Bienvenue sur l'Univers du Fantastique! Amusez-vous bien!

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Silicium Céleste

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

1 Silicium Céleste le Lun 16 Juil 2012 - 18:51

[Salut à tous ! Donc voilà, j'avais prévu d'écrire une petite histoire sur l’obtention du pouvoir de Shiruka (il peut inverser la gravité).
Au départ j'étais censé écrire l’histoire en entier puis vous la mettre, mais je me suis dit qu'il valait mieux que j'attende les conseils de vrais pros pour continuer !
Donc si vous avez le courage de lire, lisez, ça me ferai très plaisir ! Et puis sachez que moi-même en lisant je me suis rendu compte que c'était plutôt... "fade", sans émotions (Du moins le début, le début est un peu lent aussi). Mais je me suis déjà beaucoup plus amusé à écrire la fin, merci à ceux qui vont lire et sachez que j'attend de véritables critiques, dites moi ce que vous en pensez, n'hésitez pas à être dur (je sais que je ne suis pas fait pour l'écriture ^^'), cela me permettra de m'améliorer !]

La version est corrigée !

Silicium Céleste

Chapitre I

Je m'appelle Shiruka, Shiruka Kodaké. Je vivais dans un petit village. Un village banal à vrai dire. Cette ville s'appellait ''Ronibourg'' et elle était entièrement entouré d'un long mur épais. Il n'y avait jamais rien d'extraordinaire, tout est normal, trop normal. En revanche, tout le monde se connaissait, et l'ambiance était toujours présente. Moi, j'étais un garçon rêveur. Je rêvais d'aventure et de danger, mais c'était toujours dur de revenir à la réalité : « la magie, les pouvoirs n'existent pas... ».
L'histoire que je vais vous raconter c'est passée il y a plusieurs années. Le dimanche au village c'était le jour du marché. Il y avait toujours les agriculteurs du coin qui, pour vendre, criaient des choses incompréhensible, des musiciens étaient toujours au centre de la place. Il étaient cinq en tout, cinq guitaristes, ils étaient tous très doués et ils nous jouaient toujours une musique espagnol très rythmé ! Il y avait aussi tout les autres commerçant et les acheteurs, c'était le jour le plus animé de la ville.
J'étais chargé d'acheter du pain pour ma famille et, comme chaque dimanche, j'allais voir le boulanger : René Boucher. Son nom me faisait toujours rire, un boulanger s’appelant monsieur Boucher c'est pas banal. Et puis, il semblait qu'il ne se soit jamais rendu compte que son prénom et son nom donnaient un jeu de mot plutôt gênant... Mais c'était un homme très sympathique, il m'offrait toujours une baguette en plus quand j'allais chez lui. Après avoir acheté le pain je rentrais chez moi en passant comme d'habitude par la rue principale. Il y avait beaucoup de restaurant dans cette rue. L'odeur des frites flottait toujours dans les air ce qui me donnais toujours faim. Enfin, passé quelques autres rue, je me retrouvais enfin chez moi. Ma maison n'était ni grande, ni petite. Il y avait un étage mais en haut, c'était le bureau de mon père, en bas il y avait toutes les pièces importantes comme les chambres et le cuisines. Nous n'étions ni riche ni pauvre non plus, nous vivions paisiblement avec mes deux parents. Ma mère était très sympa mais elle me couvait trop... j'ai toujours eu droit à des « Shiruka, n'oublie pas ton manteau il va faire froid ! » ou « Shiruka, interdit de sortir après six heure, imagine qu'il y ai des loups qui veulent te manger dehors ! ». Elle ne comprenait pas que je grandissais et qu'il fallait qu'elle me lâche un peu. (D'ailleurs, j'habitais loin des forêt, aucune chance qu'il y ai un loup). En revanche mon père lui était génial, il me laissait aller voir mes amis en douce même après six heures, il jouait souvent avec moi, nous parlions de tout et de rien, c'était lui qui me comprenait le mieux. J'étais très heureux d'avoir une telle famille, excepté ma grand mère... Cette ''femme'' est juste horrible...
Enfin, chaque soir après avoir mangé, j'allais dans ma chambre et je m'occupais : Soit je dessinais, soit je lisais. Tout ce qui pouvait m'occuper et si possible mon imagination était bon mais ce que je faisais chaque nuit sans aucune exception, c'était de contempler mon objet favori : Cela avait une forme de une demi-pyramide. Je ne connaissais pas la matière de l'objet mais cela ressemblait fortement à du verre. Elle était d'un bleu électrique et quelque chose à l'intérieur bougeait en permanence, une sorte de boule de nuage bleu foncé. C'était magnifique, je n'avais jamais rien vu de tel, c'était encore plus beau que du diamant. Quand je la prenais dans mes mains et que je le mettais près de moi je me sentais bien. Mon corps se réchauffait instantanément et le bien-être s'installait. Je ne sais pas vraiment ce que c'était mais cela me faisait toujours rêver, c'est le seul objet qui me permettait encore de croire en la magie malgré.
Cet objet je l'ai trouvé sur une colline, juste à coté d'un arbre. Je ne savais pas ce que c'était mais je l'ai pris. Depuis, je le gardais toujours sur moi, dans ma poche même si cela prenait un peu de place.

Mais tout cela à changé un soir. Depuis ce jour, rien n'est comme avant. Comme chaque dimanche, j'allais chercher le pain, mais quelque chose de très bizarre s'est passé. Dans la grande ruelle où je passais d'habitude pour rentrer chez moi j'ai entendu un appel au secours.
- Ah !! à l'aiiide !!
Je me suis retourné, le bruit venait de derrière. Mais personne ne semblait l'avoir entendu, pourtant il était fort ! J'ai pris ça pour une hallucination et j'ai repris mon chemin mais j'ai à nouveau entendu le cri, et beaucoup plus fort cette fois ci :
- Arrête ça tout de suite !
Cette fois si c'était sûr, j'avais entendu un appel au secours... Mais encore une fois, personne ne semblait entendu. Je me suis précipité dans une petite ruelle, il me semblait avoir entendu le bruit par ici. J'ai tourné la tête à droite, à gauche, il n'y avait rien. Et en face c'était un cul-de-sac. La ruelle était plutôt sombre. Alors que je m’apprêtais à chercher ailleurs, une fille est tombé du ciel ! Je l'ai regardé, ébahi, puis j'ai levé la tête, j'étais entre deux maisons et elle étaient toute le deux de plus de quatre mètres de haut.
Je me suis précipité vers la fille et je l'ai prise dans mes bras. Elle avait des cheveux noirs long jusqu'à la moitié du dos et un visage fin, elle ne bougeait plus...

- Euh... ça va ? Lui ai-je dis avec la voix tremblante.
Elle à ouvert les yeux d'un coup ce qui m'a surpris, je l'ai lâché par terre, elle s'est cogné la tête contre le sol avant de grogner.
- Mais ça va pas espèce de crétin !? Me cria-t-elle
- Hey calme toi ! Je m'inquiète pour toi et toi tu m'insulte !
- Tu as vu comment tu m'as la...
Elle n'a pas finit sa phrase, et ses yeux se sont grand ouvert et elle à balbutier :
- Tu... Tu peux me voir ?
- Euh... Bien sûr que je peux te voir (je l'ai regardé avec une pointe de pitié). La chute n'a pas du te faire du bien...
Elle m'a montré sa main et tendu trois doigts :
- Combien j'ai de doigts là ?
- Tu en à trois... Plus les sept autres. ai-je ajouté
Elle m'a regardé, je l'ai regardé, elle a continué à de regarder, j'ai continué à la regarder puis elle m'a poussé avec les pieds et elle s'est levée et m'a dit :
- Bon, c'est pas grave... je te laisse. Adieu !
Et sur ces mots et s'est retourné, a accéléré et elle à foncé contre le mur de toute ses forces. Evidemment, elle s'est cogné et elle est retombé à terre. Je me suis retenu d'éclater de rire.
- A tout de suite tu veux dire ! Lui ai-je dis avec avec une pointe d'ironie
- Rho mais tais toi ! M'a t-elle envoyé.
Tu devrais réessayer, la première fois ça n'a pas marché.
Encore une fois elle s'est levée et elle s'est jetée encore une fois contre le mur et s'est écrasée au sol. S'en était trop, j'ai éclaté de rire devant elle ce qui ne lui a pas du tout plus. Elle avait des yeux vert clairs, elle avait du maquillage noir autour des yeux ce qui lui donnait un air sévère. Cette fille devait avoir un quinze voir seize ans environ. Elle s'est approchée de moi, elle a saisie mon col et m'a soulevé. Elle avait une force extraordinaire, comment arrivait elle à me soulever aussi facilement ?!?
- Si tu continue de te foutre de moi je te jure que je vais te faire passer un mauvais quart d'heure ! M'a telle prévenu en deux minutes
- Euuh... mais... Ok, pardon. Lui ai-je répondu avec un sourire gêné.

''Ça ne fait pas un quart d'heure ça'' me suis-je dis, mais j'ai préféré ne pas faire la remarque.
Elle m'a balancé par terre et elle est partie en marmonnant des choses que je n'ai pas compris. Je l'ai laissé partir, mais je n'aurais sans doutes pas du vu son état mental... J'ai touché ma poche et j'ai sortis mon ''cristal'' et bizarrement, il luisait d'un faible lumière. Comment c'est possible, il n'y à rien d'électrique dedans pourtant. Je l'ai contemplé pendant quelques secondes puis il s'est à nouveau éteint. Je suis quand même rentré chez moi en essayant d'oublier ce qu'il s'était passé. J'étais quand même fasciné par mon cristal... serait il magique ? Il me permettrait peut-être d'avoir une grande destinée ! Avec un monde d'aventure et de danger ? ''Pff... n'importe quoi... faut que j'arrête de penser à tout ça...'' ai-je pensé.

Je suis monté les dans ma chambre, j'ai éteint la lumière, j'ai mis de la musique et j'ai sauté sur mon lit. Je ne sais pas durant combien de temps, mais j'ai contemplé mon objet favori. Il me fascinait au plus haut point. J'adorais sa forme, cet objet était tellement mystérieux, je n'avais jamais rien vu de tel. Puis au bout d'un moment la pierre s'est mise à luire d'une intense lumière bleu. Elle illuminait la pièce entière. Par surprise je l'ai lâché mais au lieu de percuter le sol, elle s'est mise à léviter et à bouger dans toute la pièce. Je n'arrivais pas à y croire, comment cela pouvait être possible ? Je me suis pincé et frotté les yeux, rien à faire, le cristal lévitait toujours dans ma chambre. Puis rapidement il est passé par la fenêtre.
Ni une, ni deux, je l'ai suivi et je suis sortis dehors malgré les interdictions de ma mère, c'était beaucoup trop fascinant. J'ai sauté par la fenêtre et j'ai atterris dehors. C'était la nuit, les étoiles s'étaient dessinées sur le ciel, la lune était à son zénith. J'ai tourné la tête et j'ai aperçu le cristal volant à ma droite, je me suis donc précipité vers lui. Il a continué sa ''course'' dans une rue plus étroite. Je n'y voyais plus grand chose, la seule lumière émanait de ce cristal. J'ai continué à le suivre plusieurs minutes. Étrangement, je ne ressentais pas la fatigue, je me sentais bien et malgré le pénombre, je n'avais pas peur.

La pierre s'est éteinte et est tombée juste devant la porte d'un grand hangar abandonné. Personne n'y allait habituellement à cause de certaines rumeurs disant qu'il était maudit. Une fois que j'ai réalisé que j'étais juste en face de cet Hangar, j'ai pris peur et j'ai voulu fuir, mais lorsque j'ai pris le cristal, j'ai entendu des voix, deux exactement, celle d'une fille et l'autre n'était pas identifiable... On aurait dit la voix d'un robot de jeu vidéo. Une voix sans émotion. Je me suis approché de la porte et j'ai vu deux personnes : La première était la fille que j'avais vu tomber du toit tout à l'heure, la deuxième était je pense un homme, il était grand, il devait faire un tout petit peu moins de deux mètres. Il portait une sorte de longue veste grise qui était ouverte. Mais le plus étrange c'était qu'il avait une écharpe grise qui recouvrai tout son visage, on ne pouvait voir qu'un seul de ses yeux. La fille s'est approché de lui et lui a attrapé le col (comme pour moi la dernière fois) et à rapproché sa tête de la sienne puis elle lui a dit :

- Alias, rend le moi tout de suite, je ne te le dirai pas deux fois.
- Tu est tellement mignonne quand tu t'énerve ma chère. Lui a répondu l'homme à l'écharpe se nommant Alias.
Celui ci a sortir quelque chose de sa poche et l'a montré à la fille ce qui a eu l'effet de l'énerver encore plus. Elle a tenté de lui prendre l'objet mais il a levé la main trop haut pour elle. Puis elle lui a donné un coup de poing. Enfin c'est ce que j'ai crus, sauf que dès qu'elle l'a touché, il a disparu en poussière noire.
- Tu est plutôt violente tu sais ?
Je me suis avancé un petit peu et j'ai aperçu Alias debout, sur le mur. *Mais... Comment cela est possible !? Mais non, ce n'est même pas possible !! Il à disparu puis il s'est retrouvé sur un mur ? Je dois être en train de rêver... Pourtant tout semble si réel*
J'étais bluffé, j'avais peur, comment quelqu'un pouvait rester debout sur un mur ? Il continuait de marcher comme si de rien était en continuant :
- Rend toi à l'évidence, sans le pouvoir du Silicium Céleste, tu n'es rien du tout ! Tu ne peux plus rivaliser contre moi dans cet état, Yami.
La fille s'est mise à marmonner des choses. Effectivement, elle ne semblait pas capable de rivaliser avec ce monstre. Mais comment faisait elle pour ne pas avoir peur ? J'étais pétrifié rien qu'à le regarder. Alias éclata de rire, un rire machiavélique. Il a ensuite levé le bras et a mit en évidence l'objet. Cette fois-ci j'ai pu apercevoir l'objet qu'il avait : C'était le même cristal que le mien. Cela avait la même forme, mais la couleur était rouge. *Alors comme ça, il en existe plusieurs... Bon, il vaux mieux que je file, je commence à vraiment avoir la chair de poule moi...* me suis-je dis. Je me suis retourné, et j'ai fais quelques pas avant que mon cristal ne se mette à luire à nouveau. Je l'ai mis directement dans ma poche et alors que je m’apprêtais à m'enfuir l'homme à crié : « Haha, je vois que nous avons un espion parmi nous ! Viens nous dire bonsoir enfin ! ».

J'ai écarquillé les yeux, ces paroles m'ont glacé le sang... Il m'ont repéré... Je suis resté planté là quelques secondes. Je pensais à toute les horreurs qu'ils me feraient, puis je me suis repris. Je me suis levé et j'ai commencé à courir, les yeux fermés (vu le pénombre, cela revenait au même de courir avec ou sans les yeux fermés) mais rapidement, je me suis cogné contre quelque chose. J'ai ré-ouvert les yeux et l'homme était en face de moi. Son iris était gris, cet homme faisait encore plus peur de près. Il s'est approché de moi en marchant tranquillement puis il s'est accroupi.
- Alors comme ça on nous espionne ! Tu sais que ce n'est pas bien, pas bien du tout et puis...
Il s'est arrêté quand il a vu mon cristal. Je ne pouvais pas savoir à quoi il pensait, son visage entier était recouvert de l'écharpe. Il s'est approché, j'ai reculé.
- Si tu me cet objet, je ne te ferai rien. Déclara-t-il.
- Ne lui donne pas !! A crié la fille. Ne lui donne surtout pas !!
Je me suis retourné, j'ai vu la fille courir puis sauter et asséner un coup de poing à l'homme. Il a disparu une nouvelle fois dans un amas de poussière noire.
- Aller vite, Partons ! M'a-t-elle dit en me tendant la main.
- Pas si vite !! à crié Alias avec son horrible voix (il était maintenant derrière nous).
J'ai saisi la main de la fille et nous avons commencé à courir. Il faisait toujours nuit mais je n'avais plus le temps de contempler les étoiles. Nous nous sommes éloignés du Hangar. Nous avons pris une petite rue en arc-de-cercle. Je n'y voyais rien du tout mais celle qui m'accompagnait semblait connaître le chemin par cœur. Pendant la course, une tonne de questions se bousculaient dans mon esprit.

- On va où comme ça ? ai-je demandé.
- A ma maison, enfin c'est pas vraiment une maison, mais tu verra bien ! Contente toi de me suivre ! M'a-t-elle répondu.
- Et qui est tu ? Qui est ce monstre ? Pourquoi il nous suis ?
Garde tes questions pour plus tard, pour l'instant il faut qu'on arrive chez moi ! Garde juste en tête que je m'appelle Yami.
Je n'ai pas émis d'objection. Nous avons continué de courir, j'ai regardé derrière moi en espérant que le monstre ne soit pas derrière, il n'y était pas, heureusement.
- Baisse toi !
J'ai exécuter l'ordre et j'ai et suis accroupi, tout de suite après j'ai vu une ombre passer au-dessus de moi et atterrir sur le mur. Un cri de surprise m'a échappé sur le coup. Alias courrait maintenant sur le mur de droite.
- Vous ne vous échapperez pas petits vauriens ! A-t-il lancé
- Mais lâche nous un peu tronche de fœtus ! A continué Yami.
- Tronche de fœtus ? Ai-je dis. C'est une insulte ça ?
Elle s'est contenté de cracher par terre pour réponse. J'ai regardé Alias sur le mur, toujours à nous suivre en courant. Puis d'un coup il a disparu et s'est ré-matérialisé devant nous. Il n'a même pas eu le temps de dire ouf que Yami lui as donner un coup de pied en pleine figure. Cette fois-ci il ne s'est pas transformé en poussière. Il à valser en criant puis a terminé son ''vol'' en plein sur le mur. Je commençais à être essoufflé mais j'ai pu demander :
- Comment... Comment tu as pu le frapper ?
- J'ai trouvé son point faible ! M'a-t-elle dit (elle n'était pas du tout fatiguer), Quand il se téléporte, il y a un laps de temps durant lequel il ne peut plus utiliser son pouvoir, sûrement sept ou huit secondes. Ce n'est pas grand chose mais ça peut suffire pour gagner.
*Gagner ? Elle compte l'affronter ?* Me suis-je demandé. Je n'aimais pas du tout cette idée.

Nous sommes arrivés devant la rue principale, il y avait enfin un peu de lumière, c'était déjà mieux que rien. À l'extrémité il y avait la fin du village.
- J'habite derrière le village, suis moi nous serons bientôt en sécurité ! M'a annoncé Yami
- Ok, alors dépêchons nous. (Je ne savais pas ou elle voulait m'emmener mais si ça pouvait me sauver, pourquoi pas).
Nous avons tout les deux commencés à courir vers la sortie. Alias n'étais ni devant, ni derrière. J'avais un mauvais pressentiment. Nous courions et c'était calme, beaucoup trop calme. Yami m'a dit de m'arrêter ce qui m'a plutôt plu, j'essayais de cacher que j'étais essouffler.
- Il y a quelque chose qui cloche... Un coup de pied comme celui là n'est pas sensé l'arrêter aussi facilement.
- Je me disais la même chose. Ai-je menti.
- Ouai, c'est ça...
Les lumières des lampadaires éclairaient peu la longue rue mais cela ne faisait sans doute qu'accentuer notre stress, enfin le mien. En effet, Yami semblait parfaitement à l'aise dans un rue mal éclairé en plein milieu de la nuit. Il nous restait environ une centaine de mètres à parcourir avant de sortir de la ville. Les secondes passaient lentement, c'était le calme absolu, il n'y avait pas un chat.
« Miaaaou »
Ah ben finalement, il y avait bien un chat...
Après avoir entendu le miaulement, Alias à enfin montré signe de vie en lançant un rire machiavélique puis en nous avertissant :
- Vous me faites tellement penser à Mimi et Momo, mes deux souris en cages ! Enfin... Mes anciennes souris en cage. Je crois que je les ai tué... à vrai dire, je ne m'en souviens même plus haha ! Je vous réserve le même sort que ces deux souris. (Sa voix a pris un air plus grave). Vous avez osé abîmer le magnifique visage d'Alias, vous allez le regretter.
Nous ne savions pas d'où venait la voix. Il avait une voix rugueuse, comme si il parlait à travers un micro. J'ai regardé Yami, elle a fait semblant de pas me voir, elle était aussi déboussolée que moi.
- Je vais m'emparer du Silicium Celeste du gamin après vous avoir écrasé. A-t'il rajouté. Je voulais juste prévenir, et sinon, crevez bien !
J'ai entendu le vent siffler vers le haut j'ai donc levé la tête : Une énorme caisse en bois de deux mètres carré m'arrivait droit dessus. Instinctivement j'ai croisé les bras en l'air pour me protéger et j'ai fermé les yeux avant d'entendre un ''Tiiuu..... SCARF... BOOUM !!''.
*C'est fini ? Je suis mort ? Oh non ! J'espère que je ne suis pas mort, je n'ai vécu que quatorze ans ! Et puis mes parents vont s'inquiéter, ils vont me manquer, ce monde va me ma...* Je n'ai pas eu le temps de finir ma pensée, Yami m'a prit le bras et m'a crié de ''courir au lieu de rester planté là comme un haricot'' (elle n'a visiblement pas le sens de l'insulte).

Encore une fois nous avons prit nos jambes à nos cous et nous avons continué de courir. Après avoir avancé une cinquantaine de mètres j'ai regardé Yami, elle était maintenant armée d'un arc. Un arc long mais très fin en largeur, environ un demi centimètre. Il était noir avec des motifs de feu dessinés en blanc ! Il était magnifique, le seul problème était qu'il n'avais aucune corde et qu'elle ne semblait pas avoir de flèches non plus... À quoi peut bien servir un arc sans corde et sans flèche ? *De toute façon, après toutes ces choses imaginaires qui me sont arrivée depuis tout à l'heure ce n'est pas ça qui va m'étonner !* Me suis-je dit.
Nous avons continué de courir, il restait maintenant une trentaine de mètres avant la sortie du village. J'étais de plus en plus fatiguer, il me manquait beaucoup d'endurance. Une autre caisse de bois s'est abattue à quelques mètres de nous, Yami à lâché un petit cri de surprise. Elle m'a regardé et elle a tourné la tête l'air gênée. Cette fois-ci, ça a été une télévision qui s'est abattue juste à coté de nous. Il aurait suffit qu'un seul de ses projectiles nous atteigne pour qu'il nous tue. Je me demandais comment Alias pouvait lancer de tels objet sur nous, et surtout je me demandais ou il était. Yami s'est arrêtée brusquement, elle s'est tournée, elle à monté son arc et elle a visé un autre projectile que nous arrivait dessus. Elle a tendu le bras et lorsqu'elle à voulu attraper la « corde imaginaire » un fil rouge luminescent s'est matérialisé à la place de la ficelle et une flèche rouge tout aussi lumineuse s'est créée. Son bracelet en plastique s'est mit lui aussi à luire d'un rouge vif, je n'avais pas remarqué avant. Puis lorsque Yami à tiré puis lâché la ficelle, la flèche à fusé dans un bruit (Tiiuu) puis elle s'est collé sur le projectile non identifiable (Scarff) puis elle à explosée (BOUM!!). Elle m'a lancé un regard satisfait puis nous avons repris notre course vers la sortie.
Nous étions à dix mètres, de la sortie quand ma nouvelle coéquipière à trébuché par terre et a fait tombé son arc.

Un frigo rouillé s'est mis à monter en l'air puis d'un coup à nous foncer dessus. Yami n'aura jamais le temps de se relever. J'étais dans un état critique, je ne pouvais pas laisser Yami se faire écrabouiller par ce frigo. Le cristal de ma poche s'est remit à luire d'une lumière bleue électrique, il est sortit puis s'est enfoncé dans mon ventre. Cela m'a fait énormément mal puis la douleur s'est changée en bien être et en force. Instinctivement, j'ai mis mes mains vers le frigo et j'ai crié de toutes mes forces.
Une poussière bleue est apparue autour de mes mains, le frigo rouillé s'est arrêté net dans sa course puis d'un coup, il à fusé dans la direction opposée. J'ai regardé mes mains... Comment avais-je fait ça ?
- Grouille !! m'a crié Yami. On y est presque !
Elle à récupéré son arc, elle m'a encore une fois prit le bras et nous avons à nouveau courus. Cette fois-ci nous avons enfin atteint l’extérieur de la ville. Nous avons prit la droite et Yami à frapper dans le mur, le long mur qui entoure la ville. Puis il y a eu un tremblement de terre et un escalier ses ouverts sous nos pieds. Elle m'a tiré à l'intérieur puis elle à actionner un levier qui à automatiquement refermé la trappe. J'ai entendu Alias lancer un cri de défaite puis plus rien. La lumière s'est allumée. Je me suis donc retrouvé dans une magnifique salle, une salle d'environ quinze mètres carré. Il y avait dans un coin un fauteuil et une télévision, il y avait aussi un Frigo (j'en gardais plus un très bon souvenir, des réfrigérateurs), une baignoire, une magnifique horloge en bois, un table en verre transparent, un grand lit et un grand miroir. Puis il y avait beaucoup d'autres choses non-identifiable. Des objets que je n'avais jamais vu avant. Il y avait aussi accroché à un mur des armes : des épées, des arcs, des paire de gants, des couteau et... des bracelets, beaucoup de bracelet. Et là encore je n'ai décrit que ce que je pouvais reconnaître. Il y avait aussi une boule blanche en lévitation d'un mètre de diamètre en plein milieu de la salle.
Yami a posé son bracelet sur le mur puis elle m'a dit :
- Toi, tu vas m'aider à vaincre cet Alias. Je vais tout te raconter sur ce que je sais, d'où je viens et d'où il vient. La seule chose que je ne comprend pas c'est ce que tu fais dans ce monde. En tout cas, je vais t'entraîner et on va aller récupérer ensemble mon Silicium Céleste. Tu vas devoir te battre mon Coco !
- J'ai le droit à un avis ouuu...?
- Tu n'as pas le choix. A-t-elle finit.
Je me suis allongé sur la canapé puis je me suis endormis en pensant à mes parents, j’espérais qu'ils n'avaient toujours pas remarqué que je ne suis pas dans mon lit...




[Si vous avez eu la flemme de lire, vous pouvez le dire aussi !]



Dernière édition par Shiruka R.S. Kodaké le Ven 24 Aoû 2012 - 15:24, édité 1 fois


____________________________________________________________________________
"La différence entre l'intelligence et la stupidité, c'est que l'intelligence a ses limites."

Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: Silicium Céleste le Lun 16 Juil 2012 - 19:02

Elia Stalia

avatar
5ème année
5ème année
Tu t'es trompé à certains moments dans les temps, tu commences avec le présent, tu conjugues certains verbes au passé... Tu as du t'embrouiller un peu là-dedans ! Et, si c'est sympa sur une petite discussion ou un message, des points d'exclamation dans un texte " français ", on en trouve pas tous les jours. Tu n'en as pas besoin ! (:p)

Il y a quelques fautes d'accord aussi... Je n'ai pas eu le temps de tout lire, je continuerais demain, j'ai du m'arrêter au deuxième paragraphe (oui, si peu !).
C'est intéréssant sinon (:


____________________________________________________________________________
Elizabeth O'Brien, élève de sixième année dans la maison Poufsouffle. 

Crédit avatar : Fae.
Voir le profil de l'utilisateur

3 Re: Silicium Céleste le Lun 16 Juil 2012 - 19:24

Ah mince ! Te viens de me faire remarqué les fautes de temps ! Je me suis embrouillé effectivement, en fait j'ai une idée dans la tête pour le futur donc je me suis trompé dans les temps. je corrigerais juste la version originale pour que les autres puissent eux-aussi admirer mes magnifiques fautes Very Happy

''Et, si c'est sympa sur une petite discussion ou un message, des points d'exclamation dans un texte " français ", on en trouve pas tous les jours. Tu n'en as pas besoin !''
J'ai pas compris ce que tu as voulu dire par la -_-'

Merci de le lire Elia, merci beaucoup !


____________________________________________________________________________
"La différence entre l'intelligence et la stupidité, c'est que l'intelligence a ses limites."

Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: Silicium Céleste le Lun 16 Juil 2012 - 20:12

J'avoue que j'ai pas encore lu ton texte mais je vais le faire prochainement, promis ! cherry
Sinon, ce qu'Elia a voulu dire c'est que dans les textes, on ne met quasiment jamais de points d'exclamation. Bon je le lis et je te fais pars de mes impressions cherry


____________________________________________________________________________
Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: Silicium Céleste le Lun 16 Juil 2012 - 20:30

Eva Bellini

avatar
Dictatrice
Je vais t'expliquer ce qu'a tenté de te dire Elia: Tu met TROP de points d'excmamations. Ton texte est fluide, donc ça ne pose pas vraiment problème, mais à la longue, c'est un supplice.
Il faut que tu comprenne que les points d'exclamations ne doivent être utilisés que a) dans les dialogues et b) dans les paroles rapportées. J'espère que tu te souviens des cours de français de cette année, les paroles rapportées au style indirect libre, ça te dit quelque chose? C'est exactement ce que tu fais. C'est comme si tout ton texte, au lieu d'être narratif, était exclusivement les pensées du personnages.
Le passage où c'est le plus flagrant est celui là:
Spoiler:
J'adorais sa forme, cet objet était tellement mystérieux, je n'avais jamais rien vu de tel. Puis au bout d'un moment la pierre s'est mise à luire d'une intense lumière bleu! Elle illuminait la pièce entière ! Par surprise je l'ai lâché mais au lieu de percuter le sol, elle s'est mise à léviter et à bouger dans toute la pièce ! J'arrivais pas à y croire, comment cela pouvait être possible ?!? Je me suis pincé et frotté les yeux, rien à faire, le cristal lévitait toujours dans ma chambre ! Puis rapidement il est passé par la fenêtre !

Alors que ce qui serait plus correct en français, ce serait:
Puis au bout d'un moment la pierre s'est mise à luire d'une intense lumière bleu, elle illuminait la pièce entière. Par surprise je l'ai lâché mais au lieu de percuter le sol, elle s'est mise à léviter et à bouger dans toute la pièce. Je n'arrivais pas à y croire, comment cela pouvait être possible ?!?[ça en revanche, c'est une question oratoire ou rhétorique, ne pas confondre avec les paroles rapportées] Je me suis pincé et frotté les yeux, rien à faire, le cristal lévitait toujours dans ma chambre. Puis rapidement il est passé par la fenêtre.

Je ne te corrige pas tout le texte, j'espère que t'as compris la teneur.

Ensuite... Bon, y a pas mal de fautes d'orthographes, et comme l'a souligné Elia, de conjugaison, mais ce n'est ni grave, ni spécialement gênant dans la lecture. Le seul "gros" problème, c'est que tu écris comme tu parle. Il faut que tu garde à l'esprit que tu ne raconte pas un conte, mais que tu écris. En conséquence, évite de trop placer d'onomatopées du style "Haha". On marque pas "Haha", on marque "Il rit.", "Il éclata de rire", "dit-il en riant", etc. Certes, c'est plus long, moins fun, mais c'est comme ça. Tu peux à la rigueur mettre en majuscule si tu veux vraiment, mais alors, vraiment accentuer, mais il faut généralement s'en passer. Même si en écrivant, tu peux avoir l'impression que ça manque d'impact, si les lecteurs sont pris dans l'histoire, ils donneront exactement la même signification à un "BAIIIISSE TOOOOIII!!!!" qu'à un simple "Baisse toi!". Au pire, si tu ne trouve pas ça assez percutant, les gentilles fins de phrases "s'écria-t-il", "hurla-t-il", et compagnie sont là.

Sinon, un autre truc qui m'a marqué... Quand tu es dans l'urgence, tu dis plus souvent un simple: "Dépêche!" qu'un "Grouille-toi le blondinet!". Essaie de le dire, comme ça, alors que t'es en pleine course-poursuite avec quelqu'un, tu verras que ça sort beaucoup moins facilement. Tout comme courir les yeux fermés. Tu cours régulièrement les yeux fermés dans un endroit que tu connais pas sans te casser la gueule, toi?


Sinon, tu maîtrise remarquablement bien pour quelqu'un qui "commence" à écrire. Le texte est long, mais pas trop, tes traits d'humour font mouche, tu écris plutôt bien si on omet tes quelques fautes (qui sont tout de même peu nombreuses, malgré ce que je dis), t'as du vocabulaire, c'est agréable à lire... Sincèrement, c'est un bon début, je suis impatiente de lire la suite! Smile


____________________________________________________________________________
Dan - 6ème année - Serdaigle



Fight because you don't know how to die quietly. Win because you don't know how to lose.
Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: Silicium Céleste le Lun 16 Juil 2012 - 21:10

Ah ouai, j'avais zappé cette histoire de ne pas mettre de point d'exclamation dans un récit...
Merci beaucoup Eva ! Ta critique est géniale, j'ai beaucoup appris ! (Tu as un formidable esprit critique, franchement)
Donc pour la suite je vais respecter tes conseils. Je pense que la suite sera déjà plus agréable à lire ! Merci encore Very Happy


____________________________________________________________________________
"La différence entre l'intelligence et la stupidité, c'est que l'intelligence a ses limites."

Voir le profil de l'utilisateur

7 Re: Silicium Céleste le Mar 17 Juil 2012 - 12:11

Bon, déjà, je trouve ton texte su-per !
Surtout pour un premier, c'est vraiment bien ! En plus, ton humour donne une ambiance ... Chaleureuse je dirais, a ton texte .
Ensuite, moi j'aime les textes ( ce qui n'est pas forcément l'avis des autres ^^ ) où on raconte des détails de la vie quotidienne ( sans faire que ca, bien sûr ^^ ) . Jusque là, c'est très bien à mon avis . Mais quand j'ai vu :
Spoiler:
Mais tout cela à changé un soir. Depuis ce jour, rien n'est comme avant. Comme chaque dimanche, j'allais chercher le pain, mais quelque chose de très bizarre s'est passé. Dans la grande ruelle où je passais d'habitude pour rentrer chez moi j'ai entendu un appel au secours !
- AAH !! A L'AIIIDE !!!!

La, tu vois, j'aurai préféré que tu mettes au début un truc du genre, "Je sortais de la Boulangerie ... " un truc comme ca, tu vois ?
Vu que, avant la rencontre avec Yami, il n'y a eu aucun dialogue !
Aussi, mais ca tout le monde l'a fait remarqué, tu mets souvent des points d'exclamation là ou il n'y en a pas forcément besoin . J'ai aussi vu que quand tes personnages crient, tu mets souvent plusieurs points d'exclamation, alors que c'est très rare d'en voir plusieurs dans un roman .


En fait, ton texte est vraiment vraiment super ! Il y a juste quelques petits détails à peaufiner ^^ !


____________________________________________________________________________
Deux petites souris tombent dans un seau de crème. La première souris abandonne très vite et se noie, la deuxième se débat tellement fort qu’elle change la crème en beurre. À partir de maintenant je suis cette deuxième souris.

Arrête-moi si tu peux~
Voir le profil de l'utilisateur

8 le Mar 17 Juil 2012 - 13:13

Merci beaucoup à toi aussi Betty !!
Donc je voulais te dire, en fait je savais pas trop quoi mettre dans la situation initiale, je ne savais pas trop par où commencer. Et donc je ne savais pas vraiment non plus comment finir la situation initiale donc j'ai fais ça un peu à l'arrache.

Donc mon principal problème : Les points d'exclamation !
Je vais régler ça ^^

En tout cas, merci beaucoup à toi Betty, et à tout ceux qui ont lu, ça me fait hyper plaisir ! Tout ceci m'encourage pour continuer ! Thanks ! Very Happy


____________________________________________________________________________
"La différence entre l'intelligence et la stupidité, c'est que l'intelligence a ses limites."

Voir le profil de l'utilisateur

9 Re: Silicium Céleste le Mar 17 Juil 2012 - 19:59

Elia Stalia

avatar
5ème année
5ème année
J'ai bien aimé ! C'est intéréssant, entrainant, et on reconnait ta touche d'humour. Si tu suis les conseils d'Eva (toujours aussi douée !), tu vas grandement t'améliorer, ton humour et ton style d'écriture sont à développer ! Very Happy


____________________________________________________________________________
Elizabeth O'Brien, élève de sixième année dans la maison Poufsouffle. 

Crédit avatar : Fae.
Voir le profil de l'utilisateur

10 Re: Silicium Céleste le Mer 18 Juil 2012 - 9:02

Moi j'ai lu ton texte en entier et ça m'a assez plus.Par contre désolé mais je ne suis pas du tout une bonne critique,je vais donc laisser les autre te dire ce qu'ils en on penser en plus de détaille ^^ .Mais sinon continue à écrire si tu aimes ça!


____________________________________________________________________________
Ma signature c'est la plus belle ♥️♥️♥️♥️♥️



(by Ashelia ♥️)
Voir le profil de l'utilisateur

11 Re: Silicium Céleste le Sam 21 Juil 2012 - 19:42

[Merci aussi à Elia et à Elva pour avoir lu la première partie ! Maintenant que j'ai fini d'écrire la deuxième, je vous la met. Je continuera sûrement après, mais je n'en suis pas complètement sûr ^^ Merci à ceux qui vont lire, et merci à tout ceux qui ont déjà lu, ça me fait super plaisir Very Happy]

Chapitre II : L'entraînement.

ON se réveille !! C'est le jour de l'entraînement !! M'a crié Yami dans les oreilles.
J'ai sursauté, je suis tombé du fauteuil et je me suis écrasé contre le sol. J'ai secoué la tête et je me suis aperçu que je n'étais pas chez moi... Tout ce qui s'était passé hier n'était donc pas un rêve. Je me suis levé et assis sur le fauteuil. Il était plutôt confortable. Yami s'est mit en face de moi et m'a dit :
- Alors programme d'aujourd'hui : Entraînement.
- Attend, je voudrais aller voir ma famille, histoire de leur dire que je ne suis pas mort. lui ai-je répondu.
- C'est hors de question !
- Mais ! C'est mes parents ! Tu va pas...
- Si tu va les voir tu pourrais les mettre en danger, m'a coupé Yami. Alias veut ta peau, il n'hésitera pas mettre en danger tes parents pour t'avoir.
Je me suis tu. Elle marquait un point, si je les voyais je pourrais les mettre en danger.
- Écoute, si tu veux voir tes parents, tu va devoir éliminer Alias ! A-t-elle continué. Et je vais t'y aider !
- Mais, comment tu veux que j'arrive à battre ce monstre ? Il marche sur les mur, se téléporte et il peut balancer des frigos !
- Sache que toi aussi tu pourras bientôt marcher sur les murs et balancer des frigo si tu le souhaite.
- Hein ? Et comment je peux faire ?
Je me suis souvenu, hier, quand j'ai réussi à faire changer de direction le frigo, c'était juste après que mon Cristal soit entré dans mon ventre et qu'une poussière bleu soit apparu autour de mes mains, une poussière du même genre que celle qu'a Alias quand il se téléporte mais d'une couleur différente.

- Et dis moi, c'est quoi exactement ces cristaux ? Ai-je repris. Le mien est entré en moi hier et...
- Ben... Dans mon monde, chaque être vivant possède un Silicium Céleste. Ce Silicium Céleste est à l'origine des pouvoirs magiques de chaque personne. La forme de cet objet définit la race de la personne et la couleur confère un don spécifique. Si par exemple tu as un Silicium Céleste en forme de demi-pyramide, tu est un Gravitéen, ce qui est ton cas... (Elle a hésité)
- Shiruka. Lui ai-je terminé (j'avais oublié que je ne lui avait même pas donné mon nom jusqu'à présent...)
- Ce qui est ton cas Shiruka. A-t-elle continué.
- Attend... Ça veut dire que moi aussi j'ai des pouvoirs !?
- Exactement ! Je vais t'apprendre à les ut...
Je ne l'ai pas laissé finir, je me suis levé d'un coup en mettant mes mains derrière moins. Je me suis concentré pour aire apparaître en une boule de feu... Rien ne s'est passé. Je me suis donc accroupi et je me suis concentré pour m'envoler... Rien ne s'est passé non plus, puis à ce moment je me suis posé une question : quel genre d'aptitude j'avais ? Je n'avais pas l'air idiot à faire tout ces mouvements inutiles.
- Dis moi, quel genre de pouvoir j'ai au fait ? Ai-je demandé à Yami avec un grand sourire.
- Tu me semble être un vrai crétin en fait. M'a-t-elle répondu avec une sincérité blessante.
- Hey ! Au moins je ne fonce pas comme une idiote contre un mur moi.
- Tu semble oublié que tu as couru les yeux fermés hier... Juste avant de rentrer dans Alias.
- Mais j'avais peur ! Et puis, comment tu m'as aperçu ? Tu n'étais pas à l'intérieur ? C'était juste un sorte de mécanisme de défense visant à....
- Se casser des membres en trébuchant contre quelque chose, a-t-elle terminée.

Je n'ai pas répondu, c'est vrai que c'était un geste plutôt stupide de ma part.... Je me suis contenté de regardé Yami. Elle est allé vers le mur où était accroché toute les armes et les bracelets. Elle à hésité quelques secondes puis elle a prit un bracelet ornée d'une pierre blanche transparente. Dès qu'elle l'a mit à son bras, la pierre a prit une couleur rouge sang. Elle a saisie l'arc qu'elle avait utiliser la veille (le noir à motif blanc) et elle a appuyer l'un des coté contre son bracelet. L'arc a prit, lui aussi, une couleur rouge avant de rétrécir et entrer dans le bracelet.
- Mais comment tu as fait ça ?! Me suis-je exclamé. C'est un de tes pouvoirs ?
Elle a sourit puis m'a répondu :
- Non, pas du tout. C'est un ''Brarme''. Des anciens magiciens ont crées ces bracelet afin de pouvoir ranger une arme, c'est très utilisé par les chasseurs en général.
Elle a prit un autre ''Brarme'' et l'a mit dans sa poche, elle à ensuite saisi un boomerang sur une table. J'ai reconnu ce boomerang malgré la forme, il n'était pas en V mais en triangle. Je n'ai pas pu m'empêcher de lui demander si elle avait des amis. Elle m'a demandé pourquoi je demandais cela (elle semblait un peu gênée). Avec un air moqueur je lui ai lancé :
- Sache que les boomerangs ont été inventés pour les gens qui n'ont pas d'amis, contraîrement au frisbee.

Elle m'a ignoré. Nous sommes sortis de sa cachette même si Alias devait toujours rôder en ville. Yami m'a expliqué le pouvoir d'Alias, il a un cristal en forme de cube ce qui veut dire que c'est un ''Transportien''. D'après ce qu'elle m'a raconté, un Transportient est une autre des races de son monde. Ceux-ci peuvent se téléporter en général dans un rayon de 20 mètres. Mais il y en a des plus ou moins puissant. Le Silicium Céleste d'Alias n'a par contre aucune couleur ce qui lui confère second don, celui de s'emparer du cristal de son adversaires et donc de copier ses aptitudes. Yami qui est elle aussi une Gravitéenne s'est fait prendre son Silicium Cristal par ce monstre (elle était sur les toit à ce moment là, je l'ai rencontré juste après), ce qui explique qu'il puisse contrôler la gravité donc marcher sur les murs. Notre mission : Vaincre Alias et donc récupérer le cristal de Yami.
Nous sommes passé par la rue principale (j'ai aperçu un peu plus loin le frigo rouillé qui a failli nous tuer hier). Comme nous n'étions pas Dimanche, elle était nettement moins animé. Il y avait néanmoins quelques personnes, et parmi ces quelques personnes il y avait René Boucher, le boulanger. Il devait faire sa livraison matinale. En voyant son pain, je me suis rendu compte que je n'avais pas beaucoup mangé ce matin, j'avais faim, je suis donc allé le voir pour lui dire bonjour (mendier une baguette en fait...).

- Monsieur Boucher ! Comment allez vous ? Lui ai-je dis en m'avançant
- Salut Gamin ! A-t-il répondu. Je vais trrrès bien. (Il avait un drôle d'accent, il roulait les R en fait, et il avait aussi une moustache qui lui donnait un air encore plus ''boulanger'').Qu'est ce que tu fais fait ici à cette heurrrre là ? Tu n'es pas censé êtrrre en cours ?
*Oh mince ! J'ai complètement zappé que j'avais école aujourd'hui !!*. J'ai tourné la tête vers Yami mais dans son regard il y avait la réponse à la question que je n'avais pas encore posé : « On s'en fout des cours, tu me suis au Hangar ». Elle a vraiment un regard perçant, je n'ai pas le courage de la contredire... Soudain, j'ai pensé qu'il valait mieux que je présente Yami au boulanger, ce que j'ai fais :
- Ah oui, je vous présente Yami, un fille que j'ai rencontré... (j'allais pas lui dire que je l'ai rencontré dans la rue, cela aurait fait bizarre), c'est une amie à moi, Ai-je corrigé.
- Mais tu perrrd la boule gamin, je ne vois aucune fille par ici..
J'ai regardé à ma droite, elle était bel et bien à coté de moi pourtant. Il ne semblait pas la voir et maintenant il me prenait pour un fou. Yami s'est moquée de moi puis elle est partie un peu plus loin. La seule excuse que j'ai pu trouver dans un si court laps de temps a été :
- Désolé, je n'ai pas mangé ce matin, je dois être un peu fatigué.
- Aller, tiens, une petite baguette pour mon gaillard en manque de petite amie.
- Quoi ?! Non mais c'est faux ! C'est...
Je me suis senti rougir... Il a sortit une baguette de pain de son énorme panier et me l'a donné, il m'a dit « On ne peut rrrrien faire quand on à le ventrrre vide gamin » avant de me faire un clin d'oeil et de partir. Je suis retourné à coté de Yami, nous avons partagé le pain avec vu qu'elle non plus n'avais pas mangé elle non plus ce matin. Sur la route elle m'a expliquée (un peu tard) que les humains normaux ne peuvent pas voir la voir, elle ainsi que tout les gens qui son nés dans son monde. Toutes ces personnes ne peuvent pas interagir avec les humain et vice versa, ils peuvent interagir juste avec les objets. Ce qu'elle ne comprenait toujours pas c'était pourquoi je vivais dans ce monde et comment je pouvais parler aux humain. Tout cela ne m'étonnais plus, quand on apprend qu'un autre monde, que la magie et les monstres existent, plus rien ne peux vous impressionner. Je me demandais comment était son univers... Je l'imaginais avec une intense verdure à peu près partout, avec des monstres et créatures magiques, le monde dans lequel je rêve d'y aller. En fait, j'avais l'opportunité d'aller dans un monde bien meilleur en y allant avec elle, je ne lui ai cependant pas encore demandé comment faire pour s'y rendre. Une fois arrivé dans le Hangar nous avons commencé l'entraînement, elle a commencé à m'expliquer les bases :

- Donc, comme tu le sais maintenant, tu est un Gravitéen, tu peux donc avoir un total contrôle sur la gravité.
- Et...? Comment je dois faire ?
- Alors pour chaque race, un débutant doit se servir de son imagination. Ensuite se servir de son pouvoir devient instinctif. Nous allons commencer par quelque chose de facile, même un crétin comme toi pourrais réussir ! Lança-t-elle.
Je l'ai dévisager, je l'aidais elle elle tout ce qu'elle trouvait à faire s'est m'insulter, je vais lui montrer que je vaux plus qu'elle ne le pense.
- Il faut que tu imagine un levier. À-t-elle continué. Un levier que tu peut monter et baisser et en position neutre.
*Un levier ? Il faut que j'imagine un levier... Concentre toi... Ne pense à rien... Surtout ne penser à rien avant de commencer... Ne pense... Attend, si je pense à ne penser à rien, je pense quand même ! Rha !*
- Alors, ça arrive ? M'a-t-elle demandé.
- Oui oui ! Ai-je répondu. Laisse moi me concentrer.
Après quelques secondes, j'ai pu voir ce levier. Il me semblait un peu vide.. J'ai rajouté des des lumières sur les cotés, j'ai colorié le levier en jaune et j'ai transformé la poignée en tête de Pikachu en plastique. Voilà, la il était cool ! Je me suis imaginé attraper la poignée et je l'ai baissé. J'ai senti mon corps devenir de plus en plus lourd au fur et à mesure que je le baissais, je me suis mis sur un genoux, j'étais lourd, je n'arrivais même plus à tenir debout. Cela m'a fait un peu paniqué mais Yami ma rassurée en me disant :
- Bien joué, tu as augmenté la gravité ce qui fait, ton corps beaucoup plus attiré vers le sol, donc tu est beaucoup plus lourd. puis elle à ajouté : Un régime s'impose !
- Très drôle... Ai-je dis
- Aller, maintenant lève le levier.
J'ai à nouveau fermé les yeux et cette fois-ci, je me suis imaginé monter ce levier. L'effet inverse s'est senti : Au fur à mesure que je levais ce levier, je me sentais de plus en plus léger. Quand j'ai ouvert les yeux j'étais en train de flotter paisiblement. De la poussière bleu était autour de moi.
- Je flotte... Je flotte !! Ai-je crié. J'ai réussi !!
- Ouai, ouai. Du calme. Tu as juste réalisé l'inverse de ce que tu as fait il y a quelques minutes hein. Sache que ton changement de gravité affecte tout ce qui est à deux mètres de toi, mais en te concentrant un peu, tu peut agrandir le champ. Maintenant tu vas inverser la gravité, les choses intéressantes vont commencer ! Imagine une cible à l'endroit où tu veux te rendre, un fois que c'est fait, imagine que tu y fonce.
J'ai imaginé une cercle bleu sur le plafond, j'ai fixé ce point un petit moment, puis je me suis imaginé foncer contre le plafond. Mon corps à fusé vers le haut et, par mégarde, j'ai tourné la tête vers la droite. Mon corps à suivi la direction de mes yeux et mon ''vol'' s'est terminé sur le mur dans un bruit assourdissant. Étrangement, je n'avais pas eu mal. Yami m'a expliqué que lorsque la gravité est changé par un Gravitéen, celui-ci ne se fait pas mal à l'atterrissage. Quelle bonne nouvelle quand même ! Je me suis levé, j'ai sauté par dessus la fenêtre (qui semblait être en verre) et j'ai constaté que la vue était la même que si j'étais sur le sol. Sur un coté il y avait mon ''coatch'' et de l'autre il y avait le plafond. Je l'ai fixé quelques secondes avant d'être attiré vers le haut encore une fois, mais cette fois-ci l'effet de surprise n'y était plus. Je me suis écrasé contre le plafond, puis je me suis relevé comme ci de rien n'était. J'avais maintenant Yami au-dessus de moi. Une fois redescendu, elle m'a apprit à augmenter le champ de gravitation autours de moi, il fallait juste se concentrer et imaginer une bulle prendre du volume. Elle m'a aussi apprit à lancer des objet en modifiant l'endroit où ils doivent être attirés, un peu comme le faisait Alias lorsqu'il a faillit nous tuer. J'ai donc réussi à soulever et envoyer plusieurs poubelles qui étaient dans le hangar. Après tout cela, nous sommes rentrés dans la cachette derrière la ville. Nous avons mangé ce qu'il y avait (des pâtes) puis nous sommes partis dans nos lits respectifs, elle sur son confortable matelas et moi sur le petit canapé. Mais nous avons discutés un peu juste avant :

- Dis moi Yami, comment il s'appelle ton monde ? Lui ai-je demandé.
- Il n'a pas de nom... C'est comme ton monde à toi, il n'a pas de nom spécifique, m'a-t-elle répondu.
- Ah ouai c'est pas faux... Et nous allons faire quoi demain ?
- Entraînement.
- Mais on a fait que ça aujourd'hui ! Un peu de repos ne ferai pas de mal nan ?
- Écoute, la clef de la réussite c'est l'entraînement, donc nous allons nous entraîner.
- Je peux aussi appeler un serrurier hein. Ai-je dis pour rendre l'atmosphère un peu plus joyeuse.
- Qu'est ce qu'un serrurier vient faire là dedans ?
- La clef, le serrurier... Tu as compris ?
J'ai rigolé tout seul pendant trois secondes avant de me rendre compte que ce n'était pas drôle. Je me suis ensuite endormis très vite.

Le lendemain nous sommes encore une fois repartit vers le Hangar pour s'entraîner. J'arrivais de mieux en mieux à contrôler la gravité. Yami est un super professeur et moi un super élève. Nous avons fait un exercice avec le boomerang triangulaire. Elle le lançait au hasard dans la salle et il fallait que je le rattrape avant qu'il ne revienne. C'était l'activité la plus difficile. Il fallait déterminer la trajectoire de l'objet tout en se inversant la gravité pour se rapprocher et l'attraper. Sur dix lancés, j'en ai rattraper que trois, mais c'était déjà mieux que rien. Après deux bonnes heures d'entraînement, Yami a décidé de me récompenser :

- Bon Shiruka, vu que tu as très bien travaillé, j'ai décider de t'offrir un truc.
- C'est vrai ? C'est génial ! Et qu'est ce que c'est ?
Elle a sortit de sa poche le Brarme qu'elle avait prit le premier jour et me l'a tendu. Je l'ai pris et je l'ai examiner. C'était un bracelet en plastique noir tout ce qu'il y à de plus normal. Il y avait cependant écrit ''Nothing'' en blanc dessus. Dès que je l'ai mit à mon bras, le ''Nothing'' blanc s'est transformé en ''Salut !'' bleu.
- Un Brarme ! Ai-je repris. Pour Moi ?
- Non pour le chien du voisin.
J'ai fait abstraction de cette dernière remarque et j'ai continué :
- Merciii !! Mais... Pourquoi il y a écrit salut dessus ?
- Oh, Euh... c'est rien, j'en ai beaucoup, un de plus ou un de moins... Pour sortir l'arme qu'il y a à l'intérieur, il faut juste que tu lise le mot sur le bracelet, mais celui-là a un petit problème à vrai dire, en fait...
Je ne l'ai pas laissé finir, je lui ai sauté dessus et je lui ai fait un câlin. Elle a semblé très gêné sur le coup, puis notre enthousiasme fût interrompu par un rire machiavélique, un rire que je reconnaîtrais entre mille : Celui d'Alias. Il était comme à son habitude sur le mur, juste à coté de la porte d'entrée.
- Vous êtes tellement mignons ! Se moqua Alias. Je suis désolé mais je vais devoir interrompre votre moment de câlin, c'est pour une histoire de... vengeance.
- Alias ! Ai-je crié. Rend nous le cristal de Yami !
*Qui ne tente rien n'a rien* me suis-je dis. Mais il y avait aucune chance qu'il veuille nous le rendre aussi gentiment.
- Même pas en rêve microbe. Cela fait tellement de bien de pouvoir se sentir libre et pouvoir voler avec ce pouvoir. Jamais je ne vous le rendrais !
- Alors nous allons venir le chercher par nous même ! Ai-je hurlé.
- Je crois pas que ce soit une bonne idée, me murmura Yami. Tu n'es toujours pas à son niveau.

Je ne l'ai pas écouté, j'ai sauté et je me suis lancé vers le mur où il était. Quand je suis arrivé à son niveau, je lui ai donné un coup de poing mais il a encore une fois disparu. J'ai regardé autour de moi, puis aje l'ai aperçu au dessus. Il était maintenant sur le mur parallèle à celui où j'étais. Yami à crié quelque chose, son arc noir est sortir du bracelet puis il est allé se loger dans sa main. Le calme a régné durant quelques secondes, mais il a été rompu par un rugissement assourdissant venant de dehors. Cela m'a fait sursauté. Alias s'est exclamé ''Ah ! Enfin un peu d'aide, ce n'est pas trop tôt''. Cela ne m'a pas du tout rassuré, j'ai arrêté mon emprise sur la gravité. Je suis ensuite allé près de la grande porte et j'y ai passé ma tête pour voir ce qui avait fait ce bruit. En apercevant le monstre, j'ai crié et j'ai bondi en arrière. Il est entré dans le hangar et m'a lancé un regard perçant. C'était un crocodile sur patte. Il était armé d'une batte de baseball. Il avait un bandeau pour cacher son œil droit. J'ai crié une nouvelle fois et j'ai couru pour me mettre à coté de Yami.
- Qu... Qu... Qu'est ce que c'est que ça !? Ai-je balbutié.
- C'est un monstre venant de mon monde, m'a-t-elle répondu. Ne t'en fait pas, il n'est pas très puissant.
Ces paroles m'ont rassurées, mais d'un coup, Yami s'est figé sur place. Elle a visiblement eu un ''flash''. Elle s'est tournée vers moi puis elle m'a dit :
- Attend, si il est là... C'est qu'il y a un portail permettant de retourner dans mon monde.
- Exactement ma chère, à répondu Alias. Il y a bien une brèche, à quelques mètres de ton repère. Et elle se fermera dans quelques heures ! Tu as enfin l'occasion de retourner dans ton petit monde chéri ! Tu ne vas quand même pas laisser passer l'occasion quand même ?

Elle s'est tournée vers moi avec un air grave. Elle a mit sa main sur mon épaule avant de me dire :
- Désolé, cela fait maintenant beaucoup trop de temps que je suis coincé ici. Je ne peux pas rater l'occasion, même si je n'ai toujours pas repris mon Silicium Céleste, je ne peux pas rester ici plus longtemps, adieu.
- Non... Non... tu... tu peux pas me faire ça... Pas maintenant. Lui ai-je répondu, tremblant.
Elle s'est retournée, elle a couru vers la porte, esquivé l'attaque du monstre crocodile puis elle est sortit. J'attendais la caméra cachée. Rien n'est arrivé, ce n'était pas possible, comment avait-t-elle pu m'abandonner avec un monstre et Alias à coté de moi. J'ai crié son nom aussi fort que j'ai pu. Le crocodile a rigolé avec une voix bizarre, ce qui à eu le mérite de m'énerver encore plus. J'ai regardé mon bracelet, il y avait maintenant écrit le mot ''Courage''. J'ai alors crié ce mot. Le Brarme a prit une couleur bleue puis quelque chose de long est sortit dans une lumière aveuglante. Dans ma main, il y avait maintenant une épée. Le pommeau était rond et de couleur bleue, le quillon lui était en forme d'éclair. La lame entière était noire et elle avait deux traits bleu lumineux parallèles partant du quillon et allant jusqu'en haut. Je n'ai pas eu le temps d'être surpris, je me suis rué sur le monstre et je l'ai attaqué avec mon épée. Celui-ci a tenté de parer le coup mais sa batte en bois s'est découpé au contact de ma lame. Le Crocodile s'est prit la lame dans la tête. Il a émit un autre horrible rugissement avant de disparaître dans une fumée violette. Je me tourné vers Alias, les larmes au yeux, j'avais une haine inimaginable envers lui.
- Hum, il n'était pas très résistant, A-t-il dit avec un air désabusé.
- Espèce d'enfoiré ! Ai-je crié. Tu ne mérite pas de vivre !
- Oh, comme c'est méchant... Tu sait que tu est très très blessant ?

J'ai dirigé la gravité vers le mur ou était Alias. Directement après arrivé dessus, j'ai couru vers lui et lorsque je lui ai asséné un coup, il s'est téléporté derrière moi puis m'a attrapé par la taille en me bloquant les mains. J'ai imaginé à nouveau le levier et j'ai annulé le changement de gravité, nous sommes tombés tout les deux sur le sol et j'ai pu me libérer. Alias s'est levé et tout en se craquant les doigts, il m'a lancé :
Je vois que tu as apprit à maîtriser ton pouvoir, pas mal pour un débutant.
Son corps a fusé d'un coup vers moi. Une fois arrivé à la bonne distance, Alias m'a donner un coup de poing en plein dans le ventre, j'ai craché un peu de sang. J'ai été pris de vitesse et je n'ai pu rien faire. Il s'est arrêté à quelques mètres derrière moi. Je me suis effondré sur mes genoux en lâchant mon épée, j'avais mal, je ne pouvais plus me lever. En un seul coup il en avait fini avec moi, j'étais tellement faible. Il s'est approché de moi et il s'est mit à mon niveau, il m'a examiné.
- Tu as perdu. Tu est tellement faible c'est pitoyable ! S'exclama-t-il. Je vais abréger tes souffrances, ça risque de piquer un peu vois-tu ?
- Tu... est... (Je n'arrivais même pas à articuler correctement un mot).

Je me suis surpassé, j'ai attrapé mon épée je me suis difficilement levé. Alias à tourné autour de moi, toujours en m’examinant.
- Impressionnant ! S'écria-t-il. Tu est toujours debout, tu est un formidable spécimen, je suis plutôt déçu de mettre fin à tes jours. Quand tu sera mort, je prendrai ton Silicium Céleste, il pourra sûrement me rapporter gros ! Et puis sache que...

J'ai entendu un cri venant de l'extérieur. J'ai tourné la tête, j'ai vu la vitre se briser avant d'apercevoir un rayon rouge lumineuse parcourir toute la salle et terminer sa course dans le corps d'Alias. La bonne humeur présente sur son visage s'est transformé en surprise puis en terreur, j'ai retrouvé le sourire quand j'ai aperçu Yami juste derrière la fenêtre. C'était elle qui avait tiré grâce à son arc et qui m'avait sauvé. Elle m'a regardé puis elle m'a crié :
- Achève le ! Vite !
J'ai usé du peu de force qu'il me restait pour asséner d'un coup d'épée le coup fatal à Alias. Celui-ci n'a pas la force de répliquer, il a disparu dans une poussière noire. J'ai regardé autour de moi pour voir où il s'était téléporté cette fois-ci. Il n'était nul part. J'ai regardé l'endroit où il avait disparu, deux cristaux gisait à cet endroit, un en forme de cube, transparent et l'autre était en forme de demi-pyramide de couleur rouge. Yami m'a rejoint, elle a prit les deux Siliciums Célestes, puis elle m'a regardé avec un énorme sourire. Je lui ai répondu tant bien que mal avec un sourire moi aussi. Je me suis dis que c'était une fin plutôt rapide pour ce monstre qui nous aura causé bien des soucis. Je me suis écroulé de fatigue mais elle m'a rattrapé avant que je touche le sol. Je me suis appuyé sur son épaule, elle m'a ramené chez moi puis elle m'a laissé devant la porte. Devant moi, son Silicium Céleste est entré dans son corps. Elle m'a fait un clin d'oeil signifiant « Merci » puis elle s'est envolé, sûrement grâce à son pouvoir. C'était la dernière fois que je l'ai vu.

En rentrant chez moi, mes parents m'ont sauté dessus, je leur ai dit que j'avais fait l'école buissonnière et que j'étais partis avec des amis dans un autre ville. C'était peut-être pas la meilleur idée que j'eus, mais dans mon état, c'était la seule qui me venait à l'esprit. J'ai appris que j'avais été viré de mon école, ils étaient quand même plutôt stricte, je n'avais maintenant plus d'endroit où étudier... Mais j'ai reçus rapidement une lettre envoyé de... de loin. C'était signé « L'école Bertie Crochue », mes parents n'ont visiblement pas lu la même chose que moi, car il y avait écrit que j'étais un surdoué magique et que cette école était une école de magie. J'ai accepté et je m'y suis rendu, je me suis fait beaucoup d'amis. Dans cette école, ils sont tous sympa.
J'étais enfin heureux d'étudier !


Fin parallèle :

Quand Yami a saisi le cristal laissé par Alias, il est directement rentré dans son corps. Elle a mit le second Silicium Céleste dans sa sacoche. Puis elle m'a dit :
- Écoute, j'ai compris que la vie dans ce monde ne te plaît pas, je l'ai compris rapidement, c'est pourquoi je t'offre une chance de changer ta vie, mais attention, tu dois bien réfléchir à cette proposition. Je pense que tu mérite de venir dans mon monde, le monde où tout est tiré de l'imagination des humains. Sauf que si tu viens, tu aura une vie dangereuse.
J'ai réfléchit un petit moment, si je quittais ce monde, je quitterai ma famille et mes amis, mais si j'allais dans le monde de Yami, j'aurais la vie que je rêve, une vie dangereuse avec des monstres et de la magie... Le choix était vite fait.
- Je viens avec toi ! Ai-je décidé. Je suis prêt à te suivre Yami ! Je veux juste que tu reste avec moi quand je serai là bas, histoire de ne pas être dépaysé.
- Ne t'en fait pas. M'a-t-elle répondu.

Nous avons fait un détour chez mes parents, je me suis appuyé sur les épaules de Yami, ma douleur au ventre était toujours présente. J'ai glissé une lettre dans la boite aux lettres, disant à mes parents que je les aime et que je ne les oublierai jamais. Cela m'a fait très mal au cœur de devoir les quitter, mais comme ma mère m'a toujours dit : « Suis toujours ce que ton cœur te dicte, mon fils ».
Nous avons passés le repère de Yami, nous nous sommes avancés un peu dans les bois avant d'apercevoir une flaque d'eau toute ronde sur le sol. J'ai demandé à Yami si elle ne devait pas prendre ses affaires dans le repère, elle m'a répondu qu'il n'était pas à elle et qu'il y en avait beaucoup dans le monde des humains, justement pour ceux qui y font un petit voyage, ou ceux qui y sont bloqués, comme Yami.

Elle s'est jeté dans l'eau et elle a disparu. Cela m'a surpris. Je m'y suis approché doucement, puis j'ai mis ma tête dans la flaque. À l'intérieure il y avait un autre endroit. Incroyable ! J'ai aperçu Yami devant moi, entouré de beaucoup de monde. Nous étions maintenant dans une sorte d'énorme restaurant. Il y avait beaucoup de tables placés en ligne, tout au fond il y avait un comptoir avec une homme chauve et baraqué qui astiquait un verre. Il y avait énormément de monde, des adultes et des adolescents, des femmes et des hommes, ils avaient tous un Brarme autour du bras. Yami m'a tendu les bras en me disant :
- Bienvenue dans le pays d'Alesia, Shiruka !


[J'ai fais une fin parallèle si jamais j'ai envie de continuer quelques autres chapitres, merci d'avoir lu... Voili voilou (Pardon...)]



Dernière édition par Shiruka R.S. Kodaké le Ven 24 Aoû 2012 - 15:27, édité 2 fois


____________________________________________________________________________
"La différence entre l'intelligence et la stupidité, c'est que l'intelligence a ses limites."

Voir le profil de l'utilisateur

12 Re: Silicium Céleste le Sam 21 Juil 2012 - 20:50

Moi je dis : Super super super Very Happy !
Le seule truc que je n'ai pas trop aimé, c'est la fin :/ ... Ben, oui, j'aurais bien voulu de tu fasse des milliers de Chapitre comme je les aime n_n !
Sinon, texte conjugaison et tout et tout : Parfait à mon avis Smile !
Franchement, je te dis de tout coeur Bravo !


____________________________________________________________________________
Deux petites souris tombent dans un seau de crème. La première souris abandonne très vite et se noie, la deuxième se débat tellement fort qu’elle change la crème en beurre. À partir de maintenant je suis cette deuxième souris.

Arrête-moi si tu peux~
Voir le profil de l'utilisateur

13 Re: Silicium Céleste le Dim 22 Juil 2012 - 13:03

Merci beaucoup Betty !
Et pour ce qui est de la fin, j'ai fait une fin parallèle, celle où je ne vais pas à Bertie Crochue. Peut-être que je continuerai l'histoire à partir de là, si un jour j'ai envie de reprendre.
Merci d'avoir lu !


____________________________________________________________________________
"La différence entre l'intelligence et la stupidité, c'est que l'intelligence a ses limites."

Voir le profil de l'utilisateur

14 Re: Silicium Céleste le Dim 22 Juil 2012 - 16:18

Super Very Happy !
De rien Wink !


____________________________________________________________________________
Deux petites souris tombent dans un seau de crème. La première souris abandonne très vite et se noie, la deuxième se débat tellement fort qu’elle change la crème en beurre. À partir de maintenant je suis cette deuxième souris.

Arrête-moi si tu peux~
Voir le profil de l'utilisateur

15 Re: Silicium Céleste le Ven 24 Aoû 2012 - 11:55

Cowell Bratley

avatar
2ème année
2ème année
Tu m'as bien fait rien en imaginant le levier avec une tête de Pikachu !
Sinon tes idées sont inventives et bien construites. L'entrainement est bien représenté et la personnalité des personnages plus affirmés.
Tu compte continuer avec la fin parallèle ?


____________________________________________________________________________
Casey Adams-Bening, élève de 6ème année dans la maison Poufsouffle



"I feel drunk but I'm sober, I'm young and I'm underpaid                 
I'm tired but I'm working, yeah                                                                                                                                                      "'Cause I've got one hand in my pocket
I care but I'm restless, I'm here but I'm really gone                                                                                                                       And the other one is giving a high five"
I'm wrong and I'm sorry baby"
Voir le profil de l'utilisateur

16 Re: Silicium Céleste le Ven 24 Aoû 2012 - 12:23

Merci beaucoup Cowell d'avoir lu !! (Ça me rend toujours heureux que quelqu'un me lise, allez savoir pourquoi ?)
Et sinon, pour la suite : Au départ, comme j'ai vu que ces deux chapitres n'ont pas eu l'air d'avoir beaucoup de succès, je me suis dit que j'allais arrêter. Mais si jamais l'envie me reprend je continuerai.

Thanks again ^^


____________________________________________________________________________
"La différence entre l'intelligence et la stupidité, c'est que l'intelligence a ses limites."

Voir le profil de l'utilisateur

17 Re: Silicium Céleste le Ven 24 Aoû 2012 - 13:50

Kamira Manliot

avatar
2ème année
2ème année
Aère ! C'est tout ce que j'ai a dire pour le moment, ça fait trop longtemps que j'ai lu le premier donc faut que je relise et ensuite le deuxième, mais y a un truc que je peux te dire sans avoir lu ; aère ton texte ! ^^

Voir le profil de l'utilisateur

18 Re: Silicium Céleste le Ven 24 Aoû 2012 - 21:30

Voilà, j'ai aéré !


____________________________________________________________________________
"La différence entre l'intelligence et la stupidité, c'est que l'intelligence a ses limites."

Voir le profil de l'utilisateur

19 Re: Silicium Céleste le Sam 25 Aoû 2012 - 9:34

Kamira Manliot

avatar
2ème année
2ème année
Bon cette fois je peux te faire un vrai commentaire bien constructif puisque j'ai pris le temps de lire tranquillement Silicium Céleste.

Premièrement j'ai le principe et l'histoire en elle-même. Comme je sais que tu t'es inspiré du jeu vidéo ça me donnerait presque envie d'y jouer, c'est dire ^^
Tu situe bien l'histoire, les évènements sont organisés et il n'y pas trop d'évènements enchainés, ils sont coupés par des actions ou autres ce qui tiens en haleine et ne fait pas un bourrage de crâne intensif.

Ton gros plus je dirais, c'est ta capacité à garder ton humour (parfois douteux, mais divertissant) et surtout à ne pas faire de ton personnage un héros parfait qui réussit tout du premier coup. Même si ton personnage est le Shiruka Kodaké que je connais en RPG, il est tout aussi plaisant dans une histoire que tu as toi-même dirigé.

Au niveau de l'écriture je trouve que tu te débrouille vraiment bien pour une personne qui ne lis pas énormément et surtout qui n'écrivait pas jusque là. Tu as de l'imagination et c'est là le plus important dans l'écriture. Évidement, comme tu débute, ton écriture est un peu mal assurée parfois et tu n'as pas encore la notion de "mise en forme". Je suis d'accords que c'est dur à apprendre, même moi je bataille toujours à faire mes paragraphe, les commentaires de paroles et autres.
Quelques conseils que je peux te donner comme ça de mémoire c'est qu'on ne met jamais de point avant un "mais", une virgule à la rigueur mais c'est tout. Pour les paragraphe on n'en change pas après un dialogue, sauf si après ce dialogue les personnages sont dans un lieu totalement différent ou si tu as changé de jour ou d'heure.
Ensuite calme-toi un peu sur les points d'exclamations, on sait que tu es enthousiaste mais tout de même il y a des fois où ils ne sont pas du tout utiles ^^

Niveau orthographe je trouve que c'était pas trop mal, c'est plus des erreurs d’inattention ou la confusion de "a" et "à" qui revient souvent, ainsi que quelques problèmes d'accords.
Hum pour tes phrases essayes, même si c'est dur au début, de mettre plus de virgule à la place des points et des "et". Il faut te forcer à mettre le moins de verbe dans une phrase aussi. J'ai vu plus sieurs fois des choses du genre :

"Elle avait les yeux verts et elle avait du maquillage noirs autour des yeux qui lui donnait un air sévère"
Pour être plus élégant, et moins lourd à lire, on dirait plutôt :
"Elle avait les yeux verts et du maquillage noir tout autour qui lui donnait un air sévère"

C'est plus léger non? Mais ça c'est quelque chose qui vient avec l'habitude, normal que tu fasses beaucoup de répétitions pour le moment, ça s'arrangera avec le temps.
Ah oui j'ai oublié quelque chose mais ça Eva et Elia t'en on déjà parlé : les fautes de temps. Je précise juste une chose, écrire un texte à la première personne, et donc jongler entre présent et passé, c'est ce qu'il a de plus en écriture, c'est bien connu. je ne m'étalerais pas là-dessus.
Dernière chose, oublis un peu les majuscules partout. Là aussi Eva en a parlé donc je vais aps recommencer mais je précise de nouveau ^^

En somme j'ai vraiment beaucoup apprécié, tu maîtrise déjà l'art de tenir le lecteur jusqu'au bout. Si tu continue à écrire ton écriture se fluidifiera encore plus et tes phrases seront plus légères à lire, donc on sera encore plus pris. Bravo surtout!

Voir le profil de l'utilisateur

20 Re: Silicium Céleste le Sam 25 Aoû 2012 - 19:20

Merci beaucoup Kamira pour ton analyse !
Donc pour le futur, faudra surtout que je fasse attention au répétitions. Et il faudra aussi que je m'améliore en accords de verbes.

Merci encore d'avoir lu, Kami !


____________________________________________________________________________
"La différence entre l'intelligence et la stupidité, c'est que l'intelligence a ses limites."

Voir le profil de l'utilisateur

21 Re: Silicium Céleste le Dim 26 Aoû 2012 - 10:15

Euh, juste une question comme ça : Quel jeu vidéo ?


____________________________________________________________________________
Deux petites souris tombent dans un seau de crème. La première souris abandonne très vite et se noie, la deuxième se débat tellement fort qu’elle change la crème en beurre. À partir de maintenant je suis cette deuxième souris.

Arrête-moi si tu peux~
Voir le profil de l'utilisateur

22 Re: Silicium Céleste le Dim 26 Aoû 2012 - 10:21

Le jeu c'est Gravity Rush, sauf que vu que l'univers était beaucoup trop éloigné de celui du forum, j'ai décidé de faire une petite histoire. Mais bon, appart le pouvoir de Shiruka et les quelques attaques, je n'ai rien copier d'autre. Tout ce qui est Brarme, monte, Silicium Céleste et le reste, j'ai tout inventé.


____________________________________________________________________________
"La différence entre l'intelligence et la stupidité, c'est que l'intelligence a ses limites."

Voir le profil de l'utilisateur

23 Re: Silicium Céleste le Dim 26 Aoû 2012 - 11:02

Kamira Manliot

avatar
2ème année
2ème année
Là tu m'apprends quelque chose. Je pensais que les brarmes et les Silicium c'était du jeu....
Bon je rectifiés ; tu as BEAUCOUP d'imagination! Tu as complètement créé un univers c'est génial. Là ça me fait encire plus aimer l'histoire puisque tu as quasiment tout créé et que ce n'est pas juste une fic' du jeu ^^

Voir le profil de l'utilisateur

24 Re: Silicium Céleste le Dim 26 Aoû 2012 - 12:59

Merci Smile


____________________________________________________________________________
Deux petites souris tombent dans un seau de crème. La première souris abandonne très vite et se noie, la deuxième se débat tellement fort qu’elle change la crème en beurre. À partir de maintenant je suis cette deuxième souris.

Arrête-moi si tu peux~
Voir le profil de l'utilisateur

25 Re: Silicium Céleste le Jeu 30 Aoû 2012 - 20:10

Désolé pour la réponse si tardive, mais ça m'étais sortit de la tête ^^'

Donc, Kamira, j'étais un peu obliger de tout inventer vu que l'univers du jeu vidéo est beaucoup trop différent de tout les livres de ce forum. Et vu qu'il fallait s'inspirer d'un roman pour la magie, je me suis dit que j'allais me créer une petite histoire simple. Au départ c'était juste pour vous montrer un peu mes pouvoirs, puis au fur et à mesure, je me suis pris au jeu. J'ai créer une autre monde avec d'autres races de personnes possédants toutes sortes de magie. J'ai vraiment adoré écrire cette petite histoire !


____________________________________________________________________________
"La différence entre l'intelligence et la stupidité, c'est que l'intelligence a ses limites."

Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum