Bienvenue sur l'Univers du Fantastique! Amusez-vous bien!

Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Rdv à Poudlard !

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 2]

1 Rdv à Poudlard ! le Mer 11 Jan 2017 - 14:27

Elia Stalia

avatar
5ème année
5ème année
POST RÉCAPITULATIF

Serpentard
Timothée Chang - 7
Archibald Redding - 6 --> Lily la Tigresse
Scorpius Malfoy – 6
Albus Potter – 6
Wes Finnigan-Thomas - 6
Ivar Andersen - 6
Jeffrey Adams-Bening - 3

Lavande Patil - 7
Desideria Lawson - 6 --> Tessa Nolastraosvinsky
Victoria Lawson - 6
Thalia Nott - 6
Gwen Jones - 6
Astrid Fall - 6
Lily Potter – 5
Eva McDonnell - 5
Bianca Redding - 3


Gryffondor
James Potter – 7
Locan Lovegood-Scamander – 6
Nolan Dwyer - 6 --> Naiara M'anrill
Coen Hardy - 6
Alfred Redding - 5
Arthur Cole - 5

Nancy Bell - 7
Cali McKellen - 6
Polly Turner - 6


Poufsouffle
Edmund Shelby - 7
Hugo Weasley – 6
Lysandre Lovegood-Scamander – 6
David Londubat - 6
Isaac Londubat - 6
Casey Adams-Bening - 6 --> Cowell Bratley

Elizabeth O'Brien - 6 --> Elia Stalia
Chelsea Parrish - 6
Saoirse Lynch - 5
Alice Jameson - 5


Serdaigle
Rose Weasley – 7
Roxane Weasley – 6
Dan Graves - 6 --> Eva Bellini
Ailys Dwyer - 5

Fred Weasley – 7
Connor Thomas - 6
Jack Wu - 6

Liste des cours

Cours obligatoires

Étude des moldus
Botanique
Métamorphose
Potions
Défense contre les forces du mal
Sortilège
Astronomie
Histoire de la magie

Cours optionnels
Runes
Arithmancie
Soins aux animaux
Divination


Bienvenue à Poudlard ! Soyez qui vous voulez dans cette nouvelle génération qui n'a jamais connu Voldemort et qui tente de se faire sa place comme tout adolescent magique qui se respecte. Fille ou garçon, à vous de voir. Mais en sixième année de préférence, pour augmenter le nombre d’interactions. 

Les enfants de tous les personnages que nous avons connu (c'est-à-dire Rose, Albus, Scorpius, etc...) sont libres d'accès. Le premier d'entre nous qui interagit avec un d'entre d'eux créé son caractère. Ceux qui leur parleront après devront respecter et approfondir ce caractère. De même, attention à ne pas trop bousculer les personnages que nous jouons. 

Autre point important, pour approfondir l'histoire : 
Nous sommes en 2022. Depuis désormais cinq ans, le monde moldu va mal. Ce qui n’était d’abord que des petits attentats isolés est devenu une véritable guerre mondiale entre les pays du Maghreb, les États-Unis, la Russie et la France. Pour l’instant le Royaume Uni est resté en dehors du combat, le Premier ministre essayant de s’entendre avec tous ces pays en conflit pour ne pas les froisser et déclencher ainsi une nouvelle guerre mondiale. Mais sa position devient de plus en plus précaire et il ne sait pas combien de temps il va pouvoir retarder l’échéance.

Pendant ce temps, dans le monde sorcier, la société s’est ouverte à la culture moldue, et notamment à ses nombreux avantages technologiques. Depuis trois ans, les cours d’Étude des moldus sont devenus obligatoires pour tous les élèves, au lieu de n’être qu’une simple option.
C’est pour cette raison que le monde magique commence à s’agiter, et surtout la nouvelle génération, beaucoup plus ouverte d’esprit. Faut-il rentrer en guerre ou l’éviter ? Et quel sera le rôle du monde sorcier ? 
Le premier post concernera notre arrivée à la gare. L'intérêt de ce rpg est aussi de communiquer entre nous via fb ou boxie pour rester cohérent et nous amuser à échanger des idées. Maintenant, à vous de jouer !
Caractère des PNJ:
Hugo Weasley : Téméraire, loyal et drôle. Il ressemble un peu à son père mais a un côté plus posé et studieux hérité de sa mère.
Lysandre Lovegood : Un garçon un peu étrange, la tête dans les nuages les trois quarts du temps, à la poursuite de créatures imaginaires, qui d'un seul coup s'anime et pense à une énorme bêtise.
Locan Lovegood : Beaucoup plus terre à terre que son jumeau, il est apprécié de tout le monde. Cela ne l'empêche pas de se mêler aux farces de son frère pour déranger les cours. 
Lily Potter : Bien que plus jeune d'un an, elle ne se laisse pas marcher sur les pieds. Au contraire, elle est très intelligente et n'hésite pas à affirmer son caractère. Elle a parfois un petit côté fourbe. 
James Potter : Sans le savoir, il ressemble énormément à son grand-père. Mais son arrogance lui joue parfois des tours et il n'est pas aimé de tous les élèves, qui n'en peuvent plus d'entendre ses vantardises quotidiennes. Il enrage de ne pas être Capitaine de l'équipe de Quidditch de Gryffondor. 
Albus Potter : Renfermé, discret, malin, le pur Serpentard. Ses grands yeux verts hypnotisent beaucoup de monde.
Scorpius Malfoy : Un garçon très gentil, toujours prêt à défendre les autres. Très attentif à ses amis. Mais il a son petit caractère à lui malgré tout. 
Rose Weasley : Un peu comme Hermione mais en moins sympathique. Elle se croit supérieure car c'est la meilleure élève et ne le cache pas. Mais elle peut faire des efforts quand il s'agit des gens qu'elle apprécie.
Roxane Weasley : Intelligente et créative, c'est une artiste dans l'âme. Très sociable et sympathique, tout le monde l’apprécie. 
Fred Weasley : Un garçon très timide qui a du mal à aller vers les autres. C'est un bon élève un peu dans son monde. Il est gentil mais se fait trop souvent écraser.
Wes Finnigan-Thomas : En sixième année à Serpentard. Fils de Seamus Finnigan et Dean Thomas, il n'est en rien comme ses pères ; c'est un garçon silencieux et observateur, et très sarcastique. C'est un ami de longue date d'Albus Potter et, par conséquent, de Scorpius.
Ivar Andersen : Avec son visage dur et ses yeux perçants, il est le « garçon le plus beau de Poudlard », selon Archie. C'est un Serpentard pur et dur : il est très calculateur, inaccessible, et a toujours l'air ennuyé. Il n'a pas vraiment d'amis à Poudlard, mais il est en bons termes avec tous ses camarades de dortoir, sauf Scorpius.
Bianca Redding : C'est la petite sœur d'Archie. Elle est en troisième année à Serpentard. Elle a un visage de poupée et des yeux pétillants, mais méfiez-vous des apparences : Bianca est extrêmement ambitieuse et est prête à tout pour arriver à ses fins. C'est également une jeune fille très intelligente.
Alfred « Alfie » Redding : Petit frère d'Archie, il est le cliché du Gryffondor. Il est bruyant, hyperactif, impulsif et fait partie de l'équipe de quidditch de sa maison. Il n'aime pas l'école, ne pense qu'à s'amuser et il a un petit faible pour Lily Potter.
Isaac Londubat : Frère jumaux de David, il est brun et passionné de quidditch. Sa forte musculature et ses épaules carrées lui permettent d'être un batteur très efficace. Il a beaucoup de succès auprès des filles et il est loin de s'en plaindre. Son frère et lui sont très proches malgré leurs différences.
David Londubat : Il est l'opposé de son frère. Blond aux yeux bleus et un tantinet chétif. Mais derrière cet aspect reservé, mieux vaut ne pas le sous-estimer.
Victoria Lawson : Meilleure amie de Lily Potter, elle ne se mélange que très peu aux élèves des autres maisons. Elle s'entend très mal avec sa sœur, Desideria, et reste assez méfiante des gens qu'elle ne connait pas.
Eva McDonnell : Une des amies proches de Lily Potter, elle est elle aussi en cinquième année. Un peu précieuse, un peu peste, elle est le genre de fille qu'on déteste sans avoir de vraie raison, mais juste la voir nous suffit.
Gwen Jones : Complètement folle, Gwen est la réincarnation de Bellatrix Lestrange, la folie meurtrière en moins. Parfaite dans son rôle de batteuse de l'équipe de Quidditch de Serpentard, elle peu parfois être légèrement sur les dents et est assez agressive. Mais ne vous inquiétez pas : c'est son caractère habituel (une chance qu'elle ne soit pas vampire).
Thalia Nott : Très observatrice, Thalia est d'abord froide puis tout à fait chaleureuse. Comme la plupart des élèves de sa maison, elle se méfie des gens pour ensuite mieux les apprécier. Bonne élève, c'est une fille qui sait ce qu'elle veut.
Astrid Fall : Excellente élève, Astrid est LA fille dont on se demande s'il n'y a pas eu erreur sur sa répartition. Assidue au travail, gentille, agréable à vivre et toujours souriante, elle tient son rôle de Préfète de la maison Serpentard juste comme il faut, tout en sachant s'amuser parfois (heureusement qu'il n'y a pas d'examens lors de la sixième année !).
Timothée Chang et Lavande Patil : Ils sont en septième année, en couple tous les deux et poursuiveurs dans l'équipe de Quidditch des Serpentard. Ils ne servent qu'à ça dans le RP.
Saoirse Lynch :
Edmund Shelby :
Chelsea Parrish :
Alice Jameson :
Nancy Bell : Fille de Katie Bell.
Arthur Cole :
Polly Turner :
Cali McKellen :
Coen Hardy :
Jack Wu :
Connor Thomas :

Préfets

Préfets en chef : James Potter et Rose Weasley
Gryffondor : James Potter
Poufsouffle : Casey Adams-Bening, Elizabeth O'Brien
Serdaigle : Ailys Dwyer, Rose Weasley
Serpentard : Wes Finnigan-Thomas, Astrid Fall

Équipes de Quidditch

Gryffondor : Nolan Dwyer (poursuiveur)
Locan Scamander-Lovegood (poursuiveur)
James Potter (attrapeur)
Alfred Redding (poursuiveur)
Nancy Bell (batteuse)
Polly Turner (batteuse)
Arthur Cole (gardien)

Poufsouffle : Lysandre Lovegood-Scamander (poursuiveur)
Elizabeth O'Brien (batteuse)
Isaac Londubat (batteur)
Saoirse Lynch (attrapeuse)
Edmund Shelby (poursuiveur)
Chelsea Parrish (gardienne)
Alice Jameson (poursuiveuse)

Serdaigle : Dan (poursuiveuse)
Maria Goldstein (poursuiveuse)
 
Serpentard :Archibald Redding (batteur)
Gwen Jones (batteuse)
Albus Potter (attrapeur)
Ivar Andersen (gardien)
Bianca Redding (poursuiveuse)
Timothée Chang (poursuiveur)
Lavande Patil (poursuiveuse)

Professeurs

Minerva Mcgonagall

Xavier Dolan : Directeur de la maison Serpentard, c'est le professeur de potion de l'école.
Patricia Redmayne : Directrice des Poufsouffle et professeur de métamorphose. Elle est très douce avec ses élèves et les encourage constamment. Son fils est le célèbre Eddie Redmayne.
Neville Londubat : Directeur de Gryffondor, il enseigne la botanique.
Viola Vaughn : Directrice des Serdaigle, elle est la professeure de sortilège.
Chris Chang : Professeur d'Etudes des Moldus. Epoux moldu de Cho Chang.
Mark Strong : Professeur de Défense contre les Forces du Mal.
Ian McKellen : Professeur de Runes.
Katherine Johnson : Professeur d'Arithmancie.
Stéphane Bern : Professeur d'Histoire de la Magie.
Le Fantôme de Galilée : Professeur d'Astronomie.
Parvati Patil: Professeur de Divination.
Rolf Scamander: Professeur de Soins aux Créatures Magiques.

Emploi du temps

Gryffondor:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Poufsouffle:

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Serdaigle:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Serpentard:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Note : la couleur indique la maison partageant le cours

Eddit edt : Suite aux choix d'option de plusieurs élèves; l'Aritmancie est déplacée le mardi de 15h à 17h et la Divination le jeudi de 15h à 17h

Ordre de publication : Lizzie, Archie, Casey, Desi, Nolan, Dan



Dernière édition par Elia Stalia le Dim 15 Jan 2017 - 19:05, édité 6 fois


____________________________________________________________________________
Elizabeth O'Brien, élève de sixième année dans la maison Poufsouffle. 

Crédit avatar : Fae.
Voir le profil de l'utilisateur

2 Re: Rdv à Poudlard ! le Mer 11 Jan 2017 - 15:25

-Desideria ! Pour la cinquième fois, sors de cette salle de bain !
 
La jeune fille qui se trouvait sous l’eau n’en tint pas compte, l’air de ne pas entendre lorsqu’on l’appelait. Une bonne demi-heure qu’elle était là, sous la douche, à savourer la chaleur de l’eau qui tombait comme par magie du plafond et qui faisait foncer ses cheveux, presque châtains maintenant.
 
-DESIDERIA !
 
Le bruit fit se demander la jeune fille si on l’avait appelée. Dans le doute, elle coupa l’eau avec un soupir, et sorti de la douche pour prendre sa baguette et se sécher magiquement. En un instant, ses cheveux qui étaient châtains sous l’eau furent blond et retombaient en jolies ondulations jusqu’à ses seins. Plus une seule goutte d’eau n’était sur son corps d’un mètre soixante-quinze, aux longues jambes fines, aux fesses rebondies, aux bras fins et légèrement musclés. Son visage, quelque peu tiraillé par le calcaire de l’eau, laissait apparaître quelques tâches de rousseurs sur ses pommettes et des cernes, bien que peu marquées. Elle prit une crème hydratante sur une étagère à côté de son miroir, et s’en mis sur le visage, apaisant sa peau. Après avoir mis de l’anticerne, sans oublier de bénir Merlin pour lui avoir permis de connaître toutes ces astuces pour paraître plus fraîche dès le réveil et en toute circonstance, elle se regarda dans le miroir avec un sourire, laissant apparaître une dentition parfaite –obtenue après bien des douleurs à la mâchoire et des potions aux goûts plus désagréable les unes que les autres.
Elle entendit toquer faiblement, et ouvrit la porte.
 
-Par Merlin, qu’est-ce que tu peux être lente ! Ça fait un quart d’heure que Mère t’appelle et au moins trois vraies minutes que je tambourine à cette porte, fit avec énervement son double.
 
-Oh, ça va, pas la peine de te mettre dans un état pareil, répondit-elle. On ne va pas être en retard, tu le sais bien, on a tout notre temps.
 
La deuxième venue soupira avec énervement, sans chercher à le cacher. Décidément, elles n’arrivaient plus à communiquer toutes les deux.
Desideria quant à elle sortit de la salle de bain toujours nue pour rejoindre sa chambre. Une fois dedans elle poussa la porte avec son pied, laquelle claqua doucement à ses oreilles. Elle se dirigea ensuite vers sa table de chevet pour prendre deux petits appareils qu’elle glissa dans ses oreilles. Ils ressemblaient à deux petits bouchons qu’on aurait pu confondre avec des boules Quies, mes ceux-ci lui permettaient d’entendre. La jeune fille était victime depuis toute petite de surdité, ce qui ne l’empêchait pas pour autant de se comporter comme tous les autres élèves lorsqu’elle était à Poudlard. Contrairement à ce qu’aurait pu penser ses parents en apprenant la nouvelle, Desideria n’était pas réellement handicapée par sa surdité : cette différence avec les autres enfants luis avait donné une volonté de tout faire du mieux qu’elle pouvait, pour justement masquer cette différence aux yeux de tous. Elle était donc une très bonne élève, avait même quelques facilités, et s’entendait avec la plupart des élèves de sa promotion. Seulement, ses rapports avec sa sœur, jumelle qui plus est, n’étaient pas les meilleurs rapports qu’elles auraient pu espérer avoir.
Bien qu’elles aient été proches durant un temps, dès leur troisième année à Poudlard elles avaient pris des chemins différents aussi bien dans leurs options d’études que dans leur entourage. Si Victoria était restée essentiellement avec un groupe d’amis composé de Serpentards, Desideria s’était dirigée vers des élèves d’autres maisons. Victoria n’avait jamais compris pourquoi sa sœur avait fait ça, et lui en voulait de l’avoir dans un sens abandonné pour se trouver des amitiés qu’elles ne pouvaient partager toute les deux.
Mais Desideria avait toujours trouvé que Victoria n’avait jamais fait aucun effort pour s’intégrer plus loin que dans la salle commune, et une bagarre avait eu lieu. Les deux sœurs avaient été séparées, et depuis ce jour, elles n’avaient plus les mêmes relations : bien qu’elles se parlent toujours, un lien s’était brisé entre elles, comme si elles ne se faisaient plus entièrement confiance. Peut-être était-ce dû aux paroles qu’elles avaient eu l’une envers l’autre ? Desideria ne savait pas trop, et c’est sur ces pensées qu’elle plaçait ses appareils, reprenant enfin contact avec tous les sons qu’elle n’avait plus entendu depuis qu’elle les avait retirés la veille pour dormir.
 
La jeune fille enfila un jean et une chemise par-dessus ses sous-vêtements, ajouta quelques bijoux. Traverser Londres avec ses robes aurait été un peu trop voyant. Certes, même si Londres tolérait beaucoup de styles vestimentaires, elle doutait tout de même que les moldus soient si aveugles à tant de personnes vêtues de la même manière dans la gare où ils devaient tous se retrouver.
Sa malle, prête depuis quelques jours maintenant, la suivit lorsqu’elle sorti de sa chambre en refermant sa porte. En croisant sa sœur dans le couloir, elle lui sourit. Victoria haussa les sourcils sans répondre à son sourire, et Desideria soupira intérieurement. Apparemment, sa jumelle ne comptait toujours pas faire le moindre effort.
Elles descendirent toutes les deux, leurs malles les suivant et rejoignirent leurs parents dans le salon.
 
-Ca y est, vous êtes enfin prêtes ! Ce n’est pas trop tôt, fit Dragana, leur mère. Tous les ans, c’est la même chose, il faut toujours que…
 
Leur père leva les yeux de son journal, ouvrant la bouche, mimant les mêmes mots que sa femme qu’il connaissait à présent par cœur. Tandis que Dragana continuait à parler, Desideria les observait, comme d’habitude avant qu’elle ne parte à Poudlard, comme tous les ans depuis cinq ans maintenant.
Sa famille était une famille de Sang Pur. Elle ne faisait pas partie des familles très nobles, mais elle avait l’avantage de ne pas avoir été considérée comme traitresse après la guerre qui avait eu lieu lorsque Voldemort avait attaqué Poudlard, contrairement aux Malfoy par exemple, ainsi que toutes les autres familles qui avaient été très mal vues. Si la famille Lawson avait été étonnante dans ses alliances –Dragana et Arcadius étaient cousins, éloignés certes mais cousins-, au moins elle n’avait pas à se reprocher d’avoir trahi la grande majorité de la population sorcière.
Dragana était une jolie femme d’une quarantaine d’années, des cheveux bruns tombaient en cascade le long de son dos, de taille moyenne et à la finesse remarquable. Elle avait des yeux noisettes qui lui mangeaient le visage, une peau claire qui lui donnait un visage innocent.
Arcadius était un homme de grande taille, le mètre quatre-vingt, bien bâti. Les cheveux châtains, courts, des lunettes toujours sur le nez, il passait le plus clair de son temps à lire et à s’instruire sur l’actualité. Bien qu’il soit sang pur, il aimait en apprendre davantage sur les moldus, bien que sa femme ne soit pas d’accord avec lui : elle considérait qu’ils ne devaient pas changer de bord aussi vite.
Desideria avait toujours vécu dans le monde tel qu’il était aujourd’hui, et elle avait parfois du mal à comprendre pourquoi sa mère réagissait de la sorte. Mais elle n’avait en réalité aucune idée de ce qu’ils avaient pu vivre et voir, et si pour elle, aujourd’hui, étudier les moldus était normal, pour ses parents et pour la plupart des sorciers, cela était encore un sujet tabou.
Physiquement parlant, sa sœur et elle n’avaient rien de leurs parents : les cheveux blonds toutes les deux, bien que ceux de Victoria soient légèrement plus foncés et plus courts, elles avaient toutes les deux de grands yeux verts, qui tiraient vers le bleu pour Victoria et au vert d’eau pour Desideria. Les deux sœurs faisaient la même taille, avaient les mêmes mensurations, et tenaient leur silhouette de leur mère et leur taille de leur père. Elles étaient ce qu’on appelle plus communément de « jolies filles », voire plus, mais leur jumelleité les rendait parfois inaccessibles –c’est du moins ce qu’en ressentaient les deux filles.
 
-Nous y allons, déclara Dragana à ses filles lorsqu’elle eut enfin terminé sa tirade.
 
Les deux blondes embrassèrent leur père, qui ne les accompagnait jamais à la gare. Il n’appréciait pas de se retrouver entouré de tant de monde, même si cela aurait été bien vu.
C’est avec joie que Desideria sorti de la demeure familiale et se retrouvait dehors, en plein centre-ville. La famille n’avait qu’à traverser quelques rues pour être à la gare, et tout se faisait à pied. La jeune fille pu reconnaitre quelques têtes, mais aucun de ses amis, qui devaient sûrement arriver par l’autre côté de la gare ou par portoloin. Mais peu importait, elle avait hâte de les retrouver pour qu’ils se racontent leurs vacances. Les hiboux étaient bien gentils, mais se parler réellement était tout de même mieux que converser par lettres.
C’est avec joie que les deux sœurs marchaient, tellement heureuses de retourner à Poudlard que leur mère trottinait pour les suivre, moins heureuse qu’elles de laisser de nouveau ses filles une année entière.


____________________________________________________________________________
Desideria Lawson
Serpentard
Six

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Let me show you. »
Voir le profil de l'utilisateur

3 Re: Rdv à Poudlard ! le Sam 14 Jan 2017 - 14:45

Cowell Bratley

avatar
2ème année
2ème année
Clairement les voitures de la voie de droite avançaient beaucoup plus vite. Cela faisait presque 2 minutes que la voiture n’avait pas bougé ne serait-ce que d’un mètre. Casey changea de position, éloignant les voitures chanceuses de sa vue. C’était la sixième fois que la famille se rendait à King Cross un premier septembre et c’était désormais une tradition d’arriver juste à temps pour prendre le train. Le jeune homme ne cessait d’entortiller ses doigts, il ne savait pas exactement ce qui se passerait s’ils loupaient le train. Il ne voulait pas le savoir.

Sur le siège d’à côté, son frère était beaucoup plus calme. Jeffrey réfléchissait intensément percher sur une feuille de papier. De temps en temps, il y inscrivait des annotations ou barrait avec ardeur de précédentes notes.

- Qu’est-ce que tu fabriques encore Jeff ?, questionna Casey avec une pointe d’agacement dans la voix.

- Je fais mon emploi du temps pour l’année, répondit Jeffrey ignorant la mauvaise humeur de son frère. Avec l’arithmancie, l’étude des runes et soins aux créatures magiques qui s’ajoutent, il faut que je m’organise. Je dois faire coïncider les heures des clubs de bavboules et de bataille explosive.

Casey ne put laisser échapper un petit rire, son frère le toisa avec un air faussement sérieux.

- Vous les Poufsouffle, le plaisir reste un mystère qui vous échappe. Jamais je ne comprendrai.

Cette fois Casey ria franchement. Depuis que son frère avait commencé ses études à Poudlard, ils se taquinaient sans cesse à propos de leur maison. Si l’aîné a été envoyé dans la maison du blaireau, le Choixpeau a décidé d’envoyer le plus jeune à Serpentard.

- La soif d’ambition vous tuera, vous autres Serpentard.

Jeffrey lui tira la langue, le Poufsouffle lui répondit par un clin d’œil, sa bonne humeur retrouvée. Son frère lui ressemblait beaucoup physiquement. Ils avaient tous les deux les cheveux châtains foncés, leurs yeux étaient d'un même marron. Mais si Casey avait une carrure plutôt imposante, Jeffrey était plus chétif. Avec ses lunettes il était le stéréotype du premier de la classe.

- J’hésite encore à rejoindre le club de duel, ça fera beaucoup mais je veux voir la tête que tu feras quand je te mettrai la raclai de ta vie, proféra le Serpentard.

- Tu crois vraiment qu’un troisième année pourra battre un élève qui en est à sa sixième ?

Casey passa sa main dans les cheveux de son frère qui avait horreur de ça. Celui-ci se recoiffa aussitôt et lança un regard malicieux signifiant clairement à Casey de faire attention à ses arrières.
La voiture pris de la vitesse, les ralentissements semblaient être derrière eux. Ils ne seront pas en retard au moins.

- Bavboules, Duel… Je me suis fait à l’idée du monde des sorciers mais j’ai encore du mal à tout assimiler, soupira Méryl, la mère des garçons qui était au volant de la voiture.

- Je suis aussi perdu que toi chérie, la rassura Aaron assis côté passager.

Casey se sentait souvent désolé pour ses parents. Quand il avait reçu sa lettre le jour de ses 11 ans, cela avait été un choc pour tout le monde. Puis 3 ans plus tard, son frère s’est aussi révélé être un sorcier. La famille s’en doutait fortement mais il y avait toujours une chance pour que Jeffrey soit un moldu. La génétique joue parfois quelques tours. Enfin dans ce cas-là, Méryl Adams et Aaron Bening n’y étaient définitivement pour rien. Si les deux garçons étaient bien frères, les personnes à l’avant de la voiture n’étaient pas leurs parents biologiques. Aaron étant stérile, le couple s’était tourné vers l’adoption. C’est ainsi que 12 ans plus tôt Casey et Jeffrey étaient entrés dans leurs vie. Les deux garçons venaient tout juste d’entrer à l’orphelinat quand ils avaient été adoptés. Jeffrey terminait à peine sa première année alors que Casey avait 3 ans. Il essayait quelques fois de se rappeler des brides de souvenirs d’avant l’orphelinat. Mais c’était le trou noir. Pour lui sa vie commençait leur de sa rencontre avec ses parents adoptifs.

Aaron et Méryl s’étaient vite rendu compte de cette absence de souvenirs. Ils avaient mis ça sur le compte du traumatisme de l’abandon des parents biologiques. Mais ils avaient tout de même décidé de ne jamais cacher à leurs enfants qu’ils étaient adoptés. Il faut dire que Méryl avait des cheveux blonds et des yeux bleus, Aaron quant à lui était un roux pur souche affublé des mêmes yeux bleus que sa compagne. L’équation était vite résolue, la différence physique était évidente. Mais cela avait peu d’importance, ils étaient une famille et ils s’aimaient tous profondément.

La découverte du monde sorcier les avait ébranlées mais ils s’en étaient sortis. Aaron et Méryl de par leur condition de moldus étaient laissés un peu à l’écart de la sorcellerie, ils avaient accepté cette situation contre laquelle ils ne pouvaient rien. Casey leur amenait souvent des livres pour qu’ils comprennent mieux l’univers dans lequel il évoluait désormais. Ses parents faisaient beaucoup d’effort pour s’approprier tout ça.
Au-delà de cette bonne entente, Casey ne pouvait s’empêcher quelques fois de se questionner sur ses parents biologiques. Étaient-ils des sorciers ? Cela semblait être la solution la plus logique.
Alors, Sang-pur ? Sang-mêlé ? Né moldu ?  Ce ne sont que des étiquettes mais laquelle lui était accolée ?
Tout ce qu’il savait, c’était qu’il était Casey Adams-Bening. Même s’il avait envie d’en savoir plus, cela lui suffisait amplement pour l’instant. Cependant, il savait qu’un jour il cherchera ses parents biologiques. Un jour, il faudra qu’il sache.

Il avait essayé d’en parler quelques fois avec son frère. Mais Jeff était totalement imperméable sur le sujet. Ils se fichaient royalement de ses origines, seuls ses parents adoptifs comptaient. Casey l’enviait, le jeune homme se serait bien enlevé toutes ses interrogations de la tête.

« Le Premier ministre organise en ce moment même une réunion avec ses conseillers pour faire le point sur la situation du Royaume-Unis dans le conflit international qui se joue… »

Le père éteignit la radio. Personne n’avait envie d’écouter ça aujourd’hui. Casey se demanda si le pays serait entré en guerre lorsqu’il reverrait ses parents. Cela avait de fortes chances de se produire. Il serait un peu à l’écart avec Jeffrey, si le monde des sorciers prenait de plus en plus en compte les moldus, Poudlard restait une enclave où les élèves étaient choyés.

 
La voiture était désormais garée sur le parking de King’s Cross. Il était 10h40, encore une fois ils arrivaient juste à temps. La famille Adams-Bening habitée dans une petite maison du côté de Norwich. Il fallait plusieurs heures en voiture pour rallier Londres. Les parents tenaient absolument à accompagner les garçons, sans doute pour pouvoir profiter d’eux le plus de temps possible.

- Les bagages dans un chariot, direction la voie 93/4, le train puis c’est partie pour une nouvelle année ! énuméra Méryl.

Un sourire se dessina sur les lèvres de Casey. Une nouvelle année à Poudlard. Son avant dernière. Il avait l’intention d’en profiter.



Dernière édition par Cowell Bratley le Mer 31 Mai 2017 - 10:58, édité 1 fois


____________________________________________________________________________
Casey Adams-Bening, élève de 6ème année dans la maison Poufsouffle

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"I feel drunk but I'm sober, I'm young and I'm underpaid                 
I'm tired but I'm working, yeah                                                                                                                                                      "'Cause I've got one hand in my pocket
I care but I'm restless, I'm here but I'm really gone                                                                                                                       And the other one is giving a high five"
I'm wrong and I'm sorry baby"
Voir le profil de l'utilisateur

4 Re: Rdv à Poudlard ! le Sam 14 Jan 2017 - 22:46

Le réveil sonne. Un garçon grogne, se réveille doucement avant d'attraper l'appareil et de l'envoyer s'écraser contre le mur. Le jeune homme sous le tas de couverture s'assoit lentement puis se lève, toujours au ralenti.

– Archie, dépêche ! Crie une voix fluette accompagnée de coups sur la porte.

Archie sursaute. Il met toujours très longtemps à se réveiller et être agressé par la benjamine de la famille alors qu'il est à peine sorti du lit le met toujours de mauvaise humeur. Le garçon ouvre son placard et sort un caleçon propre, un jean noir et un t-shirt blanc. Rien de bien sophistiqué – presque toutes les fringues qu'il possède sont dans sa valise, prêtes à être envoyées à Poudlard.

Le jeune homme attrape les vêtements, sort de sa chambre et fonce droit vers la salle de bain, avant que son frère ne l'accapare. Il fait chaud dans la pièce, le miroir est plein de buée – sa sœur et sa mère ont dû prendre leur douche avant lui. Archie grimpe dans la douche et en ressort presque aussitôt – il n'aime pas passer trop de temps dans la douche. Le garçon s'admire ensuite dans le miroir. Une motte de cheveux bruns bouclés sur le dessus de la tête et les côtés rasés de près ; des sourcils épais mais toujours soignés (on lui demande souvent si il les maquille), des yeux noirs en amande, une peau métisse et une bouche bien dessinée – Archie est, objectivement, magnifique. Il est musclé mais pas trop – ce sont surtout ses épaules et ses bras qui le sont grâce à trois ans dans l'équipe de quidditch – et, du haut de son 1m86, domine la plupart de la promo.

– ARCHIBALD ! Sors de cette salle de bain, merde, crie son frère à la porte, tirant Archie de son admiration.

– Une minute, Al, répond le jeune homme.

Il enfile rapidement son jean puis son t-shirt, passe la main dans ses cheveux et sort de la salle de bain, passant son frère qui le bouscule en entrant. Archie soupire. Avoir un garçon de 14, presque 15 ans chez soi, hyperactif ET Gryffondor de surcroît, est aussi difficile que ça paraît.

Archie dévale les escaliers et arrive dans la cuisine, où sa sœur et sa mère sont attablées. Elles lèvent la tête d'un mouvement miroir en l'entendant arriver.

– Ah, Archibald, tu es enfin levé. Assieds-toi, je vous ai fait les pancakes de rentrée, ajoute-t-elle avec un clin d’œil.

Violet Redding est une petite femme aux cheveux frisés et à la peau noire. Elle a des yeux noisette pleins de bonté et un sourire qui lui mange le visage, ainsi que quelques rides autour des yeux. C'est une mère extraordinaire. Elle élève ses enfants depuis l'anniversaire où le petit Archibald, cinq ans, fit léviter les jouets de sa sœur alors que son frère d'un an son cadet, Alfred, faisait exploser le gâteau d'anniversaire, effrayé par les cris de leur père. C'est à ce moment que le père des enfants apprit que sa femme était une sorcière et qu'apparemment ses enfants l'étaient aussi. Celui-ci, qui était Moldu et qui aurait aimé ne jamais rien connaître à la magie, quitta sa femme le soir même, non sans une dispute qui fit s'éclater la porcelaine contre le mur et claquer les portes. Depuis ce jour, Archibald s'est juré de protéger son frère, sa sœur et sa mère.

Archibald s'assoit en face des deux femmes de la famille, les observant. Du haut de ses treize ans, Bianca est le portrait craché de sa mère, à l'exception près que sa peau est légèrement plus claire. Elle a le même sourire surdimensionné – marque de fabrique de la famille puisque Alfred et Archie ont le même – et les mêmes yeux pétillants. Tandis que leur frère Alfred es t à Gryffondor, Bianca a, à l'instar d'Archie, été répartie chez les Serpentard. Elle est incroyablement intelligente et ambitieuse, et Archibald ne pourrait être plus fier d'elle.

– Merde, déjà dix heures quinze ? s'écrie Violet. Dépêchez-vous de finir de manger et de vous brosser les dents, on va être en retard !

Elle se lève et part en direction des chambres, marmonnant quelque chose qui ressemble à « tous les ans c'est la même chose ». Archie et Bianca engloutissent leurs pancakes et montent pour aller se brosser les dents, croisant dans l'escalier Alfred et son furet. Le furet était, à l'origine, une blague de son frère et de sa sœur lorsque Al s'était plaint d'être le seul Gryffondor de la fratrie, traitant Archie et Bianca de, respectivement, vipère et furet. Les deux lui avaient alors offert un furet domestique nommé Salazar, et, contre toute attente, Alfred s'y était attaché.

Après un rapide passage à la salle de bain pour se brosser les dents et laissant la pièce à Bianca afin qu'elle se coiffe, Archie entre dans sa chambre. Sa mère a déjà descendu sa valise mais il manque quelque chose : Floki, le chat noir qui est actuellement endormi profondément sur le lit.

– Désolé, mon petit, mais j'vais devoir te déranger, murmure Archibald en attrapant délicatement le félin.

Il le place dans sa cage en lui promettant de le sortir dès son entrée dans le train, et quitte sa chambre. Il croise Bianca qui sort de la salle de bain.

– Les enfants, il est l'heure, dépêchez-vous ou vous allez louper le train ! crie Violet. Descendez ou c'est moi qui vient vous chercher !

Les deux Serpentard se regardent et dévalent les escaliers à toute vitesse. Alfred et leur mère les attendent, leurs valises déjà dans le jardin, à côté du portoloin, un pot de fleur vide. La famille sort, chacun attrape le portoloin et en moins d'une seconde, les voilà sur le quai 9 3/4.

– Je dois vous laisser, dit Violet.

Elle les serre chacun dans ses bras, les larmes aux yeux comme chaque année.

– Maman, tu vas encore pleurer ? s'étonne Alfred.

– Laisse-moi être sentimentale de temps en temps, rétorque leur mère en le frappant légèrement sur le bras.

– On se revoit aux vacances, maman, l'assure Archibald en l'embrassant sur le front.

Archie passe son bras autour du bras de son frère et de sa sœur et ils regardent leur mère transplaner avant de se tourner vers la foule, chacun cherchant ses amis respectifs. Alfred a l'air d'avoir remarqué quelqu'un mais il tourne la tête violemment, les joues rouges.

– Archie, je pense que Alfred a un crush… chantonne Bianca en voyant son frère dans cet état.

– Serait-ce Lily qui te ferait cet effet ? Demande Archie, bousculant légèrement son frère.

Bianca pousse un cri, en plaçant une main sur son cœur, faussement outragée.

– Toi, Alfred Redding, valeureux Gryffondor, aurait un crush sur une Serpentard ? Mais c'est le monde à l'envers !

– Fermez-là, vous deux, grommelle Alfred. Je suis pas du tout —

Il est coupé par quelqu'un criant le nom d'Archie. La fratrie tourne la tête pour voir Nolan Dwyer, ami d'enfance et partenaire de crimes d'Archibald, faire de grands signes en leur direction.

– Bon, mes petits, annonce Archie. Il est l'heure pour moi de vous quitter, à mon plus grand regret…

– Tais-toi et vas rejoindre tes potes, espèce de diva, le coupe Alfred.

– Exactement, petit frère ! J'suis une diva et c'est pour ça que tu m'aimes ! Allez, faites attention à vous, on se retrouve à Poudlard.


Sur ces mots, Archibald embrasse son frère et sa sœur sur le haut de la tête et part rejoindre Nolan.  


____________________________________________________________________________
archie redding, serpentard, six 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
i'd have been yours, if you had been mine
but my hopes had faded by the time
can you hear me tonight? 
Voir le profil de l'utilisateur

5 Re: Rdv à Poudlard ! le Dim 15 Jan 2017 - 16:06

Elia Stalia

avatar
5ème année
5ème année
Dans un petit village à côté de Brighton, grande ville du Royaume-Uni, se trouvait une chaleureuse maison habitée par quatre personnes. La bâtisse était ancienne, et les voisins, durant la journée, ne pouvaient s’empêcher de penser qu’elle allait s’écrouler un jour prochain. En réalité, les fondations intérieures étaient solides – mais c’est là une autre histoire. Pour le moment, aucun voisin n’était présent pour regarder la vieille maison, le jour n’étant pas levé.

A l’étage, une lumière s’alluma. Discrètement, une silhouette entreprit de se diriger vers la salle de bain puis dans la cuisine, semant des points lumineux à chacun de ses passages. Elle remonta ensuite les escaliers pour retourner dans sa chambre, la plus petite de la maison, où elle entreprit de fermer une grosse valise pleine de choses… étranges. C’est du moins, encore une fois, ce qu’aurait dit les voisins.

Mais pour Elizabeth O’Brien, plus rien n’était surprenant. La jeune fille allait rentrer en sixième année à l’école de magie Poudlard – si elle parvenait à prendre le train à temps. Réussissant enfin à boucler sa malle, Elizabeth vérifia une dernière fois qu’elle n’avait rien oublié. Sa chouette Circé étant partie la veille, elle n’avait qu’à porter sa cage vide. Son lit était fait, exceptionnellement, et son bureau déserté de tous les livres qu’elle avait étudié durant l’été et qui peuplaient désormais sa valise. Avec, comme à chaque fois, un petit pincement au cœur, Elizabeth quitta sa chambre, trainant le plus discrètement possible ses affaires derrière elle.

Au rez-de-chaussée l’attendait sa mère. Nelly O’Brien était une femme douce mais sévère avec ses enfants. Ses cheveux châtains, légèrement bouclés, ressemblaient à ceux de sa fille. En revanche Elizabeth avait hérité de son père des yeux d’un bleu étrange, d’une teinte très sombre, et non pas ceux marron de sa mère. Pour couronner le tout, elle était la seule de la famille à avoir un nez long et fin, celui d’une arrière-grand-mère à priori, qu’elle touchait souvent sous l’effet du stress. Elle le fronçait d’ailleurs en ce moment même, remarqua sa mère.

-          Tu es prête ? dit Nelly à voix basse, pour ne pas déranger les deux loirs qui dormaient encore à l’étage.

-          Je crois, répondit Elizabeth.

Du genre tête en l’air, elle ne faisait que très peu attention aux choses matérielles, et semait des objets un peu partout sur son passage. C’était, pour sa mère, l’un de ses rares défauts. Souriant toutes les deux, la mère et la fille se comprirent immédiatement.

-          N’oublie pas ton déjeuner !

Elizabeth hocha la tête et attrapa le sac sur la table de la cuisine. Elle regarda une dernière fois autour d’elle, rajusta son pull en se voyant dans le miroir de l’entrée, puis sortit dans le froid du matin. Sa mère était déjà dans la voiture, tentant de réchauffer l’habitacle. Les températures étaient fraiches pour un premier septembre.

La jeune fille déposa ses affaires dans la voiture puis entra à son tour. Le trajet jusqu’à Brighton n’était pas long et elle le faisait habituellement en bus mais sa mère avait insisté pour l’accompagner. Leur relation était plus calme qu’avant, plus paisible, plus normale, mais une gêne se faisait parfois ressentir, quand on rappelait qu’Elizabeth était une sorcière, ou tout simplement parce qu’elle ne rentrait chez elle que pendant les vacances, devenant presque étrangère à sa famille.

-          Tu as pris tes billets ?

Une fois de plus, Elizabeth hocha la tête. Elle n’aimait pas l’atmosphère qui régnait avant chaque départ. C’est pour cette raison qu’elle disait généralement au revoir à sa famille la veille, au cours du repas, pour ensuite partir discrètement au petit matin. Nelly eut un petit mouvement d’agacement mais elle se reprit aussitôt et, avec un léger soupir, elle adressa un sourire à sa fille.
 
-          Tu vas retrouver tes amis ?
-          Il semblerait, répondit Elizabeth distraitement.

Elle regardait la route. Il faisait encore nuit dehors mais cela, loin de la déranger, la calmait. En tant que sorcière, elle était protégée des dangers moldus qui menaçaient les jeunes filles de son âge. Soupirant à cette pensée, Elizabeth tourna la tête vers sa mère.

-          Tu diras à papa qu’il doit bien travailler et qu’il fasse attention à ne pas manger trop de gâteaux, c’est mauvais pour son cholestérol. Et dis à Bradley de bosser ses cours, c’est pas pour rien qu’il a hérité de la plus grande chambre, hein ! Ah et qu’il m’écrive aussi de temps en temps, Circé passera vous voir tous, je sais qu’elle aime bien revenir se balader dans le coin. Tu comprends, à vol d’oiseau c’est pas loin pour elle.

-          Je transmettrais. Mais ma chérie…

-          Oh et puis tu dois prendre soin de toi, ne laisse pas les deux loirs trop profiter de toi. Surtout Bradley parce qu’à la limite, t’as choisi papa, ça te regarde. Mais Bradley doit…

-          Tout ira bien, Lizzy.

Immédiatement, Elizabeth grimaça. Elle s’était encore laissée aller. Quand elle était mal à l’aise, elle avait tendance à ne plus ouvrir la bouche, ou au contraire à dire tout et n’importe quoi. Elle était, selon ses rares amis, trop honnête. Elle s’apprêtait à rajouter quelque chose quand sa mère gara la voiture. Elles étaient déjà arrivées à la gare de Brighton où Elizabeth devait prendre le train pour Londres.

Nelly aida sa fille à sortir les affaires de la voiture puis elles se dirigèrent, silencieusement, vers les quais. Ayant trouvé son train, la jeune fille fit ses derniers adieux à sa mère. Et, évidemment, ses dernières recommandations. Sa mère l’écouta avec une patience d’ange, jusqu’à ce que les contrôleurs la fassent reculer, signalant ainsi le départ du train.

-          A bientôt maman ! 
-          Prends soin de toi, sweetie !

Souriant, l’adolescente alla s’asseoir à sa place. Dans deux heures, elle serait à Londres. Elle passa le trajet avec son casque sur les oreilles, écoutant du rock anglais, sûrement déjà démodé quand ses parents allaient au lycée. Mais elle adorait ce son fort qui faisait battre son cœur un peu plus vite, comme s'il cherchait à rivaliser avec la guitare et la batterie. Au même instant, Elizabeth jeta un œil à sa valise, à l'intérieur de laquelle se trouvait l'instrument de musique de la jeune fille. Elle bougea un peu, mal à l'aise sur son siège. Sa soudaine poussée de croissance cet été lui avait permis de rattraper la taille standard de ses camarades mais ne lui permettait plus d'étirer ses jambes comme avant. Brusquement, Elizabeth sursauta, la voix électronique annonçant la gare de King's Cross. Elle attrapa sa malle, ajusta son pull - un tic de plus - et descendit rapidement sur les quais. En deux trois mouvements, elle se dirigea vers la voie 9 3/4 et disparut dans le monde sorcier.


____________________________________________________________________________
Elizabeth O'Brien, élève de sixième année dans la maison Poufsouffle. 

Crédit avatar : Fae.
Voir le profil de l'utilisateur

6 Re: Rdv à Poudlard ! le Dim 15 Jan 2017 - 21:03

Naiara M'anrill

avatar
5ème année
5ème année
Pour la dixième fois ce matin, une sonnerie stridente, aiguë, et tout simplement insupportable, résonna dans la petite maison située au 32 Stafford Street.

- Mais tu vas l’arrêter ce putain de réveil ? cria une voix féminine derrière la 
porte.

Un énorme grognement lui répondit, à priori énervé. Mais qu’avais pu émettre ce son ? Comment le savoir dans un désordre aussi épouvantable. À première vue, personne ne vivait ici, ce qui était compréhensible car aucun être humain, même le plus sale, ne pourrait vivre dans cette poubelle. Des habits éparpillés un peu partout dans la salle, avec quelques-uns qui recouvraient même des lampes et des assiettes, où l'on pouvait encore apercevoir des morceaux de nourritures non identifiables dont personne ne voudrait vraiment savoir de quand ils dataient. Les meubles ne suivaient aucun ordre alors que l'énorme quantité d’objets non identifiés contenus dans la pièce n'avaient pas l'air d'être rangés dans les étagères sinon que sur le sol, les meubles ou même directement sur le lit.  Une multitude de photos, dont les images étaient étonnamment animées, peuplaient les murs bordeaux de la chambre. Des clichés qui mettaient en scène plusieurs situations ainsi que plusieurs personnes, dont deux qui revenaient particulièrement souvent : un beau jeune garçon métisse aux yeux noirs et une jolie blonde aux traits fins.

Cependant, ce grognement devait bien être sorti d'une bouche, et donc d'un être vivant. Être vivant qui venait de bouger sous un tas de couvertures, installés confortablement sur un lit douillet. Ce fut d'abord une main qui s'extirpa de cette carapace, s’étirant vers la table de nuit, donnant tout ce qu’elle pouvait pour que le corps auquel elle était attachée n’est pas à bouger d’un poil. Avec une étonnante dextérité, le réveil fut attrapé, éteint (enfin) et lentement approché d’un visage, masculin, qui faisait légèrement surface.

- OH PUTAIN ! s’exclama l’individu d’une voix grave et rauque.

Son réveil venait de lui annoncer, avec amusement, qu'il était en retard, très en retard même. Arborant une expression totalement affolée, ses cheveux bruns complètement ébouriffés en pétard, il se précipita vers son placard en recherche de quelque chose à se mettre, mais se rendit rapidement compte qu'il n'y avait rien dans son placard, et ce ne fut qu'après jeter un coup d'œil autour de lui qu'il remarqua l'état de sa chambre et la valise, vide, en son milieu. Zut. Il s’était endormie en ayant oublié de la faire. N'ayant pas vraiment le temps de faire le ménage profond, ni même le tri, il se contenta d'attraper tous les vêtements qu'il trouvait, tous les livres facilement accessibles, ainsi que les quelques gadgets et objets qu’il semblait tout de même sélectionner un minimum et il lança le tout dans sa grosse valise grande ouverte. Assez content de cette préparation express (comme quoi, pourquoi le faire la veille si on arrive toujours à le faire le lendemain ?), il faillit en oublier l’état général de la pièce, mais un furtif regard sur son réveil lui rappela qu'il n'avait pas le temps de ranger et il entreprit de sortir de cette pièce (Tanpis, ce sera pour l’année prochaine, se dit-il).

- Tu n’aurais pas pu me prévenir avant ? lança-t-il à sa sœur qui finissait tranquillement son petit déjeuné dans la salle à manger, déjà bien habillée de la tête au pied, sa valise, indéniablement prête depuis longtemps, à côté de la porte d’entrée. Je te rappelle que sans moi, toi non plus tu ne seras pas à l’heure à la gare.

- Voyons Nolan, je te connais, répondit Ailys  calmement. Par contre toi, tu ne me connais plus on dirait, tu as oublié que j’aime toujours autant de voir galérer le matin et que je n’ai plus cette chance à Poudlard.

Prenant une des douches les plus courtes de sa vie, croquant ensuite dans une tartine à la vitesse de la lumière, Nolan enfila un short et un T-shirt, oubliant que c’était la fin de l’été et qu’il vivait en Angleterre tout de même. Son désespoir atteint le toit. Ses vêtements furent donc remplacés par quelque chose de plus approprié et il fut enfin aux cotés de sa sœur, valise dans la main droite, balais au-dessus de l’épaule gauche, manteau ne tenant que grâce à la capuche sur sa tête, mais pile à temps puisque la porte s’ouvrait alors, laissant passer un charmant cinquantenaire aux cheveux blonds. 


- La voiture est prête, et vous ?

- Toujours ! s’exclama Nolan, à peine essoufflé, tandis que sa sœur levait les yeux au ciel.

Dubitatif, Richard Dwyer, moldu, les accompagna jusqu’à la voiture et entreprit le chemin jusqu’à King Cross. Sa femme, Margot Dwyer, sorcière, était Soigneuse et commençait ses journées très tôt, ne pouvant pas accompagner ses enfants à la gare.

Le chemin fut paisible, Richard discuta longuement avec son fils, faisant la liste de ce qu’il aurait pu potentiellement oublié, bien qu’au fond, il savait que Nolan réussissait à allier sa spontanéité et son talent d’improvisation à son efficacité. A l’arrière, Ailys lisait son futur manuel de Sortilèges, conformément à son caractère de Serdaigle tout craché.

En une petite demi-heure, nos trois personnages arrivèrent à destination, Richard ne prenant pas la peine de se garer : ses enfants étaient assez grands pour ne pas se faire accompagner jusqu’au quai. Les salutations et promesses d’écriture furent brèves, signe d’habitude, et rapidement, Nolan et Ailys faisaient face au Poudlard Express.

- J’aperçois mes amies donc je te laisse Neuneu. Evite de te faire remarquer de sitôt ou je serai obligé de te punir, dit Ailys en pointant son nouveau badge de Préfète, un sourire aux lèvres, tandis qu’elle s’éloignait vers un petit groupe de filles arborant toutes déjà les couleurs de Serdaigle.

Nolan rigola et regarda autour de lui, guettant la foule de ses grand yeux foncés. Il tenta, en vain, d’apaiser sa touffe de cheveux dont il avait oublié de s’occuper. Confiant, certes, mais pas complètement idiot, il prit quelques minutes pour remettre ses habits en place et ressembler un peu plus à quelque chose de potable. Fier du résultat (Va savoir pourquoi, il ressemblait encore à un hibou venant d’atterrir), il avança enfin le long du quai, recherchant un visage familier maintenant qu'il arrivait à y voir un peu plus clair. Il reconnut enfin une tête qu’il affectionnait particulièrement beaucoup au loin, et, sans une once de gêne, il gesticula les bras au ciel et cria de toutes ses forces :

- Archiiiie, mon chériiiiiie, par iciiiiii !

PS: Susceptible de changer un poil pour ma propre fierté, j'étais juste pressée de poster. 


____________________________________________________________________________
 Nolan Dwyer - 6ème année - Gryffondor
“Certains ne sont jamais seuls, ils sont toujours accompagnés de leur connerie.”


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Voir le profil de l'utilisateur

7 Re: Rdv à Poudlard ! le Mar 17 Jan 2017 - 20:40

Eva Bellini

avatar
Dictatrice
Le bus londonien donna un coup de frein soudain, bousculant ses passagers avec violence. Dan parvint à se rattraper de justesse au coude de sa voisine, mais son énorme valise tomba à la renverse et glissa sur toute la longueur du bus, avant de s'arrêter sur le pied d'un passager à l'air pincé.
 
« ⎯ Désolée, désolée ! » s’écria Dan, récupérant la valise avec un sourire gêné. Le passager la toisa de haut en bas, avant de lâcher un « pas grave » qui sonnait plutôt comme « casse toi ». Dan ne s’en offusqua pas, ou du moins, elle n’en eu pas le temps : le bus venait de s’arrêter devant la gare de King’s Cross. Elle descendit du bus, traînant derrière elle sa grosse valise rouge et cabossée, et slalomant au milieu des passants avec aisance jusqu’à l’entrée de la gare. Il était encore tôt, mais celle-ci fourmillait déjà de monde. Son téléphone portable vibra dans sa poche pour signaler l’arrivée d’un message de sa mère lui souhaitant une bonne rentrée. Dan sourit, renvoya une rangée de cœurs colorés, avant de glisser le portable dans son sac à dos.
 
La jeune fille se fondait bien dans le décor de la gare, entre son jean délavé, son sac à dos couvert de marqueur et son gros casque coloré, bien visible dans ses cheveux noirs ondulés. Elle avait tout l'air d'une moldue, si ce n’était pour la baguette magique coincée dans sa poche, le long de ses hanches.
 
Enfin, elle était devant le mur séparant les quais 9 et 10. Elle jeta un coup d'œil autour elle par précaution, et ne repérant que des Moldus pressés, elle ferma les yeux et se glissa de l'autre côté.
 
La cacophonie ambiante du quai 9 3/4 l'accueillit à bras ouverts, et la jeune fille se sentit immédiatement plus confortable. Devant le train, une foule éclectique de sorciers en vêtements excentriques et parents Moldus dépassés se mélangeait. Les sorts et les éclats de rire fusaient de chaque côté. Elle scannait la foule à la recherche de ses amis, lorsque quelqu'un se précipita dans son dos. Bousculée pour la deuxième fois de la journée, Dan se retourna et découvrir une première année, visiblement nauséeuse après sa traversée du mur magique.
 
« ⎯ Besoin d'aide ? demanda Dan. La première année la regarda avec des grands yeux effarés, et Dan se força à ne pas rire.
 
⎯ Euh, c'est ici Poudlard ?
 
⎯ Ah, non. Mais le train là il y va, si tu veux. Tu devrais monter dedans avant qu'il ne parte sans toi. »
 
La gamine hocha la tête, l’air très sérieuse. Dan jeta un coup d’œil autour d’elle, et remarqua l’absence de tout adulte responsable pour accompagner une petite fille qui faisait probablement un mètre cinquante les bras levés.
 
«  ⎯ Tes parents ne sont pas là ?
 
⎯ Si, ils sont... » Elle se retourna, sembla réaliser que ses parents ne l'avaient pas suivi, et fondit en larme.
 
Il lui fallut trente minutes pour calmer la première année, la convaincre que ses parents ne l’avait pas abandonnée, aller chercher de l’autre côté du passage des Moldus à deux doigts d’appeler la police, et les persuader que non, ils ne se casseraient pas le nez en fonçant tête la première dans le mur. Une fois la gamine (Alice, elle s’appelait Alice) réunie avec ses parents, il était déjà l’heure de monter à bord du train. Dan traîna sa valise dans le Poudlard Express, et se mis en quête d’une cabine libre.
 
«  ⎯ Dan ! Hey, Dan ! » s'exclama une voix depuis l’autre bout du wagon.
 
Dan pivota sur ses talons, et Roxane Weasley lui tomba dans les bras.
 
« ⎯ Salut ma belle, fit Dan en riant.
 
⎯ Tu ne vas pas croire tout ce que j’ai à te raconter, dit Roxane à toute vitesse.
 
⎯ On s’est parlé hier soir.

⎯ Justement. Allez viens, je te montre notre cabine, tout le monde est déjà à bord. T’as faim ? J’ai piqué des bonbons à Fred ce matin. »


____________________________________________________________________________
Dan - 6ème année - Serdaigle

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Fight because you don't know how to die quietly. Win because you don't know how to lose.
Voir le profil de l'utilisateur

8 Re: Rdv à Poudlard ! le Mar 17 Jan 2017 - 23:48

Elia Stalia

avatar
5ème année
5ème année
Le train rouge était là, comme d’habitude, perdu au milieu de la foule qui se pressait sur le quai. Les jeunes montaient et descendaient des wagons, les parents se tenaient droits, tentant de juguler leur angoisse de voir partir leurs enfants – ou au contraire, très heureux de s’en débarrasser. Il y avait des bruns, des blonds, des roux, quelques rares têtes aux cheveux blancs comme neige ; toute une ribambelle de sorciers se pressait sur le quai 9 ¾. C’était d’ailleurs pour cette raison qu’Elizabeth, passé le cap de la première année à Poudlard, n’avait jamais plus demandé à sa famille de l’accompagner jusqu’ici. Elle savait que depuis la chute de celui dont ils n’osaient prononcer le nom, les nés-moldus étaient beaucoup plus intégrés dans la société sorcière ; mais elle se sentait toujours à mi-chemin entre les deux mondes.

-          Eh, te voilà enfin Lizzy ! s’exclama un jeune homme en l’attrapant par le bras.

Elizabeth sursauta puis se détendit en le reconnaissant. Contrairement à elle, il n’avait pas beaucoup changé durant l’été. Son sourire faisait deux fois le tour de son visage tellement il était excité. Il portait ses cheveux châtain clair, roux auraient dit certains, très courts pour leur éviter de boucler et il était plutôt mignon pour son âge, pour peu qu’on aime son humour douteux. Elizabeth sourit au garçon. Après tout, depuis le départ d’Abigail et Kathy, Hugo Weasley était son seul vrai ami.

-          T’as failli louper le train, lui dit-il d’un air soupçonneux.
-          En arrivant une demi-heure à l’avance ? releva son amie avec humour.
-          Pff… soupira-t-il. L’année dernière ma blague avait marché.

Elizabeth s’autorisa un petit rire. Après deux mois à travailler avec des inconnus, cela faisait du bien de voir un visage ami. Un visage sorcier, qui plus est.

-          Tu quittes déjà ta famille ? lui demanda-t-elle en souriant.
-          Enfin ! T’imagines pas ce que ça fait du bien de retrouver son individualité en arrivant à Poudlard !

Elizabeth éclata de rire. La famille Weasley était tellement grande qu’il était facile d’en confondre tous les membres et Hugo se sentait parfois un peu perdu. Mais, songea la jeune fille, Hugo Weasley était pour elle infiniment reconnaissable depuis qu’ils s’étaient retrouvés ensemble à la table Poufsouffle.
Hugo, tenant toujours Elizabeth par le bras, adressa un dernier au revoir bref à sa famille. La née-moldue hocha la tête en regardant Hermione Weasley, la mère de son ami. Elle savait que ce dernier, apprenant qu’elle avait des ennuis avec sa famille, était allé demander à la célèbre Hermione Granger des conseils pour l’aider. Elle s’en alla ensuite avec son ami en direction du train, se faisant bousculer au passage par plusieurs jeunes. Partout autour d’elle retentissait des cris de joie ou d’excitation tandis que les parents s’efforçaient de faire leurs dernières recommandations. Le visage d’Elizabeth se ferma un peu et elle suivit docilement Hugo. Elle passa ainsi devant un groupe de Serpentard en pleine retrouvailles puis devant l’exubérant James Potter sans même les voir.

Une fois dans le train, ils entreprirent de chercher un wagon de libre. Ils esquivèrent deux premières années en train de courir puis Hugo, jetant un œil à travers les portes ouvertes, aperçut son ami Casey Adams-Bening, également à Poufsouffle. Il jeta un regard incertain à Elizabeth mais elle ne le regardait pas, perdue dans ses pensées. Le jeune homme en profita pour l’attraper par le bras et la faire rentrer dans le wagon. Par réflexe, Elizabeth entreprit de ranger ses affaires avant même de voir qu’un garçon était déjà assis. Elle sursauta une fois de plus, ouvrit la bouche, regarda Hugo avec méfiance puis alla s’asseoir à son tour, n’osant pas manifester à voix haute son mécontentement.

-          Salut mec ! fit Hugo avec entrain, ignorant complètement l’aura noire d’Elizabeth à ses côtés. Eh, Lizzy, tu veux pas demander à Abbi et Kathy de venir avec nous ? Ce sera mieux pour toi, non ?

Immédiatement, le visage d’Elizabeth afficha un air triste. Elle secoua la tête et s’adossa à la banquette, soupirant profondément.

-          Tu n’es pas au courant ? demanda-t-elle d’une petite voix.
-          Bah… Visiblement non.

A nouveau, Elizabeth jeta un regard timide à Casey avant de détourner immédiatement les yeux. Elle porta sa main à son visage, jouant avec son nez. A ce signal, Hugo comprit qu’il avait mis son amie dans une position douloureuse. Mais il en avait marre de se séparer entre Casey et Elizabeth et il avait espéré que cette nouvelle tentative pour les réconcilier serait fructueuse – ce n’était que la dixième fois qu’il essayait de trouver un terrain d’entente entre eux.

-          Alors ? De quoi tu parles, Lizzy ?
-          Tu sais, les parents d’Abigail sont décédés dans cet attentat en Russie et depuis elle vivait chez Kathy, tu t’en souviens ?

Le garçon hocha la tête. L’attentat qui avait touché la Russie n’avait pas fait grand bruit à Poudlard, seuls les Poufsouffle en avaient souffert puisqu’Abigail Kones, alors âgée de quatorze ans, avait perdu ses parents. La guerre moldue était un sujet qu’ils évitaient soigneusement d’aborder en sa présence depuis.
 
-     Et bien la famille de Kathy a été mutée en Chine cet été. Alors ils ont emmené Abigail avec eux.
-          Quoi ? s’exclama Hugo avec surprise.

Il faillit en tomber de la banquette. Autour d’eux, des élèves s’arrêtèrent devant leur wagon puis se remirent à marcher en voyant qu’il ne se passait rien de drôle.

-        Abigail et Kathy sont toutes les deux parties… reprit Elizabeth d’un air triste.
-          Mais elles auraient pu rester à Poudlard, non ?
-     Trop de souvenirs, je crois. Les parents de Kathy ont décidé que c’était mieux pour elles et… Je crois qu’ils avaient raison. Elles m’ont écrit une lettre cet été pour s’excuser de ne pas m’en avoir parlé plus tôt…

Estomaqué, Hugo pressa doucement l’épaule d’Elizabeth. Elle venait de perdre deux amies, les deux seules avec qui elle s’entendait réellement. Evidemment, Elizabeth connaissait beaucoup d'autres personnes comme Lysandre ou les cousines Parvati qui partageaient son dortoir mais elle n'avait pas tissé avec eux des liens aussi forts qu'avec ces deux filles. 

-          Eh mais du coup, s’exclama-t-il un peu brusquement, on perd notre préfète !

Légèrement décontenancée, Elizabeth le regarda un instant sans comprendre. Puis elle sortit de la poche de son jean un petit insigne. Elle joua un instant à le faire tourner entre ses mains.

-          C’est tout ce qui t’intéresses ? demanda-t-elle avec une ébauche de sourire. 


____________________________________________________________________________
Elizabeth O'Brien, élève de sixième année dans la maison Poufsouffle. 

Crédit avatar : Fae.
Voir le profil de l'utilisateur

9 Re: Rdv à Poudlard ! le Dim 22 Jan 2017 - 17:04

Après être entrée dans la gare, avoir passé le mur de la voie 9¾ et laissé leur mère retrouver un petit groupe de parents d’élèves qu’elle retrouvait tous les ans, Desideria était dans une phase où, techniquement, elle ne tenait plus en place. Sa tête faisait office de girouette, regardant tout autour d’elle afin de retrouver ses amis qui, au contraire de ceux de sa sœur qui étaient tous à Serpentard, pouvaient se trouver n’importe où car dans des maisons différentes.

-Lily ! héla Victoria d’une voix stridente.

La jeune Serpentard leva lentement les yeux vers les deux jumelles, et Desideria put dès lors sentir de la nonchalance et un inintérêt total à leur présence.

-Oh, les Lawson, lâcha sans aucun ton Lily Potter. Desideria, tu sembles être perdue, non ?

-Merci de le remarquer, Lily, cracha presque la blonde. A vrai dire, j’étais plutôt à la recherche d’Albus.

Lily Potter haussa les épaules, et Victoria leva les yeux au ciel. Bien que la jeune rousse fut en cinquième année, Victoria et elle s’étaient tout de suite entendues. « Entre deux pestes pareilles, pensa Desideria, on ne pouvait pas s’attendre à autre chose ».
Desideria avait toujours préféré la compagnie d’Albus, tout comme Victoria lors de leur première année. Mais dès que la jeune sœur Potter était arrivée à Poudlard, Desideria avait décidé de prendre ses distances avec la cadette de la famille pour privilégier une relation avec Albus. D’ailleurs, il était le seul de la famille Potter qu’elle pouvait apprécier : James, l’aîné, était d’une arrogance incroyable (pour ne pas dire impitoyable), et c’était en partie à cause de ça qu’elle ne pouvait pas l’encadrer.

-Lawson !

Desideria se tourna à l’entente de son nom. Au fil des ans, elle avait fini par se faire à l’idée que son prénom était trop long à prononcer. Elle n’avait pas trop eu le choix : son nom de famille avait été un formidable raccourci.
Elle vit alors Albus, un jeune homme assez petit, du point de vue de Desideria tout du moins. Et, comme tous les ans, elle fut étonnée de voir le vert de ses yeux.

-Ah, je te cherchais Albus ! fit-elle avec un sourire. Comment vas-tu ? Figure-toi que j’ai eu l’immense chance de croiser ta sœur. Je dois avouer qu’elle est toujours aussi aimable.

Avec un clin d’œil, Albus lui sourit.
-Ah, je vois qu’elle t’a manqué. Dis-toi qu’en plus de vivre avec elle tous les jours, nous sommes encore dans la même maison à Poudlard.

-Tu devrais vraiment demander à ce qu’on lui refasse sa répartition, fit Desideria avec un soupir.

-Tu sais aussi bien que moi qu’elle n’aurait jamais été ailleurs.

-Azkaban ?

Albus rit. Même s’il aimait sa sœur, il était parfois difficile de vivre avec elle tous les jours. D’autant plus qu’il était ami avec Desideria, Victoria, Scorpius et Archibald, et qu’avec eux, il était souvent difficile de trouver un terrain d’entente.

-Quelqu’un a vu Archie ? demanda Desideria l’air de rien.

Si elle avait toujours été en bons contacts avec Albus, Archibald Redding était de loin la personne qu’elle appréciait le plus dans sa maison. Ils avaient sympathisé depuis bien longtemps maintenant, et elle lui avait envoyé plusieurs lettres durant l’été. En d’autres termes, elle avait vraiment hâte de le retrouver.

-Non, fit Albus en soupirant légèrement. Par contre, voilà Scorpius qui…

-Ah, je crois que je l’ai vu ! fit très vite Desideria d’une voix un peu plus forte. On se retrouve dans le train Albus !

Desideria choisit ce moment pour se lancer dans la foule à la recherche de sa mère. Elle n’avait pas du tout repéré son ami, mais elle n’avait aucune envie de retrouver Scorpius Malfoy. Elle le trouvait trop mièvre, trop chouchouté par sa mère, trop… Elle ne le trouvait pas assez Malfoy.
Une fois qu’elle eut retrouvé sa mère et lui eut dit au revoir, après avoir salué toutes les personnes avec qui sa mère avait parlé, après avoir eu droit à ses « Fais attention à toi et  ta sœur », « Ne sois pas désagréable », « Travaille bien », « Envoie nous de tes nouvelles régulièrement », et au « Je t’aime » qui concluait à chaque fois ces aux revoirs, Desideria décida de monter dans le train avant que celui-ci ne parte.

Elle fit plusieurs wagons, cherchant ses amis, passant devant des Poufssouffles et plusieurs premières années qui étaient visiblement complètement perdus. Elle se rappela alors la première fois qu’elle avait mis les pieds dans ce train, et se dit qu’elle avait été chanceuse d’avoir sa sœur avec elle. Etre à deux lui avait certainement retiré un poids qu’elle n’aurait pas su supporter seule, et leur admission dans la même maison lui avait fait tellement plaisir qu’elles avaient été les premières années les plus sûres d’elles au tout début de l’année (en tout cas, c’est ce que Desideria avait ressenti face aux autres élèves qui avaient mis un peu plus de temps qu’elles pour se faire au changement). Mais il n’y avait aucun doute sur le fait que si elle avait été seule, les choses se seraient déroulées autrement.
C’est sur ces pensées que la jeune fille passa devant un wagon et repéra ses deux comparses. Archibald Redding et Nolan Dwyer étaient les personnes qu’elle aimait le plus à Poudlard. Et elle avait eu la chance de rencontrer Nolan, un ami de si longue date avec Archibald qu’ils pouvaient certainement finir ou précéder les phrases de l’autre. Desideria les avait tout d’abord trouvés bizarres, puis en était venue à la conclusion qu’ils étaient siamois dans l’âme.

-Mes amours ! fit Desideria en entrant dans la cabine d’un geste théâtral.

Les deux jeunes hommes, tout aussi beaux l’un que l’autre mais avec leur charme tout à fait différent, se tournèrent vers elle.

-Vous m’avez manqué ! reprit Desideria avec son sourire à la Colgate. Bon, vous me faites une petite place ? Il me semble qu’on a un tas de choses à se raconter !

Pour Desideria, l’année pouvait enfin commencer.


____________________________________________________________________________
Desideria Lawson
Serpentard
Six

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Let me show you. »
Voir le profil de l'utilisateur

10 Re: Rdv à Poudlard ! le Dim 22 Jan 2017 - 20:02

Ayant dit au revoir à son frère et sa sœur, Archie se dirige vers Nolan. Sur le chemin, il aperçoit Scorpius Malfoy qui vient vers lui en courant. Esquissant un sourire, Archie ne peut s'empêcher de penser à Desideria Lawson, sa meilleure amie. La jeune fille ne supporte pas le jeune Malfoy, le trouvant trop mièvre, et ne s'empêche absolument pas de le faire comprendre à qui veut bien entendre.


– Salut, Archibald, dit Scorpius, légèrement essoufflé et les joues rouges.


– Hey, Scorpius, répond Archie. Je t'ai déjà dit de m'appeler Archie, merde…


Scorpius lui lance un petit sourire gêné.


– Excuse-moi. Dis, tu n'aurais pas vu Albus par hasard ?


– Je viens d'arriver, je n'ai vu personne pour l'instant, fait Archie. Désolé !


– Pas grave, je vais bien finir par le retrouver. À tout à l'heure !


Sur ces mots, Scorpius s'élance à la recherche de son meilleur ami. Quoi qu'en pense Desideria, Archie aime bien Scorpius. Il ne peut s'empêcher d'être amusé par le caractère et la personnalité du jeune homme. Bien sûr, Archibald ne passerait pas plus de deux heures en sa compagnie – il serait vite agacé ; mais à petites doses, Scorpius est acceptable.


– Archiiiiie !


Archie sourit de toutes ses dents en entendant l'impatience de son meilleur ami. Puis il est assailli par une tornade brune en sweatshirt à capuche qui lui saute dans les bras.


– Tu m'as manqué, Archou ! S'exclame son agresseur.


– Tu m'as manqué aussi, Nono, répond Archibald en serrant son ami dans ses bras.


– Pourquoi s'est-on aussi peu vus cet été ? Boude Nolan.


Archie peut presque entendre sa moue. Depuis leur plus tendre enfance (c'est-à-dire depuis leur naissance, à trois jours de décalage), ils ne se sont jamais séparés. La mère de Nolan et celle d'Archie sont amies depuis Poudlard, où elles étaient dans la même maison et partageaient le même dortoir. Elles ne se sont jamais perdues de vue et, en apprenant qu'elles allaient accoucher presque simultanément, elles se sont juré que leurs fils deviendraient meilleurs amis. Pas loupé : Nolan et Archie, aussi différent de caractère soient-ils, ne se sont jamais lâchés. Ils n'ont jamais passé plus de deux semaines séparés, et sont si proches qu'ils en viennent parfois à finir la phrase de l'autre.


– Promis juré, on reste ensemble toute l'année. Tu vas pas te débarrasser de moi aussi facilement, Dwyer !


Nolan éclate de rire et ressert ses bras autour d'Archie. Par-dessus l'épaule de Nolan, Archie remarque Albus Potter, qui le fixe de ses grands yeux verts. Le garçon a une expression indéchiffrable sur le visage, et Archie décide d'en jouer. Lui lançant un clin d'oeil charmeur, il plante un gros baiser sur la tempe de son ami d'enfance puis se retourne et s'élance en direction du train, traînant Nolan derrière lui par la main.


En montant dans le train, les deux garçons croisent Lily Potter et sa clique de copines, dont Victoria Lawson, sœur jumelle de Desi.


– Captain, hey !


Nolan et Archie se tournent vers la voix. C'est Alfred, le frère d'Archibald. Il est déjà assis dans un compartiment avec Lorcan Scamander-Lovegood et quelques membres de l'équipe de Quidditch de Gryffondor. Les deux sixième année entre dans le compartiment pour les saluer.


– Ca fait un bail, dis-donc, s'exclame Alfred en souriant à son capitaine.


– Eh oui, ton frère n'a pas daigné m'inviter pendant le mois d'août… répond Nolan d'une voix excédée.


– Bon, j'veux pas te presser, dit Archie en donnant un coup de coude à Nolan, mais il va plus rester de place et tu sais très bien qu'il nous faut un compartiment vide pour nous trois.


Archibald n'a jamais vraiment aimé les amis de son frère, trop expansifs, et préfère ne pas rester trop longtemps avec eux. Les deux jeunes hommes sortent du compartiment des Gryffondor et se mettent en quête d'en trouver un vide. Quasiment tous les compartiments sont occupés mais ils arrivent à en trouver un.


– J'ai hâte de commencer l'année, dit Archie. Et j'ai surtout hâte de rejouer… C'est vraiment pas la même chose de jouer dans le jardin avec Alfie et Bianca !


Nolan éclate de rire.


– En effet, j'imagine que c'est moins… glorieux.


Les deux sont coupés dans leur discussion par la porte qui s'ouvre.


– Mes amours ! S'écrie une voix féminine.


Reconnaissant la voix, Nolan et Archie sourient et se tournent vers la porte d'un geste commun.


– Vous m'avez manqué ! Bon, vous me faites une petite place ? Il me semble qu'on a un tas de choses à se raconter !


– Desiii ! s'exclame Nolan en prenant la jeune fille dans ses bras.


– Lawson… grommelle Archie, faussement méprisant.


– Arrête donc, toi, fait Desideria en lui donnant une tape sur le bras.


Les trois se regardent en souriant, heureux de s'être enfin retrouvés.


– Bon, c'est pas le tout, fait Archibald. Mais cette année, c'est décidé… Je me tape Albus Potter !


Il reçoit deux regards incrédules, puis Nolan éclate de rire.


– Mais laisse tomber, t'y arriveras jamais ! Dit le Gryffondor entre deux rires.


– C'est clair, ajoute Desi. T'oseras jamais le pécho.


– Oh tu peux parler, toi, lance Archie à son amie. On t'a vue mater Graves quand elle est passée dans le couloir. T'as même pas osé lui dire bonjour !


– Même pas vrai ; l'occasion ne s'est pas présentée, c'est tout ! Et puis c'est sûr que tu arriveras jamais à avoir Potter, tu as vu comment Malfoy le regarde ?


Archie, loin de se laisser démonter aussi facilement, lance un sourire insolent à la blonde.


– On parie ?


– Avant le bal de Noël, renchérit-elle. Sinon, c'est pas drôle. Ton but à toi, c'est Potter, et le mien, c'est Graves.


Les deux amis se tournent vers le troisième, lançant un ''Nolaaan'' innocent en sa direction.


– Roooose Weasleeey, chantonne Archie.


– Pff, je vois pas de quoi vous parlez, marmonne Nolan. Mais bon, si ça peut vous faire plaisir…


Archie se frotte les mains d'un air excité.


– Ouh, je sens que cette année va être très, très bonne…


____________________________________________________________________________
archie redding, serpentard, six 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
i'd have been yours, if you had been mine
but my hopes had faded by the time
can you hear me tonight? 
Voir le profil de l'utilisateur

11 Re: Rdv à Poudlard ! le Dim 22 Jan 2017 - 22:04

Cowell Bratley

avatar
2ème année
2ème année
- Casey, je vois Bianca, je te laisse. A plus tard.

- Bon voyage !

Les deux frères venaient juste de dire au revoir à leurs parents que Jeff fila rejoindre sa meilleure amie. Casey appréciait Bianca mais c’était tout autre chose concernant la famille de Bianca notamment son frère Archibald. Ce dernier formait avec Desideria et Nolan un groupe d’ami que Casey avait toujours cherché à éviter. Il ne savait pas trop pourquoi d’ailleurs mais selon leur attitude ils semblaient être l’opposé de ce qu’était Casey.

Le Poufsouffle regarda autour de lui mais ne trouva pas Hugo, son meilleur ami, dans la foule. Seul ressortait Nolan qui criait les bras en l’air, définitivement pas quelqu’un dont Casey rechercherait la compagnie. Il restait encore un peu de temps avant le départ, toutefois le sixième année préféra monter directement dans le train pour être sûr d’avoir un compartiment vide. Hugo le trouverait bien. 

Et c’est ce qu’il fit. Mais Hugo n’était pas tout seul, il était accompagné d’Elizabeth O’Brien. C’était une grande d’amie d’Hugo mais pas vraiment celle de Casey. En soit il n’avait rien contre Elizabeth mais entre eux ça ne fonctionnait pas. En première année les deux Poufsouffle s’étaient disputés pour une raison idiote dont Casey ne se souvenait même plus. Depuis ils se côtoyaient car Hugo demeurait leur ami mais les situations inconfortables se multipliaient. Hugo avait pris l’habitude de faire la navette entre eux pour éviter ce genre de situation. Les deux élèves faisaient chacun des efforts mais jamais il n’y avait eu ce déclic pour faire d’eux de véritables amis. Donc ils ne se parlaient presque pas et se toléraient au grand dam de Hugo.

Néanmoins Casey était heureux de retrouver Hugo et salua poliment Elizabeth. La situation n’était pas vraiment idyllique. Elle s’est même empirée lorsque la Poufsouffle parla d’Abigail et Kathy. Casey souvenait très bien du jour où ils avaient appris le décès des parents d’Abigail dans un attentat. Un cruel rappel de l’état du monde moldu qui pouvait au final impacter celui des sorciers.

Soudain Elizabeth sortit un insigne de sa poche. C’était celui de préfète. Elle remplaçait Kathy qui avait été la préfète de Poufsouffle avec Casey l’année dernière. D’instinct il sortit lui aussi son insigne.

- Du coup ça veut dire que vous êtes le duo de préfets ! exulta Hugo.

- Il semblerait oui, dit Casey espérant cacher un tant soit peu sa surprise.

La nouvelle préfète était aussi légèrement mal à l’aise. Il y eut un bref silence rompu par le bruit du train qui démarra.

- La réunion ! s’exclama Casey. Elle commence 10 minutes après le départ du train.
- Mais Hugo sera tout seul alors, répondit Elizabeth.

- Crois moi ça me dérange le moins du monde et Lysandre devrait pointer le nez de son nez, éluda le fils Wealsey. On se verra après de toute façon.

Les deux préfets sortirent donc du compartiment pour se diriger vers l’avant du train où se dirigeait la réunion. Pour éviter un trop long moment de gêne Casey fit un effort pour démarrer la conversation :

- Alors, tu es contente d’être préfète ?

- Je me pose encore la question, je ne sais même pas ce qu’on est censé faire exactement.

- Ne t’inquiète surtout pas, je suis sûr que tu t’en sortiras très bien. Les préfets en chefs vont tout expliquer.

- Tu sais qui sont les préfets en chefs cette année ?

-  Aucune idée. Tout ce que j’espère c’est que James Potter n’est pas l’un d’entre eux.

La conversation pris cours lorsqu’ils croisèrent quelques Poufsouffle de sixième année qu’ils saluèrent avec enthousiasme. Puis ils continuèrent d’avancer en silence. A l’avant dernier wagon, un compartiment était particulièrement bruyant. Casey reconnut Roxane Weasley en grande conversation avec son groupe d’amis. La Serdaigle faisait de grand geste en parlant d’un chanteur qu’elle avait vu sur scène pendant l’été. C’était l’une des personnes que Casey appréciait le plus à Poudlard, Ils se retrouvaient quelques fois pour jouer ensemble. En effet Casey jouait du piano depuis son enfance tandis que Roxane était une touche à tout. La musicienne leva les yeux et reconnu le jeune homme. Elle sortit du compartiment, accompagné de Dan Graves, ne prenant pas la peine de terminer sa phrase.

- Eh Casey ! Mon Poufsouffle préféré, ! Comment s’est passé ton été ? lançât-elle en rythme. Enfin mon préféré sans compter celui qui est dans ma famille, rectifiât-elle en aparté.

- Aussi bien que le tient apparemment. Comment était le festival de musiques vampiriques ?

- Tu as vraiment loupé quelque chose sur ce coup-là. Un vampire jouait du piano divinement bien. Ses doigts volaient littéralement sur le clavier. Tu devrais en prendre de la graine mon petit Casey.

- Je n’ai plus qu’à me faire mordre alors. Je deviendrai un vampire sexy.

- Hum… Tu es au courant qu’un vampire c’est tout sauf sexy ? Quoique certains arrivent à leurs trouver du charme.

- Je sais oui mais chez les moldus les vampires sont devenus un fantasme collectif…enfin laisse tomber ce n’est pas grave. Je dois te laisser, on va être en retard à la réunion des préfets.

Roxane se tourna vers Elizabeth, ne l’ayant pas précédemment inclus dans la conversation :

-  Oh excuse-moi Lizzie, je ne t’avais pas vu. Mais je ne voudrais pas mettre Monsieur le Préfet en retard et apparemment la nouvelle gradée en retard. Allez filez !

Roxane fit un clin d’œil suivit de grands gestes mimant l’éjection des Poufsouffle du wagon. Casey salua rapidement Dan avec qui il n’avait finalement pas eu le temps de parler puis se dépêcha de rejoindre l’avant du train avec Elizabeth.
Celle-ci lui demanda alors :

- Tu joues du piano ?

- Oui. Pourquoi ?

Mais elle n'eut pas le temps de répondre, ils étaient arrivés devant la porte menant à la salle de réunion. Une élève était en train de l’ouvrir. Elle tenue la porte pour qu’ils puissent passer à leur tour.

- Merci, dit le sixième année.

- De rien Casey, répondit la jeune fille.

C’est alors qu’il reconnut Ailys Dwyer, la sœur de Nolan qu’il avait aperçu tout à l’heure. Il était de notoriété publique qu’elle était l’opposé complet de son frère. Casey s’était toujours bien entendu avec elle les quelques fois où ils s’étaient parlés. Il vit un badge étincelant sur sa robe de sorcier qu’elle avait déjà revêtit. Ailys avait donc été nommée préfète, ce n’était pas étonnant.

- Oh salut, je vois que tu es préfète, félicitations.

- Merci, je vais bien pouvoir faire enrager mon frère, annonçât-elle dans un gloussement.

Elle passa sa main dans ses cheveux. Sa chevelure était rousse mais elle tirait de plus en plus vers le châtain clair. Avec sa peau blanche, elle ressemblait beaucoup à Emma Stone, l’actrice sorcière faisant carrière dans le cinéma moldu. Mais ils n’eurent pas le temps d’échanger d’autres paroles, la réunion allait commencer.

- Tout le monde s’assoit rapidement on va commencer !

C’était la voix de James Potter. Le fils d’Harry Potter était au milieu de la pièce arborant fièrement son badge de préfet en chef.

« Et merde » pensa Casey.



Dernière édition par Cowell Bratley le Mer 31 Mai 2017 - 10:59, édité 1 fois


____________________________________________________________________________
Casey Adams-Bening, élève de 6ème année dans la maison Poufsouffle

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"I feel drunk but I'm sober, I'm young and I'm underpaid                 
I'm tired but I'm working, yeah                                                                                                                                                      "'Cause I've got one hand in my pocket
I care but I'm restless, I'm here but I'm really gone                                                                                                                       And the other one is giving a high five"
I'm wrong and I'm sorry baby"
Voir le profil de l'utilisateur

12 Re: Rdv à Poudlard ! le Mar 24 Jan 2017 - 20:02

Eva Bellini

avatar
Dictatrice
Les deux jeunes filles se dirigèrent vers l’avant du train, s’arrêtant parfois au passage pour saluer des connaissances. Roxane s’arrêta devant un compartiment et fit glisser la porte violemment.
 
« ⎯ Regardez qui je vous ai ramené, » fit Roxane en chantonnant.
 
Un chœur de voix amicales lui répondit.  Leur groupe d’amis était assis sur les banquettes. D’un côté, Jack Wu jouait aux cartes explosives avec Maria Goldstein, et de l’autre, Rose Weasley et Connor Thomas regardaient un film sur une tablette.
 
« ⎯ Allez, serrez-vous qu’on lui fasse de la place. Pousse tes fesses, toi, s’exclama Maria, donnant un coup de coude dans les côtes de Jack. Jack émit un bruit outré, mais se colla contre le mur de bonne grâce.
 
⎯ J’peux pas rester longtemps de toute façon, fit Dan, jetant sa valise dans les filets au dessus des sièges. J’ai une réunion avec les capitaines des autres maisons. 
 
⎯ Oh ? Pourquoi ?
 
⎯ Tirer au sort l’ordre des rencontres de l’année. Puis on va sûrement s’écharper sur les réservations du terrain, comme d’habitude. Dans l’idéal je récupère le mardi, mais je me contenterais du vendredi.
 
Dan enleva son sac à dos, y retira trois boites de smarties qu’elle jeta à Connor, avant de glisser son sac à dos sous le siège, Rose leva les yeux de son livre.
 
⎯ Oh, si tu as besoin de l’emploi du temps de l’année, tu devrais passer par le compartiment des Préfets après la réunion, on en a un tas. 
 
⎯ Tu devrais pas y être, toi d’ailleurs ?
 
Rose poussa un soupir.
 
⎯ Si, je suppose que James doit m’attendre.
 
James est Préfet en chef ? s’exclama Connor.
 
Rose lui lança un regard qui traduisait toute sa souffrance.
 
⎯ Il n’a parlé que de ça tout l’été.
 
⎯ Parce que tu n’as pas fait la même chose ? fit remarquer Roxane avec une pointe d’acidité.
 
Dan baissa la tête pour cacher son sourire et Rose rougit légèrement.
 
⎯ Préfète en chef, ce n’est pas rien, se contenta-t-elle de répondre. Roxane acquiesça d’un air conciliant, et Rose se leva pour sortir du compartiment.
                                                  
⎯ T’es sûre que tu veux un vendredi, comme horaire d’entraînement ? demanda Maria. Elle était elle aussi Poursuiveuse dans l’équipe de Serdaigle. Elle posa une carte sur la banquette, qui lui explosa entre les doigts, avant de reprendre : Tout le monde sera crevé, je suis pas sûre que ce soit l’idéal.
 
Dan haussa les épaules.
 
⎯ Toujours mieux que le samedi matin où vous êtes toujours bourrés de la veille.
 
⎯ Toi la première, j’suppose ? rit Connor. Il avait déjà ouvert un paquet de smarties, : c’était l’un de ses bonbons Moldus préférés, et il s’était plaint tout l’été de ne pas en trouver dans le village sorcier où habitait ses grands-parents.
 
⎯ Mais ça suffit ! Tu vas voir si je te ramène des bonbons la prochaine fois.
 
⎯ Tu le feras quand même parce que tu m’aime, fit-il en chantonnant.
 
⎯ Et parce qu’elle est faible pour tes beaux yeux, rajouta Roxane.
 
Faible ? Je me suis fait harcelé pendant deux mois parce qu’il était en manque de sucre ! T’aurais craqué en dix minutes, Rox.
 
⎯ Oh, elle a craqué, fit Connor en sortant un autre paquet de bonbons de sa poche, l’air satisfait. Roxane murmura une insulte, et Dan lui lança un regard suffisant.  
 
Roxane ouvrit la bouche pour répliquer, mais fut interrompue par Maria.
 
⎯ Et le festival, Roxane, c’était comment ?
 
L’air outré de la jeune fille se métamorphosa en une expression ravie.
 
⎯ C’était génial. L’ambiance, déjà, tout le monde était tellement sympa et accueillant, et la musique ! Y avait les Cave Ghouls, oh, et les Vamp’Eire Dairies – tu sais, ce groupe de vampires irlandais qui chantaient Lake Toes Intolerant ? Ils sont tellement bons en live ! J’ai aussi découvert un nouveau pianiste, absolument excellent ⎯ »
 
Son regard se posa sur la porte vitrée du compartiment, et elle s’interrompit pour se lever en vitesse et sortir saluer les personnes à l’extérieur. Les autres, habitués à ce genre de réactions, recommencèrent rapidement une conversation. Dan, reconnaissant Casey à l’extérieur, préféra l’accompagner.  
 
Casey et Roxane étaient déjà plongés dans une grande conversation sur la musique, ce qui ne l’étonna pas le moins du monde. Dan lança un regard amusé à Elizabeth, qui regardait Casey avec surprise. Elle ne connaissait pas très bien le Poufsouffle, mais les descriptions de Roxane étaient suffisantes pour l’amener à l’apprécier. Quant à Elizabeth, elle était quasi-sûre que c’était la même « Elizabeth, l’amie d’Hugo » que mentionnait parfois Rose.
 
Leur conversation fut brève, et bientôt, les deux jeunes filles furent de retour dans leur compartiment.
 
« ⎯ Tu sais, dit Dan, tu pourrais les inviter tous les deux la prochaine fois qu’on fait une fête dans la tour.
 
⎯ Oh, ils ne s’entendent pas.
 
⎯ Casey et Elizabeth ?
 
⎯ Ouais, c’est bizarre, j’ai jamais trop compris. »
 
Dan haussa les épaules. Elle n’était pas très douée lorsqu’il s’agissait de jouer les bons samaritains – Maria aimait dire que toute son empathie sociale avait disparu à la naissance pour laisser place à son amour du Quidditch. Connor se contentait de dire qu’elle lui faisait penser à son oncle Olivier. L’oncle en question étant un ancien joueur de Flaquemare, Dan avait choisi de prendre cela comme un compliment, ce qui les avait tous fait lever les yeux au ciel.
 
« ⎯ Partie de cartes explosives ? » elle proposa, et elles rejoignirent leurs amis sur les banquettes.
 
«  ⎯ Allez, c’est bien sympa tout ça, mais j’ai des gens à engueuler moi, fit Dan, près d’une heure plus tard.
 
⎯ Bon courage ! lui répondirent Rose et Connor. Roxane lui donna un caramel en signe d’encouragement, et Maria et Jack se contentèrent d’un pouce en l’air. Dan leur fit une grimace comique, puis sortit du compartiment.  
 
⎯ Hey, Dan, je peux dessiner sur ton sac en attendant ? cria Roxane depuis l’intérieur.
 
⎯ Si tu trouve de la place, elle répondit. Dan eut une pensée pour son sac à dos bleu marine, déjà couvert des petits gribouillages que faisait Roxane quand elle s’ennuyait, avant de tourner les talons et de descendre le couloir en direction du compartiment des préfets. En chemin, elle aperçu Desideria Lawson dans un compartiment vide, et lui sourit. Nolan et Archie, les amis de Lawson et capitaines de Gryffondor et Serpentard, s’étaient probablement déjà rendu au compartiment dans lequel ils avaient rendez-vous.
 
Dan s’arrêta devant le compartiment des préfets, juste à temps pour voir James Potter en sortir à grandes enjambées. A l’intérieur, la plupart des Préfets étaient toujours réunis, dont Rose, Casey, et Elizabeth. Dan toqua légèrement à la porte avant de passer la tête par l’embrasure. Rose, qui semblait grandement occupée à classer des parchemins, ne se retourna pas.
 
⎯ Je peux t’aider ? demanda Casey.
 
⎯ Yep, tu aurais quatre emplois du temps pour la réunion des capitaines ?
 
Casey hocha la tête, et récupéra quelques exemplaires de la pile qui trônait sur la table.
 
⎯ Potter est notre Préfet en chef cette année, alors ? dit Dan, l’air nonchalant.
 
Rose laissa tomber son paquet de parchemin sur la table avec lourdeur
.
 
⎯ Ouais. Potter. Dit-il d'un ton neutre. Dan haussa les sourcils et il répondit d'une grimace.
 
Derrière eux, Rose laissa échapper un rire nerveux. Dan préféra s'éclipser, avant que quelqu'un ne se sente obligé de lui raconter les détails. Elle respectait Potter pour son immense talent en tant que joueur, et l’avoir en tant qu’adversaire était une chance. Il avait Ginny Potter comme coach personnel, après tout, et Dan avait grandit avec des posters des Harpies de Holyhead sur les murs de sa chambre.
 
Elle était aussi plus que ravie de ne pas avoir à gérer son gigantesque ego dans son équipe. Merlin seul savait comment Nolan s’en sortait.
 
Emploi du temps en main, elle se dirigea vers le compartiment où avait lieu la réunion, en se demandant nonchalamment si Nolan savait que Potter avait été nommé Préfet, ou si elle allait avoir le plaisir de lui annoncer la nouvelle.


____________________________________________________________________________
Dan - 6ème année - Serdaigle

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Fight because you don't know how to die quietly. Win because you don't know how to lose.
Voir le profil de l'utilisateur

13 Re: Rdv à Poudlard ! le Jeu 2 Fév 2017 - 11:46

Naiara M'anrill

avatar
5ème année
5ème année
Rose Weasley… Va savoir pourquoi ses potes avaient décidés que lui, Nolan Dwyer, devait se faire ROSE FUCKING WEASLEY. Pas qu’il la trouve moche, au contraire, elle était plutôt mignonne, avec ses bouclettes et ses tâches de rousseur, et elle pouvait être plutôt sympa quand elle voulait. Mais merde quoi, c’était Rose Weasley, petite préfète parfaite de Serdaigle, élève modèle, un peu odieuse, et surtout, tellement coincée du cul. Combien de fois l’avait-elle engueulée, il ne comptait même plus. Bizarrement, dès qu’il y avait un truc louche dans Poudlard, Rose assumait que c’était soit sa faute, soit celle de Désidéria et Archibald. Comme par hasard. Faut dire qu’ils étaient assez opposés : elle, studieuse, calme et sérieuse, alors que lui, dissipé, bordélique et extraverti.  Du coup, évidemment, ses potes avaient trouvé ça drôle, que dis-je… HILARANT d’en faire un pari : Nolan Dwyer, cette année, tu te tapes Rose Weasley. Bah voyons. Mais bon, Nolan ne reculait jamais devant un bon challenge.
 
 
- Bon, si on fait vraiment ça, faut qu’il y ait un vrai trophée à la fin, dit-il en se frottant les mains. J’vais pas bousiller ma dernière année de tranquillité et priver le corps étudiant de Nolan Dwyer uniquement pour les jolis yeux de Rose Weasley.
 
 
- Parce-que le fait que cela va sûrement faire enrager son cher cousin Mr. James Potter ne suffit pas ? renchérit Archie.
 
 
Cela fit sourire Nolan, qui se voyait déjà aux cotés de Rose, James les fixant de loin, le regard noir, complètement dégoûté.
 
 
Nos trois amis discutèrent vivement, survolant tous les sujets possibles et inimaginables pendant un bon bout de temps. C’était la première fois qu’ils ne s’étaient pas beaucoup vu pendant les vacances et ça se voyait. Les récits se superposaient et les rires fusaient. Le trio n’avait jamais été autant heureux de se retrouver.
 
 
- Bon, ce n’est pas tout mais on a une réunion à laquelle nous devons assister, annonça Archie en se levant lentement.
 
 
- Bichette, commença Nolan en se tournant vers Désideria. Tu nous attends ici ? Ne t’inquiète pas, on ne devrait pas trop tarder.
 
 
- Je pense que ça va aller Nono, rétorqua Dési, amusée, en plaçant son casque sur ses oreilles. Ne faites pas trop de bêtises.
 
 
Le Serpentard et le Gryffondor lui firent chacun un bisou sur la joue et s’avancèrent le long du couloir jusqu’au compartiment qui leur avait été réservé pour l’occasion, et qui se trouvait, comme par hasard, au fond du train.
 
 
- Ce serait bien de placer les entraînements le Lundi en fin d’aprèm, tu ne penses pas ? Pour bien commencer la semaine avec une bonne séance de Quidditch ! Nan mais sérieux. Personne n’est motivé pour aller en cours le Lundi, certes, mais s’il y avait entraînement, ça en égaierait plus d’un, j’en suis convaincu. Ça me donnerait envie de me lever moi, ça s’est clair. En fin de semaine, tout le monde en a marre de tout, tout le monde est à la bourre sur les rendus, tout le monde est au bout de sa vie en fait. Alors que le Lundi…  Et oh, tu m’écoutes ? s’exclama Nolan qui venait de remarquer qu’Archie ne faisait pas attention à lui. Qu’est-ce que tu regardes encore ?
 
 
Il jeta un œil par-dessus l’épaule d’Archie et, sans trop de surprises, aperçu Albus Potter qui sortait de son compartiment. Evidemment, Archie ne laissait passer aucune opportunité pour charmer le jeune garçon avec son beau sourire. Nolan leva les yeux au ciel, mais décida de lui filer un coup de main.
 
 
- Mon p’tit chou, chuchota-t-il à l’oreille de Archie pas du tout discrètement tout en fixant Albus. Dépêche-toi… j’ai envie qu’on arrive avant les autres dans le compartiment pour n’être que tous les deux… seuls… On ne s’est pas beaucoup vu cet été et tu m’as manqué… ainsi que certaines… parties de… ton… corps… surtout une… assez imposante… que j’ai hâte de retrouver.
 
 
Bien qu’il fût furtif, Nolan remarqua que le regard d’Albus descendit fixer l’entrejambe de Archie, comme pour vérifier ses paroles. Il se reprit vite et vint fixer le couple en rougissant légèrement. Cela fit rire intérieurement le Gryffondor qui prit son partenaire par la main et l’obligea à avancer le long du couloir, non sans lui avoir léché le coup avant, comme pour marquer son territoire.  
 
 
- T’en aurais pas fait un peu trop ? questionna Archie en se laissant mener.
 
 
- T’inquiète, un peu plus et il bavait, répondit son ami d’enfance, confiant. Tu n’as pas vu la façon dont il t’a maté ? J’ai cru qu’il allait te bouffer.
 
 
- Ah tiens, je ne dirais pas non à ça !
 
 
Leur rire ne dura pas longtemps puisqu’ils venaient de passer devant le compartiment où se déroulait la réunion des Préfets. En temps normal, ils seraient passés devant sans broncher, mais quelque chose attira le regard de Nolan qui faillit s’étranger.
 
 
- POTTER ? PREFET EN CHEF ? C’EST UNE BLAGUE ?!
 
 
Tous le compartiment se tourna vers la porte que Nolan et Archie tenaient ouverte. En remarquant qui avait crié, James bomba son torse et haussa les sourcils, tandis que Rose Weasley, qui se tenait à ses côtés, levait déjà les yeux au ciel. Le reste des préfets penchait soit vers la confusion, soit vers l’amusement pour ceux qui avaient compris ce qui allait se passer. Aylis ne savait pas trop comment se tenir. La situation l’amusait, mais cela la tétanisait que son frère lui foute la honte comme ça auprès des Préfets dès le début. Du coin de l’œil, Nolan remarqua qu’elle se rapprocha d’un sixième année du nom de Casey que Nolan avait déjà du eu l’occasion de croiser. Il plissa les yeux, quelque peu agacé.
 
 
- James, Rose, salua Archie, un sourire au coin des lèvres.
 
 
Il connaissait évidemment d’autres occupants du compartiment, mais le moment ne semblait pas propice aux retrouvailles.
 
 
Nolan sursauta, remarquant enfin la présence de la jeune fille.
 
 
- Oh salut Rose, tu es charmante aujourd’hui dis donc. Tu as fait quelque chose à tes cheveux ? Non ? C’est ta tenue alors, une nouvelle robe ? Non plus ? Elle te va quand même à ravir. Et ce nouveau badge, mon dieu, il fait ressortir tes beaux yeux, tu es de toute beauté !
 
 
- N’y pense même pas Dwyer ou je te fous en détention pour harcèlement, cracha James. Espèce d’abruti.   
 
 
- Oh, mais je te rends le compliment. Dis-moi, comment ça se fait que James Potter, fils du grand Harry Potter, plus jeune attrapeur que l’on est vu en plus d’un siècle, et de Ginny Weasley, championne des Holyhead Harpies, n’a pas obtenu le titre de Capitaine de l’équipe de Quidditch ? Hein ? J’aurais un peu honte si j’étais toi, mais personnellement, je pense que Longbottom a réalisé que j’étais mieux placé pour assumer ce poste puisque tu n’en as ni le cerveau, ni le talent.
 
 
- Ne questionne pas mes talents Dwyer...
 
 
- Je peux questionner ton cerveau alors ?
 
 
- Ça suffit ! s’exclama Rose. James, t’es Préfet en Chef, te laisse pas emporter si vite, et vous, dehors, ceci est une réunion privée et vous deux n’avez rien faire ici.
 
 
- T’auras intérêt à te tenir à carreau cette année Dwyer, le menaça James. Je ferais également attention si j’étais toi Redding.
 
 
- On verra ça pendant les entraînements Potter, conclue Nolan en s’extirpant du compartiment. Au plaisir de te recroiser belle Rose.
 
 
- Fais pas trop ton malin, tu sais très bien que tu n’as eu ce titre uniquement parce-que les enseignants ne voulaient pas que j’aie à assumer les deux rôles l’année de mes ASPICs ! cria James au loin.
Les deux amis avancèrent le long du couloir en silence, Nolan complètement crispé, le visage dur, alors que Archie cherchait de quoi détendre l’ambiance.
 
 
- Ça m’arrangerait si tu ne te foutais pas complètement le frère de ma cible à dos dès le début de l’année, avoua Archie.
 
 
Cela fit sourire Nolan qui le tapa sur le haut du crâne.
 
 
- Ha ! Comme si ça allait m’arrêter ! Ça te compliquera les choses, ça ne te fera pas de mal. Et même, on ne peut pas vraiment dire qu’ils soient les meilleurs amis du monde.
 
 
L’atmosphère une fois détendue, ils arrivèrent vite dans le compartiment qui leur étaient attribués pour mener leur propre réunion.
 
 
- Oh tiens, salut Lysandre, ça va ? Tu as passé de bonnes vacances ? demanda Archie en remarquant que le Capitaine de l’équipe de Poufsouffle était déjà là.
 
 
- Superbes, merci ! Et vous ?
 
 
- Parfaites, répondirent les nouveaux arrivants en cœur.
 
 
- On attend Graves, c’est bien ça ? questionna le Poufsouffle.
 
 
- Exactement, et j’espère qu’elle aura pensé à l’emploi du temps des Préfets car on a complètement zappé et je n’ai aucune envie de retourner là-bas, répondit Nolan.    
 
 
- Ça se passe comment pour l’équipe de Poufsouffle cette année Lysandre ? demanda Archie en prenant place sur une des banquettes.
 
 
- Laisse-moi penser… Deux joueurs se sont diplômés l’année dernière, et j’ai un cinquième année qui a décidé d’arrêter, donc pour l’instant, ça libère trois places dans l’équipe, mais j’ai encore Sarah Pawley et Tom McKlein en Poursuiveurs, ainsi que Elizabeth O’Brien, ma deuxième batteuse et partenaire de choc.
 
- Ah oui, Elizabeth, elle me surprendra toujours autant dans son rôle de batteuse, rigola Archie. Toute mignonne quand tu le regardes comme ça, et pourtant… Qu’est-ce qu’elle nous met cher avec ses Cognards à chaque fois !
 
- On l’a croisé dans le compartiment des préfets, réfléchit Nolan en rougissant légèrement. Je ne savais pas qu’elle était Préfète.
 
 
- Moi non plus, fit Lysandre, autant surpris que ces collègues. Temps que ça n’affecte pas son talent sur le terrain, c’est bon pour moi !
 
 
Le compartiment s’ouvrit à ce moment pour laisser passer Dan Grave.
 
 
.


____________________________________________________________________________
 Nolan Dwyer - 6ème année - Gryffondor
“Certains ne sont jamais seuls, ils sont toujours accompagnés de leur connerie.”


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Voir le profil de l'utilisateur

14 Re: Rdv à Poudlard ! le Mer 8 Fév 2017 - 20:23

Elia Stalia

avatar
5ème année
5ème année
Aussi curieuse que mal à l’aise, Elizabeth suivit Casey à travers le train jusqu’au wagon attribué aux réunions. Elle avait reçu son badge en même temps que la liste des fournitures scolaires sans même s’en rendre compte. C’était son petit frère, Bradley, qui avait remarqué qu’il restait quelque chose au fond de la lourde enveloppe. Depuis, la jeune fille s’interrogeait sur la raison de cette nomination.

Casey essaya d’engager la conversation sur son nouveau rôle de préfète. Au fond d’elle, Elizabeth lui en fut reconnaissante. Elle n’avait jamais su s’entendre avec Casey mais elle reconnaissait ses qualités. Elle se souvenait parfaitement de sa première année et de ce jeune garçon d’origine moldue qui s’était assis à côté d’elle lors du premier cours. La petite Lizzie de l’époque était alors mal dans sa peau, elle ignorait les règles du monde sorcier et se sentait rejetée par sa famille. Elle était irritable, colérique, froide – mais surtout très maladroite et blessée. Dans ce contexte-là, Casey Adams-Bening et Elizabeth O’Brien auraient pu devenir les meilleurs amis du monde. Mais c’était exactement l’inverse qui s’était produit et, enchainant les maladresses et les reproches, les deux Poufsouffle ne s’étaient jamais réellement parlé.

Elizabeth n’eut pas le temps de ressasser les vieux souvenirs plus longtemps. Roxane Weasley se jeta sur le petit groupe et entreprit avec animation de parler musique avec Casey. La jeune fille aimait bien la Serdaigle, elle était tellement franche et enjouée. Lizzie écouta avec curiosité ce que les deux amis se disaient avant que Roxane ne se tourne vers elle.

-  Oh excuse-moi Lizzie, je ne t’avais pas vu. Mais je ne voudrais pas mettre Monsieur le Préfet en retard et apparemment la nouvelle gradée en retard. Allez filez !

Elizabeth adressa un sourire amusé à Roxane mais elle n’eut pas le temps de lui répondre, la réunion n’allait pas tarder à commencer. Pestant déjà contre son rôle de préfète, Elizabeth regarda une dernière fois Roxane et Dan avant de s’éloigner. Son cœur se pinça lorsqu’elle réalisa qu’elle avait perdu ses amies et qu’elles ne les trouveraient pas dans le Poudlard Express.

Pour se changer les idées, et parce qu’elle était curieuse, Elizabeth demanda à Casey s’il jouait du piano. Elle connaissait peu les groupes sorciers, étant plutôt addicte de la musique moldue, mais elle était prête à apprendre. En particulier si cela pouvait lui permettre de découvrir Casey – et de faire plaisir à Hugo. Surprise de voir que Casey était musicien, la Poufsouffle s’apprêtait à poursuivre la conversation quand ils arrivèrent dans le wagon réservé à la réunion des préfets. Coupée une fois de plus dans son élan, Elizabeth se découragea. Le trajet dans le train était un moment qu’elle appréhendait toujours, cela faisait ressortir ses vieilles angoisses. Mais alors qu’elle soupirait, Elizabeth nota quelque chose. Quelque chose qui raviva immédiatement son intérêt et chassa ses pensées moroses.

Ailys Dwyer, la sœur de Nolan, le fameux joueur de Gryffondor, flirtait avec Casey. C’était discret, très discret, mais pour quelqu’un aux yeux aussi perçants qu’Elizabeth, c’était évident. Elle adorait suivre les histoires d’amour des autres alors même qu’elle ne cherchait pas à développer les siennes. Ailys décida de s’asseoir à côté des Poufsouffle et Elizabeth eut un sourire en coin. La réunion lui était complètement sortie de la tête, elle était trop occupée à dévisager les préfets dans le wagon. Elle remarqua encore à quel point James Potter avait du charisme, mais il était tellement sûr de lui et exubérant qu’il en était agaçant. Jetant un coup d’œil à Casey, Lizzie sut immédiatement qu’il pensait la même chose qu’elle. Et, à en juger par l’exclamation qui retentit brusquement depuis le couloir, Nolan Dwyer n’était pas un très grand de James Potter.

- POTTER ? PREFET EN CHEF ? C’EST UNE BLAGUE ?!

Elizabeth se permit un sourire en coin. Elle connaissait Archibald et Nolan de réputation, ils étaient dans la même promotion après tout. Mais le domaine dans lequel elle les connaissait le mieux restait indubitablement le Quidditch.

Une altercation débuta entre James, Rose et Nolan. Confortablement assise, Elizabeth se demanda qui allait gagner ce débat sans queue ni tête. Ses petites antennes notèrent au passage que Nolan semblait faire du charme à Rose, ou, comme le souligna James, un mélange entre une tentative de drague et du harcèlement. Elle préféra ne pas intervenir dans tout ce grabuge mais ne put s’empêcher d’être amusée par la situation. Elle sourit encore plus en voyant qu’Ailys s’était rapprochée de Casey, se cachant presque derrière lui. Après tout, Ailys et Nolan étaient vraiment différents.

Une fois la réunion terminée, Elizabeth prit son temps pour rassembler ses idées. Casey et elle mirent ainsi un certain temps à rejoindre leur wagon, si longtemps que Lysandre, ayant bâclé la réunion des capitaines, était déjà assis à leur retour. Après tout le tirage au sort était la seule chose qui intéressait le Capitaine de la maison Poufsouffle. Elizabeth retrouva avec plaisir Lysandre et Hugo. Les deux garçons se goinfraient de bonbons bizarres en jouant à la bataille explosive. Elle salua le jeune homme blond avant de s’asseoir à côté d’Hugo.

-          C’est quoi ? demanda leur amie. Encore un arrivage de l’oncle George ?

-          Yep ! Sont ch’trop bons mais ça péti…

Lysandre ne finit pas sa phrase : des bulles de savons colorées et odorantes s’échappèrent soudainement de sa bouche. Casey, Elizabeth et Hugo éclatèrent de rire. Mais puisque Lysandre ne s’appelait pas Scamander pour rien, il entreprit de créer des animaux avec les bulles. Tout en riant aux éclats, Elizabeth sortit de sa valise son appareil photo sorcier et immortalisa le moment. Hugo mangea alors un bonbon qui fit pousser sa langue de plusieurs mètres. Sans s’étouffer – il était un Weasley après tout – le garçon enroula sa langue autour de sa tête, à la manière d’un turban. Elizabeth prit plusieurs photos, des larmes de joie perlant à ses yeux. Lorsqu’elle riait, son visage était complètement métamorphosé. Elle était bien loin de la jeune fille anxieuse qui se baladait dans les couloirs quelques heures auparavant.

-          Eh regardez ! J’ai réussi à faire un Weasley ! s’exclama Lysandre.

La bulle qu’il venait de créer avait la forme d’un humain dont l’on ne distinguait pas les traits. Mais elle avait la particularité d’être orange et de sentir comme un bon repas chaud. Casey éclata de rire une fois de plus et attrapa la bulle qui resta entre ses mains. Elle était presque solide. Pour faire bonne mesure et parce qu’il avait l’air de vraiment s’amuser, Elizabeth le prit aussi discrètement en photo.

-          Je suis partagée entre la curiosité et la crainte, marmonna la jeune fille en louchant sur le paquet de friandises.

-          Idem, dit Casey sur le banc d’en face.

Lui jetant un regard, Elizabeth prit son courage à deux mains.

-          Si j’en prends un, tu en manges un aussi ?

Son turban sur la tête, Hugo faillit s’étouffer pour de bon. Par le caleçon de Merlin, Elizabeth venait-elle d’adresser spontanément la parole à Casey ? Alléluia ! Hugo eut un grand sourire qu’il cacha derrière sa langue géante. Lysandre nota ce détail mais ne dit rien, trop occupé à tenter de créer une nouvelle bulle de sa création.

-          Pourquoi pas ?

Elizabeth eut un grand sourire qu’elle tenta de dissimuler.

-          Attention à cel’ui qui fait par’cher tes pets ! les prévint Lysandre.

Les deux Poufsouffle se regardèrent avec surprise. Elizabeth respira un grand coup puis attrapa un bonbon au hasard dans le sac. Elle le porta jusqu’à ses lèvres en croisant les doigts pour ne pas tomber sur un truc ignoble. A sa grande surprise, un agréable parfum se diffusa dans sa bouche :

-          Framboise ! s’écria-t-elle avec satisfaction.

Casey fit la grimace. Un goût désagréable emplissait sa bouche, un goût qu’il connaissait désormais grâce aux fameux bonbons de Bertie Crochue.

-          Poubelle, grommela-t-il.

Son air dégoûté fit rire Elizabeth et Hugo, dont la langue revenait petit à petit à la normale. C’est alors qu’Elizabeth manqua s’étouffer de surprise.

-          Argh, crotte de nez !

-          Cerise ! fit Casey au même moment.

Ils se regardèrent, interloqués, avant d’échanger un léger sourire. Hugo sembla soudain se rappeler de quelque chose et pouffa de rire avant d’éclairer ses amis :

-          C’est la nouveauté d’oncle George. C’est des Bertie Crochu changeants ! Tu as trois ou quatre parfums à la suite ! C’est trop génial parce qu’en plus…

Au même moment, Elizabeth essaya de se débarrasser discrètement du bonbon qu’elle avait dans la bouche. Mais elle en fut complètement incapable. La dragée semblait s’être collé à sa langue.

-          Beuh !

-          … en plus on peut pas les cracher, termina Hugo avec un grand sourire satisfait.

La seule fille du petit groupe donna un grand coup de coude au Weasley. Celui-ci lui tira la langue avec satisfaction, ravi des inventions de son oncle qui continuaient une génération après à amuser les élèves de Poudlard. Pendant le reste du trajet, les jeunes se goinfrèrent de bonbons en échangeant des commentaires sur les différentes saveurs ou en se racontant leurs vacances. La distance entre Casey et Elizabeth se faisait encore sentir mais au moins, ils ne s’enfermaient pas dans un mutisme buté. A la fin du trajet, Elizabeth finit même par s’endormir sur l’épaule d’Hugo jusqu’à ce qu’une carte lui explose à la figure. Une fois la vengeance d'Elizabeth achevée, il fut alors temps d’enfiler leur robe de sorcier pour sortir du train. 


____________________________________________________________________________
Elizabeth O'Brien, élève de sixième année dans la maison Poufsouffle. 

Crédit avatar : Fae.
Voir le profil de l'utilisateur

15 Re: Rdv à Poudlard ! le Dim 26 Fév 2017 - 13:49

– C'est quand qu'on arriiiiiive ?

Desideria pousse un long soupir tandis qu'Archie éclate de rire. Nolan a la patience d'un enfant de cinq ans ; ça fait beaucoup rire Archie.

– On ne devrait pas tarder, répond Desi en jetant un coup d'oeil à sa montre.

Comme si le train avait entendu l'impatience de Nolan, il s'arrête avec fracas, manquant de faire tomber Archie qui s'était levé pour replacer son chat, Floki, dans sa cage. Un brouhaha emplit les couloirs du train et les trois amis récupèrent leurs bagages des filets avant d'ouvrir la porte du compartiment. Dans les couloirs, c'est la cohue ; Archie aggripe ses bagage d'une main et la capuche de Nolan de l'autre afin de ne pas le perdre et il voit Nolan faire la même chose avec Desideria, qui ouvre la marche. En descendant du train, ils aperçoivent l'immense silhouette de Hagrid, le garde-chasse, qui essaye tant bien que mal de mener la masse de première années aux bateaux sans en oublier.

– Montez dans une calèche, j'arrive, fait Archibald à ses amis lorsqu'ils arrivent aux calèches.

Archie aime bien prendre son temps pour dire bonjour aux Sombrals. C'est quelque chose qui a toujours étonné les gens, depuis sa deuxième année : un gosse de douze ans capable de voir des Sombrals, ça n'arrive pas souvent. En réalité, Archibald peut voir les Sombrals depuis l'été de ses huit ans. Il était parti en vacances avec sa famille au bord de la mer, puisque la sœur de sa mère a un cottage sur la côte anglais, et était devenu ami avec le fils des voisins, un Moldu nommé Tommen, de quelques années son aîné. Un jour, alors qu'ils étaient en train d'escalader les petites falaises qui bordaient la plage, le garçon avait dérapé et était tombé de la falaise, tout ça sous les yeux du petit Archie. Rien n'avait pu le sauver. Depuis ce jour, Archie est capable de voir les Sombrals, et il les affectionne particulièrement. Il y a quelque chose de très élégant dans ces bêtes squelettiques qui en effraient plus d'un.

Archie pose sa main sur le museau du Sombral, lui murmurant quelques mots à l'oreille.

– Tu peux les voirs, toi aussi ?

Archie lève la tête et est surpris de voir Albus Potter qui lui sourit, un peu tristement.

– Oui, depuis longtemps, répond Archie. Toi aussi ?

– Ca fait deux ans, dit Potter en baissant la tête.

Archie regarde le Sombral, puis regarde Albus, puis reporte son regard sur le Sombral. Au bout de quelques secondes, il craque :

– Il s'est passé quoi ?

Albus lève la tête, surpris.

– T'es pas au courant ? Demande-t-il, incrédule.

– Euh… non ? Pourquoi, je devrais ?

– Ca a fait la une de la gazette pendant des semaines. C'était juste avant la rentrée de notre troisième année…
Archie éclate de rire, malgré lui.

– Excuse-moi, c'est juste que ma mère nous a toujours interdit de lire la Gazette. Elle dit que c'est un ''ramassis de conneries qui sert qu'à faire polémique'', et je cite.

– Tu veux savoir ce qui s'est passé ?

– Oui. Enfin, si ça te gêne pas, ajoute Archie.

– Si ça me dérangeait je t'aurais pas proposé. On était au Chemin de Traverse pour faire les courses pour la rentrée avec mon père, mon frère et ma sœur. Ma mère était en entraînement à ce moment-là donc mon père avait dû prendre un jour de congé pour nous emmener. On venait de sortir de chez Fleury et Bott quand un mec a surgit de nulle part, il criait des insultes à mon père. Au début ça n'a alarmé personne, à part les gens qui étaient autour de nous, mais il a commencé à devenir violent et il s'est jeté sur mon père. James nous a attrapé, Lily et moi, et on a réussi à se cacher. Un des aurors responsables de la sécurité du Chemin est arrivé et il a défendu mon père. C'était censé être un sort immobilisant, mais il a mal tourné… Résultat, le type est mort là, devant nos yeux.

Albus se tait, et lance un regard vers Archie.

– Désolé… J'espère que j'ai pas plombé ta soirée, s'excuse-t-il.

– C'est moi qui est désolé, je pensais pas que c'était aussi violent. En parlant de soirée, tu viens ce soir ? Demande Archie, essayant de changer de sujet.

– La soirée dans la Salle sur Demande ? Tu y vas toi ?

– Ouais, j'y serai avec Nono et Dési, répond Archie en faisant un signe de tête vers ses amis.

– Ah, donc t'es comme ça toi ! Je te raconte ma vie en espérant connaître des choses sur la tienne et toi tu me laisses en plan ? S'exclame Potter, faussement outré.

– Je te raconterai peut-être ce soir, si t'es sage, rétorque Archie en lançant un clin d'oeil au Serpentard.

Albus éclate de rire en regardant Archibald monter dans la calèche.

– Tu sais même pas si je viens, enfoiré ! Dit Albus.

– Et bien, te voilà une bonne raison de venir, répond Archie tandis que la calèche s'éloigne.

Archie, un sourire plaqué sur le visage, se tourne vers ses deux amis qui le regardent avec un air satisfait.

– Ne dites rien, les coupe Archie avant qu'ils aient eu la chance de dire quoi que ce soit.

Nolan et Dési se regardent, espiègles, et Nolan s'exclame :

– Il a CARRÉMENT maté ton cul quand t'es monté dans la calèche, mec !

Archie a du mal à combattre le fou rire qui commence à monter, et, en voyant Desi et Nolan autant rire, il décide de se laisser aller.

**

– Ca fait du bien d'être de retour à la maison ! S'exclame Nolan.

Au milieu de la foule d'élèves passant les portes de la Grande Salle, Archie sourit et passe son bras autour des épaules de ses amis.

– Cette année, mes chatons, on va s'en souvenir, leur promet-il.

– Oh, oui, je sens que ça va être quelque chose ! affirme Desi en passant son bras autour de la taille de Archie.

C'est les moments comme ça que Archie préfère. Quand il est à Poudlard, avec ses deux meilleurs amis. Il a l'impression d'être invincible. Si le vieux château est devenu sa deuxième maison, alors Desideria et Nolan sont sa deuxième famille. Il a tellement de mal à faire confiance aux gens que, quand quelqu'un réussit à gagner sa confiance pour de bon, c'est difficile de lui échapper.

– Bon, les copains, c'est ici que je vous quitte, annonce Nolan d'un air solennel. On se rejoint où pour la soirée ?

– Tu es chaud pour venir nous attendre à l'entrée des cachots, ou bien tu préfères ne pas trop te mouiller ? Le taquine Desideria.

– Pour vos beaux yeux, je serais prêt à braver tous les Serpentard de la planète ! Rétorque Nolan avec un sourire charmeur.

– Bon, marché conclu ! On se donne rendez-vous vers, disons, 22h45 devant les cachots ?

– Comptez sur moi !

Archie et Desi regardent Nolan partir en direction des Gryffondor, un sourire identique sur leur visage, avant de partir s'asseoir à la table des Serpentard ; fidèles à leur habitude, ils s'installent face à face. Archie balaye la salle des yeux pour essayer de repérer son frère et sa sœur ainsi que Nolan ; mais il est tiré de ses pensées lorsque Desi émet un grognement mécontent. Archie tourne la tête pour trouver une scène qui manque de le faire exploser de rire : Desideria, un air boudeur et ennuyé sur le visage et, à côté d'elle, Scorpius Malfoy dans toute sa splendeur. Le garçon a un sourire enfantin plaqué sur le visage et se tourne vers Desi, tout innocent :

– Salut, Lawson ! T'as passé de bonnes vacances ?

– Super, Malfoy. Super.

Le ton sarcastique et cinglant de Desideria réussit presque à faire craquer Archie. Il se mord l'intérieur de la joue pour ne pas éclater de rire et, lui donnant un coup de pied dans le tibia sous la table, Desi lance à Archie un regard plein de désespoir qui semble crier « Sauve-moi de ce débile ». C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase pour Archie, qui part dans un fou rire incontrôlable. Tellement incontrôlable et inattendu que, lorsqu'il réussit à se calmer, il se retrouve face aux regards incrédules de Potter et Malfoy, qui le fixent, bouche-bées.

– Prenez moi en photo, ça durera plus longtemps, les taquine Archie en leur lançant un clin d’œil.

Les deux se regardent et Malfoy ouvre la bouche pour rétorquer, mais il est coupé par McGonagall, la directrice, qui instaure le silence afin de déclamer son discours de bienvenue.

– Chers élèves, bienvenue pour cette nouvelle année à Poudlard. Pour les première années, je vous souhaite également la bienvenue au château et j'espère que vous passerez une bonne année en notre compagnie. Je tiens à vous rappeler que la Forêt Interdite est toujours, comme son nom l'indique, interdite et toute infraction à la règle se verra suivie d'une ou plusieurs retenues et d'un retrait de points, selon l'ampleur de ladite infraction. L'aile Ouest du troisième étage est également interdite à tous les élèves ; et comme vous le savez sûrement, monsieur Rusard sera là pour vous le rappeler. Les règles de couvre-feu n'ont pas changé : pas d'élèves hors des dortoirs après 21h – les préfets et monsieur Rusard feront, comme toujours, des rondes tous les soirs. De plus, j'attends de vous, une assiduité exemplaire aux cours, surtout pour les cinquième et septième années, qui passent respectivement leurs BUSEs et ASPICs ; mais cela est valable pour tous les niveaux. Je vous souhaite une bonne année et surtout beaucoup de réussite. Sur ce, nous allons passer à la répartition ; professeur Dolan, si vous voulez bien prendre en charge les première années…

Cette année, Archie ne connaît aucun première année ; il décide donc de ne pas vraiment suivre la répartition. Pour lui, c'est toujours le moment le plus long ; il se contente d'applaudir quand les rangs de sa maison gagnent des membres et de critiquer les gens qu'il n'aime pas avec Desi.

– Au fait, vous avez entendu la rumeur sur le professeur Dolan ? Demande un garçon de quatrième année assis quelque part à la gauche d'Archie, après que «Deschannel, Chloe » ait été envoyée à Poufsouffle.

– Quelle rumeur ? S'enquit Malfoy, toujours curieux.

– Il paraît qu'il est gay, affirme le quatrième année sur le ton de la confidence.

Un murmure étonné parcourt la table. Archie laisse échapper un petit rire amusé.

– Et alors ? Qu'est-ce que ça te fait, si il est gay ? Demande-t-il froidement en regardant le garçon droit dans les yeux.

Le garçon baisse les yeux, gêné.

– Euh… Rien de particulier… Je pensais juste que vous aimeriez le savoir, ajoute-t-il à l'adresse de la table.

– Moi, j'ai entendu dire qu'il était en couple avec Longbottom ! S'exclame Jane Grant, une fille de cinquième année que Archie ne supporte pas.

C'est au tour de Potter d'éclater de rire.

– N'importe quoi ! T'as entendu ça où, Grant ?

– C'est un septième année qui me l'a dit ! Affirme la fille.

– Et il a entendu ça où ? Je sais pas qui est cette personne mais ce que je sais c'est qu'il est complètement stupide.

Grant a le culot d'avoir l'air choquée.

– Longbottom est le parrain de mon frère, et la femme de Longbottom est ma marraine. Ils sont venus prendre le thé chez moi la semaine dernière avec leurs deux enfants et ils sont heureux et
amoureux.

– … Oh.

Grant baisse la tête, honteuse, alors que Potter adopte un air satisfait. C'est à son tour de lancer un clin d’œil à Archie, un sourire en coin et les yeux pétillants. Desi, qui a suivi l'échange silencieux, sourit à Archibald d'un air complice.

La répartition se termine lorsque «Wood, Cameron » est envoyé à Serdaigle. La directrice claque des mains et la table se remplit de nourriture. Archie se sert très légèrement – il ne mange jamais beaucoup et l'excitation de la soirée lui noue l'estomac. Il ne sait pas si c'est le stress d'une nouvelle année ou juste la hâte d'une soirée, mais il sent qu'il ne va rien pouvoir avaler de solide ce soir. Desideria le regarde se servir et pose sa main sur la sienne, dans un rare geste d'affection. Et rien que ça, ça suffit à dénouer le ventre du garçon.

**

Dès le repas terminé, Desi et Archie se dépêchent de descendre aux cachots. Quand ils entrent dans la salle commune, un sentiment de plénitude emplit Archie. Même si c'était dur au début, le fait de vivre sous l'eau, la salle commune et les dortoirs sont devenus sa maison. La salle commune n'est plus ce qu'elle était avant la guerre et la reconstruction partielle du château. Évidemment, elle est toujours aussi élégante (on est à Serpentard, tout de même) ; mais elle est beaucoup plus chaleureuse. Malgré le fait qu'elle se trouve sous le niveau du lac, le plafond est haut et les murs sont longs. Les reflets de l'eau au travers des fenêtres ondule sur les murs, donnant à la salle une atmosphère presque mystique ; et la cheminée qui brûle constamment d'un feu vert émeraude participe à cette atmosphère. Le clapotis de l'eau est terriblement apaisant, du moins pour Archie, et rien n'est mieux que de se lover dans un des canapés en cuir noir, au frais, après une longue journée de cours.

Archie revient à la réalité lorsque Desideria lui tape sur l'épaule.

– On se retrouve à 22h30 dans la salle commune ? Propose-t-elle.

– Ok, pas de soucis. À tout à l'heure, bébé, ajoute Archie avec un clin d’œil.

Comme la salle commune, les dortoirs sont un endroit de calme et d'apaisement. Puisqu'ils se trouvent sous le niveau du lac et que ça peut devenir un peu oppressant pour certains, les fenêtres sont enchantées pour montrer des paysages au bon vouloir des élèves. La fenêtre à côté du lit d'Archie montre parfois l'eau du lac, mais très souvent une forêt. Les lits sont couverts de baldaquins avec de lourds draps de velours vert sombre, et sont les lits les plus confortables que Archie ait jamais essayé.

Sa valise l'attend au pied de son lit, et Floki est lové sur son oreiller. Archie regarde sa montre : 21h42. Il lui reste un peu plus de trois quarts d'heures pour se préparer ; ça devrait le faire.

**

Archie se regarde dans le miroir. Avec son jean noir serré et troué aux genoux qui ne laisse rien à l'imagination, son t-shirt blanc légèrement oversized et son perfecto en cuir noir, il est sûr de faire tourner plus d'une tête. Passant une main dans ses cheveux afin de les ébouriffer légèrement, le jeune homme sort de la salle de bain. Il tombe nez-à-nez avec Potter, qui le regarde de bas en haut, les yeux légèrement écarquillés. Un sourire charmeur se dessinant sur les lèvres, Archie frôle délibérément le garçon en sortant de la salle de bains.

– Dis donc, il se passe quoi avec Al ? lui demande Wes Finnigan-Thomas à voix basse.

Archie sourit innocemment. Wes est un ami de longue date d'Albus, leurs parents étant amis depuis leurs années Poudlard. Il est silencieux, sarcastique et observateur ; et Archie l'aime beaucoup.

– Oh, rien de particulier, pourquoi ? Répond Archibald d'une voix innocente.

Wes n'a pas l'air de croire à son mensonge, mais il laisse tomber le sujet.

– Redding veut juste pécho Potter, et c'est réciproque, dit une voix d'un ton monocorde à la gauche d'Archie. Faut être stupide pour pas le voir.

Archie se retourne et voit Ivar Andersen, le cinquième et dernier garçon du dortoir, allongé sur son lit. Il a l'air ennuyé, comme d'habitude.

– Ta gueule, Andersen, lance Archie.

Archie ne déteste pas Andersen ; loin de là. Il trouve que le danois a un petit quelque chose qui fait de lui une personne très intéressante. Et il faut dire que c'est aussi le mec le plus beau de Poudlard – presque même plus que Albus Potter. Archie sera toujours jaloux du fait que Desideria ait réussi à coucher avec lui ; après tout, il est connu pour être le garçon le plus inaccessible de tout Poudlard.

Archie regarde sa montre : 22h27. Merde. Desi doit déjà l'attendre.

– Quelle heure, Redding ? Demande Ivar.

– 22h27, répond Archie en attrapant sa baguette sur son lit.

– J'peux faire le chemin avec toi ?

Archie est surpris un instant, puis hoche la tête. Andersen se lève de son lit et, ensemble, les deux Serpentard sortent leurs bouteilles de leur valise. Archie les met dans son sac à dos et enfile ledit sac sur ses épaules avant de se diriger vers la porte.

– Wes, tu viens ? Demande Archie.

– J'arrive, j'arrive, répond le garçon en enfilant un sweat.

Les trois garçons sortent du dortoir, laissant Malfoy et Potter se débrouiller – les deux sont tellement inséparables qu'ils ne remarqueront même pas le départ des autres. Arrivés dans la salle commune, Archie repère directement Desideria. Il s'approche d'elle et, en passant son bras autour de ses épaules, lui dit :

– J'espère que t'es prête, Lawson.

– Je suis toujours prête, rétorque-t-elle du tac au tac. Finnigan, Andersen, ajoute-t-elle en faisant un signe de tête aux deux Serpentard.

Les quatre sixième année quitte la salle commune et tombe nez-à-nez avec Nolan, qui leur saute dessus.

– Les copains ! S'exclame-t-il. Vous avez ramené vos serpents de compagnie ? Il taquine lorsqu'il remarque Ivar et Wes.

Andersen le fusille du regard alors que Wes esquisse un sourire. Nolan se fraye une place entre Desi et Archie, passe ses bras autour de leurs épaules et les guide vers l'escalier.

– Vous êtes prêts à faire la fête toute la nuit, mes petits serpents préférés ?

Archie éclate de rire en hochant la tête. Les deux autres Serpentard restent derrière, gardant une petite distance entre eux et les trois mousquetaires.

**

La Salle sur Demande du troisième étage est pleine de sixième années. L'alcool coule à flots et la musique est si forte qu'on ne s'entend presque pas parler. Archie réussit à repérer Dan Graves, la "proie" de Desi, accompagnée de Roxanne Weasley. Il donne un coup de coude à son amie en faisant signe dans sa direction ; et la jeune fille lui répond par un clin d'oeil et un de ses sourires qui ne présage rien de bon. Nolan les attrape par la main et les tire vers le bar en disant quelque chose qui ressemble à : "on est pas venus pour observer les gens, on est venus pour boire, merde". Une fois se soient servis, Archie regarde ses deux complices, lève son verre et leur crie, en souriant :

– A notre sixième année, qui s'annonce… mouvementée !


____________________________________________________________________________
archie redding, serpentard, six 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
i'd have been yours, if you had been mine
but my hopes had faded by the time
can you hear me tonight? 
Voir le profil de l'utilisateur

16 Re: Rdv à Poudlard ! le Dim 19 Mar 2017 - 14:57

Cowell Bratley

avatar
2ème année
2ème année
Casey avait encore un goût de caramel dans la bouche. Heureusement que la dragée ne s’était pas épuisée sur une mauvaise saveur. Le compartiment était étrangement calme comparé au déluge de rire de l’après-midi. Élizabeth et Hugo étaient endormis, leurs têtes se soutenaient mutuellement. Lysandre était quant à lui plongé dans son organisation de l’entraînement de l’équipe de Quidditch. Sa plume dans la main, le capitaine était concentré sur un morceau de parchemin presque entièrement rempli d’encre noir. Casey se demandait comment il pouvait comprendre ses notes.

Dehors le Soleil se couchait, peignant le ciel de nuances orangées. La lumière entrait encore dans le train, baignant le compartiment d’une chaleur apaisante. Pas étonnant qu’Élizabeth et Hugo aient rejoins les bras de Morphée. Casey commençait lui-même à piquer du nez. Poudlard était à moins d’une heure de train maintenant, il n’avait clairement pas envie de dormir maintenant. Le Poufsouffle sortit alors du compartiment pour se dégourdir un peu les jambes.

Certains élèves commençaient déjà à revêtir leur robe de sorcier. C’était le cas de la jeune fille qui faisait un petit signe à Casey. Ailys se tenait devant la fenêtre regardant le paysage écossais défiler.

- Toujours pas prêt ? se moqua gentiment la nouvelle préfète.

- On va porter ces robes pendant 10 mois, elles peuvent encore attendre un peu, répondit Casey avec un petit sourire.

- Tu as raison. Mais je suis tellement impatiente, je sens que cette année sera différente.

Le visage de la Serdaigle était éclairé par le coucher de Soleil. Elle regardait Casey dans les yeux en souriant. Le garçon avait déjà eu des doutes lors de la réunion des préfets mais là il en était certains. Ailys était en train de le draguer.

Objectivement elle était séduisante, elle avait quelque chose qui attirait Casey. Même s’il ne l’avouerait jamais aux autres, le fait qu’elle soit préfète l’attirait beaucoup aussi. Casey était quelqu’un qui aimait respecter les règles et prenait au sérieux ses études. Voir ces qualités chez quelqu’un d’autre le rendait heureux. D’aucun trouverait le Poufsouffle ennuyeux mais c’était qui il était. De ce qu’il avait pu voir, Ailys partageait ça avec lui.

- Moi aussi j’ai cette même impression.

***

Même s’il était bien à discuter avec Ailys dans le couloir, Casey avait finalement dû se dépêcher de retourner à son compartiment afin d’enfiler sa robe. A son retour, les autres Poufsouffle étaient littéralement en pleine bataille de cartes explosives. Elizabeth se déchainait sur ce pauvre Lysandre qui l’avait sans doute bien cherché. Casey leur recommanda néanmoins de se préparer pour l’arriver.

- Voilà le retour du préfet, il nous avait pas manqué !

C’était la voix de Hugo, il était allongé tranquillement sur la banquette à côté des deux autres qui se livraient toujours bataille. Casey ramassa une carte qui trainait par terre et la lança au visage du Weasley. Surpris, il se déroba de la couchette avant que la carte n’explose mais il finit tout de même aplati lamentablement sur le sol.

Pas si ennuyeux que ça finalement !
***

Les calèches s’alignaient tirées par les créatures invisibles. Casey se demandait souvent à quoi ressembler les sombrals. Il en avait vu dessiné dans un livre mais ça ne valait pas la réalité. Mais s’il devait voir quelqu’un mourir pour en apercevoir un, il préférait encore rester dans son ignorance. Donc en attendant les calèches se tiraient toutes seules. Ce qui était tout aussi magique.

La calèche du groupe longeait le lac. La lune se reflétait sur sa surface. On voyait des petits points noirs avancer lentement à travers les flots. Les premières années vivaient une entrée à Poudlard qu’ils n’allaient pas oublier de sitôt.

- Casey, tu peux arrêter de fixer le lac comme ça. Il faut nuit, tu ne vas pas le voir, fit Hugo d’un air blasé.

- Voir quoi ? demanda Elizabeth.

- Le calamar géant. Tu as devant toi le fan numéro 1 de ce monstre.

- Le calamar est trop cool ! rugit Lysandre. Je soutiens Casey !

- Vous devriez monter un club tous les deux.

- Ne nous donne pas d’idée, dit Casey en se détournant du lac.

- Pourquoi cet obsession pour le calamar ? questionna l’unique fille du groupe.

- Tout simplement parce que c’est complétement dingue qu’il y en ait un dans le lac…, commença Casey.

- …et que la majorité des gens s’en fouttent royalement, finit Lysandre.

Pour faire bonne mesure, ils finirent leur réplique par un high five.

- En réalité, c’est parce que Vingt mille lieues sous les mers m’a beaucoup marqué, avoua Casey. Je l’ai lu juste avant de recevoir ma lettre pour Poudlard. Je ne m’attendais pas à rencontrer cette créature en venant ici.

- Après en avoir discuté, il m’a passé le livre, continua le capitaine de Quidditch. Depuis j’ai lu tous les livres de Jules Verne. Pour un moldu, il avait du génie. Vous saviez qu’on ne sait pas encore si le calamar géant est une créature magique ou non ? Même mon arrière-grand-père ne s’est jamais penché là-dessus. C’est un sujet passionnant !

Hugo poussa un petit désespéré et se plaqua la tête dans les mains.

- Lizzie, sauve moi de ces deux-là.

Il n’eut pour toute réponse que des rires moqueurs de ses 3 amis.
 
***

La table des Poufsouffle était presque pleine. Il ne restait de la place que pour les futures premières années. Casey se souvenait à quel point il était stressé lors de sa répartition. Il s’était moqué de savoir dans quelle maison, il allait atterrir. Il avait juste voulu que ça se termine vite. Depuis il était très heureux d’être un Poufsouffle, le Choixpeau avait visé juste.

Le Poufsouffle assumé était assis à côté d’Elizabeth, Lysandre était juste en face. Quant à Hugo il était parti discuter avec quelques membres de sa famille. Une famille qui avait envahi toutes les maisons de Poudlard. David et Isaac, les faux jumeaux Londubat, virent s’asseoir à côté du groupe. Isaac était brun et bien bâti. Les épaules carrées et les bras musclés, la carrure parfaite pour être batteur. Ce qu’il était d’ailleurs, Elizabeth et lui formaient un duo très efficace. Avec Lysandre, ils s’étaient déjà mis à discuter Quidditch.
Casey qui n’était pas fan du sport sorcier se tourna alors vers David. Le jeune homme était tout le contraire de son frère. Blond, d’un naturel discret et un tantinet chétif, il ne payait pas de mine mais il avait une sacrée force de caractère.

- Ton été s’est bien passé David ?

Mais avant que le fils du professeur de Botanique n’ait eu le temps de répondre, Hugo fit irruption à la table et fit taire toutes les discussions.

- Bon les gens. L’année commence bien, soirée ce soir dans la Salle sur demande ! annonça-t-il triomphant.

- Déjà une soirée ?! Mais comment ils arrivent à préparer ça aussi vite ? s’écria Casey. Mais attend, ça veut dire qu’on va enfreindre le couvre-feu dès le premier jour !

- Je l’attendais celle-là, bougonna le fils Weasley. On peut passer à la partie où tu t’inquiètes du règlement et passer à celle où tu vas à la soirée sans poser de questions.

- Bien sûr que j’y vais. Mais je suis préfet… enfin je me dois de protester un minimum. Pour la forme. Elizabeth ?

Casey avait hésité avant de l’interpeller. C’était encore bizarre entre eux mais ils étaient préfets maintenant. Cela signifiait qu’ils allaient devoir s’organiser ensemble.

- Euh… oui… bien sûrs. Je suis préfète.

Elle semblait se rappeler à peine d’avoir été nommée. Elle toucha son badge comme pour vérifier que c’était réel. Lysandre se rapprocha de Casey et lui murmura à voix basse :

- Ah ben mon vieux. Heureusement que tu vaux 2 préfets à toi tout seul car tu n’es pas sorti avec elle.

Casey lui lança un regard noir. Puis il regarda Elizabeth, c’est vrai qu’il avait remarqué qu’elle n’était pas très concernée lors de la réunion. Lui qui adorait être préfet, il ne comprenait pas sa nonchalance. Il allait devoir gérer tout le travail seul. Honnêtement, cela ne le dérangeait pas tant que ça. Voir pas du tout. Il allait pouvoir décider de ses tours de gardes, être le lien privilégier avec les professeurs et organiser presque toute la vie des Poufsouffle. Le plus sera au final de ne pas devenir un vrai despote.

Casey bu une gorgée de jus de citrouille pour cacher son sourire. Il se tourna vers la table des professeurs, laissant les autres discuter de l’organisation de la soirée. Il croisa le regard du professeur Redmayne, la directrice de Poufsouffle et l’enseignante de métamorphose. Sa douceur contrastait avec la dureté apparente du professeur Mcgonagall. Casey avait appris dès sa première année qu’elle était la mère d’Eddie Redmayne, un sorcier qui faisait carrière dans le cinéma moldu. Ce petit détail avait donné du baume au garçon qui était perdu à son arrivée dans l’école. La professeure lui fit un léger signe de tête qu’il retourna.

Casey suivit attentivement la répartition. Il essaya de se rappeler le nom de plus de Poufsouffles possible. Après le discours annuel de la directrice, le banquet pu enfin commencer. Comme à chaque événement important, les repas avaient tendances à s’éterniser. Mais il fut temps de rejoindre la salle commune afin de se préparer pour la soirée et d’occasionnellement aider les élèves fraichement arrivés.
Casey vit les préfets de cinquième année s’occuper des nouveaux, ils n’avaient donc pas besoin d’aide. Le jeune homme parti donc avec ses amis rejoindre la salle commune.

***

Hugo, Lysandre, Isaac, David et Casey étaient en train de se préparer dans leur dortoir. La soirée s’annonçait assez énorme. Casey se demanda si Aillys serait présente. Mais il doutait que ce soit son genre et de toute façon les cinquièmes années n’étaient pas exactement invitées. Elle restera surement dans sa salle commune, tout comme Jeff. Pour ce dernier, Casey était content de ne pas le croiser ce soir. Il ne voulait pas voir son frère grandir trop vite.

- Les gars ! C’est le temps d’y aller ! pressa Hugo. Lizzie doit déjà nous attendre en bas.

Clairement ce n’était pas la fête qui le rendait impatient. Casey vérifia que tout était prêt puis emboita le pas aux autres. Ils avaient de la chance que le premier septembre tombe un vendredi. Existait-il une meilleure manière de commencer l’année ?



Dernière édition par Cowell Bratley le Mer 31 Mai 2017 - 11:00, édité 2 fois


____________________________________________________________________________
Casey Adams-Bening, élève de 6ème année dans la maison Poufsouffle

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"I feel drunk but I'm sober, I'm young and I'm underpaid                 
I'm tired but I'm working, yeah                                                                                                                                                      "'Cause I've got one hand in my pocket
I care but I'm restless, I'm here but I'm really gone                                                                                                                       And the other one is giving a high five"
I'm wrong and I'm sorry baby"
Voir le profil de l'utilisateur

17 Re: Rdv à Poudlard ! le Jeu 27 Avr 2017 - 16:23

Si Desideria avait toujours aimé être à Poudlard, elle ne pouvait nier que ce petit jeu entre Nolan, Archie et elle allait faire de cette année une année tout à fait différente des autres. Dans le bon sens du terme ? Elle n’en savait encore trop rien. Mais son casque sur les oreilles, les yeux dans le vide à regarder le paysage défiler dans la campagne, elle se demandait comment elle allait bien pouvoir essayer de coucher avec Dan.
Parce que les garçons étaient bien mignons, mais même si elle avait légèrement appuyé son regard une seconde ou deux de plus que ce qu’elle aurait pu (aurait dû ?), ce n’était pas pour autant qu’elle voulait se faire la capitaine de l’équipe de Quidditch des Serdaigle. Certes, elle était belle. Et bien foutue. Et elle avait ce genre de caractère qui faisait fondre Desideria, le genre de caractère bien trempé et qui te remet à ta place pour une raison que tu ne connais pas, ou qui te gèle sur place parce que tu l’as regardée de travers. Oui, bon, Desideria avait peut-être un faible pour sa personnalité. Peut-être un peu son corps aussi. Et peut-être qu’il lui est aussi arrivé d’imaginer ce que ça pouvait donner de coucher avec une fille. Okay, ce que ça faisait de coucher avec cette fille.
Enfin, en y repensant, Desideria ne savait pas vraiment si Dan était comme ça. C’était peut-être, voire sûrement son imagination qui la peignait ainsi : n’ayant jamais raté un seul des matches de Quidditch depuis qu’elle était à Poudlard, Desi avait vu tous les joueurs et pouvait faire des estimations assez proches en direct des passes, des techniques, de tout. Desideria aimait le Quidditch comme les moldus aiment les Danettes, comme les filles aiment faire les boutiques et comme les hommes aiment le sexe (où est le mal à ça ? Elle aussi adore le sexe).


L’arrivée à Poudlard se fit rapidement. Nolan était parti rejoindre sa table de Gryffondor tandis qu’elle et Archibald s’étaient posés à celle des Serpentard. A sa plus grande joie, Scorpius le non-Malfoy s’était assis à côté d’elle. Desi n’avait jamais compris pourquoi ce garçon n’arrivait pas à voir l’attitude qu’avait la blonde envers lui. Il n’était pas si bête pourtant, il n’avait pas l’air si stupide. Alors pourquoi ?
Mais évidemment, malgré ses soupirs et ses regards lancés à Archibald pour qu’il l’aide ne menaient à rien. Elle écoutait vaguement les conversations qui se déroulaient autour d’elle, écoutant d’une oreille peu attentive les noms des premières années. Desideria n’avait jamais aimé les répartitions : elle ne voyait pas son intérêt à elle d’y être puisqu’elle n’avait jamais, depuis sa deuxième année, rencontré quelqu’un qui vaille la peine d’être connu. Quoi ? Desideria, nombriliste ? Jamais, vous vous trompez.

-Desi ?

La blonde sursauta presque lorsque son nom se fit entendre. Elle sourit instinctivement à la voix d’Archibald et lui prit la main avant de se servir à manger tout en prenant part de la conversation avec les autres serpentards.


Une fois le repas terminé, Nolan s’empressa de les retrouver.

-Alors, quand est-ce qu’on se retrouve ?

-Onze heures moins le quart, ça te va ? demanda Archie à Nolan.

-Okay, soyez pas en retard, ajouta Nolan avec un regard appuyé pour Desideria.

-Comme si c’était mon genre ! lui répliqua la jeune fille avec un grand sourire.

Archie et elle se dirigèrent vers les cachots tandis que Nolan rejoignait sa tour. Ils discutèrent de la soirée, riant d’avance des exploits qu’allait devoir faire Nolan pour réussir à séduire Rose Weasley. Ils vinrent à dire qu’ils avaient tout de même bien réussi leur coup sur ce coup-là, et Desi se demanda qui allait avoir le plus de mal à atteindre son but.

Arrivés dans leur salle commune, les deux amis se quittèrent.

-On se retrouve à dix heures et demi dans la salle commune ? proposa Desideria en estimant le temps dont ils auraient besoin pour se préparer.

-Okay, pas de souci. A tout à l’heure, bébé, lui répondit Archibald avec un clin d’œil.

Desideria lui envoya un baiser en se dirigeant vers la volée d’escaliers qui l’emmèneraient jusqu’à son dortoir. Elle ne le lui avait jamais dit, mais elle adorait qu’il l’appelle bébé.
Sa valise l’attendait déjà, à côté de son lit. Verte, grosse, énorme même, elle avait du mal à y faire rentrer toutes ses affaires sans un sort que sa mère lui faisait chaque année en marmonnant que de toute façon, elle ne mettrait même pas la moitié de tous ces vêtements durant l’année. Mais à quoi cela sert-il de connaitre le sort si c’est pour ne pas en profiter ?
Sa sœur, Victoria, était déjà présente dans la chambre et défaisait sa valise en discutant avec Lily Potter, assise sur son lit. Cette dernière haussa les sourcils en la voyant.

-Lawson qui rentre dans le dortoir lorsque j’y suis ? C’est louche, attaqua Lily.

-A ce que je sache, ce dortoir-ci n’a jamais été le tien Lily, répliqua la blonde. Et les cas de force majeure existent, sinon je ne serais pas là à discuter avec toi, je te le concède.

-Des cas de force majeure ? demanda Victoria. De quoi tu parles ?

-Je tiens à garder, que dis-je, je tiens à remettre en route ma vie sociale. Ce n’est pas en restant deux mois à la maison qu’on a pu voir du monde, fit Desideria sans regarder sa sœur.

-Nous avions des invités toutes les semaines, répliqua Victoria en arrêtant de ranger ses affaires.

-Oui, pardon. Je voulais dire « des gens qui m’intéressent ».

Lily Potter leva les yeux au ciel tout en soupirant et Victoria se remit lentement à ranger ses affaires dans son armoire. Desideria avait vraiment du mal à supporter cette fille, même si elle reconnaissait qu’elle ne faisait pas beaucoup d’efforts pour l’apprécier. Elle pensait surtout que la Potter était une mauvaise fréquentation pour sa sœur qui était assez influençable, ce qui s’était remarquablement remarqué lorsque celle-ci lui avait tourné le dos parce qu’elle était devenue amie avec des élèves d’autres maisons.

La blonde finit par jeter des affaires au hasard sur son lit, ignorant le regard accablé et emplit de méchanceté que lui lançait Lily Potter. Les deux filles ne parlaient pas assez fort pour qu’elle puisse les entendre, et à vrai dire Desideria ne voulait pas vraiment entendre ce qu’elles disaient. Elle supposait, comme d’habitude, plusieurs sujets de discussion entre les deux amies :
1) Les garçons de Serpentard.
2) Le regret de voir de beaux garçons qui ne soient pas à Serpentard.
3) Les gens qui ne sont pas à Serpentard.
4) Les gens qui sont à Serpendard.
En résumé, Desideria en était venue au point de se dire qu’elles parlaient garçons ou qu’elles insultaient ou louaient des qualités à des gens, sans les connaitre, sur le critère seul qu’ils étaient ou non à Serpentard.
Une chance pour Desideria que les autres filles étaient plutôt dans la salle commune, car si elle avait dû discuter avec elles, elle n’aurait jamais été à l’heure pour rejoindre Archibald.
Elle finit par se décider pour une minijupe de couleur vert impérial et un t-shirt blanc qu’elle porterait assez loose. A ses pieds, des escarpins en plastique transparent agrémentés d’un enchantement afin de les rendre confortables tout au long de la soirée et ne pas marcher en crabe. Quoique se faire ramener portée comme une princesse à son dortoir n’est pas une si mauvaise idée ? Desideria secoua la tête. Il lui restait vingt minutes.
Sans lancer le moindre regard à sa sœur ou à Lily, la blonde se dirigea vers les salles de bains histoire d’aller prendre une douche et de remettre ses cheveux en place. Elle retira ses appareils, rentra dans la douche et laissa l’eau couler sur elle. En fait, la douche était surtout un prétexte pour vérifier qu’elle s’était bien épilée : à hauteur de deux douches par jour, vous vous doutez bien qu’elle n’aurait plus le temps soit de dormir, soit de manger, soit les deux.
Elle éteignit l’eau, se sécha rapidement, s’habilla et remis ses appareils dans ses oreilles. Elle se mit quelques gouttes dans les yeux afin de remettre du produit pour lui garantir que ses lentilles ne lui feraient pas mal, et se regarda dans le miroir plein pied. N’était-ce pas un peu trop ? Ce n’était qu’une soirée entre amis, sympa, pas un truc super habillé et le but n’était pas de montrer son cul à tout le monde. Oh si, pensa-t-elle. Et particulièrement à une capitaine de Quidditch, si elle était présente. Ou à quelqu’un d’autre. Après tout, ce n’est pas comme si Desideria n’avait jamais réussi à trouver quelqu’un sur le moment.
Un petit coup de mascara en plus, du blush et quelques paillettes, et elle était fin prête. Et revint dans le dortoir où Victoria et Lily, qui étaient toutes les deux sur le lit de Victoria à présent, la regardaient avec de grands yeux.

-Fermes la bouche Vicky, tu vas gober les mouches, fit Desideria en lui lançant à peine un regard.

-Je… Ne m’appelle pas… Mais tu vas où ? dit-elle en bégayant. Le couvre-feu est déjà dépassé, il se passe quelque chose dans la salle commune ?

-Ah tu n’es même pas au courant ? demanda Desi vraiment étonnée pour une fois. Je pensais que tu en avais entendu parler.

-Mais de quoi tu parles, Lawson ? fit Lily en crachant ses paroles.

-De rien, Potter. Ça ne te regarde pas, je suis plutôt contente que ce genre d’informations ne t’atteigne pas. En attendant je vous souhaite une super pyjama party, je suis sûre que vous allez vous éclater. Moi je vais me mettre la tête à l’envers, alors merci de ne pas faire de bruit demain matin sœurette. Bisous !

Desideria laissa la porte claquer derrière elle et fit mine de chercher quelque chose dans sa pochette. A vrai dire, elle pouvait en chercher des choses, vu le nombre d’objets qu’elle contenait. Il était 22h30 et Archibald allait bientôt arriver. Elle se plaça contre le dossier d’un des canapés, dos au feu de cheminée vert. Le doux clapotis sur les vitres qui faisaient office de structure de la salle commune était apaisant, et malgré ce qu’on pouvait penser, les discussions paraissaient être drôles vu les quelques groupes de filles et de garçons qui devaient raconter leurs vacances et ce qu’ils allaient faire durant cette année.
Quelques filles lui firent un geste de la main, des filles de sixième années elles aussi, qui partageaient son dortoir. Elle savait qu’elle allait les retrouver lors de la soirée puisqu’elles sortaient elles aussi de la salle commune et qu’elles étaient relativement assez apprêtées. Enfin des Serpentard qui sont ouverts aux autres se dit-elle.
Elle vit Archibald arriver et se redressa afin de l’accueillir. Ivar Andersen, soit juste le mec le plus beau de Poudlard selon des listes que toutes les filles de l’école avaient dû voir, et même supplier pour pouvoir participer à élire les garçons les plus beaux, était à ses côtés ainsi que Wes Thomas. Ils s’avancèrent vers elle.

-J’espère que t’es prête Lawson, fit Archibald.

-Je suis toujours prête, répondit Desideria non sans sous-entendu. Finnigan, Andersen.

Un signe de tête pour Wes, un clin d’œil assez explicite pour Ivar pendant qu’Archie ne voyait pas (Desi a toujours su qu’il l’avait encore en travers de la gorge qu’elle ait su comment coucher avec Ivar), la petite troupe partit rejoindre Nolan qui attendait devant la porte des cachots.

-Vous êtes prêts à faire la fête toute la nuit mes petits serpents préférés ? demanda Nolan avec un entrain non dissimulé.

Archie et Desi rirent de bon cœur, laissant Ivar et Wes un peu en retrait. Après tout, tout le monde savait que ces trois-là réunis, plus rien ne comptait pour eux. C’était en partie aussi à cause de cela que Victoria et elle s’étaient éloignées : des jumelles, ensemble depuis leur conception, séparées par deux garçons qui prennent beaucoup de place dans la vie d’une des deux filles, cela brise forcément des liens si on ne l’accepte pas.

Lorsque les cinq arrivèrent à la Salle sur Demande, le son était bien trop fort pour Desideria. Elle grimaça, modifia la sensibilité de ses appareils et se sentit tout de suite mieux. Wes et Ivar se dirigèrent vers d’autres étudiants, non sans que la blonde ne croise le regard de ce dernier, lui signifiant qu’elle ne voulait pas vraiment rentrer seule. Ou sans avoir fait certaines choses. Les yeux bleus translucides du brun comprirent, et un sourire en coin se dessina sur son visage, style « Je vais te bouffer ». Et Desi avait très envie de se faire bouffer.

-A notre sixième année qui s’annonce… Mouvementée ! déclara Archibald en criant presque pour couvrir la musique de sa voix.

Desideria et Nolan levèrent leur verre à leur tour. Ils trinquèrent tous les trois, et burent cul sec leur verre. Ils se regardèrent comme des gamins qui avaient fait une bêtise, tout sourires, et Desi les resservit une nouvelle fois. Oh que oui, pensa-t-elle, à cette sixième année ».


____________________________________________________________________________
Desideria Lawson
Serpentard
Six

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Let me show you. »
Voir le profil de l'utilisateur

18 Re: Rdv à Poudlard ! le Lun 1 Mai 2017 - 18:50

Naiara M'anrill

avatar
5ème année
5ème année
Nolan n’avait jamais aimé les festins de début d’année.

Pendant sa première année, ce premier festin avait marqué sa première véritable séparation avec Archie lors de la répartition. Il avait cependant rejoint la table des Gryffondors avec joie et excitation, se disant que ce n’était qu’une séparation administrative et qu’il retrouverait son grand copain plus tard. Il avait eu hâte de se faire de nouveaux amis et de créer une grande bande sympa avec Archie. Il avait été vite refroidi par l’attitude globale qui semblait régné sur toute la table à propos de Serpentard. C’était là où avait atterri Archie, son meilleur ami, son frère, sa moitié, et il avait eu du mal à avaler les réflexions mal placées que faisaient ses camarades, alors qu’ils ne connaissaient même pas un quart des élèves de Serpentard. Il avait compris rapidement que sa maison ne deviendrait pas sa famille. Des cons, il y en avait partout. Bien que les Gryffondors étaient souvent représentés comme des êtres sociables, appréciés et charismatiques, on oubliait souvent qu’ils étaient très têtus et bien trop fiers, ce qui les rendait souvent trop critiques et sectaires.

Il s’était tout de même lié d’amitié avec plusieurs personnes qu’il appréciait sincèrement et particulièrement par leur ouverture d’esprit et tolérance : deux des quatre gars avec il partageait son dortoir (Locan Lovegood et Coen Finnigan), Alfred évidemment, le frère d’Archie qui l’avait suivi dans cette maison un an plus tard, ainsi qu’une fille de son année (Cali McKellen, fille du professeur de Runes) avait qui il avait rapidement accroché. Ils avaient même essayé de se mettre en couple l’année dernière, mais ils se sont vite rendus compte qu’ils ressentaient uniquement une attraction sexuelle l’un envers l’autre. Simple, sociable et attachant, il n’avait pas eu de mal à s’entendre avec le reste de ces camarades, mais il préférait quand même passer la majorité de ces repas, surtout le dîner, à la table des Serpentards. Vu qu’il passait ses journées en cours et le reste de sa soirée dans sa salle commune, c’était le seul moment où il pouvait vraiment se retrouver avec son duo préféré et il éprouvait tout de même un plaisir malsain à voir le reste des serpents faire la grimace et lui lancer des regards noirs. C’est comme s’il se nourrissait de leurs haine et dégout.
 
Mais, malgré l’effort qu’avait fait Poudlard ces dernières années pour fomenter la cohésion entre les maisons, le festin de début d’année restait malheureusement le seul repas de l’année où l’on ne pouvait pas s’asseoir à une autre table. Nolan n’avait pas de mal à manger avec ces confrères, mais il ne supportait pas se savoir « attrapé » et « obligé » de rester à sa table. Il avait, ce qu’on pouvait appeler, une allergie envers l’autorité. Il lui était arrivé plus d’une fois de se choper une colle avant même d’avoir commencé l’année pour avoir essayé de se faufiler chez les Serpentards. Il avait failli réussir en 4ème année, en métamorphosant sa robe, et bien que Patricia Redmayne ait félicité son sort, il avait dû se coltiner trois heures de retenus avec Xavier Dolan le premier Samedi de l’année (on ne lui avait rien dit lors de sa première tentative mais à force, ça devenait gavant). Néanmoins, cette année, il avait décidé d’être sage, enfin… pour l’instant. 
C’est ainsi qu’il se dirigea tranquillement vers sa table.

- En forme les gars ? demanda Nolan en s’asseyant à côté de Locan et en face de Coen. Vous avez passé de bonnes vacances ?

- Hey salut Nolan, répondit Coen. Tranquilles, un peu trop même, je disais justement à Locan que je suis surtout resté en Irlande chez la famille de mon père.

- Te plains pas, j’aurais aimé un peu plus ce genre de tranquillité moi, enchaîna Locan. Ma mère nous a envoyé, mon frère moi, chez mon grand-père pendant plus d’un mois. On pourrait croire qu’à son âge, il serait calme et serein, mais je vous raconte même pas les randos en montagne et forêt qu’il nous a fait faire à la recherche de Nargoles.

- Tiens, c’est Lysandre qui a dû être content !

Les trois garçons tournèrent la tête en direction de Cali qui venait d’arriver et s’installait déjà aux cotés de Nolan qui lui colla un gros bisou sonore sur la joue.

- Et toi alors Poulette ? lui demanda-t-il. Quelque chose d’excitant à raconter ?

- Pas grand-chose, mon père a juste pêté un cable quand je lui ai dit que je laissais tomber l’études des runes, dit-elle d’un ton nonchalant pendant qu’elle se servait un bon verre de jus de citrouille. Mais bon, le deal a toujours été que je devais tenir au moins jusqu’aux BUSES.

- Je pense il a toujours eu espoir que tu y prennes goût à force.

Le petit groupe se lança dans une conversation fluide de retour de vacances. Nolan était content de les avoir trouvés. Ils connaissaient l’étrange lien qu’il avait avec ses deux serpents préférés et jamais ils ne l’avaient embêté à ce sujet. Ils comprenaient quand il partait les rejoindre et le défendaient même lorsque les reproches et critiques fusaient. Celles-ci s’étaient tout de même estompées avec les années, le reste du corps étudiant s’étant, malgré leurs opinions, habitués à ce genre de mixité intra-maison mais quelques « puristes » persistaient.

***


L'assiette vide et l'estomac bien plein, Nolan profita de la fin du festin pour s’éclipser et rejoindre ses deux Serpentards préférés et planifier la soirée. Les détails furent rapidement fixés ce qui lui laissa largement le temps de rattraper ses camarades en chemin vers la tour de Gryffondor.

- Qui pour une bonne petite soirée ce soir dans la Salle sur Demande pour bien commencer l’année ? 
 

***


Le jeune Gryffondor laissa ces camarades dans la salle commune et s’avança dans les dortoirs pour se préparer. Il y croisa ces deux autres roomates dont il était beaucoup moins fan, mais les ignora poliment, se dirigeant directement vers son lit et sa grosse valide. Il en extirpa un blue jean serré et un t-shirt noir assez basique, parfaitement à sa taille. Bien qu’il n’ait jamais été aussi minutieux qu’Archie au moment de choisir sa tenue, il tentait d’être toujours présentable et avait la chance d’être charmant sans devoir faire trop d’effort de ce coté-là. Le temps de se doucher et de s’habiller, Coen et Locan étaient déjà monté dans le dortoir et commençaient à se préparer.

- A tout à l’heure les gars ! dit-il alors qu’il avait déjà pratiquement quitté le dortoir.

Il connaissait le chemin vers les donjons par cœur, vu le nombre de fois qu’il avait emprunté ce trajet. En quelques minutes, il était déjà arrivé, et à peine plus tard, ces amis arrivaient.

– Les copains ! Vous avez ramené vos serpents de compagnie ?

Depuis le temps, Nolan connaissait bien Andersen et Wes, et les appréciait même, mais leurs relations restaient polies et professionnelles, si l’on laissait de côté les quelques taquineries qu’ils se lançaient mutuellement de temps en temps.

– Vous êtes prêts à faire la fête toute la nuit, mes petits serpents préférés ?

De la même façon que ses collègues Gryffondor, Andersen et Wes semblaient comprendre l’étrange dynamique du petit trio et décidèrent de garder leur distance, ce que Nolan apprécia fortement.

***


A peine à l’intérieur de la Salle sur Demande, le Gryffondor ne se laissa pas impressionner par la musique et l’ambiance et traîna ses deux amis au bar, point de départ obligatoire. Archie prit facilement les commandes et leurs servis deux bons verres bien remplis et qui sentent très fortement l’alcool.

- A notre sixième année, qui s'annonce… mouvementée !

***


Une petite demi-heure plus tard, nos trois amis avaient déjà vidé plusieurs autres verres qui commençaient à avoir du mal à s’empiler les uns sur les autres. La salle s’était rapidement remplie et ils avaient pu croiser quelques camarades de leurs propres maisons ainsi que des autres. Une bonne ambiance régnait, mais il manquait quelque chose. Nolan se plaignait de la faible interaction entre les étudiants. Mais comment voulez-vous que je me rapproche de Rose de cette façon ? s’exaspérait-il. En effet, la jeune rousse se trouvait également à la soirée, à la grande surprise de Nolan. Elle s’était même joliment arrangée pour la soirée et le résultat ne déplaisait pas le jeune Gryffondor, tout le contraire même, il commençait à changer d’avis par rapport à ce vieux pari. Malheureusement, elle semblait inabordable : tout d’abord, il était persuadé qu’elle le détestait, et ensuite, elle ne se séparait pas de ses deux amies, Dan Graves et Roxanne Weasley. Nolan avait déjà échangé quelques phrases avec Dan puisque les deux jouaient et s’affrontaient souvent au Quidditch, mais cela restait une relation assez professionnelle. Il aurait pu demander à Dési de la distraire, ce qui l’aurait sûrement arrangé elle aussi, mais ces deux-là ne se connaissaient pas plus que ça non plus et ça aurait pu foutre un blanc.

Mais que faire… ?

- Oh putain j’ai une idée ! gueula-t-il un peu trop fort, faisant légèrement sursauter ces deux serpents préférés.

Sans donner d’explication à ses deux amis, il se dirigea vers le centre de la salle et se mit en mouvement. Il ramena une des longues tables qui étaient disposés au fond de la salle vers son centre et commença à disposer plusieurs verres de part et d’autre. Dési et Archie, qui l’avaient suivi, attirés par leurs curiosités, captèrent rapidement ce qu’il voulait faire.

- Un tournoi de beer pong ? questionna Archie. Tiens, c’est pas une mauvaise idée, ça. Vous voulez faire comment pour les équipes ?

- Voilà la meilleure partie, continua Nolan en ramenant des fûts de bières vers la table. On va organiser un tirage au sort !

Ils clignèrent des yeux. Un tirage au sort ? C’était certes, une idée sympa, mais Dési n’avait aucune envie de se retrouver avec Scorpius. Une telle possibilité était pratiquement improbable vu le nombre de personnes présentes, mais quand même… Archie n’était pas trop enchanté non plus puisque lorsqu’il ne connaissait pas quelqu’un, il partait du principe qu’il n’allait pas l’aimer. Le reste de la soirée s’annonçait moins bien tout à coup.

- Vous inquiétez pas les gars, on va le truquer et te mettre toi, entreprit-il en pointant Archie du doigt, avec Albus. Puis toi ma belle, continua-t-il en pointant Dési du doigt cette fois-ci, avec Dan.

Cette idée-là ne fut pas rejeté, au contraire, Archie arborait déjà un petit sourire en coin de lèvres et Dési fixait Dan de loin, confiante, comme qui prévoit déjà son prochain coup.

- Et tu comptes faire ça comment ? demanda Archie.

- Tu vas voir, répondit Nolan, un peu trop sûr de lui, comme d’habitude.

Le reste des élèves avaient commencé à se rassembler autour de la table, ou du moins, ceux qui avaient compris ce qui allait se passer et étaient de la partie.

Nolan, quand à lui, était monté sur la table et activait déjà un sonorus pour amplifier sa voix.

- Compagnons, compatriotes, collègues et autres connaissances, bien que je vous souhaite à tous une merveilleuse année à Poudlard, je ne vais pas m’attarder sur ce point, McGonagall ayant déjà bien insisté dessus, du moins, c'est ce que je crois, ou plutôt que j’imagine en fait, je n’écoutais pas trop à vrai dire, j’étais bien trop occupé à…

Voyant que son ami dérivait complètement et s’éloignait du sujet, Archie se râcla la gorge pour le ramener à la réalité.

- Oui oui j’arrive Archie, mon dieu ce que tu peux être impatient… Je t’ai déjà dit qu’il faut que tu te calmes et que…

Exaspéré par son attitude, le beau Serpentard s’empressa de lui lancer une poignée de cacahuètes à la tronche.

- D’accord d’accord ! Saleté de batteur, marmona-t-il dans sa barbe face au sourire vainqueur d’Archie. BREF ! BIENVENUS AU PREMIER TOURNOI DE BIERE PONG DE L’ANNEE ! Le jeu est simple, vous connaissez tous les règles et si ce n’est pas le cas, demandez à votre voisin ! L'idée derrière cette merveilleuse activité est de fomenter la cohésion étudiante. On est en sixième année et on ne se connaît même pas tous merde, donc nous allons procéder à un tirage au sort.

Ignorant complètement les quelques regards déçus de ceux qui avaient déjà commencés à se diviser en équipes, Nolan pointa sa baguette dans l’air et jeta le sort qu’il avait découvert il y a de ça quelques temps, tout en le modifiant légèrement pour qu’il opère selon sa volonté. En quelques secondes, une sorte de grille flottante apparut au dessus de sa tête dans laquelle était listé le nom des participants. Pas peu fier, Nolan lança un clin d’œil à Archie qui, bizarrement, le fixait d’un regard noir incendiaire. Perplexe, le jeune Gryffondor se retourna vers sa création et entreprit de la lire. Et là, il fut choqué.


Désidéria Lawson
Dan Graves
Hugo Weasley
Wes Finnigan-Thomas
Archibald Redding
Elizabeth O’Brien
Nolan Dwyer
Casey Adams-Bening
Albus Potter
Issac Londubat
...



Nolan écarquilla les yeux. Mais que, comment ? Il n’avait pourtant jamais raté ce sort ! Un petit coup d’œil vers le bar et il décida que sa forte consommation d’alcool avait sûrement eu plus d’effet qu’il ne le pensait ou ressentait. Quelque peu honteux, il descendit de la table et s’approcha de ces copains, captant qu’Archie avait le regard toujours autant sanguinaire.

- Bon au moins tu as quand même fini avec Dan ma jolie ! dit-il en direction de Dési.

- Et moi quoi Nolan ? Tu pouvais pas faire un peu plus gaffe, quand même ? C’est toujours comme ça avec toi quand tu bois.

Le jeune Gryffondor savait qu’il avait foiré, mais cela ne l’empêcha pas d’être un peu agacé par la réaction de son grand pote et il lui fit vite savoir.

- Bon Archie, arrête de faire ton grognon là et ouvre-toi un peu aux gens merde ! Socialise quoi, je sais pas moi. Et de quoi tu te plains d’abord ? Tu la connais un peu Lizzie et elle est très gentille donc merde, fais un effort et sois sympa ! 

N’attendant pas de réponse, il se retourna et s’éloigna un peu. Il adorait son meilleur ami, il l’aimait même et ne pourrait jamais vivre sans lui, mais parfois il lui cassait un peu les couilles. Néanmoins, il avait beau lui avoir dire tout ce qu’il pensait, lui-même ne savait pas quoi faire et hésitait un peu face à son propre résultat : Casey Adams-Bening. C’était pas le gars qu’il avait aperçu un peu trop proche de sa sœur dans le train ? Cette partie de bière pong s’annonçait intéressante. 


____________________________________________________________________________
 Nolan Dwyer - 6ème année - Gryffondor
“Certains ne sont jamais seuls, ils sont toujours accompagnés de leur connerie.”


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Voir le profil de l'utilisateur

19 Re: Rdv à Poudlard ! le Sam 6 Mai 2017 - 19:27

Eva Bellini

avatar
Dictatrice
Les élèves arrivèrent au château dans les rires et la bonne humeur, malgré la fatigue du long trajet. Le banquet de début d’année fut décadent, comme d’habitude, et fut bien accueilli par le groupe d’amis de Dan, en dépit du fait qu’ils aient passé une bonne partie du trajet à s’empiffrer de confiseries.
 
Dan était soulagée d’être rentrée. Elle aimait sa famille, là n’était pas la question. Mais le plus longtemps elle restait, plus les silences et les non-dits lui pesait. Le visage fermé de sa mère aux repas, lorsque l’absence de son père se faisait le plus sentir, rendait Dan inconfortable. Chris et Nath étaient trop jeunes pour se souvenir de la différence, ce pour quoi Dan était reconnaissance. Elle, elle s’était depuis longtemps résignée à l’idée que sa relation avec sa mère resterait à jamais corrompue par l’ombre de son père.
 
Peut-être qu’un jour, elles réapprendraient à communiquer ensemble. Dan en doutait. Mais si c’était le prix à payer pour que son connard de père reste à pourrir six pieds sous terre, et bien. Dan trouvait cela peu cher payé.
 
Aux alentours de dix heures du soir, alors que Dan venait à peine d’ouvrir sa valise pour ranger ses effets personnels, Roxanne lui jeta un t-shirt pailleté sur la tête.
 
⎯ Allez hop, on se rhabille ! dit-elle en chantonnant. Dan examina le vêtement d’un coup d’œil, et reconnut l’un des t-shirts de Roxanne, qu’elle ne sortait que pour les grandes occasions.

Dan fronça les sourcils. Chaque année, les Serdaigles organisaient une fête dans la Salle Commune pour célébrer le début de l’année à Poudlard. C’était l’occasion de rencontrer les premières années et de leur souhaiter la bienvenue – du moins, jusqu’à que les Préfets raccompagnent les plus jeunes jusqu’à leurs dortoirs et que les bouteilles d’alcool soient de sortie. L’année dernière, ayant été élue vice-capitaine de l’équipe, elle en avait profité pour faire de la publicité pour l’entraînement de sélection. D’accord, les étudiants de première année n’étaient pas supposés faire partie d’une équipe, mais Dan entretenait toujours l’espoir de découvrir le prochain Harry Potter. Et puis, Dan aimait bien les fêtes organisées chez Serdaigle. C’était un peu plus calme que chez les Gryffondors, mais tout aussi amusant.  D’après Maria, l’une des organisatrices cette année, la fête était prévue pour vendredi prochain.
 
⎯ Non, non, la soirée de début d’année est toujours la semaine prochaine. Il y a une autre soirée organisée par des Gryffondors de septième année dans la Salle sur Demande, Lorcan nous a invité.
 
Evidemment que quelqu’un t’a invité, Roxanne. J’sais vraiment pas comment tu fais pour te souvenir du nom de tout le monde dans ce château.
 
⎯ C’est un talent. Et puis ça t’empêche de passer ta vie sur un balai et d’avoir une vie sociale à la place, tu devrais me remercier.
 
⎯ Je ne viens que pour le Firewhiskey gratuit et tu le sais, dit Dan, l’air bougon.
 
Roxanne se contenta de rire en réponse, puis pointa le t-shirt du doigt.
 
⎯ Alors, je te le prête pour ce soir ?
 
Dan hésita. Roxanne faisait une bonne tête de moins qu’elle, et Dan était plus musclée, grâce au Quidditch. Le t-shirt était fait d’un tissu satiné, taillé court, et lui arriverait au nombril.
 
⎯ Nan, pas avec mon dos.
 
⎯ Ah ouais, pardon. Ta blouse dorée alors ? 
 
Dan acquiesça, et se leva pour s’habiller. Près du lit voisin, Roxanne fit glisser son jean le long de ses hanches sans gêne aucune, et Dan alla s’enfermer dans la salle de bain. Elle tourna le dos au miroir au dessus de l’évier, retirant les robes de sorcier qu’elle portait depuis le train. Elle savait que dans le miroir se reflétait la profonde cicatrice pâle qui traversait son dos brun en une ligne diagonale, de l’épaule droite à la hanche gauche, et fit de son mieux pour l’ignorer. Une fois la blouse et son short en jean enfilé, elle passa une main dans ses épais cheveux noirs et ondulés, décida immédiatement que c’était une cause perdue, et sorti de la salle de bains. Roxanne l’attendait en rafraîchissant son maquillage. Les deux jeunes filles se dirigèrent vers la sortie, et lorsque Roxanne fit mine de descendre les escaliers vers la Salle Commune, Dan s’arrêta avec surprise.
 
 ⎯ Tu n’invites pas Rose ? elle demanda, faisant un geste en direction des escaliers menant au septième étage.
 
Roxanne grimaça et réajusta nerveusement les bracelets à ses poignets.   
 
⎯ J’ai passé une bonne partie de l’été avec elle. Tu sais que je l’aime, mais je crois que j’ai besoin d’une pause.
 
Dan hocha la tête avec sympathie. Elle était plus que familière avec les tendances autoritaires et arrogantes de Rose, et il était évident que sa nomination comme Préfète-en-Chef n’avait pas arrangé les choses.
 
Les deux jeunes filles se dirigèrent vers le sixième étage, et entrèrent dans une Salle sur Demande remplie d’élèves déjà bien remplie. Dan avait rarement vu la Salle aussi bien décorée, entre les lumières multicolores, les enceintes disséminées aux quatre coins de la pièce, et les murs couverts de tentures aux couleurs des quatre maisons. Lorsque Dan était arrivée à Poudlard, un élève plus âgé lui avait expliqué que la Salle savait toujours exactement combien de personnes seraient présentes pendant la soirée, et que la taille de la pièce était toujours parfaitement adaptée. Cette fois-ci, la pièce semblait un peu grande comparé à la quantité d’élèves présents, mais il était encore tôt.
 
Dès qu’elles passèrent la porte, Roxanne l’attrapa immédiatement par le bras pour la traîner autour de la salle et saluer des connaissances. Dan soupira, mais se laissa traîner de bonne grâce, après s’être servie un verre. Elle ne rigolait qu’à moitié à propos du Firewhiskey gratuit, après tout.
 
Elle en était à son troisième verre et en train de débattre avec un Poufsouffle sur les qualités et défauts du dernier Nimbus quand Nolan Dwyer grimpa sur la table. Roxanne, qui jusque là était en train de se déhancher au rythme de la musique, s’arrêta pour s’avancer à côté d’elle.
 
⎯ J’te parie qu’il est complètement bourré et va tomber par terre, dit-elle, un sourire gentiment moqueur aux lèvres.
 
⎯ Il a l’air de marcher plutôt droit, fit remarquer Dan, d'un ton peu convaincu. Elle sortit tout de même son téléphone de sa poche, faisant glisser son pouce sur l’écran pour ouvrir l’appareil photo. Juste au cas où.
 
Si ce qui suivi n’aida pas vraiment à les convaincre de la sobriété de Dwyer, l’annonce d’un tournoi de bière-pong fut suffisant pour les enthousiasmer. Elles étaient toutes les deux redoutables au jeu et échangèrent un regard ravi.
 
⎯ … Donc nous allons procéder à un tirage au sort ! s’exclama Nolan depuis la table, qui vacillait juste assez pour que Dan pointe discrètement le téléphone sur lui.
 
Desidera Lawson et Dan Graves annonça le tableau magique qu’il venait d’enchanter. Roxanne, quant à elle, était en groupe avec une fille de Gryffondor qu’elle avait l’air de très bien connaître, vu son bond de joie.
 
⎯ Et toi, tu es avec... ? Oh, Lawson, fit Roxanne.
 
Dan pivota vers elle avec un air interrogateur :
 
⎯ Quoi, oh Lawson ?
 
Roxanne grimaça.
 
⎯ Je ne la connais pas très bien, mais elle n’est pas du genre facilement approchable. Un peu trop peste arrogante, de ce que je me souviens de nos cours de Potions de quatrième année. Mais c’était il y a longtemps, je suis sûre qu’elle a mûri depuis ! Enfin, j’espère pour toi.
 
Après six ans de cohabitation et amitié avec Roxanne, Dan pouvait se targuer de connaître la jeune fille sur les bouts des doigts. La jeune fille était de nature clémente et pacifiste, qualités que Dan admirait énormément et ne partageait absolument pas.  Si Roxanne n’aimait pas Lawson, Dan ne se faisait pas beaucoup d’espoirs pour la suite de la soirée.  Roxanne lui souhaita bonne chance avec une grimace d’encouragement, et se dirigea vers sa partenaire.
 
Dan retint un soupir déçu quand Dwyer descendit de la table sans problèmes, et rempocha son portable. Elle jeta un coup d’œil aux alentours pour repérer la figure élancée de Lawson, qui se tenait près de Redding, un verre à la main.


Dan s’approcha des deux adolescents, se préparant mentalement à l’idée d’échanger politesses et silences gênés avec quelqu’un qu’elle ne connaissait pas, au mieux, et à perdre sa patience et s’engueuler avec Lawson, au pire. La jeune fille traînait constamment avec Dwyer et Redding, qui étaient sympas – elle ne pouvait pas être si terrible que ça, pensa Dan, et finit son verre de Firewhiskey cul sec.
 
 
⎯ Alors, prête à tous les démonter ? Dan demanda à Lawson, après l’avoir saluée, elle et Redding. Lawson lui offrit un large sourire enthousiaste, aux antipodes du désintérêt glacial que Dan anticipait. Ses grand yeux clairs – bleus ? Peut être vert ? – étaient saisissants, même dans la pénombre de la Salle sur Demande. Dan essaya de cacher sa surprise, sans trop vraiment y réussir. Elle se tourna brusquement vers la table, sur laquelle des élèves de Serpentard installaient des gobelets à moitié rempli. Dan sortit sa baguette et une pile de balles en plastique colorées apparu à côté des gobelets. Elle se rappela soudainement que Lawson venait d’une famille sorcière, et lui jeta un coup d’œil hésitant.
 
⎯ Tu connais les règles ? Je peux t’expliquer si tu veux, elle proposa. On commence contre Weasley et Finnigan-Thomas.


____________________________________________________________________________
Dan - 6ème année - Serdaigle

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Fight because you don't know how to die quietly. Win because you don't know how to lose.
Voir le profil de l'utilisateur

20 Re: Rdv à Poudlard ! le Lun 8 Mai 2017 - 0:47

Elia Stalia

avatar
5ème année
5ème année
Une soirée ? Le premier soir ? Elizabeth haussa les épaules. Si Hugo y allait, elle était forcément de la partie. Dans son dortoir, la jeune fille adressa un sourire à Chelsea, sa coéquipière au Quidditch. La gardienne terminait d’enfiler une robe longue, noire et moulante qui lui allait parfaitement. Elizabeth déglutit difficilement en la regardant, songeant que cette fille était vraiment jolie et bien habillée, alors qu’elle-même n’avait prévu que son uniforme pour ce soir. Chelsea parut d’ailleurs s’en rendre compte au bout de quelques minutes.


- Tu comptes vraiment draguer dans cette tenue ?


Sursautant, Lizzie se tourna vers sa coéquipière qui la regardait d’un air moqueur. Elle tentait vainement de se recoiffer dans le miroir de la salle de bain tandis que Chelsea, appuyée contre le mur, ressemblait à une vamp.


- Sérieusement, Liz, je t’ai jamais vu porter autre chose que ton uniforme ou ta tenue de Quidditch. Montre un peu ton corps !
- Mais j’ai rien d’autre à mettre, marmonna Elizabeth d’un ton absolument pas convaincant.


D’un coup de baguette, Chelsea ouvrit la valise de sa colocataire, révélant plusieurs vêtements bien rangés, des livres et diverses fournitures scolaires. Elle adressa un autre regard moqueur à Elizabeth, se pencha vers les fringues et fouilla un moment dedans, sous les yeux terrifiés de son amie. Ou plutôt, de sa coéquipière, Chelsea ne trainant qu’avec des septièmes années.


- Tu sors toujours pas avec Hugo Weasley ?


Elizabeth, qui se brossait les dents, faillit s’étouffer de surprise. Elle eut le hoquet pendant quelques secondes infiniment longues avant de parvenir à s’essuyer la bouche. Elle regarda un moment Chelsea, enviant son caractère décomplexé.


- Non, je… ne sors pas avec Hugo, dit Elizabeth en rougissant. On est juste amis…
- Ah, j’ai trouvé ! s’exclama Chelsea au même moment en sortant de la valise plusieurs fringues. Mets ça rapidement, même avec tes grosses bottes violettes ça ira ! Ah et, on ne me la fait pas ! ajouta-t-elle avec un rire.


Sous son regard attentif, Lizzie enfila les vêtements. Il s’agissait d’un jean noir, troué au niveau du genoux droit, et d’une chemise habillée, légèrement ouverte au niveau du décolleté, bleue foncée. La jeune fille attacha rapidement ses cheveux avec sa cravate Poufsouffle, s’attirant un rire de Chelsea. Et puis celle-ci la regarda en face et constata que la coiffure légèrement décoiffée d’Elizabeth faisait ressortir ses yeux bleus foncés. Avec un léger sourire appréciateur, elle attrapa le bras de sa coéquipière et elles descendirent dans la salle commune, rejoignant les garçons.


***


En découvrant son nom sur le tableau magique, Elizabeth eut un mouvement de surprise. Elle échangea un regard avec Hugo qui se contenta de hausser les épaules, l’air de dire que cette fois ils n’étaient pas dans la même équipe. Elle regarda les autres Poufsouffle qui se dirigeaient vers leur nouveau partenaire, sans aucune difficulté. Chelsea avait déjà disparue dans la foule. Elizabeth se tourna vers Archibald, le grand Archibald, qui fusillait Nolan du regard. La jeune fille connaissait bien de nom le Serpentard, il était connu dans toute l’école pour sa beauté, son charisme, mais aussi pour les sourires qu’il ne donnait qu’à ses amis proches, les autres se contentant de regards noirs. Un peu comme celui que le garçon posait sur Elizabeth, désormais.


Déglutissant, elle lui adressa un petit sourire :


- On se connait de vue, je suis Elizabeth, mais tu peux m’appeler Lizzie, comme tout le monde…
- Ma parole, Liz ! s’exclama Hugo à quelques mètres d’eux. Mais tu n’es pas sortie de l’été pour être aussi guindée ?


Tout en se demandant qui utilisait encore ce mot, Elizabeth fusilla son ami du regard. Ce dernier comprit un peu tard sa bourde. Un léger « ooops » lui échappa avant qu’il ne se dirige rapidement vers son coéquipier pour échapper aux yeux bleus de l’adolescente.


- Merci pour cette interruption, Hugo Weasley, marmonna Lizzie.


Elle regarda Archibald qui semblait figé sur place. Visiblement, il était encore moins à l’aise qu’elle. Ou peut-être qu’il n’avait aucune envie de faire sa connaissance ? Se renfrognant légèrement, Elizabeth se mit à chercher comment poursuivre la conversation. Elle ne se connaissait qu’un domaine où elle devenait miraculeusement sociale : les histoires d’amour des autres. Soudainement elle n’était plus timide ni « guindée » comme disait Hugo mais extravertie, prête à aider tout le monde. Sûrement parce qu’elle s’intéressait aux autres et non à elle-même. Naturellement, le bras d’Elizabeth monta vers son nez, révélant son tic. Elle se décida à entamer une fois de plus la conversation :


- Tu comptes encore jouer au Quidditch, cette année ? J’aime bien t’avoir comme adversaire.


Réalisant un peu tard que ses paroles pouvaient être mal interprétées, Lizzie se mit à rougir violemment. Mais quelle idiote ! s’exclama-t-elle intérieurement. Elle se racla la gorge, encore plus mal à l’aise qu’avant. Archibald lâcha du bout des lèvres, sans la regarder :


- Je vois bien que t'aimes m'avoir comme adversaire, vu le nombre de cognards que tu m'envoies.


Surprise, Elizabeth se dépêcha d’enchainer avec une autre phrase bateau, même si elle pensait ce qu’elle disait. Si parler de Quidditch permettait de délier la langue de ce grand Serpentard, Elizabeth O’Brien comptait bien montrer pourquoi elle était dans l’équipe ! Souriant un peu, Lizzie se sentit légèrement mieux. Archibald semblait à peine la voir, mais au moins il l’entendait.


- Y a de sacrés bon joueurs cette année, genre Dan Graves ou Albus Potter, ils envoient une fois sur le terrain !


Immédiatement, Archie croisa son regard. Lizzie cilla légèrement avant de pencher la tête sur le côté. Archibald avait réagi. Mais à quoi, exactement ? Balayant la salle du regard, elle s’aperçut que Dan était avec Desideria, une amie d’Archibald, tandis qu’Albus était avec Isaac Londubat, qu’il devait sûrement beaucoup connaitre, leurs parents étant amis. Décidant de tenter sa chance, Elizabeth reprit la parole avec un petit sourire encourageant.


- Tu le connais bien, non ? Vous êtes dans la même maison.
- Euh, j’irais pas jusqu’à dire que je le connais bien, marmonna Archibald.


Elizabeth eut un grand sourire, qu’elle cacha immédiatement derrière son verre. Elle avala une gorgée du mélange qu’Hugo lui avait servi, grimaçant légèrement au goût de l’alcool. La prochaine fois, elle prendrait une biéraubeurre. Ce truc était infect. Mais elle tenait un début de piste.


- Pourtant tu le regardes souvent, dit-elle au moment où Archibald cherchait Albus Potter des yeux. On dirait que tu le protèges.
- Bah ouais, normal, c’est mon attrapeur… enfin notre attrapeur !


La jeune fille voulut se passer une main dans ses cheveux avant de se souvenir qu’elle les avait attachés, tentant de dissimuler son impatience. Elle était tombée par hasard sur une pépite ! Elle s’avança vers la table de bière-pong, le jeu venant enfin de commencer. Si son intuition était bonne, Archibald était intéressé par Albus Potter. Souriant, Elizabeth dut admettre que les yeux verts du fils Potter avaient de quoi en faire fondre plus d’une… ou d’un. En ce qui la concernait… Rougissant légèrement, Elizabeth secoua sa tête et s’efforça de se concentrer sur le jeu plutôt que sur les joueurs.


- Archie, Elizabeth, venez m’affronter si vous osez ! s’exclama Nolan de l’autre côté de la table de bière-pong.


Pendant une seconde, Elizabeth crut que Casey jetait un regard blasé à son malheureux coéquipier, avant de se placer à ses côtés pour démarrer la partie. Rapidement, Lizzie comprit plusieurs choses : Archibald et Nolan étaient doués, mais Casey semblait avoir besoin de lunettes pour viser correctement les verres juste devant lui. Tout en prenant la petite balle, Elizabeth se tourna vers Archibald et annonça de manière à ce qu’il soit le seul à l’entendre :


- Si on gagne la partie, je t’aide à obtenir un rancard avec tu-sais-qui. Mais si on perd, tu dois arrêter de boire pour le reste de la soirée !


Sans attendre de réponse, Elizabeth fit un parfait lancer. Elle s’adressa à ses adversaires, un grand sourire aux lèvres. Le verre qu’elle venait de finir commençait déjà à faire effet, sans qu’elle ne s’en rende compte. Elle était aussi légèrement enivrée par les vapeurs d’elle ne savait quoi.


- Nolan, à toi de boire ! Cul sec !


Elizabeth fit une petite danse de la joie, souriant à Archibald comme si elle le connaissait depuis toujours. En voulant éviter de se cogner à la table, elle amorça un geste vers l’arrière et sentit ses pieds se décoller du sol. Elle n’eut pas le temps de pousser un cri que deux mains se plaçaient sur sa taille. Un corps beaucoup plus grand que le sien l’enveloppa.


- Doucement, Liz, tu vas tomber, murmura une voix proche de son oreille.
- Ah, euh, merci ! s’exclama-t-elle en rougissant, bafouillant légèrement, avant de se tourner légèrement.


Elizabeth eut ainsi le privilège d’observer de très près le visage d’Edmund Shelby. Un autre de ses coéquipiers. Et un garçon qui troublait beaucoup Elizabeth – en dehors du terrain évidemment. Elle s’attarda un instant sur les pommettes du poursuiveur, ses yeux noirs, avant de se rappeler qu’elle avait une mission à mener.


- Merci ! dit-elle encore en lui souriant légèrement.
- Mais de rien, Liz.


Avec un clin d’œil, Edmund s’éloigna. La poufsouffle résista vaillamment à son envie de se retourner pour le regarder encore un peu plus. A la place, elle se tourna vers Archibald, ignorant son regard. Elle avait conscience que ses cheveux avaient légèrement glissé de son…


- Eh ! s’exclama Elizabeth en passant la main dans sa nuque. Ma cravate !


Elle baissait la tête pour regarder le sol quand la voix blasée d’Archibald l’arrêta :


- Il te l’a piqué.
- Pardon ?
- Il t’a piqué ta cravate, soupira Archibald.
- Ah euh, très bien, bafouilla Elizabeth. Euh… on perd ou on gagne ?


Elle tripota ses cheveux trente secondes.


- Il m’a quoi ? demanda-t-elle à nouveau à Archibald.
- Tu es saoule, répondit à la place le jeune homme.
- Non non, pas plus que d’habitude, marmonna Elizabeth les joues en feu. C’est juste que… il vient vraiment de me piquer ma cravate ?


Archibald ne se donna même la peine de répondre, c’était son tour de jouer.


____________________________________________________________________________
Elizabeth O'Brien, élève de sixième année dans la maison Poufsouffle. 

Crédit avatar : Fae.
Voir le profil de l'utilisateur

21 Re: Rdv à Poudlard ! le Lun 8 Mai 2017 - 14:09

– Bon Archie, arrête de faire ton grognon là et ouvre-toi un peu aux gens merde ! Socialise quoi, je sais pas moi. Et de quoi tu te plains d’abord ? Tu la connais un peu Lizzie et elle est très gentille donc merde, fais un effort et sois sympa ! 


Archie regarde Nolan s'éloigner vers Adams-Bening en jurant mentalement. Merde, il aurait pas pu faire attention ? Et puis il pourrait être plus compréhensif. Archie n'aime pas se retrouver avec des gens qu'il ne connaît pas — ça l'angoisse tout autant que ça l'ennuie.  


Il est tiré de ses pensées par une petite brune aux grands yeux bleus et au visage de poupée qui s'avance vers lui, l'air aussi nerveux que lui.  


- On se connaît de vue, je suis Elizabeth, mais tu peux m’appeler Lizzie, comme tout le monde…


Archie esquisse un sourire. Elle a l'air mignonne et pas bien méchante, en plus c'est une batteuse très talentueuse. Il se pourrait qu'ils s'entendent bien, au final. Lizzie est en train de se chamailler avec un Weasley – Hugo, peut-être ?  


- Tu comptes encore jouer au Quidditch, cette année ? Demande-t-elle. J’aime bien t’avoir comme adversaire. 


Archie retient le rire moqueur qui menace de sortir, lui envoyant à la place un sourire amusé. La Poufsouffle rougit en se rendant compte de ce que sa phrase insinue.  


– Je vois bien que t'aimes m'avoir comme adversaire, dit-il. Vu le nombre de cognards que tu m'envoies…


Lizzie a l'air surprise et Archie tourne la tête, regardant la foule.


– Y a de sacrés bon joueurs cette année, enchaîne Elizabeth à toute vitesse, genre Dan Graves ou Albus Potter, ils envoient une fois sur le terrain !


Malgré lui, Archie tourne la tête brusquement lorsque Lizzie mentionne Potter. Quelque chose change dans l'expression de la jeune fille et elle regarde Archie comme si elle venait d'apprendre un secret.  


– Tu le connais bien, non ? Vous êtes dans la même maison.


– Euh, j'irais pas jusqu'à dire que je le connais bien, marmonne-t-il.


Archie bénit ses gênes qui font que les Redding ne rougissent jamais ; si il était comme Lizzie par exemple, il serait déjà rouge tomate à l'heure qu'il est. La jeune fille approche son verre de ses lèvres pour boire une gorgée, mais Archie a bien vu le sourire qui s'est esquissé sur son visage ; elle a compris. Archie se maudit.


– Pourtant tu le regardes souvent, ajoute-t-elle. On dirait que tu le protèges.


Oh, la petite peste. Elle a besoin de se venger de quelque chose ou quoi ? Archie a l'impression qu'elle est dévouée à le faire se sentir le plus gêné possible. Essayant à tout prix de retrouver son sang-froid caractéristique, Archie rétorque :  


– Bah ouais, normal, c'est mon attrapeur… enfin, notre attrapeur !


Archie ferme les yeux. Merde, merde, merde. Bien joué, Redding, tu t'es grillé comme un con. Elizabeth le regarde avec de grands yeux pleins de malice, et les deux s'avancent vers la table de bière pong à l'appel de Nolan.  


La partie commence, et Archie lance les balles sans vraiment y penser ; il a la tête ailleurs.


– Si on gagne la partie, je t'aide à obtenir un rencard avec tu-sais-qui.


Archie manque de s'étouffer.


– Mais si on perd, tu dois arrêter de boire pour le reste de la soirée !


Archie s'étouffe. Mine de rien, il commence à bien aimer cette fille ; elle cache bien son jeu, avec ses airs de petit ange. En plus, elle est forte au jeu – elle vient de faire faire un cul-sec à Nolan. Bien joué. Il la regarde se dandiner, et il manque d'exploser de rire – ses yeux commencent à être brillants et ses joues sont rouges ; elle est déjà bourrée. D'ailleurs, elle manque de tomber mais est rattrapée au dernier moment par un Poufsouffle plus vieux dont il ne connaît pas le nom.


– Alleeeez, tu bois mon chou ! s'écrie Nolan, venant de marquer.


Archie sourit et bois son verre dignement tout en regardant du coin de l'oeil l'échange entre les deux camarades à sa gauche. Enfin, camarades…  


Reposant son verre, il voit Lizzie passer sa main dans ses cheveux.  


– Eh ! Ma cravate !


Archie la regarde, blasé, et soupire :  


– Il te l'a piqué.


– Pardon ?


– Il t'a piqué ta cravate.


– Ah, euh, très bien… Euh, on perd ou on gagne ?


Elle est saoule, non ?  


– Il m'a quoi ? demande-t-elle.


– Tu es saoule, déclare Archie, le visage impassible.


– Non, non, pas plus que d'habitude.


Ouais, définitivement saoule.


Archie se retourne et lance une balle qui atterrit dans le gobelet juste devant Adams-Bening. Il lance un clin d'oeil au Poufsouffle en faisant un geste avec sa main, lui signifiant clairement qu'il faut qu'il boive.  


– Archibald, sale serpent ! gueule Nolan.
Lui aussi a les joues un peu rouges, mais il n'est pas encore bourré. Pas encore. C'est à Adams-Bening de lancer ; il loupe le verre et Archie et Lizzie échangent un high-five.


A eux deux, les deux batteurs réussissent à retirer plusieurs gobelets et, rapidement, l'équipe Dwyer-Adams se retrouve avec seulement deux gobelets devant eux, contre quatre pour Lizzie et Archie. La partie se termine lorsque Lizzie fait atterrir sa balle dans le dernier verre des garçons. Lizzie saute en l'air tandis que Archie fait un doigt d'honneur à Nolan en lui tirant la langue. Nolan se jette sur Archie, lui ébouriffant les cheveux :  


– Respecte-moi un peu, j't'ai tout appris ! S'écrie le Gryffondor.  


Archie explose de rire.  


– L'élève a dépassé le maître, désolé !


Archie se prend une claque derrière la tête et Nolan retourne à la table pour installer le prochain jeu.  


– Eh, c'est qui les prochains, lance Archie à son ami.


– Desi et Graves contre Finnigan-Thomas et Weasley !


Archie décide de rester un peu pour encourager Desi. Il sort une blague à tabac de sa poche et en tire un joint parfaitement bien roulé, qu'il glisse entre ses lèvres avant de l'allumer. Regardant la foule, il croise le regard de Potter qui le regarde, assis sur un canapé entre Malfoy et une fille blonde, Chelsea Parrish. Elle est magnifique dans sa robe noire moulante, et elle est un peu trop proche d'Albus au goût d'Archie. Il lève son verre en direction de Potter avec un sourire en coin, ce à quoi le jeune homme répond par un signe de tête. Tirant sur son joint, Archie manque de s'étouffer avec la fumée en voyant la main de Parrish s'aventurer sur la cuisse de Potter.  


Archie pose son verre sur une table et s'avance vers les trois assis sur le canapé. Il passe devant James Potter et Dimitrov en train de faire des shots de tequila sur le corps d'une brune dont il a oublié le nom ; ainsi que Lizzie à qui il fait un signe de tête.  


– Potter, Malfoy, lance-t-il en se tenant devant eux. Parrish.


Albus lève la tête vers Archie.  


– Tiens, Redding, lance-t-il. T'avais pas quelque chose à me raconter ?


Archie sourit. Les sombrals, c'est vrai… il avait oublié. C'est parfait : il n'a aucun effort à faire pour se retrouver seul avec Albus.  


– Ah, c'est vrai. Bon, tu viens ?


Archie sent Albus attraper sa manche pour ne pas le perdre dans la foule, et il voit Lizzie qui se laisse tomber à la place d'Albus. Il emmène le garçon jusqu'à un coin relativement vide de la pièce. Se laissant glisser contre le mur, il amène ses jambes à sa poitrine, posant ses poignets sur ses genoux. Il sort un nouveau joint, l'allume et tire dessus avant de le proposer à Albus qui l'accepte volontiers.


– Du coup, tu comptes m'expliquer pourquoi tu vois les sombrals ? Demande Potter.


Archie esquisse un sourire en haussant les épaules.


– C'est pas dramatique comme toi, tu sais.


Albus lui fait signe de continuer.  


– Quand j'avais huit ans je suis parti en vacances avec ma famille au bord de la mer. L'après-midi je m'ennuyais donc j'allais escalader les falaises avec un Moldu qui était un peu plus vieux que moi – il s'appelait Tommen. Un jour, il a dérapé et il est tombé. Rien n'a pu le sauver. J'étais déjà en haut moi, et j'ai tout vu, c'est pour ça.


Albus a l'air choqué.


– Merde, je suis désolé… T'avais huit ans, c'est chaud quand même !


– Un peu, mais je m'en suis remis, regarde-moi ! Dit-il en souriant.


Potter regarde Archie, et il est prêt à parier qu'il y a quelque chose dans ce regard. Peut-être pas de l'envie, mais au moins de la curiosité. Archie est bien parti.  


– Dis, Redding, commence Albus. Toi qui pécho plein de meufs… Tu pense que je vais réussir à avoir Chelsea ?


Douche froide.  


– Euh, j'sais pas moi, j'étais pas avec vous toute la soirée, répond Archie. Elle avait l'ai de bien t'apprécier, vu comment elle te touchait quand vous étiez dans le canapé.


Archie ne peut retenir le sarcasme dans sa voix. Il se force à retrouver son sang-froid – il s'est déjà fait griller par Lizzie, faudrait pas qu'il se fasse griller par l'objet même de ses désirs. Albus sourit en regardant au loin, mais ce n'est pas un sourire lumineux comme il en a l'habitude ; c'est un sourire en coin, qui ne présage rien de bon. Archie suit son regard et voit Parrish arborer le même genre de sourire qu'Albus.  


Loupé pour ce soir. Frustré, Archie se lève en soupirant et tend une main à Albus pour l'aider à faire de même. Le garçon a déjà bien bu et la beuh n'a rien fait pour l'arranger ; il vacille un peu. Archie l'attrape par la taille pour le stabiliser, et il reçoit un sourire paresseux en retour. C'est pas le moment de se laisser distraire, pense-t-il en regardant les grands yeux verts d'Albus. Il se détache du garçon et s'éloigne, marmonnant qu'il lui faut à boire.  


Il s'en veut d'avoir laissé Albus en plan, mais avec la quantité d'alcool qu'il a consommé, Archie était à deux doigts de se griller tout seul. S'ils étaient restés plus longtemps tous les deux, il aurait très bien pu être capable d'embrasser Albus.


– Souris un peu, merde, lance une voix à sa droite.


Levant les yeux au ciel, Archie se tourne vers Désideria.  


– Salut, princesse, lui dit-il en passant son bras autour des épaules de la jeune fille. Alors, vous avez gagné, toi et ta meuf ?


– De une, c'est pas ma meuf – en tout cas, pas encore. Et de deux, bien sûr qu'on a gagné, tu me prend pour qui ?


– Dési, t'es bourrée, déclare Archie avec un sourire. Je te connais, quand t'es bourrée t'en réussis un sur trois.


Dési le frappe sur le bras, mais elle a un sourire collé sur le visage. Archie dépose un baiser sur le haut de son crâne, pris d'un élan d'affection pour sa meilleure amie.  


– Je t'ai vu avec Albus, dit-elle avec un clin d’œil.


Archie grogne.


– Ouais, on a discuté cinq minutes en fumant et après il a tout cassé en me demandant si je pensais qu'il avait des chances avec Parrish.


C'est au tour de Dési de pousser un grognement.


Oh, Parrish, dit-elle en haussant un sourcil, ses yeux balayant la foule. Tu devrais te méfier, c'est un avion de chasse. Une chance qu'elle ne se pose jamais. Mais les filles trop sexy, trop volages, c'est jamais bon signe.


Puis elle ajoute, buvant une gorgée :


Tu sais que Gwen garde sa batte dans le dortoir ?


– Ça m'étonne même pas d'elle, rigole Archie. Pour en revenir à Albus, j'suis hyper frustré là. En plus si on était restés plus longtemps j'suis sûr que j'aurais pu le pécho.


– Et bien, on dirait que quelqu'un l'a fait à ta place…


Archie suit le regard de Dési et tombe sur Albus en train de rouler une énorme galoche à Parrish. Il serre les poings et Dési tapote son épaule, l'air désolé.


– Mon pauvre chéri, ce sera pas pour ce soir, je suis désolée !


– Eh, Archie ! S'écrie quelqu'un.


C'est Nolan. Il est debout sur la table de bière pong, une cravate autour de la tête, et fait signe à Archie de venir.


– C'est à votre tour de jouer mes loulous, contre Coen et Lysandre !


Archie se penche vers Lizzie pour lui dire à l'oreille :


– Je suis pas du genre à reculer rapidement mais je crois que tu ne vas pas m'être d'une grande aide pour ce rencard…


Face au regard interrogateur de la jeune fille, Archie se retourne et pointe Potter et Parrish, qui sont toujours enroulés l'un autour de l'autre.


– Oh, Archie… fait Lizzie d'une voix navrée. T'inquiètes, tu vas y arriver à un moment ou un autre. Je vais m'occuper de parler à Chelsea, et toi tu vas redoubler d'efforts pour réussir à avoir Albus !
Archie ouvre la bouche pour répondre mais il est interrompu par Nolan, qui s'est auto-désigné arbitre.


– Bon, j'veux bien comprendre que vous soyez devenus copains comme cochons, mais si vous voulez bien, y'a des gens qui attendent de jouer hein ! C'est vous qui commencez.


Archie éclate de rire tandis que Lizzie rougit et, attrapant la balle, il se dit qu'il pourrait bien oublier le pari l'espace d'une soirée. 


____________________________________________________________________________
archie redding, serpentard, six 
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
i'd have been yours, if you had been mine
but my hopes had faded by the time
can you hear me tonight? 
Voir le profil de l'utilisateur

22 Re: Rdv à Poudlard ! le Sam 13 Mai 2017 - 22:56

Cowell Bratley

avatar
2ème année
2ème année
La balle atterrit juste à côté du gobelet. C’était vraiment proche cette fois. Nolan poussa un léger soupir d’exaspération. Pourquoi fallait-il que parmi toutes les personnes présentes, il tombe sur lui ? Au moins le Gryffondor était doué au bière-pong. Casey n’osait imaginer le nombre de soirée que son partenaire avait passé à faire ça. Cela rendait encore plus flagrant la nullité du Poufsoufle en la matière. Il n’avait réussi aucuns de ces tirs. Même Elizabeth jouait mieux que lui. Elle était une excellente batteuse donc sa précision n’aurait pas dû l’étonner.

Casey avait hâte que la partie se termine. De un il avait honte du résultat. De deux, Nolan et lui s’adressait à peine la parole. C’était assez étrange et gênant. A l’inverse, Archie et Elizabeth semblaient être devenus les meilleurs amis du monde. Sans compter que Nolan était le frère d’Ailys. Et de trois sa tête commençait tourner. La future défaite avait entraîné une augmentation considérable le degré d’alcool dans son sang.

Une balle atterrit dans un gobelet placé devant lui. Un peu déconnecté, Casey mis un peu de temps à réagir et ne porta le verre à ses lèvres que lorsqu’Archie lui fit un signe. Il ferma les yeux et ne respira pas pour boire le contenu cul sec. Ce gobelet ne contenait d’ailleurs pas de bière au beurre alcoolisée mais quelque chose de plus fort que Casey ne put identifier. Il étouffa avec difficulté une toux qui lui grattait la gorge. Le Poufsouffle essaya de rester le plus impassible possible mais le rouge lui montait déjà aux joues et il commençait à avoir chaud.

- Eh Bening, dit Nolan en tapotant son doigt dans l’épaule de Casey. C’est à ton tour.

- Ah oui pardon !

Casey prit rapidement une nouvelle balle et la lança approximativement en direction des gobelets adverses. Elle atterrit parfaitement dans un des gobelets de la couleur verte des Serpentard.

- C’est pas trop tôt ! Le petit Pouf se réveille !

Nolan affichait un petit sourire en regardant Archie boire le verre. Après ça Archie loupa son coup mais par automatisme Casey commença à prendre un des gobelets pour le boire.

- C’est que t’es complétement fini toi ! s’exclama Nolan entre deux rires.

Le capitaine de quidditch lui prit le gobelet des mains pour le reposer sur la table.

- Déjà qu’on en a plus beaucoup… Allez mon tour !

Nolan réussit son lancer et fit boire Archie. Quand ce fut encore à lui de jouer, Casey réussit une nouvelle fois à viser juste. Il ne savait pas trop comment d’ailleurs. Cette fois c’est Lizzie qui but son verre. Tout comme Nolan tout à l’heure, Casey sourit en la voyant faire.

- Tu tiens le truc ! Si j’avais su que tu devais être bourré pour bien jouer, je t’aurais préparé avant.

Il n’y avait plus de gêne entre Casey et Nolan désormais. Le Poufsouffle détailla pour la première fois son partenaire fortuit. Il capta son regard, Nolan avait les mêmes yeux que sa sœur. Des yeux marrons foncés avec un regard profond. Malgré leurs différences le frère et la sœur avaient ça en commun.

Ils continuèrent la partie dans la bonne ambiance. Malgré la soudaine efficacité de Casey, ils avaient trop de retard et finirent par s’incliner de peu.

Nolan sauta sur Archie qui venait de lui faire un fuck assorti d’un tirage de langue :

- Respecte-moi un peu, j't'ai tout appris !

Archie et Lizzie partirent de leur côté et Nolan se mit à installer le prochain jeu. Casey se demanda pourquoi il n’utilisait pas la magie. Il devait être bien entamé lui aussi. Le Poufsouffle l’aida en réinstallant son côté de la table. Les deux garçons n’allaient pas rejouer tout de suite. Casey décida de rejoindre ses amis mais eut du mal à les trouver dans la foule.

Il pensa voir Lysandre mais avait un doute. Peut-être était-ce Lorcan ? D’habitude il arrivait tout de suite à les distinguer mais dans son état, c’était mission impossible. Il s’avança quand même vers le jumeau inconnu.

- Quidditch ! s’écria Casey en arrivant à côté de Lysandre/Lorcan. Il voulait lancer un sujet avec lequel les deux jumeaux pouvaient avoir de la conversation. Bien qu’il n’en ait lui-même aucune sur le quidditch.

L’élève mystère le regarda attentivement de la tête aux pieds.

- Casey qui parle de quidditch, je me disais bien que tu n’étais pas dans ton état normal.

- Lysandre, c’est toi ?

Pour toute réponse le Scamander mit ses mains sur les épaules de Casey pour le conduire vers un fauteuil vide.

- David ! Occupe-toi de lui, j’ai un match à gagner ! dit le jumeau qui avait 70% de chance d’être Lysandre en poussant Casey sur le fauteuil inoccupé à côté de David.

Être assis fit du bien au préfet qui se sentit tout de suite mieux. Il sentit moins désorienté et commençait à avoir moins chaud.

- Si j’avais su que j’allais te voir comme ça, j’aurais apporté mon appareil photo.

David arborait un petit sourire en coin.

- L’année n’a pas vraiment commencée ! tenta de se justifier Casey.

- Mais je ne juge pas, tu fais ce que tu veux. Tu as toute l’année pour être sur notre dos. Enfin sur le dos de tous les élèves.

- Oui ils vont souffrir ! Mais pas toi parce que je t’aime bien !

- Me voilà rassuré, ironisa David.

- Ahhhhhhhhh !

Ce cri déchirant venait d’Hugo qui s’était jeté sur le fauteuil écrasant Casey. Visiblement il avait aussi dû perdre son match.

- Dites, les gars, vous-avez pas vu Lizzie ?

- Elle m’a battu mais je l’ai fait boire ! répondu aussitôt Casey. Elle était avec Archie la dernière fois que je l’ai vu.

Le sourire d’Hugo s’effaça légèrement. Casey ressentit de la peine pour lui. Hugo était vraiment attaché à Lizzie. Le Weasley se laissa glisser par terre et attrapa un verre sur la table d’à côté.

- Ne t’inquiète pas, elle n’est pas absolument pas intéressée par Archie.

Si avec Lizzie ce n’était pas le grand amour, Casey ne voulait pas voir son ami souffrir. Et il était sûr de ce qu’il avançait. Puis il se rappela Edmund qui était passé durant le jeu. Valait mieux ne pas en toucher mot à Hugo. Avec David, ils changèrent de sujet pour détourner la conversation. Cela fonctionna plutôt bien et ils finirent tous les trois avec un verre de plus à la main. Ils allaient se rappeler de cette soirée… ou pas justement.

Après une vingtaine de minute Nolan vient trouver Casey pour leur prochain match. Il avait une cravate autour de la tête mais le visage fermé. Lorsqu’ils arrivèrent à la table, Casey comprit pourquoi. De l’autre côté se trouvait James Potter et Gwen Jones. L’équipe des deux dégénérés de l’école.

La rivalité entre Nolan et James avait fait le tour de l’école depuis bien longtemps. Elle était au niveau de celle de Zeux et Hadès ou de Bette Davis et Joan Crawford. Casey lui-même ne supportait pas James et s’il pouvait battre Gwen en bonus, il ne disait pas non.

Nolan se rapprocha de Casey et lui glissa à l’oreille :

- J’espère que tu es encore déchiré parce que là il n’est pas question de perdre.

- Je te rassure, je ne compte pas perdre contre lui non plus. Il est préfet en chef cette année donc on ne pourra rien faire contre lui. Il ne faut pas laisser filer cette chance. Et je suis grave déchiré.

Nolan esquissa un sourire puis fit un check à Casey. Il n’avait jamais pris le temps de connaître Nolan, il le jugeait sur son comportement en cours. Mais un ennemi commun rapprochait n’importe qui.

La tension autour de la table était palpable. Les autres élèves s’étaient regroupés et formés un cercle autour d’eux. C’était à Casey et Nolan de commencer. Le Poufsouffle prit la balle et la lança sans réfléchir comme il l’avait fait la dernière fois. Elle atterrit en plein dans un gobelet.

- Oui ! s’extasia Nolan exagérant sa réaction pour faire rager Potter. Bien joué !

- C’est le pouvoir de la cravate, répondit Casey tirant sur le bout de celle attachée sur la tête du Gryffondor.

James, trop énervé, manqua son coup. Nolan ramassa vite la balle et prononça avant de lancer :

- Par le pouvoir de la cravate !



Dernière édition par Cowell Bratley le Mer 31 Mai 2017 - 11:01, édité 1 fois


____________________________________________________________________________
Casey Adams-Bening, élève de 6ème année dans la maison Poufsouffle

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

"I feel drunk but I'm sober, I'm young and I'm underpaid                 
I'm tired but I'm working, yeah                                                                                                                                                      "'Cause I've got one hand in my pocket
I care but I'm restless, I'm here but I'm really gone                                                                                                                       And the other one is giving a high five"
I'm wrong and I'm sorry baby"
Voir le profil de l'utilisateur

23 Re: Rdv à Poudlard ! le Sam 20 Mai 2017 - 14:53

Desideria jubilait. Certes, Archie ne faisait pas équipe avec Albus, comme c’était initialement prévu, mais ça n’était pas la fin du monde. Elle grognait peut-être aussi un peu car il était finalement tombé avec une certaine Elizabeth O’Brien, et qu’elle n’aimait pas confier ses amis à des filles -une fille qui plus est, fait partie d’une équipe de Quidditch.

Très vite, même bien plus vite que ce qu’avait pu prévoir (ou qu’aurait aimé) Desideria, Dan était là, tout juste devant elle, un air un peu méfiant sur le visage. Ça contraste avec le sourire de ce matin, se dit la blonde en repensant au voyage en train.
La brune les salua, et Desideria eut un sourire en coin.

-Alors, prête à tous les démonter ?

Un sourire carnassier aux lèvres, la blonde finit son verre en balançant la tête en arrière, histoire de faire la meuf avec ses cheveux, les pubs de L’Oréal ayant toujours un franc succès en 2022 et toujours le même geste historique, il faut le reconnaitre.
Desideria posa sa main sur l’avant-bras de son ami pour lui signifier sa compassion et lui donner courage. Elle déposa un baiser sur sa joue pendant qu’Elizabeth O’Brien arrivait. S’il était difficile pour la jeune fille de « prêter » ses amis à d’autres, les laisser entre les mains de filles la perturbait encore plus : elle savait de quoi elle était capable, et envisageait toujours le pire : manipulations, désir de prouver à des amies qu’elle pouvait séduire, paris stupides… La jalousie envers les autres filles se camouflait souvent sous une rancœur sans équivoque, une possessivité extrêmement prononcée, et une inquiétude sans nom : celle que ses amis soient bernés et qu’ils se retrouvent tristes, jetés par une fille qui aurait été trop méchante et qui aurait juste voulu coucher avec l’un de ses amis, profitant des sentiments naissants de ceux-ci.

Mais Desideria s’emballait toujours. Elle oubliait parfois, trop souvent même, que si elle couchait avec Ivar juste pour s’amuser et passer le temps, ses potes pouvaient faire de même. Elle savait bien que ses amis avaient déjà couché, et ce n’était pas pour ça qu’ils s’étaient attachés à la fille comme les moules s’attachent aux rochers.
Ayant fini de penser (encore) au pire, Desideria suivit Dan jusqu’à la table où elles devaient jouer.

-Tu connais les règles ? Je peux t’expliquer si tu veux. On commence contre Weasley et Finnigan-Thomas.

-T’inquiète Graves, répondit Desideria en choisissant des balles. Je suis absolument tous les cours d’étude des moldus, et surtout les clandestins. Et j’admets que ceux de Nolan et Archibald sont plus intéressants que ceux qui sont donnés par les profs.

Avec un clin d’œil à sa coéquipière, la blonde se positionna à un bout de la table tandis que leurs adversaires se mettaient à l’autre bout.
Les tirs se succédaient, mais les verres se vidaient tout de même plus vite chez Finnigan et Weasley que chez Dan et Desideria, bien que les deux filles en burent quelques-uns. Chose qui se ressentait clairement sur le jeu de Desideria, qui avait toujours eu tendance à devenir mauvaise lorsqu’elle buvait. La deuxième partie risquait d’être perdue, elle le savait sans en être réellement consciente : son état d’ébriété l’empêchant de voir la réalité des choses et de comprendre que la partie suivante serait perdue.
A côté de Desideria, Dan s’avérait être une concurrente horrible, et la jeune fille était bien contente de ne pas jouer contre elle. Dan réussissait quasiment tous ses coups, et même en étant bousculée, huée, déconcentrée. Desideria pensa que c’était sûrement grâce au quidditch, et aussi très certainement à beaucoup d’entrainement. Et ça l’impressionnait, ce qui l’empêchait de la draguer.
C’est vrai qu’alcoolisée, Desideria la trouvait vraiment, vraiment belle. Sa blouse dorée lui allait à merveille, relevant son teint et ses cheveux. Inconsciemment, elle passa ses doigts entre deux mèches, recevant un regard étonné de la part de Dan.

-C’est doux, dit-elle en lui souriant, clairement pas dans son état normal.

Desideria laissa retomber sa main et prétexta d’aller se reprendre un verre, la partie étant finie.
Elle s’éloigna de Dan, qui semblait chercher Roxane Weasley des yeux, pour rejoindre son ami du côté du bar.

-Souris un peu, merde.

Archie se tourna vers elle avec un flegme qu’elle ne connaissait que trop bien maintenant.

-Salut princesse. Alors vous avez gagné toi et ta meuf ?

Desideria sourit en sentant le bras de son ami se poser autour de ses épaules. Elle adorait l’avoir aussi proche d’elle, elle adorait qu’on sache, qu’on voit autour d’elle qu’elle était la seule fille à l’approcher et à garder sa place intacte.

-De un, c’est pas ma meuf, répondit la blonde. Enfin, pas encore… Et de deux, évidemment qu’on a gagné, tu me prends pour qui ?

-Desi, tu es bourrée. Je te connais, quand tu es bourrée t’en réussis un sur trois.

La blonde sourit simplement, lui donnant une petite tape sur le bras en signe de contestation. Elle était bien trop loin dans sa tête pour protester autrement que comme ça d’ailleurs. Et elle savait par expérience qu’il ne servait à rien de vouloir faire plus.
Un baiser vint se poser sur le sommet de son crâne, et elle ferma les yeux un instant, repoussant loin d’elle toute la réalité de la situation, les gens autour, la musique, l’alcool. L’air de rien, elle reprit la conversation sur un autre sujet qui lui semblait essentiel, alcool ou non : le petit pari qu’ils avaient passé avec Nolan devait être sa priorité et dès maintenant, car le plus tôt possible était le mieux.

-Je t’ai vu avec Albus, fit la blonde en lui adressant un clin d’œil.

- Ouais, on a discuté cinq minutes en fumant et après il a tout cassé en me demandant si je pensais qu'il avait des chances avec Parrish, répondit le jeune homme avec un grognement, que Desideria poussa à son tour :

- Oh, Parrish, dit-elle en haussant un sourcil, ses yeux balayant la foule. Tu devrais te méfier, c'est un avion de chasse. Une chance qu'elle ne se pose jamais, ajouta rapidement Desideria en se servant à nouveau un verre. Mais les filles trop sexy, trop volages, c'est jamais bon signe.

Desideria grimaça sur ces derniers mots. Elle connaissait Parrish, de vue. Impossible de la rater : une blonde, belle, magnifique, elle avait toujours été, pour une raison qui était aussi stupide qu’évidente, en froid avec elle. Elles se ressemblaient bien trop physiquement pour pouvoir s’apprécier, et Desideria l’avait toujours considérée comme un frein à son accession aux garçons. Cela dit, elle ne s’était encore jamais trompé : si Chelsea était le parfait papillon, à aller voir toutes les fleurs, à butiner par-ci par-là, elle n’avait encore jamais revêtu le costume de la mante religieuse.
Pour détendre l’atmosphère, elle ajouta l’air de rien que Gwen avait sa batte dans le dortoir, insinuant ainsi qu’elle pourrait sans trop de problèmes s’occuper de Chelsea, mais elle eut un doute quant au fait qu’Archibald ai compris l’allusion. Il répondit quelque chose comme quoi il aurait pu tenter quelque chose avec Albus, mais la blonde ne l’écoutait qu’à moitié, regardant avec insistance et autant que discrétion qu’on peut en avoir en étant bourré, c’est-à-dire aucune, le duo Albus-Chelsea se roulant une bonne grosse pelle tous les deux avachis dans le canapé de la salle sur demande.

Les excuses de Desideria se perdirent dans sa gorge quand une tête brune vint rejoindre leur duo. Archibald et Elizabeth s’en allèrent, hélés par Nolan, debout sur une table, comme à son habitude ce soir-là.
Desideria chercha sa partenaire des yeux, guettant le moindre reflet doré qui puisse se présenter à elle. Lorsqu’elle eut enfin retrouvé Dan, la blonde se dirigea vers elle en titubant sur les premiers mètres. L’alcool lui ayant bien monté à la tête, elle était contente de ne pas avoir pris quelques taffes du joint de son ami, qui pourtant lui faisait de l’œil.
En s’avançant, elle aperçut Roxane Weasley qui la vit elle aussi. Son expression changea sans que Desideria ne puisse comprendre pourquoi, et la blonde passa un bras autour des épaules de Dan qui ne l’avait pas vue arriver, lui faisant dos.

-Alors Graves, fit Desideria d’une voix qui se voulait aguicheuse bien que l’alcool ne l’aide pas, prête pour notre deuxième partie ?

Sans lâcher Roxane des yeux, Roxane qui la regardait assez mal au passage, elle ajouta :

-J’ai hâte que tu me montres à nouveau comment on tire…

Un sourire pervers prit place dans ses yeux et sur ses lèvres, son visage se tordant en une expression somme toute carnassière. Elle voulait montrer à Roxane que Dan était à elle, et c’est ce qu’elle faisait, sans prendre en compte une seule seconde que les deux filles étaient amies depuis bien longtemps. Et qu’elle-même adressait la parole à sa proie depuis cette soirée-ci, les quelques « Bonjour » ou « Saut » au détour de couloirs ne comptant finalement pas tant que ça dans la catégorie des discussions.

Mais avant même que Desideria n’embrasse la joue de Dan pour montrer, une fois de plus, sa possessivité, un bruit résonna dans toute la salle sur demande, et fit arrêter d’un coup toutes les parties en cours ou toutes les discussions.
Desideria se retourna, retira son bras des épaules de Dan et leva la tête en direction du bruit. Elle entendit nettement un grognement provenant d’une table, et visiblement c’était Nolan qui était debout sur la table en question. Dire que l’ambiance était électrique aurait été une blague, et la chaleur d’un temps orageux en été n’aurait pas pu être plus lourde que celle qui régnait dans la pièce. Elle chercha instinctivement Archie des yeux, ne sachant s’il fallait intervenir ou non et se dirigea vers la table en espérant qu’il avait lui aussi vu ou entendu la scène et qu’il pourrait intervenir, oubliant immédiatement Dan et Roxane, qui devait d’ailleurs se faire une joie de voir la blonde disparaitre de son champ de vision.


____________________________________________________________________________
Desideria Lawson
Serpentard
Six

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« Let me show you. »
Voir le profil de l'utilisateur

24 Re: Rdv à Poudlard ! le Lun 22 Mai 2017 - 16:56

Naiara M'anrill

avatar
5ème année
5ème année
Ils avaient perdu.

Nolan soupira. Au moins ce n’était que contre Archie avec qui il ne se montrait que très peu compétitif en vue de leur relation. « Ça aurait pu être pire… » se dit-il.

Pendant qu’Archie et Lizzie se félicitaient de leur victoire, Nolan fixa Casey du coin de l’œil. Ce dernier se balançait légèrement sur ses pieds, s’appuyant un peu contre la table comme pour garder son équilibre. Nolan sourit : Le Poufsouffle était complètement fait. Ce n’était pas plus mal parce-qu’il avait pu remarquer que son talent au Bière Pong était proportionnel à ton taux d’alcoolémie : plus Casey semblait bourré et mieux il jouait. Malheureusement, cette révélation s’était faite connaître un peu trop tard dans le premier match, mais il comptait bien en profiter pour les parties à venir. Le Gryffondor s’empressa alors de remplir deux gobelets de firewhiskey (« S’il s’est mis à boire, autant qu’il le fasse correctement » se dit-il) et se tourna vers Casey.

Malencontreusement, le Poufsouffle n’était plus dans les parages. Nolan le chercha des yeux et vit qu’il était allé rejoindre Lysandre et David sur les canapés. Cachant mal son mécontentement, le Gryffondor avala un des deux verres d’une seule traite. Après ce premier match socialement décevant, Nolan voulait profiter de l’entre-deux parties pour apprendre à connaître Casey et éviter de futures situations gênantes. Et vu l’état dans lequel se trouvait Casey, Nolan avait hâte de savoir ce qu’il pourrait apprendre sur lui.

Haussant les épaules, il entreprit d’aller regarder le match en cours en attendant les résultats qui définiraient le sort de leur propre prochain match.

Il ne doutait pas que son excitation n’allait pas durer longtemps puisqu’ils allaient devoir s’affronter à James Potter…

 
***


Nolan ne se rendit même pas compte qu’il était allé chercher Casey complètement submergé dans ses pensées et donc sans lui dire un mot. Ne voulant pas se montrer désagréable, il s’approcha de Casey et lui souffla dans l’oreille :

- J’espère que tu es encore déchiré parce que là il n’est pas question de perdre.

La réponse qu’il reçut le fit sourire, surtout la fin : « je suis grave déchiré », et son sourire s’accentua lorsque Casey réussis le premier coup.

- Oui ! Bien joué ! s’exclama-t-il aussi fort qu’il le pouvait, cherchant à faire rager Potter, chose qu’il arriva à faire sans trop de mal puisque James grinçait déjà des dents, attrapant son verre de bière et l’avalant d’une traite, sans lâcher Nolan du regard.

Le Gryffondor revint sur terre lorsqu’il sentit quelque chose tirer sur la cravate qu’il portait autour de la tête et dont il avait complètement oublié l’existence. C’était Casey.

- C’est le pouvoir de la cravate, expliqua-t-il.

Le sourire de Nolan refit rapidement surface, surtout lorsque James rata son coup. Il attrapa rapidement la balle, se tourna vers Casey et lui fit un clin d’œil :

- Par le pouvoir de la cravate ! s’empressa-t-il de crier avant de lancer la balle droit dans un des verres à Gwen.

 
***
 

Le match fut plus compliqué que Nolan l’aurait souhaité. Gwen n’était pas mauvaise et bien que Nolan ne veuille pas l’avouer, James ne l’était pas non plus. Heureusement, le peu d’avance que menaient Nolan et Casey faisait rager leurs adversaires qui rataient plusieurs coups stupidement, exactement comme celui que James venait de manquer à l’instant. 

- Vu ton talent merdique en temps qu’Attrapeur, je pourrais comprendre que tu veuilles changer de poste, mais je te préviens, faudra vraiment pas que tu tentes le post de Poursuiveur Potter, tu serai éliminé avant même de participer aux sélections, lâcha Nolan en rattrapant la balle qui avait rebondit contre la table.

- Arrête de faire ton malin Dwyer, tu sais bien que c’est en partie grâce à moi si t’es toujours dans l’équipe, répliqua James.

- Grâce à TOI ?! La bonne blague, riposta Nolan. C’est qui le capitaine cette année déjà Potter ? Je m’en souviens pas très bien.

James grinça des dents et fit craquer ses poings, commençant sérieusement à s’énerver. Nolan l’ignora royalement en passant la balle à Casey qui re-marqua un coup. Il avait rarement raté un coup depuis le début de la partie. C’était impressionnant ce que faisait l’alcool sur ses capacités motrices.


***


La fin de la partie s’approcha rapidement, le duo Nolan-Casey menant de deux points. Ce n’était pas énorme, mais ça permettait au duo de se sentir confiant par rapport au résultat du match. La tension était de plus en plus forte et palpable. Nolan et James n’arrêtaient pas de s’attaquer verbalement voulant faire rager l’autre. Ils avaient épuisé tous les sujets sensibles et inimaginables. James l’avait attaqué sur sa soi-disant relation déloyale avec les Serpentards et son manque de « Gryffindor pride » qui, selon lui, pourrait lui jouer des tours sur sa côte et respect en tant que Capitaine d’équipe. Enervé, Nolan l’avait attaqué là où ça lui faisait le plus mal : son élitisme Gryffondesque alors que le reste de sa fratrie avait atterris chez ce qu’il considérait des « sales serpents » :

- Ça fait quoi de savoir que ton petit frère, qui, en plus d’être à Serpentard, est un meilleur attrapeur que toi ? avait-il lancé.

James avait avancé la main vers sa baguette, le regard meurtrier, mais Gwen attrapa rapidement son bras.

- Et oh Potter, je m’en fous de votre stupide rivalité à la con, mais je vais pas perdre ce match par défaut parce-que tu t’es cassé pour ensorceler ton adversaire, gronda Gwen.

- Oui James, sois un bon garçon, écoute ta maîtresse et tiens-toi droit, d’accord ?

Nolan savait qu’il en disait un peu trop, mais lui aussi avait bu et ça ne l’aidait pas à tenir sa langue. De plus, s’il était honnête, il avait très envie de frapper James lui aussi.

Alors qu’on le fusillait du regard, Nolan se tourna vers Casey qui tenait la balle et la fixait, indécis. C’était à lui de marquer ce qui pourrait devenir la balle du match. Le Gryffondor lui passa le bras derrière le cou et le regarda dans les yeux :

- T’inquiète Casey, je sais que tu vas y arriver, t’as été parfait cette partie, le rassura-t-il. Penses à combien ça fera rager ton odieux préfet en chef…

Casey esquissa un sourire et se tourna vers lui.

- Par le pouvoir de la cravate ! cria-t-il alors, surprenant un peu Nolan qui s’était habitué au discret Casey.

Le Poufsouffle fit alors face à la table de bière pong et, n’attendant même pas deux secondes, prit un élan phénoménal et balança la balle en face. Nolan s’étrangla à moitié en voyant qu’il avait à peine, voire pas du tout, pris le temps de viser et ne put s’empêcher de retenir son souffle.

La balle atterrit parfaitement dans le dernier gobelet du camp adversaire.

Nolan gueula de joie et, sans réfléchir, attrapa la tête de Casey entre ses deux mains et l’embrassa en pleine bouche.

Aussi subitement, il se sépara de son coéquipier, réalisant qu’il avait agi sans penser encore une fois. Il était habitué à agir de la sorte avec Archie et, submergé par l’émotion, n’avait pas fait attention à qui il avait vraiment à faire en face de lui. Il avait tout de même ressenti rapidement la différence une fois son action réalisée. Avec Archie, c’était platonique, amical, familier et taquin. Avec Casey en revanche, ça avait été… différent. Et ça le perturbait.

- Désolé, je me suis laissé emporter, dit-il en coupant net à ses réflexions tout en s’ébouriffant les cheveux. Sans rancunes ?

Nolan afficha son plus sourire et lui proposa son plus beau regard de chien battu.

Cependant, Casey semblait encore un peu sonné et surpris. Il cligna un peu des yeux comme pour revenir à la réalité, mais évita de regarder Nolan quand il lui répondit :

- Non c’est rien, t’inquiète.

Le Gryffondor fronça les sourcils : bizarrement, il avait du mal à le croire. Casey était redevenu silencieux comme au tout début de la soirée. Nolan le prit pas l’épaule et voulut approfondir le sujet, pour s’assurer que son coéquipier ne le détestait pas complètement, mais fut interrompu dans son élan.

- Alors comme ça on change de bord Dwyer ?

James arborait un sourire moqueur. L’autre con de Jonas Dimitrov, le pot de colle de Potter, se tenait à présent à ses côtés, l’expression tout aussi moqueuse.

- Je savais pas que tu avais un faible pour les Poufsouffles, continua-t-il. Et je pensais pas que ces derniers avaient tellement des goûts de chiottes. Enfin, ne généralisons pas, celui-là du moins. Casey, c’est ça ?

Nolan, qui, sans s’en rendre compte, tenait encore Casey par le bras, fut surpris quand ce dernier se détacha de son emprise et fit mine de s’éloigner, ne cherchant pas la bagarre.

C’était peut-être l’alcool, les moqueries incessantes de Potter ou le simple fait de se sentir à présent seul face aux autres, mais Nolan sentit la rage monter en lui. Il acceptait que Potter s’attaque à lui, mais il ne supportait pas qu’il s’en prenne à quelqu’un d’autre à cause de sa connerie. Fidèle à l’inconscience et l’impulsivité qui l’avait placé dans sa maison, il se tourna vers James et sans se poser une seule question avant, le cogna en pleine face.

Ne s’y attendant pas, James perdit facilement l’équilibre et faillit tomber à terre. Il se frotta là où il avait reçu le coup et fixa Nolan. Il ne resta pas sonné trop longtemps puisqu’avant que Nolan ne se rende compte de ce qu’il avait commencé, il se faisait déjà prendre par le col de son t-shirt et propulser vers la table de bière pong sur laquelle il atterrit bruyamment. Il se releva an tanguant, se massant l’arrière du crâne, zone qui avait le plus souffert de l’impact.

Le bruit avait déjà alerté la majorité de la salle.

Au lieu de l’avoir calmé, l’attaque de son adversaire n’avait fait qu’intensifier sa colère. Se redressant complètement, il ne se laissa pas démotiver et fit craquer ses doigts, comme pour les préparer à la suite.

Il fut cependant coupé net dans son élan lorsqu’il aperçut Dimitrov à coté de Potter, leurs deux baguettes pointées sur lui. Nolan dirigea alors sa main vers sa poche arrière et fut surpris de la trouver vide. Il avait laissé la sienne dans le dortoir.

- Deux contre un ? C’est pas très Gryffondor tout ça dis donc les gars, se moqua-t-il, tentant de penser à une solution viable.

C’est à ce moment-là qu’il entendit la voix de Lizzie et le nom d’Archie au loin.

- Non Archibald, va pas te battre… Et merde, il est déjà parti.

Son meilleur ami avait compris ce qu’il se passait et ne tenait plus sur place sans rien faire. Comme à son habitude, Archie n’en faisait lui aussi qu’à sa tête et il n’écouta pas sa coéquipière, se dirigeant d’un pas ferme vers les Gryffondors pour aider et défendre son frère de cœur. Potter et Dimitrov, trop concentrés à fixer et menacer Nolan, ne firent pas attention à l’arrivée du Serpentard et furent bien surpris lorsque ce dernier pointa alors sa baguette vers eux :

- Expelliarmus ! s’écria-t-il.

Ses opposants furent surpris de voir leurs baguettes s’envoler pour atterrir entre les mains d’Archibald.

- Vous alliez vous y prendre à un gars désarmé ? Quand est-il de l’honneur des Gryffondors ? Archie esquissa un sourire moqueur. Et de toute façon… Je vais pas perdre l’opportunité de pouvoir frapper connard numéro 1 et connard numéro 2, j’attends ça depuis bien trop longtemps. 

Archibald confia sa baguette et celles des deux autres à Dési qui s’était rapproché de la scène et les regardait un peu inquiète.

- Tu penses que je vais me laisser faire Redding ?

James se dirigea vers Dési pour récupérer sa possession, mais fut arrêté net par Archie qui le frappa en pleine gueule :

- Ça t’apprendra à t’en prendre à mon entourage.

Mais James bloqua son poing à temps et répliqua rapidement en le frappant en plein ventre avec sa jambe. Archibald recula de quelques centimètres pour reprendre son souffle. Voyant que Potter allait revenir à la charge, Nolan fonça pour l’arrêter. Il se fit malheureusement attraper par Jonas qui passa son bras autour de son cou et le maintint en arrière, l’empêchant de participer et même de bien respirer. James esquissa un sourire malsain en observant la tentative ratée de Nolan et, profitant de son impuissance, refit face à Archibald.

Il ne s’attendait pas à ce que ce soit son frère qui vienne le retenir.

- Arrête James putain !

Profitant de cette distraction, Archie se redressa complètement et s’empressa de saisir James par le col de son t-shirt. Il croisa cependant le regard tranchant d’Albus qui cherchait également à protéger son frère et baissa donc ses bras en reculant de quelques pas. Albus lâcha légèrement son frère.

Cependant, quelques mètres plus loin, profitant de la distraction causée par les frères Potter, Nolan s’extirpa de l’emprise de Dimitrov et fonça sur Potter.

- Toi tu peux peut-être pas, mais moi je vais pas me retenir, s’exclama-t-il en frappant James en pleine gueule (à nouveau). Il n’avait qu’à pas s’y prendre à toi.

Albus, surpris par le mouvement, lâcha complètement son frère qui vacilla sur quelques pas. Ce dernier reprit rapidement ses esprits, se massa la mâchoire, et chargea sur Nolan. Notre Gryffondor se prit alors son poing en plein ventre et grogna de douleur. James enchaîna alors les coups sur sa face, complètement enragée.

Par chance, Archie réagit vite, tira James par le col de son haut et le renversa sur la table :

- Espèce de branquignole, tu vas le lâcher putain !

Alors que Nolan soufflait encore difficilement, tentant de se redresser complètement, Dimitrov sauta sur Archibald et le stoppa net dans sa lancée. Leurs deux coéquipiers à terre, ils s’acharnèrent l’un sur l’autre, s’accrochant à coup de poings et de jambes. Ce fut lorsque Archie reçut un cou particulièrement violent au niveau l’œil gauche qui le fit flancher que Nolan retrouva la force de se relever complètement, d’ignorer la douleur, et de plaquer Jonas contre le sol.

- Comment oses-tu marquer le magnifique visage resplendissant de mon cher Archibald comme ça, espèce d’abruti dégénéré ?!
 
Un petit sourire s’extirpa des lèvres d’Archibald : même souffrant, Nolan trouvait toujours l’énergie pour rigoler.

Potter se relevait également lentement, s’avançant d’un pas convaincu, mais légèrement titubant, vers le centre de l’action lorsqu’il fut interrompu par une voix énervée et déterminée :

- Assez !

C’était Rose Weasley qui, exaspérée, avait décidé de stopper cette folie.

- Mais qu’est-ce qui vous prend bandes d’imbéciles ?! Vous allez finir pas vous tuer ! Je ne vous enlève pas de points car cette soirée est censée être secrète et que je ne veux pas que les profs se posent trop de questions. Avec vos gueules cassées vous allez soulever assez de questionnement comme ça. 
 
La jeune rousse se tourna alors vers un James qui vacillait sur place et évitait son regard.

- Et toi ?! Tu n’as pas honte ? Préfet en Chef merde !

Nolan ricana doucement, profitant de la vue d’un Potter honteux et soumis.

- Commences même pas toi ! Nolan déglutit difficilement lorsqu’elle vint placer son doigt sur sa poitrine. Tu as toujours fait ton malin, mais je te préviens, cette année ça va être différent, surtout si tu tiens à ton poste de Capitaine !

Le Gryffondor jura intérieurement : de un, il venait de descendre de plusieurs centaines de kilomètres dans l’estime de Rose, et de deux, il commençait à avoir peur pour son futur dans l’équipe de Quidditch.

- Mais Rose… tenta-t-il avec difficulté puisque sa lèvre inférieure commençait à gonfler.

- La ferme !

Le coupant sec, il baissa le regard, convaincu pour la première fois de sa vie qu’il valait mieux rester silencieux.

Archibald, moins concerné par l’estime de Rose, ne se laissa pas démotiver et décida de l’ignorer royalement, bien qu’il cessât de mutiler ses adversaires. Tâtant l’intégralité de ses muscles pour évaluer les dommages, il comprit que le pire avait été subit par son œil gauche et le bas de sa mâchoire.

- Maintenant, je veux tout le monde dehors et dans leurs dortoirs, annonça la jeune Weasley à la grande déception de la salle. Félicitations les garçons, vous avez ruinés et pourris cette première soirée de l’année.

Sur ces mots, elle se retourna et s’éloigna.

Nolan fit face à Archibald, haussant les épaules, impuissant, l’expression complètement affolée et déçue. Archie éclata de rire et passa son bras derrière le cou de Nolan, le faisant légèrement grimacer de douleur.

- Je sais pas comment tu vas réussir à surmonter ça mon pauvre, mais tu devrais songer à abandonner le pari avant de devenir totalement ridicule.


____________________________________________________________________________
 Nolan Dwyer - 6ème année - Gryffondor
“Certains ne sont jamais seuls, ils sont toujours accompagnés de leur connerie.”


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Voir le profil de l'utilisateur

25 Re: Rdv à Poudlard ! le Sam 27 Mai 2017 - 20:10

Eva Bellini

avatar
Dictatrice
Dan, les sourcils froncés par la concentration, se pencha au dessus de la table, et lança la balle d’une main sûre malgré son état d’ébriété avancé. La balle atterrit dans le dernier des gobelets, et Finnigan-Thomas fit un pas en arrière pour éviter les éclaboussures. Weasley grimaça, puis finit le verre cul-sec. Une clameur mélangeant quolibets, applaudissements et sifflements retentit depuis la foule qui assistait à l’affrontement.

—Yes ! En avant pour la deuxième partie, Lawson, Dan s’exclama, avant de se tourner vers sa partenaire de bière-pong, un sourire enthousiaste aux lèvres.

— Tu sais, tu te débrouille franchement pas mal – jamais pensé à essayer le Quidditch ?

Lawson ne lui répondit pas. À la place, elle l’observait depuis le rebord de la table, avec cet air concentré typique des gens avec un verre de trop dans le nez. Elle dirigea une main vers le visage de Dan, qui dut se forcer à ne pas loucher pour la suivre du regard, et attrapa une mèche entre deux doigts. Lawson tira dessus doucement avant de la relâcher.

— C’est doux, dit-elle.

Dan lui jeta un regard surpris, puis se racla la gorge. Lawson lui sourit et tourna les talons avant que Dan n’ait le temps de trouver une réponse appropriée.

La partie terminée, les prochains joueurs s’approchèrent pour prendre leurs places à la table de bière-pong. De l’autre côté de la pièce, Roxanne attira son attention avec un pouce en l’air, puis jeta un coup d’œil appuyé à Lawson, qui avait rejoint Redding sur le canapé, en une question silencieuse. Dan haussa les épaules en réponse, puis fit un petit geste pour lui signifier qu’elle lui expliquerait plus tard.

Elle pivota sur ses talons et se trouva nez à nez avec Rose, qui l’observait avec attention depuis un fauteuil.

— Oh, salut Rose, dit Dan en essayant de cacher sa surprise, je ne savais pas que tu venais ce soir.

— Oui, il m’arrive de sortir sans Roxanne, parfois, dit Rose, les lèvres pincées.

Dan eu la bonne grâce d’avoir l’air gêné, et Rose se relaxa.

— C’est ma dernière année à Poudlard, confia Rose. Je me suis dit qu’il était peut-être temps de tenter de nouvelles choses.

Comme pour ponctuer ses paroles, elle finit son verre cul sec, puis s’essuya la bouche en grimaçant.

— Mais pour être honnête, je ne sais pas si je vais être capable de faire ça très souvent. C’est… plutôt bruyant, finit-elle, désignant de la tête la table de bière-pong qui venait d’éclater en applaudissements et huées après un lancer réussi.

Dan acquiesça. Elle avait accompagné Roxanne à un nombre incalculable de fêtes similaires, et avait appris à les apprécier, mais cela avait pris du temps et de l’acharnement.

— Tu n’as pas tenté de jouer ? demanda-t-elle, faisant référence au jeu de bière-pong. Quitte à essayer de nouveaux trucs…

Rose s’esclaffa.

— Tu m’as vu jouer au Quidditch – j’suis pas là pour me ridiculiser non plus. Je vais me resservir un verre, tu veux quelque chose ?


* * *


Dan avait finalement retrouvé Roxanne lorsque celle-ci lui avait sauté dessus et crié « oh, j’adore cette chanson ! » avant de l’entraîner dans une danse improvisée. Elles venaient à peine de s’arrêter de danser, et s’apprêter à rejoindre Rose qui les applaudissaient depuis son fauteuil, lorsqu’un bras se faufila autour des épaules de Dan. Celle-ci se raidit considérablement, prête à riposter, avant qu’une voix familière ne lui susurre à l’oreille.

— Alors Graves, prête pour notre deuxième partie ? J’ai hâte que tu me montre à nouveau comment on tire, dit Lawson de manière suggestive.

Dan sentit le sang lui monter aux joues, et remercia brièvement Merlin pour son incapacité physique à rougir. Lawson regardait Roxanne avec un sourire féroce qui semblait tout sauf sympathique, et Dan se sentit inconfortable. Très inconfortable. En face d’elle, le sourire amical de Roxanne devint glacial.

— Um, fit Dan, son regard s’arrêtant sur une tâche de rousseur particulièrement proéminente sur le nez de Lawson avant de remonter jusqu’à ses yeux et de rajouter d’un ton dégagé :

— T’inquiète pas, tu te débrouille déjà plutôt bien comme-

Des cris surpris résonnèrent dans la Salle sur Demande, et Dan se retourna juste à temps pour voir James Potter étalé sur la table de bière-pong. Il avait l’air terriblement pathétique, pas que ça change grandement de d’habitude. Non, ce qui était vraiment étonnant, c’était que Dwyer se tenait en face de lui, l’air furibond. Cela faisait maintenant un moment que tout le monde était au courant de la rivalité entre les deux garçons, mais Potter avait vraiment dû pousser le bouchon trop loin si Dwyer en été venu aux poings. Lawson lâcha immédiatement son emprise sur Dan, au grand soulagement de cette dernière, et s’avança à grands pas vers son meilleur ami.

En l’espace de cinq minutes, Dimitrov et Redding avaient trouvé un moyen de s’impliquer, et une bagarre s’était déclenchée. Derrière elle, Roxanne soupira, puis jura en voyant Rose se lever de son siège avec furie.

— Allez viens, la fête est finie, dit Roxanne avec dépit.

Les deux jeunes filles se dirigèrent vers la sortie de la Salle sur Demande, Roxanne saluant avec effusion des connaissances au passage. Dan se contenta de les saluer de la tête,et de chiper une bouteille de bièraubeurre alcoolisée sur la table de buffet.

— Je suis étonnée que Dwyer ait craqué, dit Dan une fois rentrée au dortoir de Serdaigle. C’est pas des tensions au sein de l’équipe qui vont aider Gryffondor à gagner la Coupe.

— Bof, les tensions étaient déjà là avant. Maintenant qu’ils se sont tapés dessus, peut-être que ça va s’améliorer ?

— Il aurait déjà dû virer Potter de l’équipe, Dan soupira, changeant son short pour un jogging troué.

— Plus facile à dire qu’à faire quand c’est un Potter.

Dan lui jeta un coup d’œil amusé.

— Merci, Weasley, j’avais pas remarqué.

Roxanne leva les yeux au ciel et secoua sa brosse à dents avec agacement.

— Oh ça va, tu sais ce que je voulais dire.

Dan émit un son conciliant, puis souhaita une bonne nuit à Roxanne et ferma les rideaux de son lit à baldaquins.

La soirée avait été riche en événements, une fois n’est pas coutume. Si la jeune fille avait découvert dès son arrivée à Poudlard que la vie dans le monde magique était cent fois plus intense et frénétique que sa vie moldue, il n’en restait qu’elle était parfois toujours surprise par le côté… excessif du monde sorcier.

Le comportement étrange de Lawson lui revint en mémoire, un exemple parfait de cette extravagance que Dan ne savait pas comment gérer. Toute la soirée, l’attitude de la jeune fille lui avait semblé… Artificielle. Forcée, peut être ? Sympathique, cependant – Lawson était marrante, avec quelques verres dans le nez. Ses commentaires incisifs pendant le bière-pong avait plus d’une fois fait rire bruyamment Dan. L’alcool était probablement la seule raison pour laquelle elle avait agi ainsi, d’ailleurs. Dan imaginait mal la Serpentard lui adresser la parole après cette soirée.

Dan s’endormit sans savoir si elle en était soulagée ou déçue.



*  * *

Le premier lundi matin de l’année scolaire, le réveil fut rude.

— Allez hop, debout ! chantonna Roxanne en ouvrant les rideaux du lit de Dan, qui grogna et se cacha la tête sous son oreiller.

— Laisse moi crever.

— Nope, désolée, pas aujourd’hui. Je t’aime trop pour te laisser louper ta première journée de cours.

Dan ronchonna incompréhensiblement depuis sa cachette, quelque chose qui ressemblait étrangement à « va crever », mais finit par se lever et se diriger vers la salle de bains les yeux fermés.


* *  *


Pendant le déjeuner, alors que Dan venait de se servir un plat de salade, elle releva la tête et croisa le regard de Lawson depuis la table des Serpentard. Lawson sembla brièvement surprise de voir Dan. Puis elle lui sourit, d’un sourire différent de ceux qu’elle avait offert à Dan lors de la soirée dans la Salle sur Demande. Ce n’était pas un large sourire, du genre qui précédait un rire à gorge déployée ou une blague un peu salace.  Celui là était discret, sincère, confiant, mais aussi avec une touche de quelque chose que Dan ne saurait vraiment définir.
Dan lui sourit en retour avec une hésitation à peine palpable, puis entama une conversation avec Jack sur leur cours de botanique.


* * *


— Hey. Hey, Graves ! Attends !

Dan s’arrêta net et se retourna vers Dwyer. Le jeune homme lui avait couru après pour la rattraper à la sortie d’Histoire de la Magie, attirant les regards curieux des élèves circulant dans les couloirs. Derrière elle, Dan pouvait sentir les regards interrogateurs de son groupe d’amis se poser sur sa nuque.

—  Je peux t’aider, Dwyer ?

— Euh, on peut se parler ? demanda-t-il, avant de jeter un coup d’œil derrière elle et de rajouter, l’air gêné :

— En privé ?

Dan fronça les sourcils, mais hocha la tête. Elle se retourna vers ses amis, qui l’attendaient quelques mètres plus loin, et leur dit qu’elle les retrouverait en Etudes des Moldus, avant de faire signe à Dwyer de l’accompagner dans une salle vide.

— Si c’est pour changer tes horaires d’entraînement, commença-t-elle, l’air peu aimable, je te ferais remarquer que –

— Ce n’est pas à propos de Quidditch, l’interrompit Dwyer.

Il passa une main dans ses cheveux, l’air gêné. Dan remarqua qu’il n’avait pas beaucoup de séquelles de la bagarre de vendredi soir, si ce n’était pour quelques bleus et griffures en voie de guérison sur le visage. Tout le château avait pu constater durant le week-end que la tension était toujours à son comble entre le Capitaine et l’attrapeur, et que quelques échanges de coups de poings n’avaient pas suffit pour régler leurs différends.

— J’ai besoin d’aide. C’est à propos de Rose.

Dan lui jeta un regard abasourdi, et s’assit sur l’un des bureaux de la salle vide.

— Rose… Rose Weasley ?

— Tu en connais d’autre ? demanda-t-il. Je…Voilà, en fait, je m’en veux pour la bagarre et j’aimerais m’excuser.

Dan attendit la suite, qui ne vint pas.

— Et… ?

— Est-ce que tu pourrais, ben, m’aider ?

— Tu sais, tu peux juste aller voir Rose et lui dire « hey, désolé de m’être comporté comme un trou du cul vendredi, je voulais pas casser la gueule à ton cousin ». Je vois pas en quoi je peux t’aider là dedans.

— Elle va jamais penser que je suis sincère !

—Depuis quand t’en a quelque chose à foutre de ce que Rose pense de toi ?

Dwyer baissa le regard et fixa avec attention ses chaussures.

— Je… Disons que je l’aime bien ?

Dan en resta bouche bée.

— Pardon ?

— Je l’aime… bien. Genre, romantiquement.

Dan resta silencieuse pendant un moment, observant Dwyer avec attention. Il jouait des doigts sur le bureau avoisinant, et évitait le regard de Dan, les joues rosées. Elle n’était pas la plus forte lorsqu’il s’agissait d’interpréter les gens. Elle ne le connaissait pas vraiment - voire pas du tout. Et elle peinait à imaginer comment Nolan Dwyer, un Gryffondor tristement célèbre pour sa tête brûlée, pouvait en arriver à avoir des…  Sentiments pour Rose. Dan savait bien que la réputation de Préfète coincée insupportable que se traînait Rose n’était pas aussi vraie que tout le monde semblait le penser. Mais elle n’aurait jamais imaginé que Dwyer était du genre à voir plus loin que le bout de son nez.

Mais quand bien même elle était sceptique, quel intérêt aurait Dwyer à mentir ? Et puis surtout - Dan pouvait-elle vraiment refuser ?

— Mec, commença-t-elle, t’es tellement dans la merde.

— Ugh. Je sais.


* * *


À vingt heures le soir même, Dan se décolla de son lit pourtant oh-si-confortable et attrapa son sac de cours pour descendre dans la Salle Commune.

— Dan ? Tu vas où ? demanda Maria, depuis son propre lit.

— Je retrouve Dwyer dans la Salle Commune, on va bosser sur notre devoir de Runes.

— Dwyer ? Nolan Dwyer ? Oh, c’est pour ça qu’il voulait te parler cet après-midi ?

Dan acquiesça.

— C’est bizarre, je pensais pas qu’il était du genre à faire ses devoirs le jour même de la rentrée, fit remarquer Maria.

— Mmh, il a eu tout l’été pour le faire en même temps. Tu sais où est Roxanne ?

— Avec Rose dans la Salle Commune, je crois. Elle essaie toujours de se rattraper de ne pas l’avoir invitée à la soirée de vendredi.

Dan grimaça.

— M’en parle pas. C’est quand je les vois comme ça que je me dis que je suis vraiment chanceuse de ne pas avoir une armée de cousins qui vont à la même école que moi.

Maria rit en réponse, puis se reconcentra sur son téléphone. Dan descendit les escaliers, salua Roxanne et Rose qui étaient assises dans un coin – parfait pour ce que Dan avait prévu – et s’en alla ouvrir la porte de la Salle Commune.

Derrière la porte se tenait Nolan Dwyer, au milieu de ce qui semblait être une dispute très animée avec le heurtoir magique en forme d’aigle.

— Je peux revenir plus tard, si je vous dérange, fit Dan avec amusement.

Nolan la regarda d’un air outré.

— Votre mot de passe est une devinette ?

— Énigme, corrigea Dan. Mais oui, c’est ça. T’es jamais venu dans la Salle Commune de Serdaigle ?
Nolan haussa les épaules.

—Une fois ou deux, pendant une fête.

Elle lui fit signe de la suivre, et s’avança dans la Salle Commune des Serdaigle. Elle jeta son sac sur une table près d’une des larges fenêtres en arc, qui laissait encore passer une lumière dorée de début d’automne, malgré l’heure tardive. Derrière elle, elle pouvait sentir les regards inquisiteurs de Rose et Roxanne, mais les ignora, préférant s’asseoir et sortir ses affaires de Runes.

— Wow, la vue est vraiment magnifique de jour, murmura Dwyer.

Dan hocha la tête. Le soleil commençait à entamer sa descente, illuminant de ses rayons le parc du château. Depuis leur fenêtre, on pouvait admirer le lac miroitant et la Forêt Interdite, et au loin, les montagnes des hautes terres écossaises se détachant nettement contre le ciel orangé. La tour étant l’une des plus hautes du château, s’élevant presque aussi haut que la tour d’Astronomie, il était aussi possible de voir le terrain de Quidditch et les serres de botanique. C’était à couper le souffle.

Dan n’avait jamais trop compris pourquoi le Choixpeau avait décidé de l’envoyer à Serdaigle, mais elle n’échangerait cette vue pour rien au monde.

— Donc, du coup. T’as un plan ? chuchota Dwyer.

— Un plan ?

— Pour Rose.

Dan soupira, et glissa ses lunettes sur son nez.

— On bosse. Plus tu auras l’air concentré et studieux, plus elle sera impressionnée. Elle viendra nous parler d’elle même, ou Roxanne le fera, et tu pourras en profiter pour t’excuser. T’as trouvé quoi comme traduction à la question trois ?

Les deux étudiants travaillèrent en tandem pendant un long moment, échangeant traductions et dictionnaires runiques. Le Gryffondor était doué, et son vocabulaire était plus riche que celui de Dan, même si ses interprétations manquaient parfois un peu trop de précision au goût de la Serdaigle. À eux deux, ils avancèrent bien plus rapidement que lorsqu’elle travaillait toute seule, et ils finirent sans trop de difficulté les premières pages d’exercice de leur manuel. Il jetait des regards trop fréquents à Rose pour être complètement concentré, et Dan leva les yeux au ciel lorsqu’elle le surprit encore une fois en train d’observer les deux Weasley en cachette derrière son dictionnaire.

— Tu pourrais essayer d’être un peu plus discret ?

— Je suis supposé lui dire quoi, désolé d’avoir frappé Potter ?

— Nan, tout le monde sait que vous pouvez pas vous voir, ce serait pas crédible. Juste - excuse toi d’avoir foutu le bordel, je suppose ?

— Wow, tu m’aides tellement, Graves, je suis vraiment heureux de t’avoir demandé de -

— Chut, elle arrive, prends un air concentré.

— Ah mer - oh, salut Rose ! dit Nolan, le visage innocent.

Rose leur jeta un regard qui criait “je sais que vous mijotez quelque chose qui ne va pas me plaire”.

— Dwyer. Dan. Premier jour de la rentrée, déjà à travailler ?

— Ouais, McKellen nous a envoyé du travail supplémentaire au dernier moment, mentit Dan. J’ai demandé à Dw- Nolan s’il pouvait m’aider, vu qu’il est très doué en Runes.

— Oh, je vois, fit Rose, visiblement surprise.

Silence. Dan donna un coup de pied dans le mollet de Dwyer et lui fit les gros yeux, avant de jeter un regard appuyé en direction de Rose.

— D’ailleurs, Rose, commença le Gryffondor.

— Oui ?

— Je voulais juste te dire que - enfin tu sais - à propos de vendredi…

— Oui ? dit Rose, lorsqu’il parut clair que Dwyer n’allait pas continuer.

Le visage du Gryffondor tournait de plus en plus rouge, et Dan résista l’envie de cacher son visage dans ses mains de désespoir. Dwyer bredouilla quelque chose d’incompréhensible, et avant que Rose ne puisse ouvrir la bouche pour le remettre à sa place, Dan laissa son dictionnaire tomber lourdement contre la table.

— Oh tiens, il est déjà 21 heures ? Merde, mais c’est vraiment super tard, tu devrais rentrer dans ta Salle Commune, Nolan, avant que tu ne dépasses le couvre-feu.

Dwyer acquiesça, et fourra empressement ses affaires dans son sac. Dan l’accompagna jusqu’à la sortie de la Salle Commune, et il fit un petit geste de la main à une Rose décidément perplexe, avant que Dan ne le pousse hors de l’embrasure.

— C’était quoi, ça, Dwyer ? demanda-t-elle avec agacement, fermant la porte derrière elle pour leur accorder un minimum de confidentialité.

— J’ai paniqué ! se défendit-il, les mains en l’air.

— Ecoute, si t’es pas capable d’aligner deux mots en face de Rose, je sais pas si c’est vraiment la peine de -

— J’ai paniqué, j’te dis ! Ça n’arrivera plus, promis.

Dan passa une main sur son visage en soupirant.

— T’as besoin d’aide en Botanique ? Ou je sais pas, Sortilèges ?

— Euh, je suis pas au top en Botanique.

— Super. Reviens jeudi soir à la même heure et amène tes affaires, j’essaierai de convaincre Rose de venir. Mais j’te préviens, cette fois-çi c’est ta dernière chance, Dwyer.

Le Gryffondor hocha la tête, et Dan tourna les talons pour rentrer dans la Salle Commune.

Bon sang, dans quelle emmerde s’était-elle fourrée ?


____________________________________________________________________________
Dan - 6ème année - Serdaigle

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Fight because you don't know how to die quietly. Win because you don't know how to lose.
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 2]

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum