout navrée, en affichant un sourire forcé. Et tes amis semblent t’attendre.

La jeune Poufsouffle se tourna vers son groupe qui discutait paisiblement ensemble. Elle fronça les sourcils tandis que Nolan pouffa de rire. Il adorait sa chère Serpentard et il adorait tout particulièrement son côté possessif. De l’extérieur, elle pouvait faire peur, mais le Gryffondor savait que c’était dans un élan de protection envers ses petits protégés.

- Tu tousses Nolan ? Aurais-tu besoin d’une petite tape dans le dos ? le questionna Dési, ou plutôt dit, le menaça-t-elle.

- Hum, euh, non, ça ira merci, s’empressa-t-il de répondre. T’es prêt Archie ?

La dernière chose qu’il voulait était de contrarier Dési. Il avait fini par comprendre cela au fur et à mesure des années à ses côtés.

Archie par contre, n’avait pas encore l’air d’avoir assimilé le message.

- Ça te dit qu’on se retrouve aux Trois Balais plus tard ?

Lizzie sembla ravie de l’idée, mais un coup d’œil envers ses trois camarades de maison la fit hésiter.

- Weasley, Scamander et Adams-Bening sont les bienvenus évidemment, ajouta-t-il.

- Je vais leur en parler, mais ce sera avec plaisir ! s’empressa-t-elle alors de répondre.

Ils s’accordèrent de se retrouver bientôt. La Poufsouffle rejoignit son groupe d’amis tandis que Archie se tourna vers ses amis.

- En route ?

- Sérieusement, tu ne trouves pas qu’on les voit déjà assez pendant la semaine ? soupira Dési. De plus, cette fille m’insupporte avec ses airs d’innocence et de naïveté.  

- Bah moi je l’aime bien, se défendit Archie. En plus, elle est prête à m’aider avec Albus donc je ne vais pas dire non quand même.

Pour détendre Dési, Archie l’embrassa sur la joue. Nolan éclata de rire et Dési se resigna. Elle se faufila entre ses deux garçons et passa ses bras autour des leurs avant de reprendre leur marche.
 

***


Après avoir estimé qu’ils s’étaient assez baladés entre les différentes boutiques, ils rentrèrent aux Trois Balais, au plus grand bonheur de Nolan qui se dépêcha d’aller au comptoir pour commander trois bierraubeurres. Il fut surpris de constater que le pub était complètement plein à craquer. Professeurs, élèves et habitants de Pré-au-Lard avaient tous décidés de se retrouver ici à cette même heure. Il espérait fortement que ses deux amis avaient réussis à se trouver une table.

Une fois servi, il chercha ses deux serpents préférés du haut de son mètre 79 et il fut surpris de les voir déjà assis à la table des Poufsouffles de tout à l’heure. A peine les eut-il rejoints qu’il remarqua que Dan, accompagné par Roxanne, se dirigeait vers eux.

 - Ça vous embête si on se joint à vous ? Toutes les tables sont prises…

Désidéria, qui jusqu’à présent avait plutôt l’air contrariée, lui adressa son plus beau sourire et s’empressa de lui répondre.

- Mais pas du tout !

La Serpentard se poussa le long de la banquette de façon à libérer la place à sa droite.

- Tiens, je t’ai fait une place.

Cependant, la jeune Serdaigle n’eut pas le temps de réagir qu’un fort bruit d’explosion retentit au loin, alarmant tout le monde. Tous ceux qui étaient assis se relevèrent, cherchant des yeux ce qui avait pu provoquer un vacarme pareil. Au lieu de voir quelque chose, ils entendirent un cri strident et la voix d’un homme.

- A l’aide !

Alarmés, les clients du pub commencèrent à paniquer et à se diriger vers la sortie. Le petit groupe se laissa entraîner par ce comportement et ils firent de même.

Dans la rue, la foule était incontrôlable. Les cris s’étaient intensifiés et ils purent admirer d’énormes flammes pas si loin d’eux que ça. L’incompréhension et la peur régnait, influençant le comportement des personnes présentes. Alors que certains étaient tétanisés sur place, d’autres fuyaient. Les élèves surtout, couraient en direction de l’école, malgré l’appel au calme des professeurs et surveillants. Les plus jeunes semblaient perdus, partagés entre les deux.

- Lizzie, il faut qu’on fasse quelque chose ! s’écria Casey, rappelant à la jeune fille son statut de Préfète.

Mais c’était trop tard, elle ne l’écoutait pas. A ses côtés, Archie s’était soudainement tendu. Nolan suivit le regard de son ami et observa avec horreur comment, loin devant eux, au plus près des flammes, Albus, complètement perdu, se faisait bousculer par un homme en panique et tomba au sol. Les gens autour de lui ne semblèrent pas le voir, ou alors décidèrent de l’ignorer, puisque personne ne tenta de l’aider. Au contraire, ils continuaient à s’affoler, en allant même jusqu’à lui marcher à moitié dessus.

Le Gryffondor réalisa avec un peu de retard ce que s’apprêter à faire son meilleur ami. Archie se lança dans la foule en direction d’Albus et avant que quelqu’un ne puisse la retenir, et Lizzie, contre toute attente, partit à son tour à ses trousses.

- Archie ! s’écria Dési affolée.

Nolan, reprenant rapidement ses esprits, la rattrapa avant qu’elle ne coure elle aussi derrière Archie. Malheureusement, personne ne retint Hugo, qui, ne supportant pas de voir Lizzie s’éloigner dans cette foule en direction des flammes, s’élança à la poursuite de la jeune fille. Dan réussit à agripper Roxanne par le bras avant que celle-ci ne se lance derrière son cousin.

Derrière eux, Casey, qui semblait être le seul à avoir réussis à garder son sang-froid pendant cet épisode, haussa la voix :

- Stop, arrêtez ! s’exclama-t-il brusquement pour les faire réagir. Mais vous-êtes fous ou quoi ? C’est super dangereux !

Roxanne se relaxa et acquiesça, comprenant son erreur.

A côté, Dési semblait complètement en panique, ses yeux balayaient la foule à la recherche d’Archie. Nolan la serra fort dans ses bras, tentant de la calmer.

A présent, tous les visiteurs étaient dans la rue et il était de plus en plus difficile de voir plus loin que quelques mètres. Les flammes se faisaient de plus en plus grandes et la fumée se faisait de plus en plus présente, au point qu’elle commençait à leur piquer les yeux.

- Il faut sortir de là, rajouta Casey en se couvrant les yeux.

- On ne peut pas les laisser là-bas ! gueula Nolan.

Il fit face à Casey, tendu et énervé, prêt à combattre le Poufsouffle s’il l’empêchait d’agir. Ce dernier restait calme malgré la situation, ce qui agaça d’autant plus le Gryffondor. Il y avait que lui qui se sentait complètement impuissant ? Cependant, à fixer intensément Casey, il capta que celui-ci n’était pas aussi calme qu’il ne laissait paraître. Son regard trahissait sa préoccupation. En effet, lui aussi avait perdu ses amis dans ce bordel. Nolan se détendit et se sentit étrangement proche du Poufsouffle.

- Je pense pareil que toi Nolan, mais Casey a raison, continua Dan. Si on reste plantés ici, on va juste finir enfumés.

Nolan hésita, mais fini par acquiescer. Il lâcha son emprise sur Dési, mais il la prit tout de même par la main, ne voulant pas la perdre. D’abord trouver un endroit plus sûr et ensuite ils chercheraient à retrouver leurs amis. Il déglutit difficilement : mais comment allaient-ils faire ça ?


____________________________________________________________________________
 Nolan Dwyer - 6ème année - Gryffondor
“Certains ne sont jamais seuls, ils sont toujours accompagnés de leur connerie.”


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Voir le profil de l'utilisateur

32 Re: Rdv à Poudlard ! le Dim 16 Juil 2017 - 11:24

Eva Bellini

avatar
Dictatrice
La première semaine de cours fut longue et fastidieuse, et Dan en vint presque à regretter son été plus qu’ennuyeux en Irlande. Presque. Les professeurs s’empressèrent de leur donner une montagne de devoirs, et Dan remercia Merlin pour la séance de travail avec Nolan qui lui avait permit de prendre de l’avance en Runes. La deuxième séance fut beaucoup moins productive, avec la présence de Redding et Lawson qui n’arrêtaient pas d’échanger des murmures et de détourner l’attention de Nolan. Dan réussit quand même à finir deux des trois parchemins demandés par Londubat, puis renvoya les trois autres dans leur Salle Commune respective, prétextant qu’elle était épuisée après son entraînement de Quidditch. Lawson continuait à se comporter bizarrement, et Dan ne savait pas quel était son problème, mais elle commençait à être sérieusement inconfortable en présence de la Serpentard.

— Donc non seulement Dwyer, mais aussi Redding et Lawson ? demanda Roxanne le soir après la deuxième séance de révision, le ton nonchalant.

Dan haussa les épaules et continua à ranger alphabétiquement les livres sur les étagères de la Salle Commune. Quelqu’un était passé pendant la nuit pour les réorganiser par taille en cachette. Les Serdaigle possédaient une collection personnelle, créée grâce à des décennies d’élèves laissant derrière eux un volume à chaque fin d’année scolaire. Si la tradition était adorée et respectée par tous les Serdaigle, ils n’arrivaient jamais à se mettre d’accord sur un système de classement, et les livres étaient réorganisés toutes les semaines.

—  Pour ma défense, je ne savais pas qu’ils allaient être de la partie. Ils sont un peu bizarres, tous les trois.

— Je ne te le fais pas dire. Surtout Lawson.

—  Elle a ses moments.

Roxanne la regarda d’un air peu convaincu et Dan grimaça et ajouta :

— Bon, d’accord, je suppose qu’elle a ses moments ? Elle était plutôt sympa, à la soirée.

— Sympa ?!  Mais enfin Dan, t’as vu comment elle a agi ? On aurait dit qu’elle essayait d’établir sa dominance partout où elle allait. Un peu plus et elle te pissait sur la jambe pour me tenir à l’écart, c’était gênant.

— Oh ça va, elle était bourrée, Rox. Va pas me dire que t’as jamais fait des trucs plus cons que ça.

Roxanne grimaça, mais se reconcentra sur ses devoirs et Dan retourna à ses livres.

— Vous révisez quoi la semaine prochaine ? demanda Roxanne après une dizaine de minutes de silence.

— Euh, Sortilèges. Je crois.

Roxanne désigna son parchemin de la main.

— Je galère bien sur le dernier parchemin que nous a demandé Vaughn. Je pourrais venir travailler avec vous, si ça te dérange pas ?

Dan lui jeta un regard intrigué, mais acquiesça. Roxanne n’avait pas de grosses difficultés en Sortilèges, même si ce n’était pas l’une de ses matières les plus fortes.

— Ça va faire du monde dans la Salle Commune, dit Dan après coup. Je pense que si ça continue, on va devoir déménager dans la Salle sur Demande.

La prochaine séance de révisions arriva vite, et avec elle arrivèrent de nouveaux venus. Dan discuta pour la première fois avec la batteuse de Poufsouffle, O’Brien, et fut ravie de découvrir que la jeune fille était non seulement sympathique, mais aussi bien calée en stats de Quidditch. Dan lui expliqua ce qu’elle avait prévu pour les sélections de Serdaigle (sans trop en dévoiler, il ne manquerait plus qu’elle dévoile ses secrets à l’ennemi) et Lizzie lui expliqua son entraînement pour garder la forme l’été. Elles parvinrent même à bien avancer sur leur devoir de Potions durant l’heure, et Dan la salua avec un sourire lorsque vint la fin de la session, heureuse d’avoir réussi à se faire une nouvelle connaissance.

Roxanne avait attendu que la porte de la Salle Commune de Serdaigle se ferme sur le dos de Redding avant de se tourner vers Dan et de la scruter du regard.

— Dis moi, t’as conscience que Lawson te drague lourdement ?

Dan, qui était en train de boire une gorgée de sa bouteille d’eau, manqua de s’étouffer.

— Pardon ?
                               
— Lawson. Pendant la soirée dans la Salle sur Demande, je m’étais dit qu’elle était juste particulièrement bourrée, mais elle a pas arrêté d’essayer d’attirer ton attention ce soir.

— Je croyais qu’elle avait juste besoin d’aide en Sortilèges.

— Mais oui, bien sûr, dit Roxanne avec sarcasme.

Dan ne répondit pas, hébétée, et Roxanne soupira avant de faire un effort visible pour mettre de côté sa rancœur vis-à-vis de la Serpentard :

— Bon, tu plais à Lawson, c’est cool. Mais toi, elle te plaît ?

Dan inspecta les nœuds du bois de la table avec plus d’attention que nécessaire, grattant une tache d’encre du bout de l’ongle. Elle n’avait rien remarqué de spécial dans le comportement de la jeune fille – elle parlait de la même manière à Redding et Dwyer parfois, quoique de façon plus familière. Dan réalisa avec surprise que Roxanne avait raison, et que ce qu’elle avait prise pour une marque de politesse voulait peut-être dire tout autre chose.  
                                                                                     
— Écoute, reprit Roxanne, t’es pas obligée de faire quoi que ce soit si t’es pas intéressée, elle comprendra le message assez vite.

Dan hocha la tête, et ignora la voix dans sa tête qui lui disait que peut-être elle n’était pas si désintéressée que ça.


* * *


Les meilleurs moments de sa semaine furent, sans aucun doute, les séances de Quidditch. Leur Attrapeur et une Batteuse avaient fini leur septième année l’année dernière, et il revenait à Dan de sélectionner les nouveaux membres de l’équipe. Elle avait déjà plusieurs personnes en tête, notamment un cinquième année qui avait déjà été refusé aux sélections par le précédent Capitaine, et une quatrième année qui était, d’après Maria, plutôt douée.

Le samedi matin, elle se dirigea sur le terrain de Quidditch, accompagnée de Jack et Maria, et installa le coffre contenant les balles sur le terrain. Jack, qui ne faisait pas partie de l’équipe de Quidditch mais aimait assister aux entraînements (apparemment, voir Dan gueuler l’amusait), alla s’installer dans les tribunes, un livre à la main. Maria sortit le souafle du coffre, et l’envoya sur Dan, qui l’attrapa d’une main.

— Connor et Amelia viennent ? demanda Maria, faisant référence au dernier Poursuiveur et à la Gardienne de l’équipe.

— Je leur ai demandé, oui. Ils ne seront peut-être pas trop utiles aux sélections en elles-mêmes, mais ils pourront en profiter pour se dérouiller après l’été.

— Et Gallagher ?

— Il a intérêt à se pointer, ou je vais le traîner sur le terrain à coups de pieds au cul.

Maria étouffa un rire. L’animosité entre Dan et le Batteur était bien connue de l’équipe. Ce n’était pas que Neil Gallagher était un mauvais joueur, loin de là, mais il n’était pas suffisamment doué pour justifier la taille de son ego, et sa mauvaise volonté durant les entraînements tapait sur les nerfs de Dan. Ils s’étaient engueulés plus d’une fois l’année dernière, et risquaient de recommencer cette année, mais Dan refusait de laisser ses sentiments personnels jouer dans l’équation.

Les potentielles nouvelles recrues n’arrivant pas avant une bonne demi-heure, Maria et Dan commencèrent à faire des tours de terrain à pied pour s’échauffer. Elles venaient de finir leur premier tour quand Gallagher, Connor et Amelia finirent par les rejoindre. Trois tours plus tard, ils se retrouvèrent à l’entrée du stade, où les attendaient une dizaine d’élèves de Serdaigle à l’air circonspect.

Dan les ignora le temps d’attraper une bouteille d’eau et de s’essuyer le visage avec une serviette, qu’elle jeta sur son épaule avant de leur faire face. Elle nota avec plaisir la présence des élèves qu’elle avait repéré (et peut-être légèrement harcelé pour être sûre qu’ils se ramènent. Légèrement).

— Bonjour à tous et merci d’être venus aujourd’hui. Je suis Dan Graves, Capitaine et Poursuiveuse de l’équipe. Comme vous le savez déjà, Serdaigle recherche un attrapeur et un batteur. Je choisirais les nouveaux membres selon leur technique et talent, mais aussi leur motivation, forme physique, esprit stratégique, et cohésion avec les autres joueurs. Nous allons commencer par un tour de terrain, puis, on verra ce que vous valez sur un balai. Allez hop, au boulot.
                       
Les nouveaux s’élancèrent sur la piste. Dan fit un signe de tête au reste de l’équipe, qui comprirent le message et sautèrent sur leurs balais. Un coup de pied au sol plus tard, ils virevoltaient dans les airs. Dan, quant à elle, suivit les nouveaux pour un dernier tour de terrain, prenant note de ceux qui n’avaient pas de difficulté à garder le rythme et ceux qui étaient à la traîne.
                                           
À la fin du tour, elle avait déjà repéré ceux qui s’amélioreraient avec un entraînement régulier, et ceux qui n’avaient pas le niveau de l’équipe. Parmi les derniers, trois étaient des deuxièmes années encore trop jeunes, mais avec du potentiel. Dan leur suggéra, avec toute la gentillesse dont elle était capable, de continuer à s’entraîner et de revenir aux prochaines sélections.

Une fois dans les airs, après les avoir observés voler après les balles pendant une vingtaine de minutes, elle élimina trois élèves de plus, dont un qui savait à peine tenir une batte correctement. Au final, il lui restait cinq recrues avec du potentiel : deux batteurs, qui s’entraînaient d’un côté du terrain avec Gallagher et Goldstein, et trois attrapeurs, qui zigzaguaient autour de Thomas et White. Parmi les attrapeurs, une élève de quatrième année sortait du lot de par l’agilité avec laquelle elle enchaînait les feintes et les plongées. Dan leur fit faire plusieurs exercices de dextérité, et la gamine s’en sortait toujours avec succès. Elle manquait un peu de vitesse et de confiance en soi – elle hésitait parfois à la dernière seconde avant de se lancer, et elle agrippait trop le manche de son balai. Rien qui ne pouvait s’arranger avec un meilleur balai et beaucoup d’entraînement.

Un Cognard traversa le terrain depuis le côté réservé aux batteurs et manqua de justesse d’aplatir l’un des attrapeurs. Dan se tourna juste à temps pour voir Gallagher abaisser sa batte, l’air amusé.

— Gallagher ! Dan gueula, l’air menaçant. Arrête de déconner et concentre-toi !

Gallagher lui jeta un regard énervé mais s’exécuta en allant rapatrier le Cognard qui s’acharnait toujours sur les pauvres attrapeurs.  Oluransi, un cinquième  année qui briguait le poste de batteur,  le suivit et ils échangèrent quelques mots, avant de se lancer à la poursuite du Cognard le plus proche. Oluransi l’atteint en premier, et exécuta un revers de Cognard nonseulement d’une puissance incroyable, mais aussi parfaitement maîtrisé, en direction de Gallagher. Celui-ci eut à peine à étendre le bras pour le renvoyer de l’autre côté du terrain. Maria s’arrêta à côté de Dan et émit un long sifflement admiratif.

— Il est doué, dit-elle.

Le commentaire était superflu, mais Dan hocha tout de même de la tête. Elle avait déjà eu un aperçu des talents d’Oluransi quand il s’était présenté aux sélections il y a deux ans. Déjà à l’époque, il avait un potentiel extraordinaire – mais le Capitaine à l’époque, un Serdaigle prétentieux nommé Seth, avait préféré choisir un joueur plus expérimenté, mais dont le talent n’arrivait pas à la cheville d’Oluransi. Dan avait traité Seth d’imbécile en plein milieu de la Salle Commune, et il l’aurait virée de l’équipe si ce n’était pour l’intervention du Professeur Vaughn. L’hostilité au sein de l’équipe leur avait coûté la Coupe des maisons cette année là. Mais avec un joueur de l’envergure d’Oluransi…

Dan siffla bruyamment, et ses joueurs s’arrêtèrent en cercle autour d’elle.

—  Trois contre trois, dit-elle, deux poursuiveurs et un batteur. White, tu prends le poste de poursuiveuse. Goldstein, Gallagher, avec moi. Thomas, White, Oluransi, vous prenez l’autre côté du terrain. L’équipe qui marque le plus de buts gagne. Les autres, vous observez.

Connor lui jeta un regard amusé, l’air de dire que son groupe n’avait aucune chance. C’était vrai, mais Dan resta de marbre. White était une gardienne, et Oluransi n’avait aucune connaissance de leurs tactiques – mais elle ne voulait pas qu’il gagne, elle voulait juste savoir s’il allait relever le défi.

Une fois les joueurs en position, Dan siffla à nouveau pour signaler le début du jeu, et s’élança en direction de Thomas, qui tenait le Souafle. A peine avait elle gagné possession qu’elle dû virevolter sur la droite pour esquiver un Cognard qui siffla à deux centimètres de son oreille. Elle échangea quelques passes avec Goldstein, donna un coup de coude à Thomas pour l’empêcher de récupérer la balle, puis parvint à hauteur des buts et marqua avec aisance. White s’empara immédiatement du Souafle et vola en direction des buts opposés, talonnée de près par Goldstein. Thomas fit signe à White de lui faire une passe, mais White, peu habituée à son poste de poursuiveuse, rata son coup et Goldstein parvint à s’immiscer entre eux pour lui voler la balle. Oluransi envoya un Cognard avec force et précision sur Goldstein, la forçant à lâcher le Souafle pour faire une roulade du paresseux.

Un sourire satisfait aux lèvres, Dan plongea dans les airs à la poursuite du Souafle.



* *  *



La visite à Pré-au-Lard arriva juste à temps pour permettre à Dan de relâcher la pression. Deux semaines de cours seulement, et les professeurs n’avaient qu’un seul mot à la bouche : ASPICs, ASPICs, et ASPICs. À les entendre, on pourrait presque croire qu’ils allaient les passer demain, et non pas l’année prochaine. Les BUSEs de l’année dernière étaient encore bien  trop fraîches dans sa mémoire. Elle avait réussi à décrocher deux O et plusieurs E, mais la tête de Redmayne quand Dan lui avait tendu une moitié de crapaud vivant après avoir loupé son sortilège de Disparition hantait encore ses cauchemars.

Une fois arrivées à Pré-au-Lard, Dan se dirigea immédiatement vers la boutique de matériel de Quidditch. Elle s’acheta de nouveaux protèges-genoux, et un autre tube de vernis pour balais dont elle n’avait pas techniquement besoin mais qui était fortement recommandé par Quidditch Weekly. Roxanne la suivit sans se plaindre pendant une bonne demi-heure puis traîna Dan hors du magasin quand celle-ci commença à soupirer un peu trop fort près du dernier Nimbus. Les jeunes filles retrouvèrent Rose à Honeydukes. Dan acheta un paquet de plumes en sucre et des bonbons au caramel pour elle, puis rempli son sac à dos de chocogrenouilles et fondants du chaudron pour Jack.  Le Serdaigle avait attrapé un rhume juste assez terrible pour le coincer à l’infirmerie pour la journée, mais pas assez pour l’empêcher de supplier Dan de lui ramener son poids en chocolat. Quelques boutiques de livres et vêtements plus tard, elles se dirigèrent vers les Trois Balais pour faire une pause, tout en débattant du dernier match des Canons contre les Tornades.

— De toute façon, les Canons sont tellement mauvais que c’est impossible de les détester,  dit Dan en ouvrant la porte et faisant signe à Rose et Roxanne de rentrer. Roxanne se faufila vers le comptoir pour commander trois pintes, laissant à Rose et Dan la charge de trouver une table dans le bar surchauffé.

— Arrête, les Canons sont pas mauvais, protesta Rose, d’accord, ils n’ont pas gagnés depuis quelque temps….

—  Quelque temps ? 1892, Rose. 1892.

— Mais leurs nouveaux joueurs ont énormément de potentiel ! Regarde Matthews, et Nylander…

— Matthews est un excellent poursuiveur, c’est clair, mais le management des Canons est beaucoup trop mauvais pour développer son talent correctement. Tu le mettrais chez Kenmare, ou Flaquemare –

— Oh tu me gonfle avec Kenmare, ils ne sont pas si bons que ça.

— Excuse moi, ce n’est pas comme si leur camp de développement avait produit les meilleurs joueurs des dernières décennies – Crosby ? Knight ? Bozek ?

— Les filles, interrompit Roxanne, guidant trois choppes flottantes du bout de sa baguette, je vous avais demandé de trouver une table.

Rose et Dan eurent la bonne grâce d’avoir l’air gêné. La journée étant particulièrement froide pour la mi-septembre, le pub était plein à craquer et il n’y avait aucune table de libre. Dan allait suggérer de sortir quand Tony Rosmerta, le fils des propriétaires, s’approcha de Rose, et lui signala qu’un élève avait été malade et devait être raccompagné à l’école.

Rose soupira et prit une gorgée de sa Bièraubeurre avant de tendre la boisson à Roxanne.

— S’ils vous proposent Préfète-en-Chef l’année prochaine, surtout, refusez, maugréa-t-elle, ce à quoi Roxanne leva discrètement les yeux au ciel. Je vous retrouve au château, ça risque de prendre un moment.

Rose s’éloigna à la suite de Rosmerta, et Roxanne et Dan se retrouvèrent seules pour chercher une table.

— Oh, y a Casey ! fit remarquer Roxanne. Avec Lawson et les autres du groupe d’étude.

Dan releva la tête et suivit son regard. Une large table près de l’entrée était en effet occupée de Casey, Elizabeth, et Hugo, ainsi qu’Archie et Desideria. Roxanne lui donna un coup de coude joueur quand son regard se posa sur la blonde.

Dan se considérait, en général, comme une personne logique. Réfléchie. Les atouts de l’équipe de Serdaigle avaient toujours été leur stratégie impeccable et une bonne dose de créativité, associés à une rigueur de fer. Elle s’était battue bec et ongles depuis deux ans pour rendre ses joueurs toujours meilleurs et faire grimper son équipe dans les rangs. Elle analysait la situation, créait des objectifs, et réussissait grâce à sa persévérance et son travail acharné. En un mot, elle n’était pas du genre impulsif.

C’est pourquoi elle avait du mal à s’expliquer pourquoi elle s’était dirigée vers Lawson d’un pas décidé, déterminée à lui demander face à face des explications.

— Ça vous embête si on se joint à vous ? demanda-t-elle poliment, avant que le regard étonné que lui lança Lawson ne la force à se justifier : Toutes les tables sont prises.

À peine les autres élèves s’étaient-ils déplacés pour leur laisser de la place, qu’une explosion retentit dans le pub, les faisant sursauter, accompagné de cris d’alertes.

Le chaos se déclara. Les clients, panique inscrite sur leurs visages, commencèrent à se bousculer en direction de l’unique sortie. Un homme âgé, qui utilisait sa canne pour libérer le chemin, poussa violemment Dan en arrière et elle serait tombée si ce n’était pour Desideria, qui attrapa son bras et l’aida à se stabiliser. Dan la remercia du regard, et vit l’air tendu de la jeune fille. Entraînés par la foule, le groupe se dirigea vers la sortie, essayant au mieux de ne pas se faire séparer par les clients affolés.

A l’extérieur, ce n’était pas mieux. Tout le village était sorti pour chercher la source du vacarme, et touristes et élèves affolés s’enfuyaient à toutes jambes le long de la rue étroite. Le groupe parvint à atteindre un coin relativement isolé dans l’entrée d’une des boutiques avoisinantes, hors de la foule en pagaille mais hésitant quant à la démarche à suivre. La panique augmenta d’un cran lorsque des flammes gigantesques, d’origine clairement sorcière, s’élevèrent des Trois Balais. Dan sentit le sang glacer dans ses veines. Un attentat, dans l’un des villages les plus protégés du monde sorcier ?

Roxanne lui attrapa le bras :

—  Albus, dit-elle avec urgence.

Dan releva la tête et vit le cousin de Roxanne au sol au milieu de la ruée. Elle jura lorsque Redding, puis O’Brien et Hugo, se précipitèrent à sa poursuite. Roxanne, qui venait de voir deux de ses cousins au centre d’un grave danger, tenta elle aussi de s’y précipiter, mais Dan la retint par le bras.

— Stop, arrêtez ! s’écria Casey d’une voix autoritaire. Mais vous-êtes fous ou quoi ? C’est super dangereux !

Roxanne acquiesça, et Dan put lâcher son bras avec soulagement. Elle ne savait pas ce qu’elle aurait fait si elle avait perdu sa meilleure amie de vue dans ce chaos. Archie, Elizabeth et Hugo avait déjà disparu, absorbés par la foule comme s’ils n’avaient jamais existés. Les flammes avaient engloutis le pub, et la fumée s’épaississait dans la ruelle étroite. Casey en était visiblement arrivé à la même conclusion :

— Il faut sortir de là.

— On ne peut pas les laisser là-bas ! s’énerva Nolan. Son regard était plein d’inquiétude pour ses amis alors qu’il serrait Desideria dans ses bras.

— Je pense pareil que toi Nolan, mais Casey a raison, dit Dan. Si on reste plantés ici, on va juste finir enfumés. Dirigeons nous vers la place centrale du village, l’air sera plus respirable. On lançera des étincelles de repérage et les autres nous y retrouveront.


— Et s’ils ne peuvent pas nous rejoindre ? demanda Desideria.

— Alors on ira les aider, affirma Nolan.

Chacun sembla tirer son réconfort de cet échange, et le groupe se mit en route en silence, sortant de l'encoche dans laquelle ils s’étaient réfugiés. Nolan et Desideria se mirent en tête, Dan et Roxanne suivirent, et Casey ferma la marche. Ils longeaient le mur en essayant de rester le plus proche possible des uns aux autres, lorsqu’un homme rentra violemment dans le dos de Roxanne, la poussant en avant. Elle tomba au sol brutalement, sa mâchoire heurtant les dalles de pierre avec un bruit écoeurant. Avant que les autres n’ait le temps de réagir, l’homme se releva et continua à courir sans même jeter un regard à Roxanne, qui restait à terre.

Le visage de Dan se vida de son sang, et elle se précipita aux côtés de sa meilleure amie. Roxanne n’était pas tombée dans l’inconscience, mais elle était visiblement en état de choc.

— Vite, faites un cercle autour d’elles, dit Casey sur le ton de l’urgence, alors que Dan aidait Roxanne à s'asseoir doucement.

— Je.... Je vais bien, dit-elle.

Il ne fallait pas un diplôme en médecine pour se rendre compte que c’était un mensonge. Sa mâchoire était en sang, et en train de gonfler. Dan utilisa la manche de sa chemise à carreaux pour l’essuyer avec précaution, déclenchant un sifflement de douleur.

— Oh, merde, jura Desideria. Dan suivit son regard jusqu’à la cheville de Roxanne, qui était tordue dans un sens pas tout à fait naturel. Dan releva l’ourlet de son jean pour dévoiler une cheville déformée et violacée. Roxanne se pencha légèrement pour observer les dégâts et grimaça, de douleur ou peut-être de dégoût.

— Oh merde, répéta Dan. Quelqu’un maîtrise des sorts de premier secours ?

—  Moi, répondit Roxanne, l’air toujours hébété, mais Dan l’ignora. Dans son état, il était plus probable qu’elle s’enchante la cheville à l’envers qu’autre chose.

Nolan ne dit rien, mais il avait l’air légèrement malade, phalanges blanchies autour de sa baguette. Casey, quant à lui, secouait la tête.

— Même si c’était le cas, c’est trop grave pour un Episkey. Il faut la ramener à l’infirmerie, et vite.

— Elle peut pas marcher dans cet état, objecta Desideria.

— On peut la faire léviter, proposa Nolan. Il fut bousculé par la foule qui se pressait contre son dos, mais parvint à garder son équilibre grâce à l’aide de Desideria.

Dan hocha la tête. Nolan leva sa baguette pour lancer le sort, mais Dan lui jeta un regard menaçant et sortit sa propre baguette pour lancer le Locomotor. Roxanne monta dans les airs à quelques centimètres du sol, et s’agrippa à sa jambe pour la protéger contre les accoups, la respiration saccadée et le visage tendu de douleur.

—  On restera en cercle autour d’elle pour la protéger,  mais il faut vraiment bouger, dit Casey, jetant un regard derrière lui. Si la foule s’évacuait peu à peu, la fumée était de plus en plus épaisse et leurs yeux et leurs gorges commençaient à brûler.  

— Courage, murmura Dan, et Roxanne lui rendit un sourire faiblard avant de pointer le menton en avant.

Le groupe se remit en marche, terriblement ralenti par ce nouvel handicap. Par chance, ils avaient presque atteint le bout de la rue, et avaient désormais beaucoup moins de scrupules lorsqu’il s’agissait d’empêcher la foule en panique de les atteindre : à l’abris derrière plusieurs protego, ils lançaient même parfois des mauvais sorts pour se débarrasser des gens sur leur chemin.

— Les Aurors sont probablement déjà en route, de toute façon, murmura Roxanne après une crise de toux. Ils sortaient enfin de la ruelle pour prendre une rue cochère, moins fréquentée, mais aussi moins enfumée.

— Pourquoi les Aurors se déplaceraient pour - commença Nolan, avant de s’interrompre subitement. Son visage se durcit. Tu pense que c’était un attentat ? repris-t-il, jetant un coup d’oeil derrière lui avant de serrer plus fort la main de Desideria.

Roxanne ne répondit pas, mais son regard trahissait son doute. Ils échangèrent des regards inconfortables, et ceux qui ne l’avaient pas déjà fait sortirent leur baguette. Dan raffermit son emprise sur la sienne, essuya ses yeux irrités et remplis d’eau, et se concentra pour ne pas faire tomber Roxanne. Il y avait encore du chemin à faire avant d’atteindre le centre du village.


____________________________________________________________________________
Dan - 6ème année - Serdaigle

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Fight because you don't know how to die quietly. Win because you don't know how to lose.
Voir le profil de l'utilisateur

33 Re: Rdv à Poudlard ! le Jeu 20 Juil 2017 - 13:54

Le lundi suivant marque le début de la routine scolaire ; les enchaînements de cours et de pauses auxquels Archibald a souvent du mal à s’habituer. Heureusement, à Poudlard, et surtout en commençant par trois heures de potions en compagnie des Gryffondors, on peut être sûr que quelques événements inattendus peuvent casser la routine qu’Archie déteste tant. Dans un cours de potions avec le professeur Dolan ainsi que les Gryffondor et les Serpentard de sixième année, des piques et des taquineries sont échangées à la minute ; si en plus Dolan est de mauvaise humeur et qu’il force les élèves des deux maisons à se mélanger, ça fait généralement des étincelles. Littéralement. Archie se souvient d’une fois où Lorcan Lovegood-Scamander de Gryffondor avait été mis en binôme avec la Serpentard Gwen Jones pour une potion d’Aiguise-Méninges en quatrième année ; ils avaient oublié de couper leurs racines de gingembre et avaient mis trop de scarabées pilés, ce qui avait produit une explosion énorme que McGonagall avait comparée aux explosions légendaires de l’artificier Seamus Finnigan lorsqu’il était élève à Poudlard.
Malheureusement, puisque ce n’est que le second cours de l’année, Dolan se cantonne à la théorie tout en leur promettant de commencer la pratique la semaine prochaine. Les trois heures passent lentement, même si Archie est assis à côté de Nolan ; tout comme le cours d’étude des Moldus et celui d’histoire de la magie.



****




Le mardi, Archie commence par Défense ; et il en est ravi. Il adore le professeur Strong, ce qui est réciproque puisque la Défense est une des meilleures matières d’Archie ; il donne tout et le professeur le voit bien. Quand il est arrivé au début de leur troisième année, Strong a terrifié beaucoup d’élèves, mais pas Archie, qui s’est directement pris de fascination pour cet ancien auror devenu professeur. Grâce à son expérience, il sait complètement de quoi il parle pendant ses cours où il apprend aux élèves en mettant vraiment l’accent sur la pratique. Dès les premiers cours, Strong a pris Archie sous son aile, après avoir constaté son assiduité et sa passion pour son cours.



Le cours de Strong passe rapidement, à côté de Desideria qui est autant à fond que Archie. Son amie était elle aussi passionnée par ce cours et son professeur ; à la bouche duquel elle reste pendue pendant tout le cours, mais ce n’est pas la seule raison de sa concentration : la jeune fille essaye de tout faire pour impressionner une certaine Serdaigle. Généralement, Archie aime bien se placer à côté de Desi en cours ; elle est assidue et très concentrée, sauf dans certaines matières, et cela stimule la concentration d’Archie.



Leur concentration reste la même pendant le cours de Sortilèges et ils arrivent rapidement à l’heure du déjeuner. Puis vient le cours de Runes qu’il passe avec Nolan, qui a la tête ailleurs. Il réussit à se concentrer pendant le cours mais a l’air tracassé, et Archie ne se retient pas de lui faire remarquer. Même si le Gryffondor change de sujet rapidement, Archie n’en pense pas moins : son meilleur ami a trop de choses sur le coeur. Avec un peu de chance, le week-end va pouvoir le faire décompresser un peu.



****




Lorsque le jeudi arrive, Archie se sent déjà moins ennuyé ; Lizzie et Adams-Bening ont rejoint leur study group mardi, et le mercredi a été une journée calme.



La journée n’en reste pas moins intense ; après deux heures de Métamorphoses avec Redmayne, une heure de Défense avec Strong et deux heures passées à la bibliothèque avec Desideria après la pause déjeuner, à bosser les premiers devoirs que les profs leur ont donnés, Archie a deux heures de divination. Ce cours est un peu une récréation, surtout avec Nolan qui a pris l’habitude de prédire n’importe quoi. Archie a choisi cette matière parce qu’il aime vraiment cet art, surtout le tarot et l’astrologie ; et il s’entend bien avec le professeur Patil, avec qui il peut avoir de longues conversations sur la divination sans se sentir inférieur ou pris de haut, comme ça peut être le cas avec certains professeurs.



Après le cours de divination, lors duquel Archie s’est efforcé à tirer les cartes pour un Nolan qui ne tenait pas en place et qui a passé son temps à prédire des vies horribles pour chacun des élèves, faisant presque pleurer de rire Desideria, les trois amis s’en vont dîner ensemble. Ils ont rendez-vous avec les autres pour une nouvelle séance de révisions et ne veulent pas être en retard - enfin,
ne veut pas être en retard, pour faire bonne impression auprès de Dan.



En arrivant à la salle commune des Serdaigle, Archie est à deux doigts de faire demi-tour et partir s’enfoncer sous sa couette, pour ne jamais en ressortir. Bon, ok, peut-être qu’il dramatise la chose, mais en arrivant, il n’était vraiment pas prêt à voir Albus Potter se pointer au study group, la bouche en coeur, accompagné de deux de ses cousins. L’un d’eux, Hugo, lance un regard noir à Archie avant d’entrer dans la salle commune ; apparemment, il a le béguin pour Elizabeth et n’apprécie pas trop qu’Archie s’approche de la Poufsouffle. Amusé, Archie lui répond avec un sourire innocent accompagné d’un clin d’oeil tout sauf innocent.



Archie croise le regard intrigué de Nolan, qui se demande pourquoi Potter est là ; et Archie le lui rend. Au moment de s’asseoir, le Gryffondor s’asseoit rapidement à côté d’Albus en faisant un signe discret à Archie, l’encourageant à prendre la place qu’il reste de l’autre côté du Serpentard.



Archie voit Lizzie lui lancer un grand sourire, l’encourageant à engager la conversation avec Albus. La jeune fille a le don de redonner du courage et de la confiance à Archie, qui décide de poser la question la plus banale à son voisin :



-Comment t’es arrivé là, Potter ?



-O’Brien a proposé à Hugo de venir et c’est lui qui m’a ramené, répond Albus. Pourquoi, tu veux que je m’en aille ? ajoute-t-il en levant un sourcil, un sourire espiègle se dessinant sur ses lèvres.



-Nan, je me demandais juste. Tu sais qu’au début, c’était censé être seulement Graves et Nolan qui devaient réviser ensemble ? Nolan a ramené Desi et moi, j’ai proposé à Lizzie et Adams-Bening de venir, Lizzie a ramené ton cousin et Graves ta cousine.



-En effet, ça a rapidement dégénéré, acquiesce Albus. Je pense que ça pourrait me faire du bien, j’ai du mal à me concentrer sur les cours.



Le ton d’Albus pique la curiosité d’Archie.



-Pourquoi donc ? s’enquit-il, s’efforçant d’étouffer l’espoir qui naît dans son esprit à l’idée que les choses se passent mal avec Parrish.



-Ca va pas trop avec Chel en ce moment.



Et merde. Archie s’étouffe avec sa propre salive mais réussit à le cacher en toussant.



-Comment ça ? demande-t-il lorsque sa toux se calme.



-Ben, j’ai l’impression qu’elle commence à s’ennuyer avec moi… Je crois qu’elle va bientôt me quitter.



Le coeur d’Archie est actuellement en train d’effectuer un numéro de cirque dans sa poitrine.



, pense-t-il.
-Mais bon, je vais aller lui parler, ça va être réglé en deux minutes, la connaissant.



Bon. Albus Potter vient d’écraser tous ses espoirs en l’espace d’une seconde.



-J’espère pour toi, déclare Archie avec un sourire quelque peu crispé.



Du coin de l’oeil, il voit Hugo Weasley qui regarde l’échange sombrement. Il doit se dire qu’Albus est en train de fraterniser avec l’ennemi…



Les deux Serpentard retournent à leurs affaires et Archie regarde Desi draguer Dan. Son esprit est trop occupé pour pouvoir travailler à ce moment, et il faut dire qu’être aux premières loges pour les échanges entre Graves et Desi, ça vaut le coup.



Il est tiré de ses contemplations lorsqu’un morceau de papier atterrit sur sa manche droite. Albus l’attrape rapidement, le dépliant.



-C’est quoi ? demande Archie.



-Hugo vient de m’envoyer ça. Ne le prend pas mal, mais je pense qu’il ne t’aime pas beaucoup…



Discrètement, Archie jette un coup d’oeil sur le mot, et discerne : “Tu fraternises avec l’ennemi, Al…” Un rire moqueur lui échappe et Albus lui lance un petit sourire gêné, essayant tant bien que mal de défendre son cousin.



-T’en fais pas, Albus, le rassure Archie. Je sais qu’Hugo n’est pas méchant, c’est juste qu’il a le béguin pour Lizzie et qu’il n’aime pas me voir avec elle…



-Tu as remarqué ? demande Albus.



-Euh, ouais, il n’est vraiment pas discret.



-Et du coup, quelles sont tes intentions avec Elizabeth ?



Archie le regarde, surpris. Il demande pour son cousin, ou pour lui ?



-Tu peux rassurer ton cousin, je ne suis pas intéressé par Lizzie.



Il regarde le brun gribouiller une réponse au dos du papier : “T’en fais pas pour Redding, il est pas intéressé par ton crush. Et arrête de dire que c’est un ennemi, je l’aime bien, moi. Entre Serpentard, faut bien qu’on se serre les coudes.”



Lorsque Albus lève la tête pour renvoyer le mot à son cousin, Archie tourne brusquement la sienne, cherchant à tout prix à éviter de croiser le regard de Potter. Merlin merci, il ne rougit pas, mais presque.



Heureusement, Lizzie, bénie soit-elle, demande à Adams-Bening s’il est prêt pour la sortie de samedi à Pré-au-Lard.



-On pourrait y aller ensemble, propose Nolan.



Voyant Desi hocher la tête à côté de lui, Archie remercie le destin de l’avoir fait tomber entre les mains de si bons amis.



****




La matinée du vendredi passe relativement vite. A 17h15 tapantes, Archie se retrouve sur le terrain de Quidditch, en tenue, prêt à préparer son équipe à l’année qui va arriver. L’équipe de Serpentard a perdu un seul membre, le capitaine et poursuiveur Joe Reynolds. Les prétendants à son poste sont au nombre de trois : Day, un garçon de septième année ; Cook, une quatrième année ; ainsi que la soeur d’Archie, Bianca, en troisième année.



-Bienvenue aux sélections de Quidditch de cette année, commence Archie. Puisqu’on était à peu près tous dans l’équipe l’an dernier, je vais me présenter uniquement aux prétendants : je m’appelle Archie Redding, je suis le batteur et nouveau capitaine. Reynolds étant le seul à avoir quitté Poudlard, et le reste de l’équipe ayant gardé leur positions, on n’a besoin que d’un troisième poursuiveur.



Archie fait signe aux trois prétendants de s’avancer.



-J’essaierai de ne pas faire de favoritisme avec ma soeur, ne vous inquiétez pas, lance Archie à l’équipe. Je choisis pas la personne mais le talent. Day, Cook, Redding, vous allez commencer par voler un peu, histoire que j’évalue vos capacités, ensuite des passes entre vous puis avec Patil et Cheng, ensuite avec Ivar aux anneaux et enfin, on s’entraîne tous ensemble.



Après avoir vu voler les trois poursuiveurs ensemble, puis avec les septième année et avec Ivar, Archie est forcé de se rendre à l’évidence : la meilleure, c’est Bianca. Elle est naturellement douée, et elle a beaucoup de potentiel. Day est agile mais pas assez rapide, et Cook est trop tendue sur son balai, elle n’a pas l’air à l’aise. Bianca, ayant grandi avec deux grands frères jouant au Quidditch dont un Poursuiveur, remplit toutes les conditions pour le poste.



-Bon, les nouveaux, venez par là, demande Archie une fois que tout le monde est à terre. Je pense que Redding est la plus calée pour le poste.



Des grognements se font entendre dans l’équipe, accompagnés d’un “pistonnage !” lancé par Gwen.



-Je vais m’expliquer. Cook, tu es beaucoup trop tendue, ton jeu n’est pas fluide. Day, tu es agile, mais pas assez rapide. Redding, tu es à l’aise sur ton balai, rapide et agile. Je pense que c’est toi qui fera le plus l’affaire.



Bianca le remercie avec un sourire rayonnant.



-Lavande, Tim, c’est vous qui êtes les plus concernés par ce changement de poursuiveur. Vous êtes d’accord avec moi ou pas ?



-Complètement, répond Lavande. C’était plus facile avec Redding qu’avec Day et Cook. Je vote pour, ajoute-t-elle en adressant un sourire à Bianca.



-Moi aussi, dit Timothée.



-Bon, adjugé, vendu ! Bianca, bienvenue dans notre équipe. Day, Cook… Bossez un peu et vous pourrez peut-être prendre les places de Chang et Patil l’année prochaine !



Cook et Day quittent le terrain en remerciant l’équipe tandis que Archie se tourne vers les autres.



-Petit débrief rapide avant de partir, annonce-t-il à son équipe. Tim, Lavande, vous vous êtes entraînés pendant l’été ou c’est moi ? J’ai l’impression que vous êtes encore meilleurs que l’an dernier.



Le couple acquiesce d’un même geste, avec un sourire.



-On a passé tout le mois de juillet avec le père de Lavande à voler, affirme Tim.



-Vous avez bien fait. Ivar, faut que tu te concentres plus, t’en a laissé un peu trop passé. Gwen, calme-toi un peu, personne ne veut mourir sur le terrain.



Ivar acquiesce, sourcils froncés, tandis que Gwen lance un sourire innocent à Archie.



-Albus, ben… C’est parfait, comme d’habitude. Comment tu fais, merde ?



Albus lui répond avec un sourire malicieux et se tourne vers les gradins pour faire un signe à quelqu’un. Archie fronce les sourcils, puis son estomac se retourne lorsqu’il reconnaît Parrish.



-Il est déjà 19h30, annonce-t-il en regardant sa montre. Vous êtes libérés !



Le brouhaha envahit le terrain et Archie se dirige vers les vestiaires. Ce dont il rêve actuellement, c’est de rentrer, prendre un longue douche brûlante aux dortoirs, se mettre en pyjama et se blottir avec Desi dans un sofa de la Salle commune. Il prend une douche assez longue et se dépêche à se changer. Jurant en voyant qu’il a oublié de prendre un pull, Archie sort des vestiaires en serrant ses bras contre sa poitrine, essayant tant bien que mal de se protéger du vent froid. Tous les membres de l’équipe ont quitté les vestiaires, et, en se retournant pour fermer la porte à clé, il tombe nez-à-nez avec une scène qui lui donne la nausée : Parrish est plaquée contre le mur des vestiaires, les mains plongées dans les cheveux noirs d’Albus, tandis que celui-ci a une main passée sous le t-shirt de la Poufsouffle.



-Potter, c’est pas le moment ni le lieu, grogne Archie, exaspéré. Tu sais bien que McGonagall n’aime pas que les élèves soient sur le terrain de Quidditch en dehors des entraînements.



Albus a la décence d’avoir l’air gêné.



-Merde, désolé, je -



-Depuis quand tu te soucie du règlement, Redding ? le coupe Parrish d’une voix ennuyée.



-Personne ne t’a demandé, Parrish, répond-il sèchement. Alors soit vous partez, soit c’est moi qui vous fait partir.



-Ok, ok, c’est bon, dit la jeune fille en se décollant du mur.



Attrapant Albus par la main, elle quitte le terrain à grands pas. Archie laisse le couple prendre de l’avance puis s’élance à leur suite pour rentrer au château.



****




Lorsqu’il arrive à la Salle commune, Desideria l’attend sur un sofa, comme promis, avec un panier rempli de nourriture qu’elle est allée chercher aux cuisines. C’est la tradition depuis qu’Archie a rejoint l’équipe de Quidditch en troisième année : Desideria l’attend après l'entraînement et ils mangent ensemble dans la Salle commune.



-Oh, ça va pas, toi, annonce Desi en le voyant arriver. Qu’est-ce qui t’arrive ?



-Devine.



-Albus ?



Le regard que lui lance Archie suffit à lui faire comprendre. Elle décroise les jambes et Archie s’allonge, posant sa tête sur les genoux de la jeune fille. Il lui raconte la discussion de jeudi, le mot d’Hugo, et ce qu’il a vu en sortant des vestiaires.



-Mon pauvre, murmure Desideria d’un air compatissant, passant une main dans les cheveux du garçon. Tu commences à vraiment t’attacher à lui, n’est-ce pas ?



Archie se couvre le visage d’une main en gémissant.



-Qu’est-ce qui m’arrive, Desi ? Je pensais pas que j’allais avoir un crush sur lui au début de l’année… Mais c’est plus fort que moi, j’peux pas m’en empêcher.



-Je sais bien que c’est pas de ta faute, affirme la jeune fille. Tu le contrôles pas.



-J’ai aucune chance avec lui, il est trop obsédé par Parrish.



Desideria lâche un soupir.



-Qu’est-ce que je t’ai dit ? Parrish va se lasser de lui super rapidement, je leur donne même pas deux semaines. Et qui est-ce qui sera là pour recoller les morceaux quand elle aura quitté Albus ? Archie-chéri !



Archie esquisse un sourire face à l’enthousiasme visible de Desi.



-Mouais, je sais pas… Tu les aurais vus tout à l’heure, ils avaient pas l’air décidés à se lâcher.



-Mais, Archibald ! proteste la jeune fille. Tu ne comprends rien ! Je te dis et je te répète que Parrish ne tombe jamais amoureuse, et que pour elle, les mecs, ce sont des jouets.



-Et si Albus, c’était l’exception ? Si elle voulait plus le lâcher, si elle se disait qu’elle avait enfin trouvé le bon ?



Desi éclate de rire.



-Parrish ? “Trouver le bon” ? Pas possible, crois-moi. Tu peux même demander à O’Brien, je suis sûre qu’elle te dira la même chose.



-Peut-être que t’as raison. Toujours est-il qu’il va me rendre fou !



-Ah, mon pauvre Archibald… dit Desi de façon dramatique. C’est l’amouuuur !



****




C’est de bonne humeur que Archie se lève le samedi matin. Aujourd’hui, c’est la première sortie à Pré-au-Lard de l’année ; Desi, Nolan et lui ont prévu d’aller faire quelques emplettes avant de se poser aux Trois Balais, histoire de penser un peu à autre chose.



Après le petit-déjeuner, Archie, Desi et Nolan se retrouvent aux cachots pour partir ensemble. Une fois dehors, les trois amis discutent de leurs plans pour la journée lorsque Lizzie et son harem inversé de Poufsouffle s’avance vers eux. Nolan étant toujours passionné par sa conversation avec Desideria, Archie se détourne discrètement afin d’aller saluer la jeune fille.



-Dis, ma voix est vraiment insupportable ? lui demande Lizzie, inquiète.



Archie ne comprend pas sur le moment mais explose de rire lorsqu’il saisit enfin de quoi parle la Poufsouffle.



-Oh, non, t’en fais pas, la rassure-t-il. C’est juste Desi, elle est comme ça avec tout le monde…



Lizzie esquisse un petit sourire gêné.



-J’ai repensé à ce qu’a proposé Nolan, dit-elle. On pourrait, um… On pourrait se retrouver à un moment dans la journée ?



-Pourquoi pas.



-Mais c’est dommage que ça n’ait pas enthousiasmé plus les autres, dit-elle. Ca t’aurait permis de passer l’après-midi avec Albus.



Archie émet un grognement.



-Ce n’est pas plus mal, répond-t-il. J’ai surtout envie de me vider l’esprit. Je t’expliquerai.



Alors que Lizzie lui tapote le bras en signe de réconfort, Archie sent Desi lui tirer le bras pour l’attirer à elle.



-Je suis navrée, Elizabeth, mais nous avons un emploi du temps chargé aujourd’hui. Et tes amis semblent t’attendre.



Archie esquisse un sourire en envoyant un regard d’excuse, se rappelant ce qu’il vient de dire à Lizzie : “C’est juste Desi, elle est comme ça avec tout le monde.” C’est vrai que Desi peut être très possessive parfois, surtout quand des filles tournent autour de Nolan ou Archie.



-Ca te dit qu’on se retrouve aux Trois Balais, du coup ? demande Archie à Lizzie, recevant un regard noir de la part de Desi.



En voyant la Poufsouffle se retourner, hésitante, vers ses trois camarades, il se dépêche d’ajouter :



-Weasley, Scamander et Adams-Bening sont les bienvenus, évidemment.



-Je vais leur en parler, mais ce serait avec plaisir !



-Parfait, alors on se retrouve là-bas une fois qu’on a fait ce qu’on avait à faire, conclut Archie. En route ?



****




Archie, Desideria et Nolan prennent leur temps pour faire leurs emplettes. Les deux garçons traînent Desi dans le magasin de Quidditch tenu par Katie et Alicia Bell-Spinett, dans lequel ils passent beaucoup trop de temps à choisir de nouveaux gants pour Archie et du vernis pour Nolan. En retour, Desi traîne les garçons chez Miranda Burbage, la boutique de vêtements la plus prisée (et la plus chère) de Pré-au-Lard, dont la jeune fille sort avec un chemisier blanc, une nouvelle cravate aux couleurs Serpentard ainsi qu’une cape sans manche, non sans avoir essayé quatorze hauts, trois robes et sept manteaux. Ensuite, les trois amis se mettent d’accord sur Honeydukes, où Nolan achète son poids en sucreries, et Zonko, dans lequel ils piochent des idées de farces à faire.



Une fois leurs emplettes finies, Nolan, Desideria et Archie se rendent aux Trois Balais où ils se séparent : Nolan est affecté au comptoir pour aller commander leurs pintes de Bierraubeurre tant attendues, tandis que Desi et Archie se mettent en quête d’une table. Du coin de l’oeil, Archie remarque Lizzie assise à une table avec ses trois camarades.



-Allez, viens, on va s’assoir avec Lizzie, fait Archie en tirant sur la manche de son amie.



-Pourquoi ? J’ai pas envie de traîner avec ces Poufsouffle, répond Desi en geignant.



-Ca va pas te tuer de passer une heure avec eux. En plus, toutes les autres tables sont prises, on va galérer à en trouver une vide.



Desi ouvre la bouche pour parler, mais Archie se retourne et attrape la main de la jeune fille, qui le suit à contre-coeur.



-Ca vous dérange si on s’assoit avec vous ? demande le Serpentard en arrivant devant leur table.



-Non, non, bien sûr ! s’exclame Lizzie. Faites-leur de la place, les garçons.



Les trois Poufsouffle s’exécutent et Archie et Desi s’assoient côte à côte.



-Dwyer n’est pas là ? demande Adams-Bening, les sourcils froncés.



C’est au tour de Archie de froncer les sourcils. Qu’est-ce qu’il lui veut ?



-Il est parti nous chercher à boire, répond Desi. Pourquoi, tu as un problème avec lui ? ajoute-t-elle sèchement.



-Oh, non, je me posais juste la question, puisque vous êtes toujours ensemble, tous les trois.



Archie hausse les épaules ; il va falloir qu’il ait une petite discussion avec Nolan.



Comme s’il avait été invoqué, Nolan arrive avec trois pintes dans les mains, et se laisse tomber à côté d’Archie en saluant les Poufsouffle.



-Ca vous embête si on se joint à vous ? Toutes les autres tables sont prises.



Archie lève la tête vers la nouvelle arrivante - ou plutôt les nouvelles arrivantes. Graves et Weasley se tiennent devant eux, et le Serpentard étouffe un rire en imaginant la réaction de Desi. D’ailleurs…



-Mais pas du tout ! s’écrie-t-elle. Tiens, regarde, je t’ai fait une place, ajoute la jeune fille en glissant sur la banquette et en poussant Archie.



Mais Dan n’a pas le temps de s’installer, puisqu’une explosion retentit juste à ce moment là, suivi de cris. Le bar entier est en panique ; tout le monde se lève brusquement et se précipite vers la sortie. Le petit groupe se voit rapidement obligé à suivre le mouvement de la foule pour ne pas finir piétiné, et ils parviennent tant bien que mal à sortir du pub en un seul morceau.



Dehors, la panique est à son comble ; tout le monde crie, court dans tous les sens. Dan réussit à se frayer un chemin dans la foule et le reste du groupe la suit, avant de s’arrêter dans l’entrée d’une boutique. C’est une scène de guerre que les élèves et les touristes sont en train de vivre. Le pub des Trois Balais est en feu, tout le monde court dans tous les sens, il y a même quelques blessés.



-Albus, dit soudain Roxane en attrapant le bras de Dan.



Archie se tend, son regard se posant presque instantanément sur Albus, et la panique s’empare de lui. Le garçon est par terre, et il regarde autour de lui, l’air complètement sonné, alors que les gens courent autour de lui, sans faire attention au jeune homme.



Dans un élan très gryffondoresque, et sans pouvoir s’en empêcher, Archie se lance en direction d’Albus. Il entend vaguement Desideria crier son prénom d’un air paniqué et prie pour que Nolan la retienne.



-Archie ! Archie attends-moi !



-Attends-nous, merde ! Lizzie, pourquoi il a de si grandes jambes ?



Archie se retourne abruptement et tombe nez-à-nez avec Lizzie, suivie de près par Hugo Weasley, qui le percutent de plein fouet.



-Lizzie ?
? demande-t-il, incrédule.



Il s’attendait plutôt à ce que ce soit Nolan ou Desi, ou les deux, qui le suivent.



-J’allais pas te laisser partir comme ça, tout seul, dit Lizzie simplement.



-Et c’est quand même mon cousin que tu allais chercher, j’allais pas te regarder faire sans rien dire ni rien faire, ajoute Hugo.



-Mais… commence Archie.



La tournure des événements commence à devenir sérieusement bizarre : d'abord cette explosion inexpliquée, puis sa propre réaction et maintenant Hugo Weasley qui vient l’aider ? Archie se demande s’il commence à devenir fou.



-On s’en fiche ! le coupe Hugo, agitant un doigt devant le visage du Serpentard. T’as peut-être agit sur le coup de la panique, mais on est la
on peut pas reculer et il faut qu'on trouve Albus, donc ferme-la et aide nous !



Lorsqu'il ferme la bouche, Hugo est rouge et haletant ; et Archie est soufflé. Il ne pensait pas que ce genre de phrases pouvait sortir de quelqu'un aussi calme et composé que Hugo Weasley.



-Allez, au boulot ! s’exclame Lizzie.



Les trois se remettent en route : Archie ouvrant la foule, Lizzie au milieu et Hugo fermant la marche. Après quelques minutes de recherche, Archie entend une voix qui crie son prénom.



-Archie, c'est toi ? Merlin merci, j'ai cru que je m'en sortirais jamais ! Oh, Hugo et Elizabeth, aussi !



Archie baisse les yeux et son regard rencontre celui d’Albus, dont le visage est plus pâle que jamais. Quelques gouttes de sueur perlent à son front et il est en train d’appuyer un pull de toutes ses forces sur sa cuisse droite. Archie sent son visage se décomposer et se laisse tomber au sol à côté du garçon, rapidement suivi des deux Poufsouffle.



-Albus, qu’est-ce qui s'est passé ? demande Lizzie, paniquée. Fais-moi voir.



Quand Albus retire sa main pour montrer les dégâts aux autres, Archie entend Hugo prendre une grande respiration, et lui-même a un léger haut-le-coeur. Sa cuisse est entaillée sur toute la largeur, et son jean est plein de sang.



-On fait quoi? s’écrie Hugo, affolé.



-On ne panique pas, répond Lizzie. Albus, il faut que tu te concentre sur quelque chose, ok?



Albus acquiesce. De sa main gauche, il agrippe la cuisse d’Hugo et de sa main droite, la main d’Archie. Ce dernier commence à se sentir mal ; il a l’estomac retourné, la fumée lui pique les yeux et respirer devient de plus en plus difficile. Son coeur bat à cent à l’heure et la panique commence à s’emparer de lui, mais la main d’Albus dans la sienne a un effet calmant, alors Archie se concentre sur la sensation.



-Je vais ouvrir un peu ton jean et lancer un Aguamenti sur ta blessure, et ensuite on t’emmène à l’infirmerie. D’accord ?



Une fois de plus, le garçon hoche la tête. Lizzie découpe le jean et Albus blêmit en voyant l’étendue des dégâts. Il ferme les yeux et coupe sa respiration - mais c’est exactement la chose qu'il ne faut pas faire. Alors, de sa main libre, Archie attrape le menton du garçon et tourne son visage vers lui pour capter son regard.



-Albus, regarde-moi, dit-il désespérément. Il faut que tu respire, ok ? Si tu respires pas, ça va juste te faire encore plus mal. Allez, inspire, expire, lentement et profondément…



Albus réussit tant bien que mal à caler sa respiration sur celle d’Archie tandis que Lizzie lance un Aguamenti sur la cuisse du garçon.



-Oh merde, je crois que je vais être malade, marmonne Hugo en se détournant de la scène.



-Putain, Weasley, accroche-toi, merde ! jure Archie alors qu’Albus tente de regarder sa blessure. Non, Albus, regarde pas, merde !



-C’est si moche que ça ? demande Albus, la voix tremblante.



D’un coup, Archie a l’impression de voir une toute autre personne. Albus, qui est d’habitude renfermé, et dont les émotions ne se montrent que dans ses yeux, a complètement changé d’attitude. Son visage entier transmet toute la douleur et la panique qu’il ressent, et ses yeux cherchent frénétiquement quelque chose pour se rassurer. Une fois de plus, Archie capte le regard du garçon alors qu’Hugo répète :



-Regarde pas, Al, ça va aller, ça va aller…



-Je pense qu’on ferait mieux d’y aller, s’exclame Lizzie en se relevant. J’ai bien nettoyé la blessure, je propose qu’on s’en aille avant que la situation n’empire.



D’un même mouvement, Hugo et Archie se lèvent et attrapent chacun un bras d’Albus pour le soulever. Hugo étant plus petit que son cousin, la tâche s’avère plus délicate que prévue, surtout compte tenu de la blessure du garçon. Le Poufsouffle et le Serpentard passent un bras du blessé autour de leurs épaules ; et Archie passe son bras autour de sa taille pour le soutenir du mieux qu’il peut, tandis que Hugo agrippe le poignet passé autour de ses épaules. Tant bien que mal, le petit groupe fend la foule, Lizzie en tête, baguette levée.



Heureusement qu’elle l’a suivi, pense Archie. Si il s’était retrouvé seul avec Albus dans cet état-là, il n’aurait pas su réagir avec autant de sang-froid que la jeune fille. Maintenant qu’il n’a plus l’estomac retourné par la vue du sang et la panique, il sent l’inquiétude monter en lui et laisser un grand vide dans son ventre - il n’a pas réfléchi une seule seconde avant de s’élancer vers Albus et n’a pas pensé à Nolan ou Desideria, et il se maudit pour ça. S’il leur arrive quelque chose, Archie sera incapable de se le pardonner, et il espère de tout son coeur qu’ils sont sains et saufs.

Soudain, un bruit assourdissant tire Archie de ses pensées et une voix ressemblant fortement à celle d’Hugo Weasley s’élève dans un cri strident et paniqué.


____________________________________________________________________________
archie redding, serpentard, six 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
i'd have been yours, if you had been mine
but my hopes had faded by the time
can you hear me tonight? 
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 2 sur 2]

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum